Dimanche 05 Avril, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Contribution

Nioro du Rip - Le village de Diamaguene demande au Président Macky Sall d'arrêter les chinois de Sino Hydro (lettre ouverte)

Single Post
Un Paysan Sénégalais - image d'illustration

Monsieur le Président de la République, nous, populations du village de Diamaguène situé dans le département de Nioro du Rip, arrondissement de Paos Koto, Commune de Darou Salam, région de Kaolack, vous saisissons à travers cette lettre ouverte pour vous informer de la forfaiture dont nous sommes victimes et demandons votre intervention.


LES FAITS


Le privé chinois, après avoir été payé sur les ressources financières nationales, convoite nos ressources naturelles déjà vulnérables. Après avoir été choisi pour construire la route Dinguiraye-Keur Ayip dont vous aviez lancé les travaux en avril 2015, l’entreprise chinoise Sino Hydro convoite un site situé dans la vallée de notre village pour l’extraction de sable. Ce site se trouve, plus précisément, sur la seule piste de production qui dessert plus de 90% de nos champs. Alors que l’agriculture, et dans une moindre mesure l’élevage, sont les seuls moyens de subsistance des populations.


Le Maire intérimaire de la commune de Darou Salam foule au pied les droits et intérêts des communautés. Trois consultations organisées en juin (15, 23 et 25 juin) par le Maire intérimaire, Monsieur Abdoulaye Ndour (puisque le Maire titulaire était absent du territoire national depuis avril 2015 et n’est rentré qu’en fin aout), puis l’entreprise chinoise elle-même ont permis de faire dire au Maire intérimaire que « 90% des villageois sont contre l’ouverture de cette carrière. Je vais le documenter sous forme de rapport ». Le 06 juillet, contre le cours des choses, le Maire convoque une réunion pour affecter des terres à des fins d’extraction de sable.


Les populations ont sollicité en vain l’intervention des autorités de l’administration territoriale. Les évènements du 02 juillet ont poussé les populations à constituer un comité de défense des droits et intérêts des populations du village de Diamaguène. Cette structure initia une série de rencontres avec les autorités étatiques aux niveaux local, départemental et régional.  Ainsi, le 06 juillet, le comité rencontra très brièvement (contrairement à ce qu’il souhaitait) le Sous-préfet et le Préfet à qui ils remirent une lettre détaillant les raisons de leur opposition et sollicitant leur intervention. Le 07 juillet, le comité se rendit à Kaolack pour rencontrer le Gouverneur de la région de Kaolack, le Directeur régional de l’environnement et le Chef du Service régional des mines. Au même moment, un membre du Comité s’est rendu à la Brigade de gendarmerie de Nioro du Rip et y déposa une lettre pour le Chef de Brigade. Ainsi, à chacune de ces autorités, le comité a remis la lettre expliquant le contentieux et donnant les raisons de l’opposition des populations. En lieu et place de la visite des autorités étatiques que les populations attendaient, elles reçurent des allégations infondées disant qu’elles sont des opposants à votre régime. Or, le Comité comprend tous les partis politiques (mouvance présidentielle et opposition). Mieux, le Président du Comité, Abdou Aziz Sall, est un militant actif de l’APR. Il a été le premier, au village, à acheter la carte de membre de l’Alliance pour la République (APR), et vous a reçu au village lors de vos tournées effectuées entre 2008 et 2012.


Le privé chinois vole les ressources et viole les Lois de la République sous le nez des autorités étatiques de la localité

