Samedi 04 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Contribution

Moi, avocat du diable Adama Gaye (Par Mamadou Oumar Ndiaye)

Single Post
Moi, avocat du diable Adama Gaye (Par Mamadou Oumar Ndiaye)

C'est bien connu, il ne faut jamais tomber dans certaines situations, au risque de se faire piétiner horriblement ! Dans certaines bousculades, comme celle ayant provoqué le drame du Heysel, en Belgique, plus grande catastrophe à ce jour dans l'histoire du football avec ses 39 morts en mai 1985, celle de mina, à La Mecque, qui fit quelque 800 morts et septembre 2015 parmi lesquels plus de 60 de nos compatriotes, ou encore celle de Demba Diop, lors de la finale Mbour Fc-Us Ouakam, où 8 supporters du club de la Petite côte avaient trouvé la mort il y a deux ans. Dans ces catastrophes, la plupart des malheureux qui ont péri avaient été piétinés puis broyés par des personnes cherchant coûte que coûte à sauver leurs vies.

Dans les champs de bataille politico-médiatiques, aussi, et singulièrement au Sénégal, défense de tomber ! Fût ce les armes à la main, d'ailleurs. A preuve par ce qui arrive ces jours-ci à notre confrère Adama Gaye. Terreur des réseaux sociaux, notamment de Facebook où il flinguait tout ce qui bouge avec une plume redoutable et un talent indiscutable, Adama Gaye, depuis qu'il a été cueilli à l'heure du laitier le lundi 29 juillet dernier par les policiers de la dic, est attaqué courageusement par des gens qui, lorsqu'il était en liberté, n'auraient jamais osé prendre la plume pour écrire sur lui !

Adama Gaye tombé, emprisonné, on s'enhardit et on pond des articles dévastateurs et vengeurs à son encontre. Encore une fois, malheur aux vaincus et que soient broyés ceux qui ont eu la malchance de tomber. On n'ose pas imaginer la riposte thermonucléaire à laquelle ces francs-tireurs se seraient exposés si Adama Gaye n'était pas derrière les barreaux d'une prison ! Comme nous l'écrivions dans notre billet "Kaccoor" au lendemain de son interpellation, cet activiste sans peur et sans reproche comme le chevalier Bayard, ce preux justicier qui menait parfois des combats donquichottesques avait signé son arrêt de mort depuis qu'il s'était attaqué bille en tête aux scandales sur les contrats pétro-gaziers signés par nos autorités.

Des scandales dont le plus retentissant est celui dit "à 12 milliards de dollars" révélé par la BBC et dont l'un des principaux protagonistes n'est autre que le propre frère du président de la République. Alors que, de 2012 à février dernier, le président Macky Sall a toujours eu l'initiative et la maîtrise des opérations, a toujours été à l'offensive face à ses adversaires de l'opposition dont les têtes de pont étaient emprisonnées ou embastillés si elles n' étaient pas exilées, alors donc qu'il était conquérant, déroulant en roue libre et ne doutant de rien, voilà que, pour la première fois, avec ce scandale révélé par la journaliste Mayéni Jones, notre homme vacillait, doutait et même lâchait du lest en retirant son frère de la direction générale de la Caisse des dépôts et consignations, le bras armé financier de l'État. Mieux, il s'était aussi débarrassé de son ministre conseiller en communication et avait dû réorganiser cette dernière en rappelant en catastrophe des ministres dont il s'était débarrassé lors de la formation de son gouvernement en avril dernier ! Le plus grave pour lui, surtout, c'est que son image de M. propre anticorruption, de président vêtu de probité candide et de lin blanc, cette image avait été sérieusement écornée à l'international à la suite de la révélation de ce scandale par la BBC.

La contre-offensive de Macky en branle !

