Dimanche 12 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Education

Mary Teuw Niane à propos d'irrégularités sur les orientations: "Micmacs de 100 à 200 millions"

Single Post
Mary Teuw Niane à propos d'irrégularités sur les orientations: "Micmacs de 100 à 200 millions"

Réformes universitaires, micmacs sur les orientations, master pour tous... Mary Teuw Niane s’est exprimé sur toutes ces questions avec EnQuête, tout en se voulant véridique. “Je hais le discours politicien”, déclare le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.


Depuis que les réformes sont enclenchées, on voit que vous avez un discours très musclé, que vos collaborateurs ne vous connaissez pas forcément. Qu’est-ce qui explique cela ? 
C’est juste qu'il faut dire les choses telles qu’elles sont. Je hais le discours politicien, pour dire la vérité, parce que je considère que ça fait partie des choses qui ont contribué au recul des réformes dans notre pays. Cette langue de bois qui peint tout en mi-figue mi-raisin, alors que la réalité elle est tout autre. On a un devoir, quand on occupe des postes de responsabilité, de dire la vérité aux Sénégalais. Et c’est ce que répète d’ailleurs très souvent Monsieur le Président de la République. Nous avons un fort leadership politique, mais le Sénégal a besoin de leadership intellectuel, de leadership au niveau du système éducatif, de la recherche. 
Nous avons trouvé une situation qui date de plusieurs décennies, où la violence a gangrené le système de l’enseignement supérieur. Cette violence, il faut qu’elle disparaisse. Est-ce qu’il faut être là pour dire tout temps : “il y a des casses, il y a de la violence. Il faut qu’elles disparaissent”. Et ne rien faire ? Ou faut-il prendre des mesures de telle sorte qu’on ait un électrochoc des acteurs, pour que chacun se dise : “mais tiens, dans ce qui se passe, je suis un responsable” ? 
Dans la manière de conduire les réformes, certains disent qu’on pouvait y aller étape par étape, mais on a l’impression que vous voulez tout faire à la fois. 
C’est une opinion. En réalité, les réformes, on y va étape par étape. Les réformes sont dans les 11 décisions du conseil présidentiel qui résument les 78 recommandations de la concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur. Ces 11 décisions, c’est très difficile de les mener tout de suite, en même temps. Mais la situation de l’enseignement supérieur est tellement critique que, ou bien on fait les transformations qui permettent de changer et d’aller vers des situations positives, ou bien tergiverser et faire pourrir la situation. J’ai choisi, et je pense que c’est ce qui a été décidé lors de la concertation, de mener les réformes de base. 
Les réformes de base, c’est le changement de comportement, c’est le financement des institutions d’enseignement supérieur, c’est l’élargissement de la carte universitaire et c’est tout ce que les technologies de l’information et de la communication peuvent apporter à l’enseignement supérieur. Nous avons mené ces trois choses-là en même temps. Et en filigrane, je dirais de manière transversale, il y a la question de la transparence qui commence à être abordée. 
Venons-en au master pour tous. Comment quelqu’un qui sort de l’université avec des connaissances générales sans aucune formation peut espérer s’insérer dans la vie ? 
Il y a beaucoup de choses qu’il doit faire. Vous savez, nous sommes dans une culture qui nous enferme et qu’il faut briser. Nous n’avons pas développé de formation professionnelle de manière massive. Mon ami et collègue Mamadou Talla est en train de faire beaucoup d’efforts pour développer la formation professionnelle. Il y a beaucoup de bacheliers qui sont orientés dans les universités, mais qui n’ont pas le niveau. On pense que faire des études universitaires, il faut commencer de la première année au doctorat. Il y a même qui commencent à nous dire que l’admission au doctorat doit être automatique. 
Il suffit de regarder dans les différents pays. L'on est orienté en master parce qu’on a le niveau et parce que les structures qui sont chargées de vous accueillir ont la capacité de vous encadrer. Les départements, les enseignants font des niveaux. Nous les encourageons à faire plus d’efforts pour accueillir plus d’étudiants. Mais ce serait une erreur de dire aux étudiants que le master pour tous est un droit. 
Dans ce cas, quelle alternative offrez-vous à ceux qui ont la licence et qui ne sont pas admis en master ? 
L’université forme. Nous avons une autre mission, une mission incidente, qui est de préparer à l’emploi. Les universités ont signé ce qu’on appelle les contrats de performances. Dans ces contrats, il y a un volet de préparation à l’emploi. Nous allons travailler avec les universités pour que ce volet puisse être mis en œuvre. Et que quand quelqu’un termine une licence ou au moment de la faire, qu’il puisse être formé et préparé pour aller chercher un emploi. C’est ça qu’on peut faire. Le reste, c’est le tissu économique et c’est le rôle du Plan Sénégal émergent. Avec tous les projets qui sont attirés au Sénégal, ceci va créer un appel à l’emploi. Mais ça ne va pas s’inventer du jour au lendemain.