Le 02 juillet, sans aucune autorisation, le chinois commence les opérations d’élargissement de la piste d’accès au site. Dans la foulée de ces travaux de terrassement, il a détruit les champs des cultivateurs en déplaçant, par endroits, la piste au milieu de certains champs des populations, faisant ainsi perdre des hectares de terres cultivables aux paysans du village. Le 10 juillet, en l’absence d’un document légal autorisant l’ouverture d’une carrière, le chinois commence l’extraction de sable. Les villageois descendent sur le site pour l’expulser. La gendarmerie mise au courant par le Maire et le Chef de village pour qu’elle arrête les populations, intervient et expulse le privé chinois pour défaut d’autorisation légale. Moins d’une semaine après cet incident, le Sous-préfet de Paos Koto, M. Thiam, qui n’a jamais mis les pieds au village pour intervenir sur la question malgré les risques d’affrontement et de trouble à l’ordre public, approuve la délibération de la Mairie. Conformément au Code des collectivités locales, les citoyens demandent de disposer de l’arrêté approuvé par le Sous-préfet et qui permet selon les autorités au chinois d’extraire du sable. Le Maire a jusqu’à aujourd‘hui confisqué l’arrêté de délibération, refusant même de l’afficher, violant ainsi le code des collectivités locales.


Une interprétation tendancieuse du Code des collectivités locales et un mépris du Code minier

Après l’approbation par le Sous-préfet de la délibération du conseil municipal de la commune de Darou Salam sur l’ouverture de la carrière de sable, l’autorité administrative ordonne à la gendarmerie de faire appliquer l’arrêté et d’arrêter toute personne s’opposant à l’exécution de l’arrêté d’extraction du sable qui est illégal. En effet, l’approbation par le Sous-préfet de la délibération du conseil municipal ne donne aucun droit d’extraction de sable. L’extraction de sable est en effet régie par le Code minier, et à ce titre, n’est pas une compétence transférée, mais plutôt détenue par le Ministère des mines, par le biais de la Direction des mines et de géologie. 


Malgré l’absence de ce document devant être délivré par le Ministère des Mines, le vendredi 18 septembre 2015, la gendarmerie de Nioro du Rip, sur ordre de l’autorité administrative, escorte le chinois afin de lui permettre de prélever du sable, ce qui, pourtant, a engendré déjà des dommages environnementaux et économiques difficilement réparables parce qu’on est dans un milieu écologiquement fragile. 


Cette même gendarmerie a arrêté ce 20 octobre 2015 des habitants du village parce qu’ils se sont opposés à la destruction de leur piste de production par les camions d’un privé local engagé par le chinois.


UN MILIEU PARTICULIEREMENT FRAGILE, DEJA SOUMIS A DES MODIFICATIONS ENVIRONNEMENTALES IMPORTANTES ET RAPIDES


Le site convoité se situe dans une vallée et est le réceptacle des eaux pluviales de trois (03) micro bassins versants. Le site correspond ainsi au talweg de cette vallée, et sous ce rapport, reçoit la plus grande quantité d’eau de ruissellement provenant des trois (03) micros bassins versants. L’accentuation, ces neuf (9) dernières années, des pluies extrêmes et du phénomène de ruissellement, de l’érosion hydrique et de son corollaire le ravinement a modifié significativement la biodiversité du site. Le site est entouré de ravins aux formes spectaculaires qui peuvent atteindre des profondeurs de deux (2 m), représentant un danger permanant pour les villageois et surtout leurs enfants. Les eaux de pluies qui s’accumulent et stagnent de plus en plus longtemps dans le talweg ont entrainé la mort de plusieurs espèces végétales. Aussi, ces eaux pluviales, stagnant pendant presque toute l’année, ont annexé quatre (04) des cinq (05) pistes de production menant au plus vaste domaine agricole du village. C’est sur la seule piste restante que le privé chinois a installé sa carrière avec l’appui de la Mairie et des autorités administratives.


Une initiative républicaine du Ministre de l’Industrie et des Mines, restée sans suite jusqu’à ce jour

Saisi, le Ministre des Mines a envoyé, le 08 septembre, une mission d’experts pour visiter le site convoité. Après une visite guidée dans le site, ces derniers ont déclaré qu’il n y a pas de carrière de sable légale et que toute ouverture de carrière suivra la procédure définie par les codes minier et de l’environnement, c’est-à-dire qu’il y aura une étude d’impact environnemental et social ou tout au moins une analyse environnementale qui recueillera l’avis des populations, compte tenu de la fragilité environnementale du site surtout. Il faut préciser qu’aucune étude d’impact encore moins une analyse environnementale n’a été faite sur le site. Malgré la déclaration des experts du Ministère des Mines le 09 septembre, le privé chinois, sur soutien des autorités étatiques locales, continue toujours d’extraire du sable.


