Dimanche 05 Avril, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Contribution

L'ECO, une continuité du FCFA et/ou une dévaluation déguisée ?

Single Post
L'ECO, une continuité du FCFA et/ou une dévaluation déguisée ?
L'insouciance de la majeure partie des populations concernées nous conduit à nous interroger sur la prise de conscience de ce qui est en train de se passer. Nous vous proposons donc à travers ces quelques lignes, un petit topo sur la situation.

Le Franc CFA "Franc des Colonies Françaises d'Afrique" est une monnaie qui a été créée le 25 décembre 1945. Cette monnaie est utilisée dans quinze États de l'Afrique Subsaharienne. La Zone Franc rassemble trois régions d'Afrique que sont l'Afrique de l'Ouest, l'Afrique Centrale et les Comores. Dans cet écrit, nous nous intéresserons à l'Afrique de l'Ouest.

Arrimé au Franc Français à sa création, le franc CFA est aujourd'hui arrimé à l'EURO. Cette monnaie n'a connu que quatre modifications de sa parité tout au long de son existence : en 1948 lors de la dévaluation du Franc Français, en 1960 lors de l'instauration du nouveau Franc Français, en 1994 lors de la dévaluation du Franc CFA et enfin en 1999 lors du passage à l'euro comme monnaie d'encrage.

Les accords régissant les liens entre la France et l'UEMOA (y compris le contrat concernant le FCFA) doivent-être renouvelés tous les 75 ans. D'après un calcul simple ce contrat arrive à échéance le 26 décembre 2020 et comme tout contrat, il est prévu généralement un renouvellement avant l'échéance.

C'est ainsi que courant 2018, un projet de mise en place d'une nouvelle monnaie a vu le jour : l'ECO. Le Franc CFA faisant l'objet d'importantes critiques intellectuelles, l'ECO semble être une alternative à cette monnaie. Mais qu'en est-il vraiment ?

Initialement, l'ECO devait être une nouvelle monnaie unique sur toute la zone de la CEDEAO. La CEDEAO comprend les pays de l'UEMOA qui utilisent déjà le FCFA et Nigéria, le Ghana et la Gambie qui eux ont chacun leur propre monnaie.

L'existence et le fonctionnement de la Zone Franc reposent sur trois principes fondamentaux :

-          La Fixité du taux de change du Franc CFA contre l'Euro

-          La centralisation des réserves : le Trésor français garantit la convertibilité illimitée du Franc CFA en contrepartie de la centralisation des réserves de change des États membres de la Zone Franc auprès de leur banque centrale. La BCEAO et la BEAC sont tenues de déposer 50% de ces réserves de change auprès du Trésor français sur un compte d'opération. Toutes les opérations entre les pays de la Zone Franc et le reste du monde passent par ces comptes d'opération car le FCFA n'est convertible qu'en Euro (NB : La convertibilité en Yuan est uniquement acceptée par la Chine du fait du corridor Chine-Afrique ces dernières années).

-          La libre circulation des capitaux entre la France et les pays membres de la Zone Franc et la libre transférabilité à l'intérieur de la Zone UEMOA.

Pour adhérer à la nouvelle monnaie (ECO), les pays entrants et principalement le Nigéria (représente environs 60% du PIB de la zone) ont posé certaines conditions sur le fonctionnement de cette nouvelle monnaie :

-          Suppression des dépôts et prélèvements, au niveau du trésor français, des devises des pays de la zone ECO (comptes d'opérations principalement)

-          Absence d'intermédiaire dans la convertibilité entre l'Eco, l'Euro et le Dollar

-          L'ECO doit être géré par la CEDEAO de manière souveraine

-          L'ECO doit être convertible avec toutes les monnaies du monde

-          L'ECO doit être imprimé en Afrique

Ces conditions sont nécessaires pour l'adhésion de ces nouveaux pays et donc pour la réelle existence de cette monnaie.