En juillet 2010, vous aviez dénoncé dans l’émission École des savoirs de Rfi la tentative du gouvernement de massifier l’UGB avec 1800 nouveaux bacheliers. Pourquoi, 4 ans plus tard, vous imposez à cette institution 3000 bacheliers ? 
Parce que nous avons construit. C’est ça la différence. Quand j’étais recteur, je me suis toujours battu pour que l’État termine les infrastructures. C’est quand j’ai été nommé ministre que j’ai travaillé en étroite collaboration avec le ministère de l’Économie et des Finances et le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme et nous avons pu livrer 300 lits supplémentaires pour le campus de l’UGB. Nous avons livré UGB II avec un amphi de 1000 places, un auditorium de 1000 places, 14 salles de TD, 4 salles de TP et une vingtaine de bureaux. Nous avons finalisé l’extension de la bibliothèque de 300 places à 1200 places. Les orientations, je le rappelle parce qu’on a de jeunes collègues qui ne connaissent pas l’histoire de l’université, jusqu’en 1995 ou 1996, ne se faisaient pas au sein de l’UGB. Ça ce faisait ici, à la salle des actes de l’UCAD. C’est là où nous venions en délégation faire la sélection, avec l’UCAD. 
Est-il vrai qu’il existe des magouilles dans le système d’orientation ? Qu’une faculté oriente 100 étudiants et au final se retrouve avec un effectif de 400 étudiants ? 
Je ne peux pas dire qu’il y a des magouilles, mais il y avait beaucoup d’interventions. J’ai reçu beaucoup de félicitations d’enseignants, même de recteurs et de doyens qui m’ont dit : “vraiment M. le ministre, vous nous avez enlevé un fardeau, parce qu’au moment des orientations, c’était des interventions intempestives pour orienter l’enfant de tel”. Moi-même quand j’étais recteur, j’aimais souvent dire qu’entre mi-septembre et fin octobre, je ne répondais qu’aux coups de fil dont je connaissais l’origine. Un coup de fil sur deux, au moins, c’était des interventions pour orientation. Et ça, on l’a supprimé. 
Vous n’avez pas relevé donc de vente d’orientation ? 
Non, ça c’est terminé. Pour les bacheliers sénégalais, cette année, il n’y eu aucune vente d’orientation. Je savais qu’il y avait des facultés où on vendait les places. Peut-être même que c’est ça qui augmente les troupes. Je sais qu’il y a des facultés où, à la fin de l’année, les gens gagnaient 100 à 200 millions à cause de micmacs liés aux orientations. Ça, on l’a supprimé pour les nouveaux bacheliers. Nous allons régler ça aussi pour les étrangers. Parce que campusen ne prend pas en charge les étudiants étrangers qui s’inscrivent dans nos universités. Je sais qu’il n'y a pas mal d’interventions à ce niveau-là. Cette année aussi, nous allons supprimer ça. C’est la même chose aussi pour ce qui est des bourses. Cette année, les bourses seront données sur la base des résultats au bac. Dès le 3 novembre, nous publierons la liste du budget. Et tout le monde saura que ce sont les meilleurs qui ont obtenu les bourses. 
Pouvez-vous confirmer qu’il y a eu une vente de place à un million dans une faculté ? 
En tout cas, ce que je sais, c’est qu’il y a eu dans les années passées une vente de place. Mais cette année, il n'y en a pas eu pour les étudiants sénégalais. Aucun étudiant n'a été orienté dans une faculté ou une UFR en dehors de campusen. 
En ce qui concerne les fonctions de services, on dit qu’il y a des directeurs qui ont des coffres dans leur bureau parce que ça génère beaucoup d’argent. Vous êtes-vous intéressé à cette question ? 
Nous avons déjà, avec le ministre de l’Économie et des Finances, signé l’arrêté qui réglemente les fonctions de services. Au niveau de l’UCAD, le ministre de l’Économie et des Finances a nommé les agents comptables qui doivent être dans les établissements les plus importants. Et ceci va nous permettre de supprimer les comptes parallèles afin d'avoir une gestion transparente de ces fonds. 
Avez-vous évalué ces comptes parallèles ? 
On évalue les fonctions de services à l’UCAD entre 4 et 7 milliards. La question de fond est que la mise en place de ces agences comptables est l’une des conséquences du résultat des audits. En mettant ça en place, c’est qu’il n’existera plus de comptes parallèles. Tout le monde est obligé de verser l’argent dans ces comptes. Il ne peut pas y avoir de caisse dans un établissement. 
Dans certains établissements publics, les étudiants du privé sont parfois supérieurs à ceux du public... Qu'en est-il exactement ? 
Ça fait partie des choses qu’on va réglementer. Il n’est pas normal, il n’est pas admissible que vous ayez 20 étudiants recrutés dans les formations de l’État et que, à côté, vous ayez 100 étudiants. On remettra les choses à l’heure. S’ils veulent recruter 100 dans le privé, il faut qu’ils recrutent aussi 100 dans le public. 

