Mardi 18 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Gabon : la CPI refuse de clore le dossier des violences post-électorales de 2016

Single Post
Traces de violences dans les rues de Libreville, lors des violences post-électorales, le 1er septembre 2016.

La première chambre préliminaire de la Cour pénale internationale refuse de clore le dossier des violences post-électorales de 2016. La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, avait pourtant préconisé de mettre un terme aux investigations.

La première chambre préliminaire de la Cour pénale internationale (CPI) a décidé ce mercredi 15 janvier de ne pas écarter définitivement la possibilité d’ouvrir une enquête sur les exactions commises au Gabon après l’élection présidentielle de 2016.

La CPI avait été saisie en 2016 par l’État gabonais et l’opposition du pays, chacun estimant que le camp adverse était coupable d’actes pouvant être qualifiés de crimes contre l’humanité.

Le gouvernement estimait que certains opposants avaient commis des « faits relevant de l’incitation à commettre le crime de génocide ».

L’opposition accusait quant à elle les forces de l’ordre de violences lors de la manifestation du 31 août 2016, laquelle avait été suivie d’un bombardement du quartier général de Jean Ping dans la nuit du 31 août au 1er septembre, et d’une vague de répression menée par des milices armées.

liiiiiiiaffaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    La Verdad

    En Janvier, 2020 (14:59 PM)
    Elle n a qu a ouvrir une enquete sur les exactions comises en Palestine et en Iraq ....

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email