Mardi 07 Avril, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Economie

Budget 2016 : Comment l'Etat compte trouver et dépenser les 3022 milliards

Single Post
Budget 2016 : Comment l'Etat compte trouver et dépenser les 3022 milliards
Seydou Guèye, le ministre auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement et son collègue en charge du Budget, Birima Mangara, ont fait face à la presse ce vendredi, pour décortiquer la loi de finances pour 2016 et en divulguer les différentes orientations. Et pour ce budget de 3022,398 milliards de francs Cfa, qui a haussé de 153.3 milliards par rapport à 2015, les 1721 milliards seront mobilisés par nos administrations. (principalement les Impôts et Domaines et la Douane : Ndlr)


Où l’Etat compte trouver les 3022 milliards

 «Sur les 3022,398 milliards, 1721 milliards proviendront des efforts des administrations fiscales et douanières. Il faut y ajouter des recettes non fiscales de 113 milliards. 111 milliards proviendront des ressources non fiscales, 113 autres milliards de recettes exceptionnelles, des remboursements de prêts, des dons budgétaires et des emprunts que nous allons effectuer pour l'ordre de 531.9 milliards. Au niveau de la coopération internationale, on va mobiliser 437 milliards soit un  accroissement de 32 milliards par rapport au budget de 2015 et en fin 95 milliards qui proviendront des comptes spéciaux du Trésor. Voilà comment l'Etat compte s'y prendre pour mobiliser ces 3022 milliards», a expliqué le ministre en charge du Budget.


Quant à la ventilation de ces milliards, l’Etat a priorisé l’investissement. «Plus d'investissements seront consentis pour plus de croissance économique pour un partage équitable de la richesse créée entre les différentes couches. Par inversement il faut comprendre les ressources qui vont directement au bénéfice des populations pour l'amélioration de leurs conditions de vie», a indiqué M. Guèye.


 Comment ils seront utilisés

Ainsi, pour 2016, 1048 milliards contre 962,428 milliards de francs Cfa en 2015, seront alloués à l’investissement. Ce qui correspond à 34,67% du budget global. Une hausse qui a pu avoir lieu, grâce à l'effort de rationalisation des dépenses publiques, avec une suppression des dépenses relevant de projets d'appui institutionnel pour un montant de 25,165 milliards de Cfa. Des économies qui permettront de financer 19 projets structurants dont l’autoroute Thiès-Touba, la réhabilitation du chemin de fer Dakar-Bamako, le Pont de Foundiougne, la relance du tourisme en Casamance etc. Quant à l'accès aux services sociaux de base, la couverture sociale et la préservation des conditions d'un développement durable, 74 milliards de FCFA ont été alloués aux projets comme le Programme d'Urgence de Développement communautaire, le Programme National de Bourses de Sécurité familiale, la construction de l’Université El Hadji Ibrahima Niasse entre autres.


Objectif, dépasser les 5% de croissance

M. Mangara a surtout souligné que le budget a été complètement aligné sur les objectifs du Pse. «Sur le budget d'investissement de 1048 milliards, 645 milliards sont alloués à l'axe relatif à la transformation structurelle de l'économie et à la croissance. Pour l'axe deux, relatif au capital humain, la protection sociale et l'inclusion, c'est un budget de 245 milliards qui est prévu. Pour la gouvernance, la sécurité et la paix, 123 milliards sont prévus pour prendre en charge les questions de gouvernance», a indiqué Birima Mangara.


Et ces investissements, dans le cadre du Pse, ajoutés aux réformes, permettront d’atteindre  les objectifs de croissances. «L'objectif du Sénégal émergent, c'est de réaliser, en 2016, un taux de croissance de plus de 5%. Les comportements du secteur agricole, du secteur secondaire ainsi que du secteur tertiaire, donnent des gages d'une croissance qui dépassera certainement les 5% qui constituent un objectif minimal. Les différentes réformes aussi permettront de dépasser ces 5% », a ajouté Birima Mangara.


liiiiiiiaffaire_de_malade

7 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (16:07 PM)
    L’institut Panafricain des Arts Divinatoires IPAD lance une formation

    pour devenir voyant professionnel.

    Cette formation ouverte à tous, prépare et accompagne les personnes qui

    dans un but professionnel souhaite réaliser des consultations de voyance.

    Cette formation propose pendant 10 jours une approche complète du métier

    de voyant en étudiant spécifiquement la numérologie ainsi que le

    fonctionnement de la capacité de voyance.

    Démarrage du stage prévu le 19 octobre 2015

    Les places sont limitées renseignements au 33 823 54 72
  2. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (16:28 PM)
    Youpiiiii le PSE arrive !!!! L'émergence est en route !!!!
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (16:28 PM)
    Une autoroute Dakar Thiès (en passant par Mbour) Kaolack Tamba Ziguinchor est plus pertinent que que dakar touba.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (17:38 PM)
    l'emergence n'est pas une mince affaire il faut dire la verite aux populations. meme le maroc qui est plus avance que nous n'est un pays emergent. cependant nous saluons les efforts poses par l'etat.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (17:41 PM)
     :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo: 
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (17:44 PM)
    Faites-ns plutôt un bilan 2012-2015 en termes de dépenses des budgets précédents: quelles sont les réalisations structurantes effectuées dp l'arrivée de Macky ? Le bilan visible semble trop faible et 2017 arrive à vive allure. Je crains la sanction négative du peuple trés avisé.
    Auteur

    Khadim

    En Octobre, 2015 (09:04 AM)
    Le plus important n'est pas le montant mais ce qu'on en fait. Augmentation des recettes fiscales et douanières veut dire que les pauvres sénégalais vont en pâtir (pression fiscale plus importante pour les pauvres et les moyens) car ce sont ces gens qui subissent le plus la pression fiscale et douanière (taux d'imposition non proportionnelle au revenu, augmentation des prix des denrées de première nécessité, ...). Le niveau des ressources extérieures ne facilite pas les choses avec sûrement l'augmentation du niveau de l'endettement qui se répercutera sur la poche du pauvre contribuable. Réduction du personnel des ambassades, il faut ajouter suppression des indemnités de 500.000 Fcfa des femmes des ambassadeurs. De toute façon, nos dirigeants s'en moquent puisqu'ils bénéficient suffisamment d'avantages pour supporter cette situation. Je me demande quand aurions - nous des dirigeants qui s'inquiètent du sort des pauvres sénégalais. Pffffff.
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2015 (19:35 PM)
      donc on peut rassurer les enseignants.puisque le budget passe à 3022 milliards , le respect des accords est évident

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email