Affaire Villemin: l'histoire derrière la photo qui glace le sang

  • Source: : 7sur7.be | Le 19 juin, 2017 à 12:06:03 | Lu 3292 fois | 1 Commentaires
content_image

Photo du petit Grégory

Au-delà de l'infanticide et de l'horreur du geste, l'affaire Villemin a été marquée par de graves dérives médiatiques. Les journalistes se sont parfois mués en enquêteurs parallèles ou ont même servi de relais à la police pour tenter d'influencer l'enquête. Jamais un meurtre n'avait autant déchaîné les passions. Il faut dire que tous les ingrédients du bon fait divers médiatique étaient réunis: le meurtre odieux d'un enfant innocent, la mise en scène macabre avec les cordelettes, les appels du corbeau, la rivalité familiale, la jalousie sociale.

Le début de l'emballement médiatique Dès les prémisses de l'enquête, l'affaire est prédestinée à être surmédiatisée. Quand le corps sans vie de l'enfant, pieds et poings liés, est repêché à 21h15 dans les eaux froides de la Vologne, un photographe est présent pour immortaliser l'instant macabre. Glaçant, le cliché, qui a été à la Une de la presse le lendemain, a contribué à l'emballement médiatique.

L'auteur de cette fameuse photo est Patrick Gless, un photographe de presse régional qui travaillait à l'époque pour la "Liberté de l'Est", devenu Vosges-Matin. Il prend trois photos du cadavre puis quatre autres clichés des pompiers en larmes, qui enveloppent le corps de l'infortuné petit Grégory dans une couverture. En tout, sept photos prises au flash dans la nuit qui feront le tour du monde. Interrogé par Sudpresse, le photographe explique qu'il a suivi les pompiers, puis six camionnettes de gendarmes qui fonçaient vers le barrage de Docelles.

"Une passerelle surplombait la rivière et j'ai pu prendre le cliché", se souvient-il. "A l'époque, ma fille avait 4 ans, comme Grégory. C'était compliqué de ne pas perdre la face. (...) La famille Villemin se trouvait à côté de moi. Christine, la maman du petit, hurlait et pleurait. Je n'ai pas osé la prendre en photo", explique-t-il notamment.

"En principe, une telle photo ne parait jamais dans la presse" Une photo qui préfigure le rôle que vont jouer les médias dans la suite de cette affaire, selon Jean-Marc Bloch, ancien patron du Service régional de la police judiciaire de Versailles (Yvesline) et co-présentateur de Non élucidé sur France 2. "Normalement, de telles photos ne paraissent jamais dans la presse.

Elles sont prises par des techniciens de la police ou de la gendarmerie à des fins d'enquête", analysait-il dans l'excellente émission rediffusée dimanche soir.


Auteur: 7sur7.be - 7sur7.be






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (1)


Anonyme il y a 3 jours (19:18 PM) 0 FansN°: 1
Guy la roche en fut une victime de villemin.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]