Ayant senti passer de très près le vent du boulet de l'infamie, et après un repli forcé, le président sall a entrepris de desserrer l'étau. En quoi faisant ? D'abord, en instruisant son procureur de la République d'ouvrir une enquête bidon dont le résultat est connu d'avance — tout comme l'était celui de la commission d' "enquête" parlementaire de l'Assemblée nationale sur le scandale de 94 milliards — sur l'affaire du contrat signé par son prédécesseur avec Frank Timis et qu'il a approuvé par décret tout en sachant que ce dernier (pas le décret !) était l'employeur de son propre frère. Sans surprise, dans quelques jours ou semaines, le brave Serigne Bassirou Guèye viendra nous dire : "circulez, il n'y a pas matière à se scandaliser avec ces contrats" ! dans la foulée, il déclenchera des poursuites contre tous les lanceurs d'alertes et accusateurs des frères Sall pour dénonciation prétendument calomnieuse avant de les jeter en prison !

Mais en attendant, il fallait faire payer très cher celui qui est soupçonné par le pouvoir d'être derrière le reportage de la BBC. Et qui d'autre qu'Adama Gaye a le réseau, l'influence et l'audace de commanditer un tel reportage qui, répétons-le, pour la première fois depuis 2012 a réussi le tour de force de faire trembler le régime du président Macky Sall sur ses bases ?

Par conséquent, il fallait lui faire payer très cher son outrecuidance ! mais attention : il ne fallait surtout pas mettre de l'huile sur le feu pétro gazier en l'interpellant à propos de ses écrits au vitriol et ses révélations fracassantes sur le pétrole et le gaz sénégalais. Non, il fallait lui coller un motif de droit commun pour qu'il ne puisse pas bénéficier d'une mobilisation populaire. Il fallait chercher et les stratèges du camp présidentiel ont vite trouvé : lui coller les motifs fourre-tout et imparables d'offense au chef de l'État et d'atteinte à la sûreté intérieure de l'État !

Des délits pour lesquels le mandat de dépôt est obligatoire… en même temps, il fallait faire taire l'autre grande gueule des mobilisations de "Aaar Li ñu bokk : Guy Marius Sagna. On aura compris que la contre-offensive du président Macky Sall est en branle ! N'eut été le fait qu'un éminent sénégalais croupit en prison alors que, de toute évidence, sa place n'y est pas, le délit d' "offense au chef de l'État" prêterait à sourire. Il n'est, en effet, plus appliqué dans aucune grande démocratie au monde ! Cette survivance surannée n'existe encore que dans des démocraties arachidières comme le Sénégal où le président de la République est considéré comme une sorte de monarque de droit divin qui a droit de vie et de mort sur ses sujets. Un monarque dont la personnalité serait inviolable et sacrée. Pour cause, si écrire sur les "coucheries" supposées des présidents de la République devait entraîner l'emprisonnement des auteurs des textes en question, les prisons françaises, italiennes et américaines, pour ne citer que celles-là, seraient remplies de journalistes. Ou, tout simplement, de "mal pensants". On a parlé de "Monicagate" mais justement, aux USA, des milliers de pages de journaux ont été noircies avec cette affaire mettant en cause l'ancien président Bill Clinton et une de ses stagiaires du nom de Monica Lewinsky. Laquelle lui faisait des gâteries. Les journalistes américains ont fait leurs choux gras de ce scandale mais, à ce qu'on sache, aucun d'eux n'a été jeté en prison pour avoir offensé le dit chef d'État qui est quand même celui qui présidait aux destinées de la seule superpuissance du monde !

En France, que n'a-t-on dit et écrit sur la relation François Hollande-Julie Gayet lorsqu'elle n'avait pas encore été officialisée ou encore sur les turpitudes du couple Nicolas Cécilia Sarkozy, y compris le fameux "si tu reviens, j'annule tout !", puis la relation du même Sarkozy avec Carla Bruni qui est finalement devenue son actuelle épouse sans compter les aventures prêtées à cette dernière. Passons sur l'escapade new-yorkaise de Cécilia avec Richard Attias, son actuel époux. A l'époque, il est vrai, "Sarko" n'était pas encore président.

