Vendredi 22 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

Mali, le temps des grandes manœuvres

Single Post
Mali, le temps des grandes manœuvres

Sauve est la démocratie malienne tant vantée et moult fois donnée en exemple, question d’égratigner un voisin naguère fier de son expérience. En cours de route, le pays a perdu un président démocratiquement élu et auquel il ne restait que quelques semaines au pouvoir avant le choix de son successeur, via une consultation populaire. L’esprit de la Constitution a été malmené et voila Amadou Toumani Touré obligé de rendre sa démission. « Par amour pour le Mali », précise l’ancien Général et désormais ex-Chef de l’Etat victime d’un coup d’Etat conduit par un Capitaine.

Le Mali institutionnel retrouve ce qu’il n’aurait jamais dû perdre, en attendant de recouvrer son intégrité territoriale, ce qui,  en l’état actuel des rapports de forces, pourrait prendre un peu plus de temps.

Ceux qui ont pris le contrôle de Kidal, Gao et Tombouctou entre autres localités, ont commencé à faire monter les enchères, amenant déjà une voix européenne, en l’occurrence le chef de la diplomatie belge, à évoquer une éventuelle « autonomie » du territoire revendiqué par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA). Il y verrait un moindre mal, l’idée inacceptable d’indépendance commençant à prendre forme dans le discours de personnalités parlant au nom de la rébellion.
Le geste insensé d’un groupe amené par un officier a eu pour conséquence de précipiter un fait dont le capitaine Amadou Sanogo disait vouloir empêcher la survenue. L’Armée dite sous équipée et insuffisamment entraînée « par la faute d’une mauvaise gouvernance » sous le Président Amadou Toumani Touré, a été vite défaite dans le Nord du pays. Même plus rapidement que n’en pouvaient rêver ceux qui, depuis près d’un demi siècle, tentent de soustraire une partie du pays à l’administration de Bamako.
Faut-il pour autant en déduire, « la fin de la guerre », ainsi que décrétée mercredi 4 avril par le MNLA ? D’autres actes restent à poser et tout laisse croire que la diplomatie régionale n’est pas encore au terme de ses efforts. Quand la CEDEAO aura fini de  tourner la page Sanogo (ce ne serait qu’une question de jours) après avoir négocié la démission du Président Touré, il lui faudra contribuer à restaurer l’intégrité territoriale du Mali sans préjudice de sa propre crédibilité internationale.

Si l’Organisation régionale n’a pas les moyens militaires pour faire plier des « indépendantistes » aussi aguerris que maîtres incontestés sur un territoire nord malien immense et hostile, elle perdra du temps à mettre en place une force crédible. A moins de se résoudre à renoncer à un peu plus de sa fierté, en faisant appel aux capitales occidentales plutôt préoccupées par la présence d’éléments dont les idéaux sont aux antipodes des intérêts de Paris, Washington ou encore Londres,  Berlin…

En décidant de lever toutes les sanctions antérieurement adoptées contre les nouveaux et éphémères « maîtres » à Kati, la CEDEAO a pris la résolution du moindre mal. Imposer un blocus économique aurait fait comme premières victimes, non pas le Capitaine Sanogo et ses fidèles dans l’armée, mais des populations déjà frappées par les pénuries alimentaires occasionnées par les mauvaises récoltes de la campagne 2011.
Les rebelles qui contrôlent désormais le Nord du pays s’en seraient frotté les mains. Car les institutions en seraient encore plus affaiblies et le mécontentement populaire aiguisé, créant peut-être, les conditions idéales pour une progression de ceux qui envisagent d’aller jusqu’à Bamako, parce que « l’Indépendance » proclamée par le MNLA ne suffirait pas.
Le Mali sous administration islamiste ; la perspective inquiète très largement au-delà de la région ouest africaine. Voila qui devrait faciliter la tâche à la CEDEAO, d’autant que le capitaine encore aux affaires, le temps de l’installation des personnalités de la transition sous la conduite du président de l’Assemblée  Nationale, Dioncounda Traoré, a fait une partie du travail en matière de demande d’aide.

Le chef des putschistes a lancé en fin de semaine, un appel à un soutien international avec comme seules conditions, que cet appui ne soit que logistique. En l’occurrence, Sanogo enfonce une porte ouverte. Les Occidentaux destinataires du message ne sont pas disposés à s’empêtrer dans un nouveau bourbier en Afrique. Les foyers qui ressuscitent ça-et-là dans une Libye insuffisamment pacifiée, sont le meilleur indicateur d’une improbable intervention  -type nouvelle Otan-  comme dans une guerre classique.

