Vendredi 03 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Economie

Covid-19/emplois : Les prestataires et investisseurs de l’Aibd refusent ''d’emprunter pour payer une masse salariale colossale''

Single Post
Les Prestataires de l'Aibd sollicite l'aide de Macky Sall
Le Collectif des Prestataires et Investisseurs sénégalais de l’Aéroport International Blaise Diagne (COPIS) et l'Union des Acteurs du Fret (UAF), ont interpellé l’Etat du Sénégal sur l’absence d’accompagnement dans ce contexte marqué par l’arrêt d’activité. 

« Nous saluons les mesures initiées pour la sauvegarde des emplois mais aussi pour venir en aide aux entreprises les plus impactées notamment celles évoluant dans le secteur du Transport en général et du Transport Aérien en particulier », a salué les deux entités dans un communiqué. 

Cependant, les deux entités, « fortement implantées» parce qu’évoluant exclusivement à l’AIBD,  regrettent l’absence de prise en compte de leur secteur. « Nous regrettons, l’absence d’implication et de prise en compte du secteur extra-aéronautique et du fret dans la mise en place des mesures d’accompagnement des entreprises fortement impactées et plus globalement dans la gestion de cette crise qui les concerne au plus haut niveau. »

Il dénonce  les propositions de renvoi vers un fonds de garantie et de bonification pour disposer de crédit, de trésorerie et de prêt auprès des établissements financiers.  

 Le collectif regrette également l’absence d’accompagnement quelconque de l’Etat envers les entreprises presque à l’arrêt avec la fermeture de l’Aibd. 

Ainsi, COPIS et l’UAF se demandent comment l’Etat du Sénégal peut demander aux entreprises du secteur privé d’aller emprunter pour payer au minimum 70% des salaires habituels, alors que les problèmes des entreprises vont au-delà des salaires . 

«  Nous précisons ainsi que la nature de nos activités avec les énormes problèmes connus des plus hautes autorités, ne permet pas d’emprunter pour payer une masse salariale colossale à presque 3 000 employés sans aucun accompagnement de l’Etat, qui reste le seul garant de la survie de nos entreprises en cette période de crise inédite », disent-ils. 

Par conséquent, le COPIS et l’UAF souhaitent bénéficier d’un accompagnement de l’Etat, sur l’attribution de fonds non remboursables, une garantie intégrale des différents crédits sollicités pour la relance des activités, et la grâce fiscale. 

liiiiiiiaffaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    En Avril, 2020 (14:38 PM)
    Vous voulez qu'on vous finance avec nos impôts ou prêts pour que vous rapatriez les bénéfices dans vos pays respectifs. Et nous nous mettrons encore à vous payer les dettes et leurs intérêts interminables. Déclarez la faillite et nous reprendrons le business après la crise.

    Avez vous demander à la Chine de subventionner vos entreprises en terre chinoise ? Non, vous les avez vendues au dixième de leur valeur en courant la queue entre les jambes. Bien, ici ça va être pire.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email