LES CONSEQUENCES DES FAITS


Sur le court terme, voici les dommages déjà enregistrés :


Un vandalisme des cultures de mil et d’arachide. Avec leurs derniers passages, les engins du chinois ont écrasé les cultures de mil et d’arachide, en période de floraison. 


Destruction de la seule piste de production qui dessert 90% des champs du village. Aussi, la principale piste de production a été considérablement détruite à cause de la fréquentation des engins du chinois sur cette piste sableuse et parfois boueuse. Ce qui cause présentement beaucoup de difficultés aux paysans à accéder à leurs champs, sachant que beaucoup d’entre eux utilisent des charrettes tractées par des ânes.


En cette période de récolte, les camions ont tellement détruit la piste que les paysans ont de la difficulté à transporter les récoltes de mil chez eux. Aucune charrette ne peut utiliser la piste et il y a un risque que les cultures vont pourrir dans les champs.


Des conséquences irréparables sur les moyen et long termes :


Disparition de la principale piste de production. Cette ouverture de carrière aura sur les moyen et long termes comme conséquence la disparition de la piste de production. En effet, la zone est caractérisée par une pente assez forte et des sols peu profonds et peu perméables. Du coup, le ruissellement est très important. Avec les empreintes des passages des engins du chinois, l’actuelle piste disparaitra en se transformant en ravine.


Expansion des superficies, multiplication et élargissement des ravines et perte de terres cultivables.
L’ouverture de cette carrière de sable accroitra l’érosion déjà très active des sols fertiles. Les ravines vont par voie de conséquence se multiplier et s’élargir, augmentant le danger pour les populations et pour le bétail. En outre, l’extension des surfaces soumises à l’érosion hydrique et celle des ravines conduiront directement à la baisse des superficies de terres cultivables.


Ablation de la couche fertile du sol et baisse de la productivité agricole.
L’érosion hydrique enlève la couche fertile et laisse apparaître la roche mère, qui est inculte. Cette conséquence se traduira par la baisse de la productivité agricole.


Destruction de l’écosystème dans la vallée.
Une carrière se traduisant par des excavations larges et la modification de l’écosystème en raison de la fréquentation des camions et autres engins, on assistera à une destruction de la végétation, des sols et des autres éléments de la biodiversité.


Pollution du sol et des eaux de la nappe et dégradation de l’état de santé des populations et des animaux.
L’accentuation du phénomène d’érosion hydrique favorisée par l’ouverture de la carrière va entraîner une pollution des eaux stagnantes et celles de la nappe. En effet, les produits chimiques (engrais, pesticides et herbicides) utilisés dans les champs situés dans les plateaux seront drainés par les eaux de ruissellement et déposés dans la vallée. Même le sable convoité n’est pas à l’abri de cette pollution par les produits chimiques agricoles.


Des conséquences socio-économiques graves. Toutes ces conséquences environnementales se traduiront par des conséquences socio-économiques graves. La baisse des superficies exploitées en entraînant celle de la production agricole va accentuer l’insécurité alimentaire et de la pauvreté, sachant que l’agriculture est le seul moyen de subsistance des villageois. La pollution des eaux stagnantes et des sols va affecter la santé des populations et celle du bétail.


Monsieur le Président de la République, le village fait face à une coalition du chinois du Maire et surtout des autorités de l’administration territoriale qui sont d’un soutien important à ce projet illégal et aux conséquences désastreuses pour les paysans. 


Nous vous adressons cette lettre pour demander votre intervention diligente auprès des autorités de l’administration territoriale, qui brandissent l’argument contestable de la nécessité de mettre en œuvre le PSE. Nous soutenons activement la mise en œuvre du PSE, mais sommes convaincus que le PSE n’a pas comme objectif d’ôter les droits des populations au profit de ceux d’un privé étranger. 