C’est dire que dans l’état actuel des rapports de forces, le temps ne joue pas en faveur des autorités qui devraient sous peu, prendre en charge la gestion de la crise encore circonscrite dans le Nord du pays. Mais que faire alors que la France, par la voix de son chef de la diplomatie, a déjà affirmé que la solution ne pouvait être militaire et que le puissant voisin algérien a mis en garde contre l’idée de guerre ?

En vérité, les choses sont allées beaucoup trop vite pour laisser le temps à une juste appréciation des décisions prises ou envisageables.

Une première annonce rebelle a été faite jeudi 5 avril, portant « arrêt des combats ». Le lendemain vendredi, était annoncée sur le même plateau de France 24, « l’Indépendance du territoire » qui ne serait « pas négociable ». Le Mali est non seulement menacé de partition, mais les forces en présence sur le territoire revendiqué par le MNLA ont la particularité de ne pas avoir les mêmes objectifs. Ce qui ne peut qu’accentuer le désordre déjà décrit par des familles fuyant le Nord.

Quand le Mouvement à l’origine du conflit dit avoir fini de (re)conquérir le « pays touareg », ce qui signifie la « fin des opérations militaires », des acteurs dans des habits de la religion disent vouloir aller jusqu’à Bamako. L’expérience que j’ai personnellement du Nord Mali où j’ai séjourné plusieurs fois m’a suffisamment édifié sur l’existence dans la capitale, d’alliés objectifs ouverts à la propagande islamiste.
Le pouvoir malien sous ATT était-il faible au point de justifier un coup d’Etat ? Cela expliquerait peut-être que l’Ambassadeur de France à Bamako n’ait pas hésité à prendre langue avec le chef de la Junte, alors même que la classe politique malienne était dans l’expectative, privant Sanogo d’interlocuteur crédible.
En s’accommodant de la nouvelle donne à Bamako (à défaut de l’avoir encouragée), Paris voulait-il créer les conditions d’une libération négociée des otages occidentaux aux mains de ravisseurs établis dans le Nord Mali ? Le Président candidat Nicolas Sarkozy en aurait certainement tiré un formidable coup de pub politique et diplomatique. Au rythme où vont les choses cependant, tout laisse croire que pour engranger des points sous cette forme, le camp UMP attendra.
La balle est désormais dans le camp du Président de l’Assemblée Nationale. Le Pr Dioncounda Traoré, homme politique de grande valeur qui sera appuyé par un Premier Ministre de transition, aura la lourde tâche de préparer l’élection présidentielle, tout en restant l’interlocuteur de la communauté internationale pour la gestion du brûlant dossier qu’est devenu le Nord Mali. Durant cette phase cruciale, le peuple tout entier aura besoin de faire preuve d’un maximum de sursaut patriotique pour ne pas briser l’élan enclenché.

La Communauté internationale ne semble toutefois pas encore bien préparée à faire face à la situation qui se dessine au Mali. Elle est au contraire prise à son propre jeu. Quelles différences y aurait-il en effet, entre la sécession sud-soudanaise ayant conduit à la partition du Soudan et les revendications du Mouvement National de libération de l’Azawad ?  Il y en a au moins une, de bien manifeste : les ressources pétrolières principalement localisées dans une partie loin de la capitale sous contrôle d’un pouvoir hostile aux intérêts occidentaux.

Le territoire revendiqué par la rébellion touarègue avait jusqu’à très récemment, la particularité de pouvoir devenir progressivement « le Mali utile », du fait des potentialités réelles ou supposées que recèlerait le sous-sol. Cela pouvait-il justifier le silence de ceux qui contrôlent les Nations Unies ?

Le « devoir d’ingérence humanitaire » serait il à géométrie variable ? Ce qui est de nature à outrer IBK ancien Premier Ministre et ancien Président d’Assemblée Nationale qui, s’appuyant sur des témoignages de « violences, vols, viols et autres destructions de biens » perpétrés à Tombouctou et à Gao notamment, se demandait jeudi dernier encore, pourquoi l’agitation diplomatique onusienne en Syrie tardait à être appliquée au Mali.