En Italie, le "Ruby gâte" qui désigne les parties fines organisées par l'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi a été commenté sous toutes les coutures, avec souvent des détails salaces, par les journalistes italiens. Là encore, point d'offense au chef de l'État encore moins d'emprisonnements de journalistes ! Comme je le disais hier à un jeune frère qui m'est cher, si le texte consacré à Emmanuel Macron, actuel chef de l'état français, par l'intellectuel Michel Onfray avait été écrit sur le président Macky Sall, le procureur Serigne Bassirou Guèye aurait décerné cinq mandats de dépôt contre son auteur ! Inutile que dire que, dans l'Hexagone, nul n'a osé ne serait qu'envisager d'inquiéter Onfray. C'est à ce genre de détails que l'on reconnaît les vraies démocraties ! On nous dira toujours qu'Adama Gaye, lui, n'est plus journaliste et qu'il s'est exprimé sur Facebook. La belle affaire ! On ne vous rapporte pas ce que, sur tous les scandales sexuels mentionnés ci-dessus, les pamphlétaires, les chansonniers et autres comédiens ont dit, écrit, parodié ou publié ! Aucun d'eux n'a été inquiété. Et au Sénégal même, gageons que si Adama Gaye n'avait pas eu la mauvaise idée d'entreprendre une croisade moralisatrice sur le pétrole et le gaz sénégalais, il aurait beau eu écrire sur les galipettes ou infidélités supposées du président Macky Sall, nul n'aurait songé l'envoyer en prison. Un peu comme Khalifa Sall n'aurait jamais été embastillé à propos de l'affaire de la fameuse caisse d'avance de la mairie de Dakar s'il ne s'était pas avisé de présenter sa candidature contre le président Macky Sall à l'élection de février dernier.

Avec Adama, c'était le bon temps !

Cela dit, Adama Gaye aurait dû savoir qu'on ne sort pas indemne d'un combat contre un État surtout si celui-ci est dirigé par un président sans état d'âme comme le nôtre. On ne s'attaque pas impunément à lui et, en le faisant, on y laisse forcément des plumes à défaut de sa vie. Et c'est vrai qu'ailleurs, c'est une balle perdue qu'un outrecuidant aurait prise en pleine nuque. Oui mais, fort heureusement pour les citoyens de ce pays, le Sénégal, ce n'est pas cet ailleurs. C'est un pays où, dieu merci, les citoyens, notamment les journalistes, ont toujours pu s'exprimer librement. Sauf que, sous le régime de Macky Sall, il est dangereux de parler de scandales pétroliers et gaziers au moment où le frère du président est englué dans un scandale à 6000 milliards de francs CFA ! Ou alors, en le faisant, il faut surveiller ses arrières car un délit de droit commun est si vite débusqué.

Cela dit, faut-il défendre le "diable" Adama Gaye quand bien même il serait devenu cassant, hautain, arrogant, imbu de lui et un brin mégalomane ? Du moins est-ce ainsi qu'une bonne partie de l'opinion le perçoit. Ma réponse est oui. Pour le principe. Pour la liberté d'opinion et d'expression. Pour la vitalité du débat démocratique en particulier lorsqu'il porte sur la gestion des ressources de notre pays. Parce qu'encore une fois, le délit d'offense au chef de l'État est anachronique dans une démocratie. Parce qu'il vaut mieux critiquer, combattre par les idées quitte à faire des dérapages en dessous de la ceinture que prendre les armes comme on l'a vu dans certains pays du continent — et même au Sénégal, hélas, lorsque du pétrole avait été découvert au large des côtes du Sénégal et de la Guinée-Bissau au début des années 80. Ce qui avait allumé le conflit casamançais qui joue les prolongations sanglantes 37 ans après. Parce que, surtout, il s'agit d'Adama Gaye qui fut un ami de 30 ans au cours desquels nous avons vécu de très bons moments.

Des jours heureux. Du Cesti à la Cedeao à Abuja, où il fut directeur de la communication, en passant par la Banque panafricaine Ecobank, à Lomé, où il occupa les mêmes fonctions, de Paris à Londres, en passant par Johannesburg ou New-York, partout, joyeux drilles, heureux, libres et sans lois, nous avons bourlingué, Adama Gaye dépensant sans compter. C'était un homme généreux, chaleureux, bon vivant. C'est incontestablement l'un des journalistes africains les plus brillants, les plus cultivés, les plus instruits, un homme qui dispose d'un carnet d'adresses impressionnant. Je me rappellerai toujours cette visite qu'effectua au Nigeria, en 1999, le président Abdou Diouf venu assister à la transmission du pouvoir aux civils après des décennies de dictature militaire. Lorsque l'avion de commandement à bord duquel nous avions pris place s'était immobilisé à l'aéroport d'Abuja, que la portière s'est ouverte et l'échelle de coupée installée, les journalistes ont été parmi les premiers à sortir.