Notre compréhension du PSE fait que justement au nom du PSE, un tel projet doit être annulé. En effet, plutôt qu’une carrière de sable, la zone a besoin d’un plan de lutte contre l’érosion hydrique qui réduit inexorablement les superficies de terres cultivables.




Le Bureau du Comité 
Abdou Aziz Sall, Président (77 539 0061)
Dr. Aliou Diouf, Secrétaire général, (77 545 7068)
Aminata Diouf, Conseillère municipale, membre
Moussa Thioye, Conseiller municpal, membre


liiiiiiiaffaire_de_malade

18 Commentaires

  1. Auteur

    Rey

    En Octobre, 2015 (19:25 PM)
    I hope something wil be done ASAP. Be very CAREFUL with the chinese, they will own all of your lands under your eyes! DES PROFITARDS A HAUT NIVEAU....
    • Auteur

      Cis

      En Octobre, 2015 (12:54 PM)
      vous cherchez une formation tous niveaux en informatique - audio visuel - coupe couture - réseaux telecom, etc. c'est à computech institute parcelles assainies unité 8. tel: 33 855 9980
  2. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (19:31 PM)
    La Chine achète les dirigeants africains donc les terres et les soi disantes lois africaines elle peut les piétiner si elle veut.Le respect s'arrache mes amis,il ne se quémande pas. :fbhang: 
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (19:38 PM)
    Les francais volaient notre bois mais nous construisaient des écoles et des hopitaux...



    Les chinois nous volent notre bois, notre terre, nos ressources agricoles, nos resources halieutiques et nous construisent une route...
    Auteur

    Les Francais Sont Derrière

    En Octobre, 2015 (19:39 PM)
    Ce sont les FRANCAIS qui sont derrière cela.Ouvrez vos yeux .Les chinois investissent .Ce sont les FRANCAIS qui veulent les bouter encore .Regardez toutes les chaines francaises telles France 24 etc ,Elles ne font que mentir sur les chinois .Apres plus de 400 ans d'exploitation ,les toubabs veulent être nos protecteurs.Damani Khipilene te khol bou bakh.
    Auteur

    Thiey Les Francais

    En Octobre, 2015 (19:46 PM)
    Les FRANCAIS ne veulent pas que l'Afrique se developpe .Ils sont derrière tout cela .Reveillez -vous .Regardez comment la chine a transformel 'Ethiopie via les investissements .Ils veulent bouter les chinois dehors.Ne tomber pas dans le piege .La guinee Conakry a eu de l'electricite grace au financement a 75 pour cent du barrage de kaloum .Que font les FRANCAIS pour investir .Rien du tout .Yewoulene touti nak .
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2015 (19:53 PM)
      @thiey les francais
      gars tu veux pas attendre que ce soit un article qui parle explicitement de la france avant de cracher toute ta haine ?? tu serais pour moi plus crédible si tu condamnais à la fois les français et les chinois... mais non, tu préfères rester dans tes théorie complotistes qui te donnes l'impression d'avoir un semblant d’intérêt sur terre.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (19:57 PM)
    Continuez de croire aus mensonges des toubabs .ils n'investissent pas ET ne veulent pas que personne investisse.Regardez les investissements des chinois ,le metro d'Addis ababa ,l'electricite en guinee Conakry ,guinee equatoriale ,au congo kinshasa ET c.Tog lene fofou rek toubabs yi dilene diakhasse ak chinois yi
    • Auteur

      Movez Foy

      En Octobre, 2015 (20:03 PM)
      @anonyme
      gars si toi tu as envie de vendre ton pays à de nouveaux colons pour un stade, un tunnel et un centre commerciale, grand bien t'en fasses...
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (20:03 PM)
    Encore les FRANCAIS .Vous les FRANCAIS ,laissez nous tranquille .Vous ne pourez pas être nos protecteurs ,après 500 ans d'esclavages ,de colonisations ,d'imperialisme ,de pillage ,de racisme ,la liste est longue .Donc arrretez avec vos conneries
    Auteur