En décembre 2019, une sortie des présidents français et ivoirien suscite l'attention et l'étonnement du public sur la mise en place de l'ECO. En effet, les propos avancés par ces derniers ne semblent pas vraiment concorder avec ce qui a été discuté à Abuja entre les différents pays membres de la CEDEAO.

Revenons sur quelques points soulevés :

-          La suppression des comptes d'opérations : Il est prévu de supprimer les comptes d'opérations existants. Cependant, la question que l'on se pose est de savoir comment cette suppression se matérialisera-t-elle ? Tout ce qui a été versé dans ces comptes et les intérêts qui ont été générés durant 74 ans seront-ils intégralement restitués aux pays concernés ? ou l'estimation sera extrêmement difficile étant donné le caractère opaque de ces dépôts ?

-          La garantie de convertibilité : Il a été annoncé que la France continuerait à garantir la convertibilité de l'ECO et que la contrepartie de 50% des réserves de change des pays de l'UEMOA serait supprimée. Cette mesure suscite beaucoup d'interrogations car il est difficilement compréhensible qu'un pays dont la dette publique dépasse 125% de son PIB en 2018 (source : OCDE) ait les moyens de garantir la convertibilité de l'ECO. Il est donc nécessaire d'informer les populations du mécanisme qui sera mis en place.

-          La parité fixe : Il a été également annoncé que la parité fixe par rapport à l'Euro serait maintenue. Force est de constater que cette parité fixe n'est en réalité qu'une pure fiction qui ne repose sur aucune réalité structurelle.

De plus, la valeur de l'ECO n'est pas encore annoncée officiellement mais d'après certaines sources, 1€= 655.957FCFA alors pour l'ECO 1€ = 1200ECO. Si cette valeur est maintenue, nous assisterons à une dévaluation déguisée. Le coût de la vie dans les pays concernés a-t-elle baissé de moitié ? Il semblerait que non ! Est-ce réellement le moment de dévaluer la monnaie sur la zone ? Qu'est ce qui justifierait une dévaluation ? Pourquoi cette démarche n'est pas clairement explicitée ?

-          Réorganisation des banques centrales : l'intervention des représentants français au sein des banques centrales sera supprimée. Bonne résolution sur la forme mais quels sont les réels changements apportés ? Les banques centrales resteront-elles comme tel ? Une banque fédérale sera-t-elle mise en place ? Des politiques monétaires communes sont-elles prévues ?

-          Fabrication de la monnaie : La monnaie sera toujours produite à Clermont-Ferrand.

Force est de constater alors que les engagements pris à Abuja ne sont pas à l'ordre du jour sur le plan de création de l'Eco. Sans l'adhésion de ces nouveaux pays, on ne peut donc pas parler d'une nouvelle monnaie unique contrairement au message que les médias font passer.

D'autre part, cela a pris au moins 5 ans à l'Europe pour mettre en place l'euro bien qu'ayant d'importants moyens financiers à leur dispositioncontrairement à ces quelques pays africains. Il est donc difficile de croire qu'en l'espace de 6 mois seulement l'ECO peut être mis en place. De plus, les pays concernés vont à nouveau devoir s'endetter pour financer tout cela alors que la santé, l'éducation et l'alimentation dans ces pays restent encore largement à désirer.

Nous devrions également nous interroger sur le fait que cette modification ne concerne que les pays de l'Afrique de l'ouest alors que le FCFA est également présent en Afrique centrale (CEMAC). Pourquoi l'Eco touche seulement le FCFA de l'Afrique de l'ouest et non celui de l'Afrique centrale ? Qu'en est-il réellement ? Ne serait-il pas plus logique de commencer par mettre en place une monnaie unique sur les zones FCFA de l'Afrique de l'Ouest et de l'Afrique Centrale (Pour rappel, les deux FCFA de ces zones ne sont pas convertibles. Pour convertir le FCFA de la zone Afrique de l'ouest par exemple en FCFA de l'Afrique Centrale il faut d'abord convertir la monnaie en Euro avant de la reconvertir en FCFA de l'Afrique centrale) ? Cette démarche permettrait notamment de rapprocher les deux zones en favorisant la libre circulation des capitaux, des biens et des services. Cela aurait pu constituer un premier pas vers l'intégration économique ?