   Ahmadou Tidjane GOLOKO.

   Consultant


Article_similaires

13 Commentaires

  1. Auteur

    Fama

    En Avril, 2012 (00:16 AM)
    le sénégal n'est pas une ile faut se soucier de l'arrivée des islamistes au nord du mali aprés ils veniendront faire des attentats à dakar.
    • Auteur

      Berthé

      En Avril, 2012 (00:50 AM)
      la situation de mon pays me fait franchement haute.un drÔle de coup d'etat et notre pays entre les mains de epersonnes sans fois ni loi.
    • Auteur

      Dane

      En Avril, 2012 (03:52 AM)
      breaking news................sanoko et sa clique ont a ete enleves par les islamistes...............sanoko et sa clique ont ete enleves les islamistes.
    • Auteur

      Al Moujadine

      En Avril, 2012 (04:28 AM)
      cela est une tres bonne nouvelle chose comme cela ils vont enlever la peaux deqs fesses des homosexuels,franc maçons , adulterins et fornicateurs qui peuplent nos cités.tapis rouge aux islamistes pour un sociéte plus proche d'allah.
    • Auteur

      Alphaone

      En Avril, 2012 (06:30 AM)
      le chef de la diplomatie belge est un drôle de coco.
      après avoir été président du parti libéral et ministre des finances pendants près de 10 ans, les aléas de la politique en ont fait le ministre des affaires étrangères ....... !
      c'est un nuisible qui restera nuisible.
      après avoir sévit en belgique (instigateur de la loi sur les intérêts notionnels favorisant les grandes entreprises au détriment des pme), il s'essaye à la diplomatie, mais que peut on attendre d'un ultra libéral, grand fan de sarkozy ..... pour l’afrique, rien de bon.
    • Auteur

      Ben

      En Avril, 2012 (09:57 AM)
      alphaone que faites vous au sénégal: la gazelle (bière) ou les gazelles (filles)? pourtant y a jupler et maes et des blondes à gogo à bruxelles. pour info la stib est mort nous avons à la place dakar dem dik.

      ben
  2. Auteur

    Kills

    En Avril, 2012 (00:20 AM)
    Amadou Sanago désormais ta vie n'est pas en sécurité les français qui avaient commodité le coup t'éliminerons :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha: 
    • Auteur

      Sangaré

      En Avril, 2012 (04:19 AM)
      les colonels et et généraux s'occuperont de lui.il a intérêt lui , konaré et les mariko à quitter notre pays qu'ilsont précipiter dans le gouffre.
    Auteur

    Ely

    En Avril, 2012 (00:25 AM)
    La Junte militaire (Capitaine Sanoko) a une grande responsabilité dans cette nouvelle situation du Mali : ce Capitaine et ses soldat doivent désormais être sur le champ de bataille pour se battre jusqu'à la m.... pour reconquérir tout le territoire couvrant leur pays.
    • Auteur

      Lamizana

      En Avril, 2012 (01:05 AM)
      excellent dÉcryptage nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour sortir le mali du chaos.
    Auteur

    Mali Watibé

    En Avril, 2012 (00:34 AM)
    Avec les fréreset soeurs africains et amis du Mali notre pays s'ensortira
    Auteur

    Hamaha

    En Avril, 2012 (00:38 AM)
    L'ISLAM RADICAL EST BIENVENU EN AFRICA  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
    Auteur

    Djjolofman

    En Avril, 2012 (00:56 AM)
    il faut comparer le comparable le Sénégal est même plus démocartique que la France et Etats unis :sn: 
    Auteur

    Deguéne

    En Avril, 2012 (04:38 AM)
    POURTANT LE MALI ÉTAIT TRÈS BIEN PARTI.J'AI DE LA PEINE POUR ATT.IL FAUT ÉVITER UNE DONNE SEMBLABLE A L'AVENIR.ÇA PLOMBE TOUT ÉTAT QUI SE RESPECTE. :dedet:  :dedet:  :dedet: 
    Auteur

    Garmisy

    En Avril, 2012 (04:42 AM)
    Vous Senegalais vous revez.Reglez votre probleme avec la CASAMANCE pour parler.
    • Auteur

      Alinesittoe

      En Avril, 2012 (04:48 AM)
      on peut régler le probléme de la casamance en envoyant boko haram dans le maquis.
    • Auteur