    Anonymebayel

    En Octobre, 2015 (20:10 PM)
    je pense que si les chinois viennent travailler chez vous c est un interet departemental et mieux un interet national,,nous avons visionne le site sur le maps ;comme vous l avez si bien decri c est un endroit collectant des eaux de ruissellement:quipeuvent servir pour les cultures maraicheres tres benefiquue pour la sante des populations ;cette extraction de sable pourra elargir ce ruisseau et mieux conserver ces eaux:nous sommes de tout coeur avec vous mais dites vous bien ce sont des techniciens nationaux qui ont confecdtionne ce projet et des gouvernants de la localite:IL FAUT laisser ces chinois continuer leur travail pour le bien de tous

    • Auteur

      Movez Foy

      En Octobre, 2015 (20:22 PM)
      "c est un endroit collectant des eaux de ruissellement:quipeuvent servir pour les cultures maraicheres tres benefiquue pour la sante des populations"

      je penses sincerement que tu ne sais pas de quoi tu parles...

      1) eau de ruissellement ; mis à part remplir nos nappe phréatiques, elle ne sait malheureusement rien faire d'autre que de créer des nids à moustiques et augmentant de surcroît les risques liés aux paludismes (donc pour la santé des populations, tu repasseras).

      2) pour les cultures maraichères, mis a part les fleuves, les rivieres et les digues, l'etre humain n'a jamais rien trouvé de mieux, en 10 000 ans, que la pluie... je t'assure
    Auteur

    Non Aux Mensonges

    En Octobre, 2015 (20:13 PM)
    Les francais sont des parasites ,des devergondes .Les pays francophones sont les moins avances ,a cause de gens sans ame .C'est comme ca que vous voulez Creer des problems au Gabon.Vous etes un peuple a eradiquer sur cette terre .Vous etes une catastrophe .
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (20:14 PM)
    laisser les chinois travailler correctemen .se k vou dite est faux moi jabite a diamaguene vou n faites k raconter des histoire et chercher un nom ,javou k vou étes jalou du mair je vou connai tres bien

    • Auteur

      Mvz Fy

      En Octobre, 2015 (20:31 PM)
      combien les chinois te payent pour être a la tête de leur propagande sur seneweb ? tu as peut être raison finalement, il relance l'emploi au sénégal avec des gens comme toi
    Auteur

    Fith-mouthiou

    En Octobre, 2015 (20:19 PM)
    je pense qu´il est bien possible de maintenir le projet de voierie ainsi que proteger les terres. Si le projet de la route est un investissement national, il est de droit de dedomager la bande de terre en zone d´influence de la voierie car il est de droit pour la nation de construir ainsi qu´il est de droit au dedomagement a quiconque qui perd ses terres aux benefices de l´utilité publique. Pour ce qui concerne les gisements de materiaux a etre exploité, cela va dans le sens de Payer pour l´extraction du materiel qui se trouve dans un terrain privé. Puisse que l´entreprise chinoise va extraire du materiaux pour faire le pavé , si ce dernier se trouve dans un champs privé, l, entreprise doit acheter le materiel comme si elle achete du sable dans le marché comercial. maintenant si le terrain en question va servir de base pour les ramblais de la voie, il est de devoir d´indamniser toute la bande de d´influence par oú passe la route c´est a dire la largeur de la route et la deux largeur influente de chaque coté selon les dimensions.

    Par consequant je pense bien que les chinois ont fait ce payement aux autorités qui ont certainement fait le Khaafoo et laisse la population sans droit a absolument Rien.

    Triste pour ce pays car lá ou l´on se dit autorité mais seulement specialiste en Vol et corruption...
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (02:42 AM)
    Oui les français nous exploitent, oui les chinois nous exploitent mais que dire des arabes. Eux ils nous exploitent en utilisant la corde la plus sensible: la religion. C'est encore plus dangereux du moins pour nous les africains.
    Auteur