Comment peut-on vouloir mettre en place une nouvelle monnaie sans même qu'il n'y ait un plan ou une stratégie clairement décrite ?

Il n'y a en effet aucune transparence dans les accords : la population n'est pas informée. Les individus même, qui seront amenés à utiliser cette monnaie ne savent pas ce qu'il en est réellement.

Toute cette précipitation, ces opacités autour de la création de l'ECO semblent être une grande mascarade orchestrée avec l'aide des plus véreux des dirigeants de cette zone pour renouveler ce contrat contre lequel la population se bat intellectuellement depuis maintenant plusieurs années.

Cette situation chaotique est à la limite effrayante. Ce projet est clairement voué à l'échec. Echec qui sera reproché aux utilisateurs car les contestations leur feront dire que "c'est vous (les utilisateurs de cette monnaie) qui avez voulu ce changement".  Ce serait bien dommage que cet essai aboutisse à un découragement des forces intellectuelles dont nous disposons sur le continent.

Nous souhaitons certes que des réformes soient faites mais pas dans ces conditions et pas avec un tel manque de transparence.

Les accords doivent être équitables, clairement définis, discutés et la population doit être informée !

Un peuple qui n'a pas la maitrise de sa propre monnaie peut-il réellement se dire indépendant ?

A vous de juger !


Pour la Rédaction :

S. DIA   analyste en techniques et financières

H. P. NDEYE   juriste, analyste politique


liiiiiiiaffaire_de_malade

17 Commentaires

  1. Auteur

    En Décembre, 2019 (13:39 PM)
    ne faites pas de desinformation...
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2019 (15:29 PM)
      les déballages continuent au sein de la mouvance présidentielle. après les sorties de certains responsables politiques de l’apr (alliance pour la république) comme moustapha cissé lô, yakham mbaye et youssou touré, c’est au tour du leader du « mouvement macky horizon 2019 «, mohamed mbote thiam de tirer sur le président macky sall. il soutient sans sourciller que l’ancien directeur des domaines, mamour diallo, est bien mouillé dans l’affaire des 94 milliards.

      responsable politique de l’apr et leader de « macky mo niou doy horizon 2019 », mohamed mbote thiam s’est prononcé sur le dossiers des 94 milliards de francs. cette somme représenterait, selon le leader de pastef/les patriotes, ousmane sonko, le montant détourné par l’ancien directeur des domaines. a en croire m. thiam, le leader des « patriotes » a bien raison dans cette affaire. « j’ai eu à faire des recherches concernant les 94 milliards dont parle o. sonko. et il s’avère qu’il dit la vérité. j’ai des documents sur la traçabilité de cette somme et sa destination. et je suis prêt à répondre si le procureur me convoque afin d’apporter des clarifications sur ce litige et aussi faire comprendre au président de la ré- publique que c’est le sénégal et le sénégal seulement qui nous intéresse », déclare m. thiam dans les colonnes du journal le témoin.

      bien qu’étant membre de l’apr, le leader du mouvement horizon 2019 réitère son engagement pour la population sénégalaise, laquelle, dit-il, « mérite plus de respect et de considération ». et selon lui, c’est la raison pour laquelle il préfère dire tout ce qu’il sait sur cette affaire. « certes, sonko est un adversaire politique. bien évidemment, il est le leader du pastef et moi je suis de l’apr. cependant, quand il dit la vérité, il faut l’admettre. je ne vois donc pas la raison pour laquelle je le soutiendrais si ce qu’il affirme n’était pas vrai. » le leader du mouvement macky horizon 2019 a par ailleurs tenu à exprimer toute sa déception à l’endroit du président de la république. qui, selon lui, n’a pas du tout respecté les engagements qu’ils avaient pris lors de la formation du parti dont il est membre depuis le début. « le président macky sall nous avait promis de privilégier la patrie avant le parti. et maintenant, nous constatons qu’il nous a vraiment dupés. il coordonne pratiquement comme le faisait son prédécesseur ‘’abdoulaye wade’’, s’indigne mohamed mbote thiam du mouvement « macky mo niou doy horizon 2019 ».