Le voyant apparaître en haut de l'avion, le général-président Abdoul Salami Aboubacar s'est écrié : "Hey Adama, how are you !", avant de se précipiter à sa rencontre et lui faire l'accolade. Toute la délégation sénégalaise, le président Diouf en tête, était émerveillée mais il est comme ça, Adama : proche de certains grands de ce monde. Cela lui est-il monté à la tête, l'a-t-il grisé ? Je ne saurais le dire. Une chose est sûre : Adama Gaye a toujours été un esprit libre, une tête brûlée, un rebelle. Les vicissitudes de la vie nous ont séparés tout comme ils ont distendu les relations entre Adama et l'actuel président de la République qui furent très solides à un moment donné. Il fut un temps où Adama Gaye avait trois grands amis au Sénégal : par ordre de proximité l'ancien directeur général de la RTS, Daouda Ndiaye, Malik Sall, actuel ministre de la Justice et… votre fidèle serviteur. Nous utilisions le nom de code "sourouille" pour nous désigner l'un l'autre Adama, Daouda et moi : "sourouille 1", "sourouille 2" et "sourouille 3".

Quant à Me Malik Sall, eh bien, c'était tout simplement "Malik". Sur les chemins de la vie, nous nous sommes séparés Adama et moi. Probablement, aussi, que ses relations avec les autres ne sont plus des meilleures. il n'empêche : en plus des principes, en plus de l'injustice qui le frappe, en plus de l'acharnement non mérité dont il est l'objet depuis son incarcération, je me dois de défendre un homme qui fut mon ami et avec qui j'ai passé de très bonnes années. On comprendra donc que je ne participe pas au "Adama bashing" qui, depuis bientôt dix jours, est l'exercice favori de certains. Et tant pis si, encore une fois, cette dernière décennie, je n'ai plus reconnu mon Adama Gaye d'antan !


liiiiiiiaffaire_de_malade

38 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2019 (12:29 PM)
    MON un excellent journaliste mais parfois il déconne en faisant du chantage au pouvoir
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2019 (15:14 PM)
      ce mec doit etre au chomage pour avoir le temps de pondre un si long texte…. ki ale temps de lire tt ca
    • Auteur

      Madiambal 2

      En Août, 2019 (16:52 PM)
      merçi de cette très belle contribution amicale " sourouille " mamadou. loin de certains journalistes devenus des " fonctionnaires" en com du régime qui ont taxé adama gaye " d' ex journaliste" donc pas de soutien. en oubliant de dure ancien journaliste. merci mon de cette exceptionnelle preuve d'amitié et professionnalisme journalistique. le président trump serait heureux de vivre au sénégal, à côté de l'article 80.
  2. Auteur

    Lass

    En Août, 2019 (12:38 PM)
    Mr Ndiaye, oui nous avons besoin de principe de la liberté d'expression, de penser, de s'opposer, et même d'être outrecuidant.

    Ce que les Sénégalais ne cautionne pas c'est la laideur, les insultes, la calomnie. Et Mr Gaye l'apprend à ses dépends.

    Nous ne sommes ni les US, la France, ou l'Italie. et que je sache dans ces pays les faits que vous convoquez étaient avérés.

    Adama Gaye s'est comporté de manière indigne, et vous ne le defendriez certainement pas s'il s'en était pris de cette façon à votre père, à vous, ou à l'un de vos enfants.

    Avocat du diable dites vous. Tout est là
    Auteur

    Leuk

    En Août, 2019 (12:41 PM)
    J'ai beaucoup apprécié votre article. Bien écrit et pertinent. Adama Gaye et vous êtes de grands journalistes.
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2019 (14:06 PM)
      c'est un mauvais journaliste , on peut ecrire sans insulter ni parler de façon ehontee d'un presiden....un grand journaliste doit connaitre le metier.il va passer la tabaski avec les autres detenus
    Auteur

    Lass

    En Août, 2019 (12:42 PM)
    et puisque vous êtes l'avocat du diable. que dites vous des déclarations de l'avocat (en robe noire) de Adama Gaye qui menace les organes de presse et les journalistes de poursuite, parce qu'ils ont publiés des articles en sa défaveur.