    Vérité Pour Vérité

    En Octobre, 2015 (09:25 AM)
    On ne peut pas vouloir une chose et son contraire. Vous voulez que le tronçon Ndiguiraye - Nioro soit refait alors où voulez qu'on aille chercher du sable de consolidation dans une autre localité ou sur Mars ? La carrière en question n'a jamais accueilli des champs; arrêtez de raconter des mensonges. L'extraction du sable a commencé au mois de juillet dernier et vous parlez des difficultés à acheminer les récoltes d'un mil qui est toujours sur pied jusqu'à la date d'aujourd'hui. Des conneries, rien que des conneries; des affabulations, rien que des affabulations. Dans ce pays qu'est le Sénégal devenu le Pays des Lamentations on passe tout son temps à mentir; c'est dommage.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (10:43 AM)
    toi ki est allé chez seneweb tu n'as pas honte combien de jeunes de diamaguene ki travaillent laba arreter vos coneris svp c pourkwa nous nous reculons toujours iniane ini :baby-crawl:  :baby-crawl:  :baby-crawl:  :baby-crawl: 
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (11:13 AM)
    L’institut Panafricain des Arts Divinatoires IPAD lance une formation

    pour devenir voyant professionnel.

    Cette formation ouverte à tous, prépare et accompagne les personnes qui

    dans un but professionnel souhaite réaliser des consultations de voyance.

    Cette formation propose pendant 10 jours une approche complète du métier

    de voyant en étudiant spécifiquement la numérologie ainsi que le

    fonctionnement de la capacité de voyance.

    Démarrage du stage prévu le 26 octobre 2015

    Les places sont limitées renseignements au 33 823 54 72
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (13:57 PM)
    Auteur

    El Hadji Seck Ndiaye Conseille

    En Novembre, 2015 (19:13 PM)
    Un paysan sénégalais résidant à Diamaguène où je suis né

    Permettez moi d’écrire une lettre ouverte par ce canal de commentaires



    Monsieur le Président de la République

    Nous population de Diamaguène situé dans la région de Kaolack, département de Nioro du Rip, Arrondissement de Paos koto, commune de Darou Salam, vous saisissons à travers cette lettre ouverte pour vous informer avec exactitude de la situation relative à l'extraction du sable, contrairement à ce qui était dit dans une lettre ouverte publiée sur seneweb et signée par un comité.

    D'abord, aucun Comité n'a été mis en place au sein du village. Ce comité n'est que des membres d'une famille dont les deux membres sont issus du même père et de la même mère, et tous du même parti PDS. Ils n'ont pas été mandatés par les habitants. Tout ce qui est relaté dans leur lettre est FAUX. Il n'y a aucune vérité.

    Monsieur le Président, vous avez dit pour un Sénégal émergent;

    nous avons dit pour un Diamaguène émergent.

    Nous sommes nés et avons grandis à Diamaguène, pourquoi vouloir mettre notre village dans un cours d'eau ou dans pétrins comme le suggère ce groupe de quatre (04) personnes.

    Ensuite, pour être plus clair, je vous relate les faits tels qu'ils se sont déroulés.

    Après votre pose de la première pierre, les chinois ont choisi le sable de Diamaguène, après étude. Ils ont saisi l'adjoint au Maire, étant donné que le titulaire était en voyage.

    La réponse de l'adjoint au Maire était clair:

    il s'agit d'étudier les possibilités sans risque de dommages ou de préjudice aux populations de Diamaguène, mais aussi de partager avec les autorités départementales sur cette question sensible et enfin de discuter avec la population de Diamaguène.

    Après avoir été saisie, nous populations de Diamaguène, avons voulu sauter sur cette opportunité pour disposer de cette chose utile dont le village réclame pendant des années qui est l’électricité. Cette opportunité a aussi permis aux populations de Diamaguène d’évoquer d’autres besoins importants.

    On dit souvent qu'il n'y a point de développement sans électricité ni route.

    Ainsi, avec l'appui des autorités municipales, des autorités administratives et de certaines personnes ressources, nous, populations de Diamaguène, avons signé un contrat avec les chinois pour une durée de six (06) mois dont les clauses les importantes sont l'extraction de sable sur un espace de 200m de long et 5m de large avec 1m de profondeur contre la mise en oeuvre de la route en latérite de Diamaguène au village de Mbaye Faye, l'électrification par la mise en place de 10 poteaux au moins et le recrutement des jeunes du village.