      le conseiller politique jure qu’il a été bluffé par le leader du parti au pouvoir à qui il a fait allégeance dès les débuts de la création de l’alliance pour la république ‘’apr’’. m. thiam soutient avoir été démis de ses fonctions à l’époque car il avait pris la décision de rallier le camp de l’apr. a l’en croire, « je suis allé jusqu’à perdre mon poste à l’assemblée nationale pour avoir suivi le président sall. je lui vouais une confiance aveugle pour un changement radical du pays » déplore l’homme politique qui manifeste toujours son appartenance à l’apr tout en étant critique. avec la récurrence des sorties des militants de l’apr, nos confrères du journal le témoin se demandent si ce n’est pas le début de la fin de l’alliance pour la république ?
  2. Auteur

    Bof

    En Décembre, 2019 (13:49 PM)
    2 tocards auteurs d'un torchon.
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2019 (14:18 PM)
      cfa c etait l arnaque du siecle
      eco c e sera le hold up du siecle
      bonnet blanc blanc bonnet
    • Auteur

      Bob

      En Décembre, 2019 (14:03 PM)
      très bon article pas indépendance sans monnaie c'est aussi le problème actuel de la france
    Auteur

    En Décembre, 2019 (13:54 PM)
    C'est une dévaluation du franc CFA,si on laisse passer ils s'occuperont après de l'Afrique centrale avec le cela.L'eco appartient à la CEDEAO et la CEDEAO n'apparaît pas à la france. Donc ce n'est pas Macron de venir nous dire qu'il lancé cette monnaie et curieusement nos chef d'états reste dans le silence ils sont tous des ordures de complices quand ils s'agit de vendre leurs propres peuples. Tout le monde debout refusont cette forfaiture
    Auteur

    Anti Eco

    En Décembre, 2019 (14:04 PM)
    La question centrale est quelle est la parite cfs / eco?
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2019 (15:30 PM)
      les déballages continuent au sein de la mouvance présidentielle. après les sorties de certains responsables politiques de l’apr (alliance pour la république) comme moustapha cissé lô, yakham mbaye et youssou touré, c’est au tour du leader du « mouvement macky horizon 2019 «, mohamed mbote thiam de tirer sur le président macky sall. il soutient sans sourciller que l’ancien directeur des domaines, mamour diallo, est bien mouillé dans l’affaire des 94 milliards.

      responsable politique de l’apr et leader de « macky mo niou doy horizon 2019 », mohamed mbote thiam s’est prononcé sur le dossiers des 94 milliards de francs. cette somme représenterait, selon le leader de pastef/les patriotes, ousmane sonko, le montant détourné par l’ancien directeur des domaines. a en croire m. thiam, le leader des « patriotes » a bien raison dans cette affaire. « j’ai eu à faire des recherches concernant les 94 milliards dont parle o. sonko. et il s’avère qu’il dit la vérité. j’ai des documents sur la traçabilité de cette somme et sa destination. et je suis prêt à répondre si le procureur me convoque afin d’apporter des clarifications sur ce litige et aussi faire comprendre au président de la ré- publique que c’est le sénégal et le sénégal seulement qui nous intéresse », déclare m. thiam dans les colonnes du journal le témoin.