    Défendez les aussi mardi.

    Le Sénégal est malade de la fumisterie

    Auteur

    Thierry Bdx

    En Août, 2019 (12:47 PM)
    Salut Masse,

    Ça ne me surprend pas de tu as toujours était fidèle en amitié. Big respect
    Auteur

    En Août, 2019 (12:49 PM)
    Ce mec est connu pour ses dérapages dans le passé. Ses anciens lecteurs ont été souvent choqués par des révélations ignomneuses sur des personnes.il à eu à faire le Marketing pour une tontine Ivoirienne , une arnaque , ses Interviews "de milliardaires étrangers des coupures de presse des années écoulées auraient édifié beaucoup sur ce avocat du diable qui a des démêlés avec un grand journaliste de l'époque et qui a failli finir mal à cause de délation.
    Auteur

    Ass Babou

    En Août, 2019 (13:25 PM)
    Ta tres belle et pertinente defense de M. Gaye me semble incomplete. Je pense que ceci est une tres belle occasion de demander haut et fort le changement constitutionnel reduisant les pouvoirs exhorbitants du chef de l'Etat.

    La presse et les journalistes tels que toi se doivent de monter au crenau. Il est grans temps.

    Chaleureusement!

    Auteur

    En Août, 2019 (13:53 PM)
    Belle plume....
    Auteur

    En Août, 2019 (13:55 PM)
    MON; Je connais votre réputation de justicier. Vous avez défendu des sénégalais de tous les niveaux sans vraiment les connaitre. Moi même quand un entrepreneur qui minait un terrain de sacré-cœur a balancé une grosse pierre dans ma maison, tu es le premier à voler à mon secours. Parce que l'entrepreneur avait une assurance et des bras longs. Tu lui a cassé les bras et j'ai été le victorieux. Je connais des dizaines de cas où le justicier Ndiaye a rendu le sourire à des personnes faibles ou démunies.

    Dans le cas de Adama Gaye, il n y a pas lieu de comparer le Sénégal aux pays occidentaux. Ce n'est pas la même culture. Adama a été très insolent et ses articles respirent la haine. Ce n'est pas bon. Les sénégalais toujours prompts à voler au secours des personnes brimées se sont tus cette fois-ci.

    Quant à toi, je te reproche de ne pas embrasser une carrière d'enseignant. Tu as une expérience qui peut servir à toutes les générations.Cependant, je ne te conseille pas d'écrire des livres. Fais comme Obèye, Bara Diouf qui ont laissé les acteurs politiques disserter à leur manière. Fraternellement
    Auteur

    Serigne Bass

    En Août, 2019 (14:03 PM)
    M.O.N., un Grand magnifique ! Il n'a pas déçu.
    Auteur

    En Août, 2019 (14:24 PM)
    Tu est un Diable déjà tu veux une Boozz le SENEGAL n'aime pas les Gents Toi Retire toi avant que sa soit trop tard
    Auteur

    En Août, 2019 (14:24 PM)
    Merci Mamadou Oumar Ndiaye.

    Les gens subissent une violence sans commune mesure, pas de l’Etat qui en a le monopole, mais de Maky Sall et des chambellans de la Justice.

    Néanmoins il y a des gens qui considèrent face à cette violence aveugle de l’Etat que Adama Gaye est vulgaire. C’est parce qu’on a pas encore cassé la gueule injustement à vos papas.

    Il faut arrêter cette hypocrisie. Maky dépense notre argent comme bon lui semble et lorsqu’il se retrouve face à des difficultés il augmente tous les prix sans compter nos ressources spoliées. Et vous voulez que les gens le ferment parce que vous êtes des poltrons doublés d’opportunistes... Allez vous faire foutre...



    Au lieu de dire bravo à MON au moment où toute la presse est au pied du pouvoir vous nous emmerdez
    Auteur

    Mon Vous Avez Tort

    En Août, 2019 (14:33 PM)
    Mon pour vous pouver que vous avez tout Flux, laissez moi vous faire l'analogie sur votre pere que je ne connais meme pas.