    Monsieur le Président ce soi-disant comité n'a pas été envoyé par le village étant qu'il a mis à l'écart le Chef de village et l'imam du village. C'est un groupe composé de personnes malintentionnées qui ne se soucient pas du développement de notre village. Des autorités n'ont jamais manqué dans ce village et personne n'a eu cette attitude. Le premier intendant de l'armée sénégalaise du nom du Colonel Landing BESSANE est né dans ce village.

    Aujourd'hui, le village demande un soutien de l'Etat pour l'élargissement du programme d'électrification.

    La population a gardé les souvenirs de votre passage lors des élections de 2012.

    Monsieur le Président celui qui s'est approprié la fonction de secrétaire général au sein du soi-disant comité, se dit docteur en géographie qui ne foule le sol de son village natal qu'à des évènements exceptionnels. C'est lui qui reste devoir à sa terre natale qui prie pour lui, en participant à son émergence, son développement, à l'épanouissement des jeunes au lieu de poster des lettres sur internet. Lui il peut en disposer parce qu'il est à Dakar, mais les habitants du village qui, pour charger leurs portables, sont obligés de se déplacer sur une distance d'au moins 500 mètres. Les étudiants sont contraints de garder leurs ordinateurs fermés jusqu'à leurs retours dans leurs universités.

    Le président du comité se dit apériste. Je ne nie pas qu'il puisse disposer de la carte de membre, mais il ne milite pas pour le parti; et lors des élections municipales il n'a pas voté pour l'APR. De plus c'est un transhumant de l'AFP qui n'est pas en parfaite cohésion avec les jeunes du village.

    En ce qui concerne le vandalisme des cultures dont le soi-disant comité fait référence, qu'ils nous disent la liste de ceux qui ont été affectés.



    Je demande à ce groupe d'arrêter le sabotage et de passer à l'essentiel pour le développement de ce village.



    Je vous remercie Monsieur le Président et je remercie aussi ce groupe de m'avoir offert l'occasion de m'expliquer sur cette affaire.



    Auteur

    Le Village De Diamaguene

    En Novembre, 2015 (21:24 PM)
    un villageois, un paysan

    de Diamaguene village

    commune Darou salam

    Département de Nioro du Rip



    Réponse de la lettre ouverte :

    Nioro du Rip - Le village de Diamaguene demande au Président Macky Sall d'arrêter les chinois de Sino Hydro





    Monsieur le Président de la République

    Son excellence Monsieur Macky sall



    La lettre est fallacieuse



    Le projet de construction de la route constitue une avancée majeure pour notre continent.

    le Village de Diamaguene est ouvert pour le projet



    Le comité n'existe même pas au village et le président du comité ne représente rien dans le village. Il est toujours contre l'avancée de notre cher village, le village de Diamaguene.

    Il n'est pas membre actif de l'APR(comme avancer à travers la lettre) pour preuve je vous demande de consulter le coordonnateur de l'APR de la commune de Darou salam ou le président du conseil départemental de Nioro du Rip et ou les jeunes républicains du département

    Le secrétaire du comité n'est pas un résident de notre cher village, il vient au village deux fois par année ,les fêtes de la Tabaski et de la korité. Le soit disant secrétaire n'a jamais assisté une seule consultation donc comment il peut relater les faits, un mensonge verbal traduit par un sénégalais non républicain et qui n'est pas imbu de valeurs sures et morales.

    Les conseillers du PDS Aminata Diouf et du PS Moussa Thioye (un maleur comme on l'appelle) sont contre le développement de notre cher département, un Nioro émergent.



    Les autorités locales étaient très prudentes même si les terres sont du domaine national( absence de titre foncier).

    Deux malheureuxc onseillers n'étaient pas favorables pour le projet: Aminata Diouf( la soeur de Aliou Diouf ) et Moussa thioye( même liste PS durant les élections locales de 2014). ils font de la politique un métier de 12 mois et ne travaillent pas pour le développement de notre commune.