      bien qu’étant membre de l’apr, le leader du mouvement horizon 2019 réitère son engagement pour la population sénégalaise, laquelle, dit-il, « mérite plus de respect et de considération ». et selon lui, c’est la raison pour laquelle il préfère dire tout ce qu’il sait sur cette affaire. « certes, sonko est un adversaire politique. bien évidemment, il est le leader du pastef et moi je suis de l’apr. cependant, quand il dit la vérité, il faut l’admettre. je ne vois donc pas la raison pour laquelle je le soutiendrais si ce qu’il affirme n’était pas vrai. » le leader du mouvement macky horizon 2019 a par ailleurs tenu à exprimer toute sa déception à l’endroit du président de la république. qui, selon lui, n’a pas du tout respecté les engagements qu’ils avaient pris lors de la formation du parti dont il est membre depuis le début. « le président macky sall nous avait promis de privilégier la patrie avant le parti. et maintenant, nous constatons qu’il nous a vraiment dupés. il coordonne pratiquement comme le faisait son prédécesseur ‘’abdoulaye wade’’, s’indigne mohamed mbote thiam du mouvement « macky mo niou doy horizon 2019 ».

      le conseiller politique jure qu’il a été bluffé par le leader du parti au pouvoir à qui il a fait allégeance dès les débuts de la création de l’alliance pour la république ‘’apr’’. m. thiam soutient avoir été démis de ses fonctions à l’époque car il avait pris la décision de rallier le camp de l’apr. a l’en croire, « je suis allé jusqu’à perdre mon poste à l’assemblée nationale pour avoir suivi le président sall. je lui vouais une confiance aveugle pour un changement radical du pays » déplore l’homme politique qui manifeste toujours son appartenance à l’apr tout en étant critique. avec la récurrence des sorties des militants de l’apr, nos confrères du journal le témoin se demandent si ce n’est pas le début de la fin de l’alliance pour la république ?
    Auteur

    Khatior-bi

    En Décembre, 2019 (14:12 PM)
    les deux !
    Auteur

    Alboury D

    En Décembre, 2019 (14:47 PM)
    Clarifier la parité la parité entre CFA et Eco. La question centrale. Esce que si 1 Euro=655 fCFA on aura 655 fCFA=1200 Eco?
    Auteur

    Damel Fall

    En Décembre, 2019 (15:01 PM)
    "C'est ainsi que courant 2018, un projet de mise en place d'une nouvelle monnaie a vu le jour : l'ECO. "

    Rien que cette phrase disqualifie ce texte.L'ECO_OUATARA n'a riena voir avec l'ECO de la CEDEAO.Le seul but d ela France est d'isoler les pays anglophone pour continuer son pillage des pays de l'UEMOA.

    Le CFA a été l'instrument de ce pillage.Maintenant que la jeunesse se rebelle,ils ont mandate Ouatara pour trouver une alternative.Sa trouvaille a été de saborder la CEDEAO en s'accaparent de la monnaie d’intégration qu'elle préparait.... Ouatara joue le même rôle que Houphouet avait joue dans la balkanisation de l'AOF.
    Auteur

    En Décembre, 2019 (15:01 PM)
    Le problème de la monnaie devait faire l'objet d'une communication claire et transparente car la monnaie peut avoir des conséquences importantes sur la vie des populations des pays concernés.
    Auteur

    Competitivite Assuree

    En Décembre, 2019 (15:19 PM)
    """"l'ECO 1€ = 1200ECO. Si cette valeur est maintenue, nous assisterons à une dévaluation déguisée. Le coût de la vie dans les pays concernés a-t-elle baissé de moitié ? Il semblerait que non ! Est-ce réellement le moment de dévaluer la monnaie su?""""