    Que diriez vous si je supposais qu'il est un grand adulterin et que le sang ne saurait mentir, toi meme tu es né d'un adulterin? Que dirais tu si je supposais que ton père avait une garconniere et que c'est là qu'il à rencontré ta mere? Nous ne sommes pas en hexagone, notre culture n'accepte pas ce genre d'insultes, je suis sûr qu'en me lisant tu as des envies de meurtres, alors ne commet pas l'erreur de croire que la democratie, c'est la liberté d'insultes!
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2019 (15:17 PM)
      parlons de démocratie, elle n'existe pas ,ni aux usa,ni en europe, ni en russie, ni en chine encore moins sous les tropiques ,c'est du pur marketing .ce qui se passe au sénégal n'est que la résultante du choc d'une majorité de sénégalais poltrons, fatalistes et maintenus dans la servitude et l'obscurantisme par une élite politique qui roule pour la france et une minorité lassée par tant d'injustice et qui s'est levée pour dire que ça ne plus durer.
    Auteur

    En Août, 2019 (14:42 PM)
    Mamadou Oumar Ndiaye va au diable. Même Satan ne veut pas d'Adama Gaye. Adama Gaye est fauché comme un rat d'église et ne trouvant de missions est devenu aigri.Il est comme certains sénégalais qui quand ils sont dans la merde pour avoir dilapidé leurs biens s'en prennent aux autres, surtout ceux qui ont réussi à leurs yeux.
    Auteur

    En Août, 2019 (14:56 PM)
    quand est ce que les senegalais vont devellopper ce pays ensemble wokh rek parler est tres facile.laisser macky sall tranquille les senegalais ont atteint une perte de valeurs sans precedent ,paresseux ;ignorants voulant tous l argent facile YALLAH ne dort pas et IL puni par macky .un seul homme ne peux rien devellopper arretons de faire les fous et travaillons et soyons justesALLAH est dur en chatiment bakhnadal.c est a cause de vos attaque qque vous nous faites aimer macky et sa famille
    Auteur

    En Août, 2019 (15:06 PM)
    MO.N n'est pas un modèle parmi les anciens journalistes. Les jeunes qui ne le connaissent auraient vomi s'ils avaient lu certains de ses articles dans le passé. Ceux qui défendent adama gaye sont comme lui en qualité.
    Auteur

    Tab

    En Août, 2019 (15:11 PM)
    On peut etre un tres bon journaliste et mal eduque

    L'education c'est la base on l'amene ou l'on va

    Merci aux parents qui ont bien eduque leur enfant
    Auteur

    En Août, 2019 (15:17 PM)
    Thank you so much BIG BRO. Keep up the good work and GOD bless YOU
    Auteur

    En Août, 2019 (15:19 PM)
    Référés vous aux écrits de MON des années 1987 et 1990.Vous saurez qui est il. Il n'est pas un modèle
    Auteur

    En Août, 2019 (15:28 PM)
    Très bel article. Il est permis de défendre son ami, encore moins quand il est accusé et incarcéré par son propre ami devenu son ennemi. Et la vie continue de sa lente course et l'amitié de sa belle mort.
    Auteur

    En Août, 2019 (15:29 PM)
    Il s’agi D’une dictature rampante avec comme service commandé la justice. Arrêtez d’utiliser la morale ou la religion pour justifier l’abus de pouvoir de ce régime. Adama gueye doit rester libre
    Auteur

    Reconnaissant

    En Août, 2019 (15:33 PM)
    Au Sénégal il existe des Lâches et Traîtres qui pendant les moments difficiles se retournent contre toi.
    Auteur

    En Août, 2019 (15:45 PM)
    Au Sénégal, seuls les bons articles rédigés par de belles plumes peuvent secouer le pouvoir et le Président. Mais quand il s’agit

    de mauvais journalistes qui attaquent les « politichiens ».....booffff l'exécutif ne bouge pas. On cherche donc vraisemblablement à casser les plus belles plumes du pays et à taire les brillants journalistes.
    Auteur

