Lundi 30 Mars, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Economie

La SOCAS ferme sa deuxième usine de Dagana (radio)

Single Post
La SOCAS ferme sa deuxième usine de Dagana (radio)

La Société de conserves alimentaires du Sénégal (SOCAS) a licencié 84 employés et décidé de fermer sa deuxième de tomates à Dagana (408 km, Nord), rapporte un correspondant de l'APS, citant Radio-Sénégal (publique).

 

"Nous avons été convoqués par la Direction générale qui nous a fait savoir que, vu les 30.000 tonnes qui lui ont été allouée et les charges salariales, elle ne pourra pas faire face et a décidé de fermer l'usine", a dit le porte-parole du collectif des travailleurs, Amath Sokhna Kandji.

 

Selon lui, ces ex-agents "ne peuvent pas s'opposer à la fermeture de l'usine, qui a eu dans le passé à produire jusqu'à 75.000 tonnes, si telle est la volonté de ses bailleurs".

 

"La volonté de tous les licenciés aujourd'hui est de bénéficier le plus rapidement possible de leurs droits, à savoir un mois de salaire, un mois de préavis et des indemnités", a toutefois précisé M. Kandji.

 

A défaut, a-t-il prévenu, les travailleurs licenciés vont attaquer en justice décision de leur employeur de les mettre au chômage sans s'acquitter du règlement de leurs droits sociaux. 

 

Les contacts avec la direction de la SOCAS à Dagana sont restés vains, a signalé le correspondant de l'APS à Saint-Louis.

 

En juin dernier, l'ancien ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural, Benoît Sambou, était au Centre agricole de Ndiaye, dans la région de Saint-Louis, dans le cadre d'une visite de prise de contact avec les acteurs relevant de son département ministériel.

 

M. Sambou soulignait les difficultés rencontrées cette dans la filière des tomates en raison de la décision de la SOCAS de ne pas acheter la production. Il annonçait des concertation avec les parties concernées pour trouver "des solutions idoines".

 

La tomate industrielle a réalisé un chiffre d’affaires de 3,120 milliards de francs CFA lors de la dernière campagne, apprenait l'APS lors d'une réunion annuelle destinée à faire le bilan de cette filière, tenue à Saint-Louis.

 

Abdoulaye Dieng, un responsable de la filière, indiquait une production de 40.000 tonnes de tomates enregistrée en 2012, "dont 28.700 livrées aux usines de la SOCAS et 11.205 achetées par la Société Agroline, soit un chiffre d’affaires de 3,120 milliards".

 

Cette production était en baisse par rapport à celle de la campagne 2010-2011 qui avait atteint 60.000 tonnes. Cette chute était imputable à des conditions climatiques peu favorables pour cette filière polarisant 15.000 chefs de famille des départements de Dagana et Podor.


liiiiiiiaffaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    Papi

    En Février, 2013 (06:06 AM)
    C'est le lobby qui est entrain de mettre la pression.

    Il faut quitter ce maudis francs CFA pour stimuler le credit et permettre aux locaux d'investir.

    C'est quoi une unsine de concentre de Tomate? Les Chinois montre le chemin dans le saloum: Petite Unite de transformation et tout le monde y trouve son compte.

    Les colons peuvent partir,ils conditionnent tout.
  2. Auteur

    Dalez

    En Février, 2013 (09:18 AM)
    Merci PAPI, t'as tout compris. Que ces colons aillent au diable! nous en avons assez. Faut que ça cesse! Ce sont des grugeurs qui ne se soucient guère de l'intérêt des populations!
    Auteur

    Jdc

    En Février, 2013 (09:46 AM)
    oui c'est ça tout est la faute des blancs. nous nous sommes des génis
    Auteur

    Boy Walo

    En Février, 2013 (10:57 AM)
    hummm. ça va être la dèche à dagana. la socas est la seule industrie de la zone. même si elle ne fonctionnait que trois mois (février, mars et avril) par an, elle permettait à beaucoup de pères et de soutien de famille d'avoir un peu de répit.
    Auteur

    Garbalawal

    En Février, 2013 (12:02 PM)
    tous des nullards surtout les directeurs coureurs de jupons
    Auteur

    Xamlé

    En Février, 2013 (17:21 PM)
    L'Etat a laissé tombé la filiière de la tomate industrielle. En effet, "Dieg bou diar' ne peut tout simplement plus faire face à la concurrence de la tomate importée de Chine et mise en boîte au sénégal, il s'agit de "Pod'or " et de "Linguère". L'idéal aurait été que les deux derniers venus face comme la SOCAS, à savoir: acheter la production des paysans sénégalais pour booster la production de tomate. Mais hélas, comme d'habitude, les sénégalais préfèrent enrichir les paysans chinois plutôt que les leur. il n'y a aucun patriotisme économique au Sénégal et les gens qui sont sur ce forum ne savent même pas de quoi ils parlent, ils versent dans des attaques faciles contre les français. Pour rappel, la SOCAS était auparavant la SNTI (société totalement sénégalaise) plombée par la mauvaise gestion des sénégalais si prompts à fustiger l'impérialisme et le néocolonialisme français. Le sort des quinze mille familles et des 84 employés ne semblent pas émouvoir grand monde. Après le démantèlement de la filière arachide c'est celui de la filière tomate qui suit.
    Auteur

    Raisonnable

    En Février, 2013 (17:56 PM)
    En sortant du CFA on s’affaiblit d'avantage que nous le sommes regarder au tour de nous tous les pays qui ont quitter le franc CFA (Mauritanie Guinée) où es qu'il en sont au niveau monétaire.

    Ce qu'il nous faut plutôt c'est de réfléchir et surtout d'investir dans la recherche et les emploies d'avenir comme par exemple l’énergie propre... Et pour cela il faut avoir le courage et les moyens politiques et économiques d'accomplir cette révolution car c'est une vraie révolution en se lançant dans un tel projet il y a de la concurrence. Qui maîtrise la recherche d’aujourd’hui dominera sans aucun doute l'industrie de demain



    De toute façon l'usine de transformation de tomate de Dagana anciennement SNTI battait de l'aile depuis la fin des années 90
    • Auteur

      Xxxx

      En Février, 2013 (07:48 AM)
      @xamle
      vous avez tout a fait raison c'est l'etat qui est entrain de tuer la filière tomate.pourquoi podor et linguere (surtout podor)ne font font pas comme la socas c'est a dire se ravitailler au niveau du marché senegalais au lieu d'acheter de la pate de tomate venant de chine qui en réalité ne necessite pas beaucoup de main d'ouevre au niveau des usines.ne versons pas dans le racisme inutile mais il faut que l'etat regarde d'abord l'interet du peuple senegalais qui n'est pas l'interet de quelques bureaucrates en cravate mais regarde plutot l'interet de ces milliers de paysans qui triment déja à avoir un bon rendement.toutes ces societes n'ont qu'a acheter d'abord toute la production de nos paysans pour avoir les memes couts de production et se faire une concurrence loyale c'est tout.
    Auteur

    Pepes

    En Février, 2013 (12:02 PM)
    MERCI XAMLE!NOUS SEMBLONS MARCHER SUR LA TêTE...AVEC DES POLITIQUES ECONOMIQUES QUI VONT CONDUIRE A LA DEINDUTRIALISATION!!!

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email