      Hey

      En Avril, 2012 (06:46 AM)
      merci frere de l avoir dit. on ne l oulbie pas. nous on souhaite que la rebellion sorte de la foret et prenne une ville pour qu on puisse s occuper d eux. eh bien depuis 30 ans deja, ils ne font qu attaquer de paisibles civils et fuir. notre armee tient bon. chez vous, qui est aussi chez nous car tous freres les millitaires ont perdus le nord (au propre et au figure), pour s attaquer d un pauvre palais desarme au sud. au nord tjrs, ils ont prefere se deshabiller en civil pour se meler a la masse, pour ne pas etre reconnu. je connais les maliens tres fiers car y ayant vecu, tres patriotique mais la franchement vous nous foutez la honte. comment est ce qu un pays respectable peut il rester des decennies sans penser a sa defense, a la formation de ses millitaires, en nommant des generaux en grand nombre et qui ne servent a rien. je suis meurtri par ce pays frere qui se vante pat chauvenisme d avoir la meilleure armee.
    • Auteur

      Kabrouss

      En Avril, 2012 (08:44 AM)
      les médias prennent des petits bandits tarfiquants de drogue, lancent un sigle et les nomment rebelles .leurs seuls faits d'armes c'est de braquer des innocents.
      le peuple malien on est ensemble contre la partition du mali.
    Auteur

    Fatou Seck Gningue

    En Avril, 2012 (10:56 AM)
    Pensées pieuses pour Fatou Seck Gningue, cette jeune sénégalaise, élève-officier, décédée au cours de manœuvres militaires à Koulikoro au Mali. Quand j'ai lu la dureté et le sadisme des manoeuvres que l'on a fait subir à cette dame, décédée avec 5 autres de ses promotionnaires, je croyais que l'armée malienne était l'une des meilleures au monde. Mais quand j'ai appris que certains militaires maliens s'habillaient en civil pour échapper aux rebelles touareg, à ançar e Dine et à aqmi, j'étais vraiment déçu. Qu'ils sont différents de nos braves djambars tombés à Babonda et ailleurs. Ici au Sénégal, ce sont plutôt les rebelles casamançais qui s'habillent en femmes, fusils cachés sous leurs habits, pour pouvoir s'approcher de nos soldats et tirer lâchement sur eux.
    • Auteur

      Memoryoffatougningue

      En Avril, 2012 (15:21 PM)
      j'ai sentiment de dégoût et de révolte de constater mon pays à pu confier la vie d'une sénégalaise au mali.au nom de tous ce qui sont morts en martyrs à coté de fatou gningue seck et ses collègues du mali du centre boubacar sada sy quii ont été maltraités, à bout de souffle jusqu'au sang, morts humiliés par une armée malienne et ses cadres dont l'irresponsabilité et le manque de professionnalisme tant décriés est aujourd'hui la risée de la planète entière.le capitaine sanoko fait bien parti de ces sanguinaires qui forment dans ce centre.a dire vrai les maliens ont le cœur dur et mauvais.et dieu voit tout.trop de choses malsaines et inhumaines se passent au mali.cela en vaut il la peine dans ce dunia qui est déjà fini.
    Auteur

    Laye 3

    En Avril, 2012 (15:57 PM)
    SÉNÉGALAIS INVESTISSONS NOUS TOUS POUR UNE PAIX TOTALE AU MALI.C'EST MIEUX,AIDONS LES PLUS ENCORE. :hun: :sn
    Auteur

    Diassé

    En Avril, 2012 (18:02 PM)
    pourquoi les aider si eux ne bougent pas leurs fesses de bamako aller au nord combattre l'ennemi qui règne sur leur territoire
    • Auteur

      Fakoly 1

      En Avril, 2012 (18:24 PM)
      le mali avec la cedeao lunion africaine en avant pour la sortie de crises!!!!!!!!!!!!!!!le président dioncounda a du talent pour en être la cheville ouvriére .j'ai confiance en notre peuple
    Auteur

    Sophia Neisa

    En Mai, 2012 (03:20 AM)
    tu me dois un feed back AMADOU TIDIANE GOLOKO
    Auteur

    Marlene_dia

    En Mai, 2012 (03:52 AM)


    amadou tidjane goloko un escroc qui arnaque les gens en itulisant la fondation Ford tu me dois des millions

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email