    Notre village fait plus de 1000 personnes résidentes: ni électricité, ni poste de santé et l'adduction d'eau ne respecte pas les normes standards.



    Le village propose : une piste, de l'électricité et le recrutement des jeunes

    Les chinois acceptent

    les autorités locales sécurisent



    On note aucun impact négatif sur notre environnement au contraire le site devient de plus en plus favorable pour les cultures de contre saison et la réduction du danger vis à vis des enfants dont le comité mente à travers leur lettre fallacieuse.



    -Monsieur le Président de la république

    -Les sénégalais

    Les villageois sont devenus des responsables et qui militent pour le développement de notre pays.



    Aliou Diouf: un docteur de famille

    Tu es redevable à notre cher village

    Le Docteur Aliou Diouf cherche des projets pour les jeunes du village, pour les femmes ou même pour notre école. les jeunes chôment et le village souffre des intellectuels qui inhibe son développement : comme vous un docteur de famille

    C'est mieux car tu peux pas entravé le développement mené par la communauté.



    Chères autorités

    chères bonnes volontés

    chers républicains

    chers responsables

    chers ressortissants de Nioro du Rip

    Les chinois "utilisent notre sable" pour la construction de la route

    Le village de Diamaguene demande uniquement au chinois de respecter leur engagement( une piste , électrifié une partie du village et de recruter les jeunes intéressés)

    Les populations de Diamaguene sont pour le projet car il sagit bien du PSE

    Nous demandons encore une fois de plus à nos vaillantes autorités de nous soutenir pour que notre village soit entièrement électrifié avant fin Janvier 2016.



    La lettre du Docteur Aliou Diouf est fallacieuse( je dis bien et j'étais présent durant tout le processus). Si tu es contre le maire ou bien contre l'état notre village ne sera jamais le prix



    Nous remercions les maires(titulaire et adjoints) de la commune de Darou Salam, ils sont pour les populations, le préfet et le sous préfet et la gendarmerie

    Nous remercions également le chef du village de Diamaguene et l’imam d'avoir soutenu le développement de notre village.

    Continuons ensemble pour un Sénégal émergent

    Un Nioro du Rip émergent

    un village de Diamaguene émergent





    "La pauvreté n'est pas naturelle"

    Aujourd'hui, le village demande un soutien de l'Etat pour l'élargissement du programme d'électrification.



    La population a gardé les souvenirs de votre passage lors des élections de 2012.



    En conclusion

    la majeure partie du village accepte l'extraction du sable car les populations du village de Diamaguene faisaient l'extraction du sable depuis des années et même le Docteur Aliou Diouf a construit une maison grâce à cette extraction dont il parle

    Donc Sino hydro peut extraire pour la route car il paye les populations: route ,électricité et recrutement des jeunes.

    les autorités assurent bien le respect des engagements: la quantité de sable , les profondeurs( le autorités étaient bien présentes au village pour constater ensemble avec nous les impacts positifs et négatifs)



    Le village y gagne beaucoup car notre village est créé vers 1815 et dispose une population supérieure à 1000 personnes résidentes : on vit dans le noir et la haute tension est à 10 m de notre école

    Le chinois entracte du sable ; construit une route ; électrifie une partie du village ; recrute les jeunes

    un plaidoyer pour le village:

    soutenir les chinois pour que notre village soit entièrement électrifié

    la construction d'un poste de santé

    le recrutement les jeunes

    L'adduction d'eau par la SDE

    Au travail

    au travail

    au travail

    pour un Sénégal émergent

    Notre village ne sera jamais le prix pour combattre un maire ou un état

    Docteur cherche des projets pour le village

    Nous remercions le président de la république car il a fait sa première visite dans le département Nioro et bien dans le village de Diamaguene en 2012 : électrifié notre cher village

    le chef du village, l'imam du village et les conseillers sont de tout cœur avec le sous préfet ,le maire de la commune Darou salam et la gendarmerie

    Le comité est bien une famille du Docteur Aliou Diouf et de madame aminata Diouf ( même père et même mère)







    Diamaguene village

















Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email