Jeudi 27 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Attentat à Madagascar: les politiciens s'accusent mutuellement

Single Post
Olivier Mahafaly Olonandrasana, le Premier ministre malgache, devant la presse, le 26 juin 2016.

Au lendemain de l’attentat qui a fait trois morts et 91 blessés à Antananarivo, les rues sont calmes. Le chef de l’Etat a adressé ses condoléances aux familles des victimes et condamné cet attentat. Le Premier ministre s’est lui aussi exprimé en dénonçant un acte ignoble visant le gouvernement et le pouvoir en place. Le chef de la sécurité et des renseignements à la gendarmerie, s’est dit certain qu’il y a « une personnalité derrière cela ». L’enquête est en cours.

Les politiciens se sont succédé au chevet des victimes de l’attentat de dimanche 26 juin. Le président du Sénat, Honoré Rakotomanana a d’emblée appelé au respect de la Constitution : « La paix se construit ensemble. Il se peut que ce soit l’opposition. Mais si jamais c’est l’opposition a fait ça, il faut une alternance démocratique, non pas une alternance par la violence ! C’est l’opposition démocratique qui résout les problèmes ».

Le président de la République hier avait accusé à mi-mot l’opposition d’être derrière cet attentat. Dans un communiqué, Hery Rajaonarimampianina a dénoncé « ceux qui, pour des raisons politiques utilisent la violence aveugle. » Trop facile, répondent les principaux opposants au régime. « Nous n’avons pas cette manière de concevoir la démocratie et nous avons toujours dit qu’on attendrait 2018. Mais pour moi c’est un échec des gens qui sont responsables de tout ce qui est insécurité », a déclaré Guy Rivo Randrianarisoa, le porte-parole de l’ancien président Marc Ravalomanana

Quoi qu’il en soit, c’est la sécurité du pays qu’il faut revoir pour le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy : « Nous ne pouvons que condamner avec la plus grande fermeté ce genre de comportements que nous qualifions d’une certaine forme de terrorisme. Désormais, toutes proportions gardées, ce qui se passe ailleurs peut aussi se passer chez nous. Et donc, plus qu’auparavant, on devrait prendre d’autres dispositions pour renforcer les dispositifs qui sont mis en place sur le territoire de Madagascar ». Le pays doit en effet accueillir le sommet de la Francophonie fin novembre 2016.


liiiiiiiaffaire_de_malade

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email