EnQuête


liiiiiiiaffaire_de_malade

10 Commentaires

  1. Auteur

    Deug

    En Juin, 2014 (22:43 PM)
    Ce monsieur a decu toute une nation. Un dictateur ki se croit le seul intelligent du pays, il n'ecoute meme pas ses propres collabo. En realite il se bat (puiskil est chevalier) pour des reformes qui l'auraient exclus et exclus meme l'actuel president de la republique des universites. Ses verites n'ont rien a voir avec la realite senegalaise: un pays majoritairement pauvre qui cherche encore sa voie.

    Sa politik est simple, ne jamais debattre avec klkun mais plutot accorder des interviews aux journalistes pourris. Ainsi son image reste clean car personne n'aura l'occasion de lui flinguer en direct (sa gestion de l'ugb, les recrutements familiio, les directions pr caser ses poulins).
    • Auteur

      Mané Moussa

      En Juin, 2014 (23:05 PM)
      cher deug, tu peux émettre toutes les alertes du monde mais ces gens n'écoutent personne. ils croient même redresser une injustice mais vis à vis de qui? allez savoir!!! ils sont très imbus de leur personne et on y peut rien sauf à reprendre nos cartes d'électeurs à les bouter hors du champs de nuire. seul le vote sanction nous débarrassera d'eux. vive le sénégal, vive la démocratie et vive l'etat de droit.
  2. Auteur

    Dr

    En Juin, 2014 (22:54 PM)
    @Deug surement un mécontent. foute nous la paix. Mr le ministre est entrain d'abattre un excéllent travail.
    Auteur

    Dams

    En Juin, 2014 (23:06 PM)
    Je pense que si on le laisse travailler il peut faire des résultats. Le sénégalais aine la facilite. Ailleurs il n'a jamais existe un Master pour tous. C'est un rêve. Un enseignement c la qualité.les étudiants doivent savoir que cette reforme c dans leurs intérêts. Ces étudiants quand ils vont sortir sauront que ce qui se fait dans l'enseignement public c au Senegal seulement que ça se fait. Ailleurs c la crème ki fait le Master ou doctorat. On doit tout simplement supprimer certains départements dans nos universités publique. On doit former l'étudiant par rapport aux besoin du pays, beaucoup d'étudiants sont former inutilement. Ce qui fait que quand ils sortent de l'université ils ne peuvent pas trouver du travail a part enseigner.un enseignement doit être pratique et efficace .
    • Auteur

      Limazo

      En Juin, 2014 (10:31 AM)
      toi tu fais le malin
      mais si ce minitre décide de travailler et dis que le master pour tous n'est pas possible et la bourse pour tous n'est pas aussi possible, il peut avoir raison. mais il doit aller jusqu'au bout de la logique: l'orientation pour tous n'est pas possible. c'est la seul logique sui valent pas de censure, ni de politique politicienne.
      ensuite quand il dit qu'une délégation de l'ugb se rendait à dakar pour les orientations. c'est vrai mais ce sont les enseignants de l'ugb qui choisissaient leurs étiudiants, on ne les envoyait pas des tout venant. cette délégation dont le ministre a surement du faire partie, orienter des étudiants. le nouveau mauvais système est totalement différents. donc il fait de la démagogie. ndeyssane.
      toutes ces réformes ne sont pas porteuses de développement universitaires. sa cartes universitaire c'est du toussss, nada, dara, rien
      l'histoire nous jugera
    Auteur

    Mané Moussa

    En Juin, 2014 (23:08 PM)
    Cher DEUG, tu peux émettre toutes les alertes du monde mais ces gens n'écoutent personne. Ils croient même redresser une injustice mais vis à vis de qui? Allez savoir!!! Ils sont très imbus de leur personne et on y peut rien sauf à reprendre nos cartes d'électeurs à les bouter hors du champs de nuire. Seul le vote sanction nous débarrassera d'eux. Et puis quel que soit le sujet, des fanatisés qui ne lisent rien les approuvent sans savoir de quoi parlent-on. Vive le Sénégal, vive la démocratie et vive l'Etat de droit
    Auteur

