Vendredi 05 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Environnement

Abdoulaye Bibi Baldé n’envisage pas une révision des textes en faveur des exportations de bois

Single Post
Abdoulaye Bibi Baldé n’envisage pas une révision des textes en faveur des exportations de bois
Une révision des textes pour favoriser l’exportation de certaines ressources forestières comme le bois, le ministre ne le cautionne pas. Et cela Abdoulaye Baldé, ministre de l’Environnement et du Développement durable l’a clairement dit ce vendredi au cours d’une conférence de presse. 

Lors de la rencontre, M. Baldé dit ne pas croire que le trafic de bois se fait à cause de l’interdiction faite par les lois sénégalaises d’importer le bois. Du point de vue économique, cela ne semble pas pertinent, indique le ministre de l’Environnement qui dit ne pas partager cet avis. Ce, «parce que l’exportation est une façon très rapide d’accélérer le rythme de dégradation de notre forêt. Parce qu’effectivement nous n’avons pas cette réserve».
 
Si au Sénégal on dit que nous avons 13 millions d’hectares de forêts estimées à 24 000 milliards et que le couvert végétal n’est pas en réalité plus abondant que cela en réalité, Abdoulaye Baldé renseigne que «le bois dont il s’agit, qui est destiné à l’exportation est un bois rare qui n’existe qu’en Basse Casamance et un peu vers la moindre Casamance». D’où sa conviction qu’au vu de la situation «nous ne pourrons pas tenir un peu plus de 10 ans d’exportation. Alors pour toutes les ressources naturelles s’épuisent vite, il n’est pas indiqué d’autoriser l’exportation parce que cela crée un artifice. On pense que nous sommes riches de façon artificielle et cela ne dure que peu de temps. Et on ne peut pas, du point de vu budgétaire, augmenter des recettes d’exportation sur des ressources qui vont s’épuiser dans 10 ans».
 
Le ministre qui du point de vue économique, dit ne pas être convaincu de la pertinence de réviser les textes pour autoriser l’exportation du bois sénégalais, explique sa position par le fait que «10 ans après les recettes d’exportation vont chuter de façon drastique. Et c’est déjà un problème d’acquis budgétaire. Il va entrainer beaucoup de problèmes économiques, je pense qu’il n’est pas indiqué du point de vue économique, tant qu’on n’a pas la possibilité de régénérer cette ressource de façon durable. Or, vous savez que le bois peut mettre 20 ans avant de produire. On n’a pas des réserves comme le Gabon, les pays d’Afrique centrale en matière de forêts. Il faut qu’on soit réaliste».

liiiiiiiaffaire_de_malade

4 Commentaires

  1. Auteur

    Dems

    En Février, 2015 (23:31 PM)
    Monsieur le ministre si vous respectez vos dire,c'est une bonne chose,..Puisse que notre fortune est exposé à tout vent et a l'air libre et non dans un coffre fort, il faut la gardé et la sécurisé plus qu'elle n'est aujourd'hui. :sn:  :sn:  :sn: 
  2. Auteur

    Reboiser

    En Février, 2015 (04:11 AM)
    Conservons le peu de forêt qui nous reste en Casamance après le passage du Général Fall et ses scieries. Il nous faut nous investir davantage dans le reboisement plutôt que l'exploitation à outrance. Merci, Monsieur le Ministre.
    Auteur

    Ssss

    En Février, 2015 (15:51 PM)
    kan moye abdoulaye bibi diallo yene wa seneweb yena raciste yene bone rek wallaye waye dengueni de te bayi fi pulaar diñko lakka
    Auteur

    Ce Qui Favorisent

    En Février, 2015 (06:09 AM)
    Ceux qui facilitent le traffic du bois en faveur des pays de la sous-region sont dans le gouvernement au compte de leur pays d'origine. Ils ont decide de faire tomber le Senegal par tous les moyens.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email