Vendredi 19 Juillet, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Societe

Création d’emplois : Des Chinois veulent installer une usine de biocarburant en banlieue

Single Post
Création d’emplois : Des Chinois veulent installer une usine de biocarburant en banlieue

La découverte d’une plante sauvage dans la banlieue de Dakar, pourrait permettre de créer une industrie de biocarburant  dans cette zone, et fournir des emplois à des jeunes.

Une plante sauvage et résineuse, dont le nom scientifique est ricinus communis, pourrait contribuer à changer la face de la banlieue dakaroise. Des entrepreneurs chinois ont découvert que cette plante, qui pousse à l’état sauvage, semble avoir trouvé un terrain propice dans les zones de la banlieue. M. Hassan Chen, dirigeant de l’entreprise dénommée «Industrie technologique», est à la tête des hommes d’affaires asiatiques qui ont visité hier les sites d’où poussent ces plantes. Ils se sont notamment rendus aux abords du Lac Wouy, à Malika, ainsi qu’à Cambérène. Cette visite était effectuée en compagnie entre autres, du président de l’Association des jeunes de la banlieue (Ajeb).

En marge de cette visite des sites, l’homme d’affaire chinois a déclaré qu’ils comptaient mettre en place un partenariat pour exploiter cette plante. Ainsi, des cultivateurs vont être contactés pour qu’ils cultivent ce ricinus communis de manière régulière. Une structure de transformation sera créée dans la banlieue, et qui permettra, à partir de la plante, de produire du biocarburant, et des produits énergétiques hybrides. Cette structure, selon les initiateurs, pourrait employer des centaines des jeunes, et donc, participer à sa manière, à l’entreprise de création d’emplois.

Le maire de Malika, M. Mor Talla Gadiaga,  se réjouissant de ce projet, se félicite du fait que «c’est une plante qui ne meurt pas très vite. Cela veut dire qu’elle peut être exploitée durant douze mois dans l’année. Nous la connaissions comme une plante médicinale, utilisée pour guérir des maladies traditionnelles. Mais désormais, elle va avoir une autre finalité, beaucoup plus économique que thérapeutique». 

De son coté, le directeur de l’Ajeb Pape Gorgui Ndong souligne que pendant longtemps, cette plante sauvage était méconnue des Sénégalais. Cependant, sa valorisation, telle qu’imaginée par les entrepreneurs chinois, «permettra à beaucoup de jeunes d’y aller travailler. Et nous avons un projet avec cette compagnie qui va s’installer, pour que, lorsque nous atteindrons la production de 34 mille tonnes, que nous puissions amener la société à venir s’installer définitivement, avec  tout le mécanisme de la technologie nécessaire, pour nous permettre d’exploiter massivement cette plante. La finalité étant, bien entendu, le recrutement massif de jeunes de la zone.» 


Article_similaires

7 Commentaires

  1. Auteur

    Sam

    En Août, 2013 (16:35 PM)
    Est- ce que quelqu'un connaît le nom de cette plante en Wolof ? Il y a une autre plante qui sert à faire du biocarburant et qui s'appelle TABANANI en Mandingue, mais plus connu sous le nom JATROPHA. Il y en a plein en Casamance, elle sert de haie, car c'est une plante que les animaux ne mangent pas. Elle est mondialement connue. Pour developper ces biocarburants, faudra que les entreprises privées s'y intéressent et non toujours attendre que d'autres viennent pour nous faire travailler.
  2. Auteur

    N'importe Quoi !

    En Août, 2013 (17:56 PM)
    Avant de penser au carburant pour les consommateurs Chinois,

    il faut penser à nourrir le consommateur Sénégalais et Ouest-Africains.



    Investissons dans les voitures électriques et les fermes Solaires, c'est meilleur pour notre santé et la terre de nos ancêtres.



    Installer des usines productrices de pollution autour de Dakar, c'est ouvrir la porte à des problèmes de pollution à la Chinoise.



    Ils viennent tous depuis des siècles en disant vouloir notre bien, et nous génération après génération on tombe dans le piège.



    Si l'Afrique de l'Ouest se fédéralise et s'occupe d'elle même, aucun de nous ne baissera la tête devant un Américain, un Français, encore moins un Chinois.









    • Auteur

      Garab

      En Août, 2013 (20:04 PM)
      juste pour informer que l'huile contient de la ricine qui est un poison mortel puissant à ne pas mettre à la disposition de n'importe quelle main. quelqu'un peut facilement tuer son rival ou sa rivale avec ça.

      raison pour laquelle beaucoup de programme de développement de biocarburant en afrique, ne l'ont pas touché et se sont tournés vers le jatropha ou tabanani.
    Auteur

    Bagn Leen Moytou Chinois Yi Re

    En Août, 2013 (02:37 AM)
    beugue liguey baa djaay saa keur mo niou désssééé.thieuy fou senegal djeum té gouvernement bi meel ni da fa aveugle fasse à la ruée des terres affricaines.
    Auteur

    Boca

    En Août, 2013 (05:53 AM)
    certains ignorants pensent toujours que l'autarcie est benefique.

    quand le partenaire etranger gagne pendant que nous perdons, on peut parler de probleme comme cela a ete le cas avec l'esclavage, la colonization et la neocolonisation.

    mais quand des etrangers decouvrent du tresor chez nous alors que nous ne possedons pas la technologie de sa mise en valeur, le point est de cooperer avec eux en assurant le partage gagnant-gagnant dans l'exploitation et l'acquisition du savoir-faire au bout du compte.

    le patriotisme est intelligent et positif; le chauvinisme est borne, tare et negatif
    Auteur

    Thosa

    En Août, 2013 (08:14 AM)
    Le jatropha Kurcas ou tabanani détruit les sols c'est trop mal imaginé de vouloir faire une politique de destruction de notre environnement pédologique.
    Auteur

    N'goné Latyr

    En Août, 2013 (15:06 PM)
    Bonjour,



    Cette plante est connue en Afrique depuis la nuit des temps pour ses vertues thérapeutiques, pour son utilisation à l'éclairage des maisons et aujourd'hui comme biocarburant. La totalité de cette plante semble toxique en raison de la présence d'une lectine glycoprotéique appelée la Ricine (huile de ricin). Comme le Tabanani ou Jatropha Curcas, on peut par des procédés chimiques obtenir du biocarburant bon marché et de très haute qualité, toutes les études ont été faites et les résultats sont très probants au niveau de l'application. Si cela peut créer des emplois pour les jeunes et apporter de la valeur ajoutée, pourquoi pas ?



    Merci,
    Auteur

    Lorone Roland

    En Octobre, 2013 (19:57 PM)
    je suis un jeune guinéenne je m'occupe du jatropha curas depuis 2009 et j'ai plante 22.000 hectares dans toute la guinée et j'ai une premier production mais nous somme en manque de partenaire de l'achat des grains ou un partenaire pour tout utile proposition nous ouvrons la porte devant eux.



    merci nous attendons une réponse favorable pour tout utile contacte le directeur : tel:+224 655803165 /666675369

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR