Mardi 14 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Education

Salamata Bâ, meilleure bachelière de la région de Matam,Fée pour la diplomatie

Single Post
Salamata Bâ, meilleure bachelière de la région de Matam,Fée pour la diplomatie

Salamata Bâ, 19 ans, élève en Terminale L2 au lycée de Bokidiawé dans la région de Matam, s’est imposée devant ses camarades, avec 13,93 de moyenne.


Du Gabon au Fouta.

Kawlé Dialloubé, à quelques encablures de Orefonde, dans la région de Matam, coule de reconnaissance pour son enfant.

Une belle toucouleur, svelte, née au Gabon et que le destin a traînée au Sénégal. De Libreville au Fouta, Salamata s’est forgé une forte carapace pour conquérir le monde. Découvrir la personnalité qui se cache derrière ce charmant minois vaut le détour. De cette expérience, on saura que la diplomatie n’attend pas le nombre d’années pour se laisser apprivoiser. A 19 ans, Salamata Bâ en est une personnification. Malgré son jeune âge, elle sait comment discuter avec tact et habileté, négociation et stratégie. D’ailleurs, elle a déjà une orientation pour sa future carriére. «Je vais choisir le droit. Mon rêve est de poursuivre mes études en France pour faire diplomatie. Plus tard, je veux devenir ambassadrice. Et je voudrais servir en Arabie Saoudite ou en Inde», glisse-t-elle sans sourciller. Ce n’est pas pour rien qu’elle est la première bachelière de Matam, avec 13,93% de moyenne. Une note qui ne fait pas sursauter, puisque la recalant à la mention «Assez bien».
 
Sa mère nourricière.

La jeune fille est d’une détermination qui force l’admiration. Elle dit : «Je me donne à fond pour réussir. Je l’ai toujours fait et ce n’est pas maintenant que je vais me dégonfler.» Pour Salamata qui vit dans un village privé d’électricité et d’école secondaire, le parcours n’a pas été une sinécure. En classe de TL2 au lycée de Bokidiawé, elle a été contrainte de quitter le cocon familial, pour ne pas passer à côté de ses rêves. «La semaine, je logeais à Bokidiawé et ne revenais que le week-end au village. On marchait des kilomètres pour rallier le lycée. Et c’est depuis l’école primaire.» Ces sacrifices, Salamata les a faits pour faire plaisir à sa mère. Celle qu’elle n’a pas vue depuis 6 ans est sa source de motivation. «J’avais 8 ans quand j’ai quitté le Gabon pour le Sénégal. C’était en 2006. Depuis, je ne l’ai pas revue. J’avais commencé l’école au Gabon à Monboint I de Libreville. Mes parents m’ont transférée au Sénégal. Une fois ici, j’ai repris le Ci.» Nostalgique, elle confie : «Maman tient beaucoup à mes études, mon frère n’a pas pu faire les siennes au Sénégal, ce qui l’avait vraiment courroucée. Pour ne pas la décevoir, je fais tout pour être à la hauteur de ses espérances. Quand elle me manque, je me dis que je la reverrai le jour que j’aurai mon bac. Et mon objectif était de l’avoir avec mention pour la rendre heureuse.» Quand elle parle de son père, ses yeux pétillent de reconnaissance, sa voix s’étreint d’affection : «Mon papa est émigré au Gabon. Il finance mes études. Il a 2 femmes et chacune a 8 enfants, mais il a tout fait pour que je réalise mes objectifs.» Sevrée de sa maman depuis 6 longues années, sa belle-mère l’a beaucoup soutenue. Hawa Diop : «Salamata est une fille gentille, serviable et studieuse.»
 
Pilote de ligne ou le rêve brisé.

Si Salamata n’a pu être bachelière avec une excellente mention, c’est parce qu’elle n’a pas suivi sa série de cœur : la S3. Elle explique : «Je voulais être pilote. Au collège, j’ai choisi les sciences, j’y excellais. J’ai viré en L2, parce qu’en Seconde, je me suis ramassée en maths. Néanmoins, j’ai toujours été bien dans les matières littéraires.» Sa meilleure amie, Ramata Bâ, bachelière elle aussi : «Nous sommes amies depuis 10 ans. Nous avons fait les bancs ensemble et révisons ensemble. Quand il s’agit d’étudier, elle y va à fond. Elle ne lâche rien.» Taquine, elle nous brosse la mésaventure de Salamata devant le palais de la République : «On a confisqué son téléphone.» Salamata rigole et confirme : «J’étais devant le palais et prenais des photos, le gendarme m’a arraché l’appareil.» La coquine ne s’est pas limitée à prendre des photos. «J’ai aussi dit aux gendarmes que je voulais rencontrer le président de la République.» Une franchise qui fait rire.
 