    En Août, 2019 (15:48 PM)
    Mamadou Oumar Ndiaye va au diable. Même Satan ne veut pas d'Adama Gaye. Adama Gaye est fauché comme un rat d'église et ne trouvant de missions est devenu aigri.Il est comme certains sénégalais qui quand ils sont dans la merde pour avoir dilapidé leurs biens s'en prennent aux autres, surtout ceux qui ont réussi à leurs yeux.
    Auteur

    Nalla Ndiaye

    En Août, 2019 (15:54 PM)
    A quand libertè d'expression rime á insulte et calomnies.Votre texte marque terriblement de neutralité
    Auteur

    Galsen

    En Août, 2019 (16:24 PM)
    QUI PEUT ME DIRE COMBIEN SONT PAYÉS SES SALES RÉPONDEURS AUTOMATIQUES AU SOLDE DU CLAN MAFIEUX FAYE SALL. IL SONT LA A INSULTER SANS ARGUMENTS A LA BOUCHE TOUX CEUX QUI DÉNONCENT LES DÉRIVES AUTORITAIRE DE LE SALE CLAN CRAPULE QUI PILLE NOS RESSOURCES PÉTROLIÈRES ET GAZIÈRES

    MERCI POUR CETTE PERTINENTE CONTRIBUTION . VOUS DITES LA VÉRITÉ CONTRAIREMENT AU SINGE MADIABAL DAME A TOUT FAIRE DE MARIEME FAYE SALL
    Auteur

    Kayar Thiam

    En Août, 2019 (16:29 PM)
    C'est juste noble de défendre NOTRE liberté d'expression au Sénégal et partout dans le monde pour maintenir en "feu" la flamme de la démocratie
    Auteur

    En Août, 2019 (16:46 PM)
    Vive la liberté dexpression
    Auteur

    Ousmane

    En Août, 2019 (16:56 PM)
    Mamoudou Oumar NDIAYE, Quel Journaliste!!!. Franchement, je ne suis pas d'accord avec Adama. Mais votre texte est tres pertinent. Quand je vois Madiambal et les autres tirer sur Adama, j'ai vraiment honte.

    Bravo a vous
    Auteur

    Boubacar

    En Août, 2019 (16:57 PM)
    IL N Y A AUCUN REPONDEUR AUTOMATIQUE;SEULEMENT DES PLUS INTELLIGENTS ET PATRIOTES QUE CEUX ADULENT LES INSULTEURS COMME ASSAN DIOUF ET ADAMA GAYE,
    Auteur

    Lamdiane

    En Août, 2019 (17:03 PM)
    Reveille toi Mamadou. Tes comparaisons sont disproportionnées car les cas différent et les cultures différent. En France on peu dire : papa arrête de mentir, on peut aussi être en concubinage même au palais, il y a également le mariage pour tous,les IVG...

    En plus les cas Hollande, Clinton sont avérés alors que celui du président Sall n'est pas avéré. Ce sont des révélations intimes d'un ami aigri et jaloux qui même si elles étaient réelles relèvent du privé et les religions révélées de même que les traditions negro africaines prohibent la délation et prônent le SOUTOURA. Les démocraties citées en référence ont beaucoup d'insuffisance. Aux USA les élections sont volées ou truquées assez souvent ( bush-algore, Trump- ilary etc..). En France le bikini est promu et toléré alors que la burka est interdite.

    Le coq a chanté, le muezzin a appelé, réveille toi grand
    Auteur

    Wa Deug

    En Août, 2019 (17:12 PM)
    Qui nous disait que je vais réduire mon mandat de 7 ans à 5 ans? Qui nous disait gestion sobre et vertueux? Qui nous disait je ne vais jamais nommé frère par decret? Qui nous avait promis 25 ministresur? Etc...Celui que je vais pas nommé c'est linsulteur public numéro 1.
    Auteur

    En Août, 2019 (17:14 PM)
    Et Mamadou Omar Ndiaye est si certain du détournement de nos ressources naturelles qu'il n'a pas jugé utile d'y revenir pour mieux éclairer son article comme si tous les iecteurs de son texte étaient des membres de la génération spontanée ,comme dirait Emmanuel Kant. Il s'en prend de la même manière au procureur et à la commission d'enquête parlementaire. Je suis pas pour ma part impressionné par son texte ,contrairement à d'aucuns qui semblent être éblouis par son côté poétique ou prosaïque.
    Auteur