    Kana

    En Juin, 2014 (23:21 PM)
    je partage vos idées mais le problème est que vous devez commencer par les prof et l'administrations le respect du calendrier scolaire car cela fait parti des causes de notre retard ajuster la gestion universitaire augmenter la limite d'âges aux étudiants pour l'armée, les concours etc. et vous verrez qu'ils vont quitté les gens veulent quitter mais pour faire quoi arrêter votre politique et soyer juste envers vous et vos actes et y'aura le développements. Ayez une pensée pour le social monsieur le ministre la nourriture et le logement c'est important apprenons de nos erreurs pour mieux créer
    Auteur

    Hqe

    En Juin, 2014 (00:13 AM)
    Le problème c'est que même le calendrier c'est le ministre qui le gère (involontairement?). Les univeristés se sont débrouillés pour mettre en place un découpage de l'année académique alors que les étudiants qui continuaient à être orientés par le ministre s'inscrivaient même en avril. Et des étudiants qui n'en pouvaient plus d'attendre leurs bourses "entrent" en grève.

    Regardez de plus près l'exemple de l'esp ou les étudiants entrent par test. Ils viennent de recevoir leurs bourses alors qu'ils s'étaient inscrits avec l'ancien taux(l'Etat leur devait une ristourne). Ils ne sont pas nombreux et ils n'ont pas de diplômes intermédiaires. C'était simple de leur verser leur bourse et de vérifier et rectifier éventuellement après.

    Le ministre a fait tant d'interventions chirurgicales sur un malade à tca allongé.
    Auteur

    Abdoulaye Seck

    En Juin, 2014 (00:29 AM)
    1/ 17 ans pour une licence c'est inadmissible

    2/ des master pour tous , c'est l'universite au rabais

    3/des inscriptions a 4000F c'est moins cher que pour s'inscrire au jardin d'enfants

    4/il faut assainir les universites
    Auteur

    Hqe

    En Juin, 2014 (01:44 AM)
    Dans quelle(s) faculté(s) a-t-on 17 ans pour une licence s'il vous plait?

    Assainir l'université ne devrait-il pas signifier créer des écoles de formations en nombres? Beaucoup d'étudiants viennent à l'université parce qu'il n'y a que . Et beaucoup même s'ils bouclent leur parcourt très rapidement n'ont pas beaucoup de choix. N'est ce pas que c'est dans les textes de Lmd qu'ils ont mentionné(par maladresse?) Master 1 pour tous? Et pourquoi les master professionnels ont tardé à être mis en place? Parlant des inscriptions, elles ont été augmenté et c'est l'année ou elles l'ont été que les salles de tp de chimie n'ont plus de produits; les les labos de biologies n'ont plus de quoi acheter des grenouilles et des aliments pour les rats? La partie d'inscription qui devait donner des réponses à l'équipement pédagogique(ip) n'est pas accessible.
    Auteur

    Packolo

    En Juin, 2014 (15:24 PM)
    Bonjour

    Il serait très pertinent de faire l'entête des lieu pour mieux réussir les réformes. En fai l'enseignement supérieur soufre de deux choses fondamentales: la surpopulation estudiantine d'une part et l'accueil et l'encadrement d'autre part. La surpopulation est d'ordre structurel liée à la population jeune par contre pour l'accueil trouver des établissements extra universités pour faire des cours. Et l'encadrement prendre le taureau par les cornes. La grande deforme c'est de nous laisser les enseignants du supérieur au lieu de les affecter dans l'administration générale ou dans les bureaux ministériels . Car le revers c'est qu'ils ont pied à l'université et un autre dehors entraînant ainsi un manquement dans leur tâche. Par contre s'ils sont en plein temps dans le milieu extra universitaire, ils seraient plus performants et on peut les remplacer par d'autres qui seront en plein temps à l'université et répondre d'une manière efficace à leur tâche. Compter par exemple le nombre d'enseignants du Perrier et hautement spécialises qui ont un un pied dans l'administration générale.

    A réfléchir.
    Auteur

    Et Nous Les Sacrifiée De Campu

    En Juin, 2014 (16:28 PM)
    et nous les sacrifiés de campusen nous qui avons lutter pour avoir notre bac nous qui soit disant non mm pas de dossier d'orientation nous qui avons perdu une année scolaire a ne rien faire en regardant nos camarade de classe suivre leurs cour faire leurs td percevoir leurs bourse poursuivre leurs vie nouss qui ne savent meme quoi repondre quand on nous demande"NAKA UNIVERSITE ?". somme nous pas des etudiant comme les autres avons nous pas le droit a l'education de poursuivre nos etudes normalement pourquoii ils nous sacrefiee et ne parl mm pas de nouss  :dedet:  :tala-sylla: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email