«Si le gendarme m’avait laissée voir le Président…»

Salamata n’a pas mis les pieds dans la capitale sénégalaise depuis 2006. Dix ans durant lesquelles la jeune fille était loin de s’imaginer la différence entre Dakar et sa région. Le choc fut rude. «Une fois à Dakar, j’ai compris que l’on nous a oubliés. Vous avez vu le piteux état de nos routes ? Voir les belles routes de Dakar, ses infrastructures, alors qu’ici, c’est la table rase, m’a fait perdre l’appétit. Si le gendarme m’avait laissée voir le Président, je lui aurai dit mes quatre vérités. Je lui aurai demandé de faire quelque chose pour notre village. On n’a pas d’électricité, pas d’écoles, souffre pour étudier. Les femmes souffrent. Sans structure sanitaire, elles accouchent en cours route, pour rallier une localité qui en dispose. Je lui aurai parlé de tous ces problèmes et confié que ma ville est morte, qu’il n’y a rien et que l’Etat doit nous aider.» Un message débité avec la même hargne que la Matamoise met à atteindre son but : réussir dans ses études… et dans son ménage. Salatama, outre le bac, a décroché un mari. Son époux, un professeur d’Histoire-géographie, a demandé et acquis sa main le jour des délibérations. «Mon mari m’a soutenue dans mes études et ne sera pas un frein pour ma carrière», prophétise-t-elle plus qu’elle ne prie.
 


liiiiiiiaffaire_de_malade

12 Commentaires

  1. Auteur

    Bintourassoul

    En Octobre, 2016 (12:31 PM)
    FELICITATIONS MA FILLE! ET BONNE CONTINUATION.



    LES GENDARMES AU SENEGAL SONT DES CONS FINIS.. ET ILS SONT IMPOLIS, ARROGANTS ET BETES.. POUR LA PLUPART ILS NE SONT PAS EDUQUES ET SONT TRES AIGRIS.



    DANS LES PAYS CIVILISES ET DEMOCRATES, ONT PREND DES PHOTOS DEVANT LES PALAIS, TEL QUE LA MAISON BLANCHE... PARTOUT OU JAI ETE JAI PRIS DES PHOTOS AUSSI LONGTEMPS QUE CE NEST PAS Á L'INTERIEUR DU PALAIS OU DE LA MAISON BLANCHE.. EN FRANCE ET MEME EN ESPAGNE, AU LUXEMBOURG DEVANT LE PALAIS DU ROI.. SEUL AU SENEGAL OU ILS SONT CONS, DES BETISIERS.. DES CONS FINIS.. DEVANT UN PALAIS ON TARRACHE TON PORTABLE..
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2016 (13:49 PM)
      ce n'est pa parce que c permis ailleurs que sa doit l'être au sénégal! na ton pas le droit d'avoir nos propres mesures de sécurité! certainement tu as fau preuve d'arrogance la bas,comme ici dans ce poste ou tu temploi plus a.nous montrer que tu as voyagé! espèce de prétentieux!
  2. Auteur

    Lebaolbaol Tigui

    En Octobre, 2016 (13:03 PM)
    Poullo Debo, adagni gorko ?
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2016 (13:53 PM)
    Meilleure eleve avec moin de 14! Notre système éducatif est dans le rouge
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2016 (07:12 AM)
      franchement, le système scolaire doit etre renouvelé! ce n'est pas acceptable que l'on se contente du minimum!
    Auteur

    Le Fouta Est Foutu

    En Octobre, 2016 (14:07 PM)
    Le Fouta est foutu



    Le Fouta est foutu



    Le Fouta est foutu



    Le Fouta est foutu



    Le Fouta est foutu
    Auteur

    Wathever

    En Octobre, 2016 (16:05 PM)
    dans 5 ans a la sortie de l'enam elle ne voudra plus de son prof assez fou pour draguer une mineure. ou va t on a ce rythme
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2016 (18:10 PM)
    Quelle journaliste nulle. Arrête ta carriere Mademoiselle. Tu n'iras nulle part. Elle fait de ces fautes st personne ne dit rien. Ou va le senegal

    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2016 (18:37 PM)
    Au moment oú Salamata Ba faisait des kilometres á la recherche de savoir, certains haineux de Sénéweb s´occupaient de leur sabar et de leur Mbaraan toute la journée. Le résultat, tout le monde connait.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2016 (18:38 PM)
    Bravo Salamata, mes encouragements. Tu réussira Inch´Allah
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2016 (22:05 PM)
    Arrêtez de promouvoir la médiocrité. Si elle est la meilleure élève de la region avec avec une moyenne de 13,93, c'est que notre système éducatif est foutu.
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2016 (01:06 AM)
      en plus le prof d histo geo s empresse de la cravater salamata oublie ta carriere de diplomate les fourneaux les casseroles et biberons t attendent ka kangado
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2016 (02:04 AM)
    treize de moyenne c'est la distinction la plus basse !!! pauvres élèves de bokidiawe
    Auteur

    Anonyme7

    En Octobre, 2016 (08:56 AM)
    Une moyenne inférieure à 14 et en plus en L2 et oser nous la présenter comme une crack. C'est une honte, elle mérite toute juste un encouragement. Elle n'a pas eu de mention.

    Dans les séries scientifiques réputées plus difficile, des élèves se retrouvent avec des moyennes des moyennes de 16/20.



    Je ne suis pas sure que l'auteur de cet article soit journaliste, sinon il aurait trouvé plus intéressant à raconter. Laisse cette fille travailler au lieu de la faire croire qu'elle a déjà tout réussi.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2016 (09:58 AM)
    C'est pas extraordinaire ça.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email