Vendredi 24 Janvier, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Crise des Rohingyas : Suu Kyi dénonce la "désinformation"

Single Post
Crise des Rohingyas : Suu Kyi dénonce la "désinformation"

Aung San Suu Kyi, qui dirige de facto le gouvernement birman, a dénoncé mercredi l'"iceberg de désinformation" donnant selon elle une vision trompeuse de la crise des musulmans rohingyas, qui alarme la communauté internationale.

C'est le premier commentaire officiel, depuis le début des troubles fin août de la prix Nobel de la paix, très critiquée à l'étranger pour son silence sur le sort de cette minorité musulmane, qui fuit par dizaines de milliers au Bangladesh.

La compassion internationale à l'égard des musulmans rohingyas est le résultat d'un "énorme iceberg de désinformation créé pour générer des problèmes entre les différentes communautés et promouvoir les intérêts des terroristes", a-t-elle déclaré lors d'un échange téléphonique avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Ce dernier a à plusieurs reprises condamné la réponse du gouvernement birman à cette crise, parlant de "génocide" dans cette région du nord-ouest de la Birmanie, l’État Rakhine.

Une accusation rejetée par Aung San Suu Kyi, qui a toujours défendu l'action de l'armée, et affirmé que son pays fait "en sorte que tous les habitants voient leurs droits protégés".

D'après les organisations humanitaires, outre les 146.000 réfugiés, principalement Rohingyas, arrivés au Bangladesh depuis le 25 août, des milliers de personnes seraient en route et certaines toujours bloquées à la frontière.

"J'ai marché pendant sept jours avec ma famille portant ma mère de 90 ans sur mon dos", raconte Ali Ahammad, un Rohingya de 38 ans, maigre et épuisé.

Nombre de Rohingyas tentent leur chance sur des rafiots de pêche à travers la rivière Naf, qui marque une frontière naturelle entre la Birmanie et la pointe sud-est du Bangladesh. Une solution risquée, les flots de ce cours d'eau pouvant être particulièrement capricieux en cette période de mousson en Asie du Sud.

Mercredi, les corps de cinq enfants noyés dans le naufrage de leur bateau se sont échoués côté Bangladesh.

"J'ai dû vendre les bijoux en or de mon mariage pour payer le bateau pour arriver au Bangladesh. Nous sommes saufs mais nous ne sommes aujourd'hui plus que des réfugiés sans le sou" renchérit Gul Bahar, mère rohingya de six enfants.

Les violences ont commencé par l'attaque le 25 août de dizaines de postes de police par les rebelles de l'Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), qui dit vouloir défendre la minorité rohingya.

Depuis, l'armée birmane a déclenché une vaste opération dans cette région pauvre et reculée, l’État Rakhine, qui a fait 400 morts.

Jusqu'à présent, les Rohingyas n'avaient presque jamais recouru à la lutte armée. La donne a changé en octobre 2016 avec les premières attaques de l'ARSA.

Manifestation à Jakarta

Depuis des décennies, la minorité musulmane des Rohingyas, qui compte environ un million de personnes en Birmanie, est victime de discriminations en Birmanie.

Considérés comme des étrangers au sein de la Birmanie, pays à plus de 90% bouddhiste, les Rohingyas sont apatrides, même si certains vivent dans ce pays depuis des générations.

Ils n'ont pas accès au marché du travail, aux écoles, aux hôpitaux. Et la montée du nationalisme bouddhiste ces dernières années a attisé l'hostilité à leur encontre, avec des affrontements meurtriers.

Une situation qui rendait le silence d'Aung San Suu Kyi inacceptable à l'étranger. Mercredi, des milliers de musulmans ont manifesté à Jakarta pour exiger la fin des violences.

Prenant la tête des protestations internationales, la jeune prix Nobel de la paix Malala Yousafzai avait critiqué lundi la gestion du drame par la Birmanie évoquant "le traitement honteux dont font l'objet les Rohingyas".

Certains analystes estiment que la prix Nobel de la Paix est impuissante face à la montée des bouddhistes extrémistes et face à une armée qui reste très forte y compris politiquement dans un pays qui fut pendant près de 50 ans une dictature militaire.

Après une enquête sur la précédente flambée de violence, l'ONU avait dénoncé la vaste entreprise de répression "généralisée et systématique" menée essentiellement par l'armée à l'encontre des Rohingyas. Les Nations Unis estimaient que cela avait abouti à un "nettoyage ethnique" et "très probablement" à des crimes contre l'humanité.


Article_similaires

6 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (11:54 AM)
    Cette hypocrite doit la fermer; pour ménager l'armée elle ne va jamais dénoncer les exactions dont nos frères et soeurs font l'objet. La communauté internationale laisse faire et agira quand il sera trop tard comme au Rwanda. Le monde musulman est une honte !
    • Auteur

      Efo

      En Septembre, 2017 (12:10 PM)
      cette femme est une sacrée menteuse :elle est aussi diabollique que les militaires de la junte au pouvoir!
  2. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (12:17 PM)
    très déçu par cette prétendue prix nobel de la paix
    Auteur

    Waarou

    En Septembre, 2017 (13:06 PM)
    quels sont les "critères" qui lui ont donné ce prix de paix?

    qu'ALLAH SWT assiste les musulmans fi kulli makaan - aamiine
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (15:56 PM)
    Ils ont essayé de nous faire croire que gandi était grand, alors que c'était un enfoiré.

    Ils essaie encore de nous faire gober que cette dame serait pacifiste, alors que c'est une personne haineuse.

    Que Dieu vienne en aide aux musulman.

     :jumpy2:  :jumpy2:  :jumpy2: 
    Auteur

    Yatt

    En Septembre, 2017 (16:32 PM)
    En complément à ce qui été dit, il y a des aspects pour lesquels les réactions sont pour le moins curieuses :

    1. Mme Aung San Suu Kyi qui dit cette énorme hypocrisie a été coachée, promue, défendue, « créée » par les occidentaux tout comme d’ailleurs tous les génocidaires de musulmans (Al Qaida, EI, Al Nosra, l’Arabie Saoudite, Israël, la France en RCA et au Mali….)

    2. La condamnation de ces génocides dépend exclusivement de l’identité du génocidaire : Israël le fait depuis des dizaines d’années avec les populations de Gaza, les USA le font par les monarchies du golfe interposées au Yémen,

    3. Aujourd‘hui les images révoltantes des massacres de Rohingyas publiées se passent de tout commentaires (celle de cet homme brulé au « feu doux » dans un énorme pneu et psalmodiant « Allahou Akbar », celle de cet enfant couvert de poussière et sur qui est debout un homme aux pieds nus posés sur sa gorge et son tronc ….).

    4. Les voisins régionaux des palestiniens (Turquie, Arabie Saoudites etc… tous partenaires des USA), s’indignent curieusement du même traitement infligé à d’autres musulmans habitant à des milliers de km de leur région (il ne serait pas étonnant qu’Israël exprime son indignation par de « chaudes larmes !»)

    L’hypocrisie, le cynisme et la duplicité sont assurément les valeurs cardinales de l’Occident !!!

     :interrogation:  :frustre:  :interrogation:  :frustre:  :angle: 
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (16:38 PM)
    Cette dame ma beaucoup deçu. Dès qu'il s'agit des musulmans, elle est dans le déni total.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email