    Galsen

    En Août, 2019 (17:24 PM)
    BOUBACAR LE SITE EST REMPLI DE RÉPONDEURS AUTOMATIQUES AU SOLDE DU CLAN MAFIEUX FAYE SALL

    ILS TIRENT SUR TOUS CEUX QUI DÉNONCENT LES DÉRIVES DE LA FAMILLE FAYE SALL TIMBO

    NOUS LES CONNAISSONS ILS SONT LA SANS ARGUMENTS QUE DES INSULTES A LA BOUCHE.

    C EST CA LE SÉNÉGAL ÉMERGENT AVEC MACKY ET SON CLAN MAFIEUX. ILS NE VEULENT AUCUNE CONTRADICTION EN PILANT NOS RESSOURCES .
    Auteur

    Toujours égal à Lui Meme

    En Août, 2019 (18:02 PM)
    Belle plume, pleine de pertinence et d'iindépence. Ce texte rehausse le débat d'idées que l'on doit tenir loin des dessous de ceintures. Nos sociétés meme démocratiques ne partagent pas les memes valeurs que l'occident. C'est vrai que les démocratures sont à vilipender mais aussi les ecarts de langages sont à prosrcires. L'outrecuidance ne doit pas dèpasaer les bornes sociétales.
    Auteur

    En Août, 2019 (19:02 PM)
    Monsieur Ndiaye, ici, ce dont il s'agit ce n'est pas de disserter sur la gestion des ressources pétrolières et des fantasmes que cela crée chez certains qui l'instrumentalisent à des fins politiciennes. Personne ne met en doute les qualités professionnelles d'Adama Gaye et son carnet d'adresses. Monsieur Gaye depuis un certain est en chômage et fauché. Il a voulu d'imposer à Macky Sall qu"il prend de très haut pour avoir côtoyé dans le passé les grands hommes de ce monde.Macky l'ayant royalement ignoré, le grand consultant international s'est juré de le traîner dans la boue. Pour cela tout y est passé. Tout le monde se rappelle des propos d'Adama Gaye sur les parents de Macky, en particulier sa maman qui était une vendeuse d'arachide.N'est ce pas le même Adama Gaye qui disait, il y'a plus de cela plus de 4 ans, que s"il parle Macky Sall va tomber. Eh bien, Adama Gaye a parlé et il est en prison. Macky lui est Président de la République par la volonté du peuple Sénégalais souverain. Insulter les gens ne rime pas avec la liberté d'expression. Au Sénégal, on aime pas les haineux et jaloux doublés de vulgaires.
    Auteur

    Diaraaf

    En Août, 2019 (22:58 PM)
    Voila un journaliste un vrai quand t'il parle cela ne peut donner que cela. Vive l'amitie Et que M. GAYE recouvre vite la liberté
    Auteur

    En Août, 2019 (08:05 AM)
    Le texte de Mamadou Omar Ndiaye laisse apparaître que lui et Adama sont des amis qui partagent un même goût, la vanité. Mais la vanité est si vaine qu'elle empêche de regarder au delà de son nombril. M.o.ND. avec ses certitudes, nous conduit directement au village des démocraties occidentales qui ont leur passé ,mais aussi ont leur présent. A aucun moment dans son texte il ne tire sa source d'une référence nationale ou même africaine pour équilibrer sa thèse, or en matière de droit de l'homme en occident les cas d'injustice flagrante surtout envers les minorités foisonnent. Mais là où je me stupéfait de son texte, c'est ses positions par rapport au supposé scandale des ressources pétrolières, au moment où le peuple moyen commence à se faire une idée exacte de la réalité des faits ,qu'il continu à nourrir ce mensonge éhonté soutenu par une opposition sans consistance. Tous ceux qui portent ce discours sont démasqué ,car il a fallu qu'on les convoque pour apporter leurs preuves pour qu'ils se devinent. En plus les seuls qui s'agitent à ce propos sont ceux qui ont défendu bec et ongles ce qu'ils dénoncent aujourd'hui. M. O. N ne répète à ce sujet tout ce que nous bassine cette opposition réfractaire.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email