    Maintenant, c'est à nous populations conscientes à consommer des produits manufacturés et des denrées de la CEDEAO et même de nos vosins Marocains, Tuniens, Algériens et d'Asie, si tant est que nos produits seraient vendus chez-eux dans une concurrence saine, à qualité égale. Tout est là, et le Sénégal doit immédiatement créer des milliers d'unités de fabriques de différents produits pour le marché intérieur et l'export dans d'autres pays dont la monnaie est plus forte que la nôtre.
    Auteur

    Biidiou

    En Décembre, 2019 (16:26 PM)
    La réalité avec cette précipitation c’est que la France elle-même ne plus garantir le franc CFA en raison de ses engagements vis-à-vis de l’Europe. La solution la plus simple pour Macron c’était de dévaluer le CFA. Ce qui n’arrange certainement pas nos dirigeants. Toute cette mascarade vise à camoufler cette dévaluation prochaine du CFA puisque les conditions de viabilité de l’ECO ne sont pas réunies. Conséquence : la nouvelle monnaie devra être sous évaluée en raison du désengagement de la France dans la garantie de cette monnaie...
    Auteur

    En Décembre, 2019 (19:24 PM)
    Si vous cherchez le pays qui compte le plus grand nombre d'idiots au kilomètre carré et bien c'est le Sénégal. Dans ce pays, les cancres se font passer pour des analystes, experts en âneries.
    Auteur

    Benewaye5

    En Décembre, 2019 (21:04 PM)
    Merci, un tres bon resume de l'histoire du franc cfa.....Merci aux auteurs

    Aussi vous avez soulevez une question tres importante que j ai recherche dans les debats en vain:.....



    "Tout ce qui a été versé dans ces comptes et les intérêts qui ont été générés durant 74 ans seront-ils intégralement restitués aux pays concernés ? ou l'estimation sera extrêmement difficile étant donné le caractère opaque de ces dépôts ?"



    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2019 (21:12 PM)
    Ça ressemble à une d'évaluation
    Auteur

    En Décembre, 2019 (22:54 PM)
    Macron et Ouattara sont des charlatans des criminels économiques Ouattara est venu au pouvoir au passage avec plus de 3000 ivoiriens massacrés appuyé par la France,donc il est prêt de vendre l’afrique à la France ,actuellement en france c’est sauve qui peut macron a mis le peuple français dans la rue.
    Auteur

    Mossanne

    En Décembre, 2019 (23:02 PM)
    Quelle est la stabilité de l'économie l'économie formelle en Afrique????? ils ne veulent pas la monnaie soit arrimée à aucune autre monnaie. Pourtant, la monnaie de plusieurs pays développée est arrimée à celle d'autres pays ailleurs dans le monde. Qu'on pense au dollar américain, au yen Japon, etc.
    • Auteur

      Yesss

      En Décembre, 2019 (09:11 AM)
      l'afrique de l'ouest veut une monnaie dont la valeur est fonction de la valeur de plusieurs monnaies, pas d'une seule.
      c'est le concept de "panier de monnaies"
    Auteur

    Eco_cfa

    En Décembre, 2019 (00:35 AM)
    Nous jeunes africains de l'ouest nous ne voulons pas que cette réforme du Cfa s'appelle Eco. l'Eco est un projet autre que la France essaye de court-circuiter nous le comprenons...très bien mais nous acceptons la suppression des réserves de change et la non représentation de la France aux instances de la banque centrale. Nous ne voulons pas de cette garantie non plus ni de l’arrimage à l’euro ni de la parité fixe.
    Auteur

    En Décembre, 2019 (12:35 PM)
    Une dévaluation ne perturberait que la vie de ceux qui consomment des biens importés de pays à monnaie forte de manière effrénée , par ailleurs elle permettrait aux pays de la zone UEMOA de créer de petites unités de fabrication de produits dont nos populations ont besoin par milliers dans toutes les régions. On consommerait ces produits à moindre coût et ces produits seraient très compétitifs sur les marchés des pays riches qui ne peuvent fabriquer ces produits avec leurs monnaies fortes. Réfléchissez ! Moi, qui consomme Sénégalais à au moins 90% je m'en fiche de cette dévaluation !

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email