Dimanche 15 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Etats- Unis- Arabie saoudite: la fin d’une relation spéciale?

Single Post
Etats- Unis- Arabie saoudite: la fin d’une relation spéciale?

Le président américain, qui doit quitter la Maison Blanche en janvier 2017, participe ce jeudi 21 avril 2016 au sommet des six pays membres du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Qatar, Oman). Le président américain est venu avec l'intention de rassurer les monarchies sunnites sur le soutien de son pays face à leur rival régional, l'Iran majoritairement chiite. Mais est-ce seulement possible ?

Depuis 1945 et le pacte conclu entre le président Roosevelt et le roi Ibn Saoud à bord du navire américain USS Quincy, les relations entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite sont quasiment indéfectibles. L'accord en question peut se résumer en une phrase : accès aux ressources pétrolières pour les Américains, assurance d'une sécurité pour le royaume des al-Saoud.

Seulement, Riyad est de plus en plus irrité par les choix de Barack Obama au Proche et au Moyen-Orient. Alors, que peut donc dire le président américain au roi Salman ? Pour le directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), Pascal Boniface, auteur notamment de 50 idées reçues sur l'état du monde, paru aux éditions Armand Colin, « Barack Obama tentera de rassurer les dirigeants saoudiens, qui sont inquiets de l’évolution de la politique américaine dans la région ».

« Ils pensent que l’alliance conclue avec les Américains est en train de se dissoudre ou de s’étioler, notamment du fait du rapprochement des Etats-Unis avec l’Iran après l’accord sur le programme nucléaire iranien conclu le 14 juillet dernier. Il y a une crainte d’être abandonné au profit des Iraniens, à un moment où les Américains ont moins besoin du pétrole saoudien et où les Saoudiens ont des doutes sur la nature de l’engagement des Américains après, selon eux, le lâchage par les Etats-Unis du président égyptien en 2011 », décrypte Pascal Boniface.

Les Saoudiens ont également des craintes, ajoute le directeur de l'Iris, concernant « la crédibilité des Etats-Unis », après que Barack Obama, sur le dossier syrien, « avait fait de l’utilisation d’armes chimiques une " ligne rouge " à ne pas franchir par le régime de Damas », alors qu'il n'a finalement « pas eu recours à des bombardements contre l’armée syrienne lorsque ce fut le cas ».

Le président américain, un « tigre en papier »

L'arrivée de Barack Obama à Riyad, mercredi 20 janvier, a été des plus glaciales. Il y a des signes qui ne trompent pas : le roi Salman n'était pas présent sur le tarmac de l'aéroport pour l'accueillir, et l'arrivée du président américain n'a pas été retransmise en direct à la télévision nationale, comme c'est pourtant généralement l’usage lors de la visite d'un dirigeant étranger.

Interrogé par nos soins, Jacques-Jocelyn Paul, auteur d'un ouvrage très complet intituléArabie saoudite. L'incontournable, paru aux éditions Riveneuve, relève que dans l’entourage du roi, on affuble désormais Barack Obama du sobriquet de « président tigre en papier ». Pourquoi une telle froideur ? Elle tient surtout à des divergences de stratégie.

Pour le président américain, la priorité des priorités doit être la lutte contre les groupes jihadistes et la stabilisation des conflits régionaux, que ce soit en Syrie, en Irak, ou encore au Yémen. Pour le royaume des al-Saoud, au contraire, la priorité des priorités, c'est l'Iran. En mai 2015, en pleine négociation avec Téhéran sur son programme nucléaire, Barack Obama avait réuni les dirigeants du Golfe à Camp David. Mais le roi Salman n'avait pas jugé bon de faire le déplacement.

Le retour de l’Iran, un cauchemar pour les pays du Golfe

En réalité, depuis qu'un accord a été conclu sur le nucléaire iranien, les dirigeants saoudiens ne dorment plus ou presque. Téhéran est devenu à nouveau fréquentable, les sanctions sont levées, et donc, l'Iran bénéficiera à nouveau de ressources financières considérables, qui permettront de renforcer son influence à la fois au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen.

De quoi fâcher encore plus les émirs du Golfe et l'Arabie saoudite, pour qui l'hégémonisme iranien est - de tout temps - le véritable ennemi juré. Dans un article publié mi-mars dans le magazine The Atlantic, M. Obama appelait ses « amis » saoudiens à trouver un moyen de partager leur voisinage avec leurs rivaux de Téhéran. La formule a encore du mal à passer à Riyad.

L'ancien chef du renseignement saoudien, le prince Turki al-Fayçal, aujourd’hui libre de toute fonction officielle et célèbre pour ne pas mâcher ses mots, a déclaré que « les bons vieux jours » de l'alliance historique entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite était terminés, et que la relation bilatérale devrait être « recalibrée ». Et il ajoutait : « Nous ne pouvons pas compter sur un retour aux bons vieux jours d'autrefois. »

Article_similaires

5 Commentaires

  1. Auteur

    Mass

    En Avril, 2016 (17:58 PM)
    c'est sur les arabes aiment la facilité ;ils doivent apprendre a vivre avec des gens diffrents comme l'iran et poutant ils sont amis avec le principal ennemi des arabes c'est a dire israel
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2016 (18:24 PM)
      qui es-tu pour déterminer les ennemis des arabes à la place des arabes? sénégalais mo ayé. teuss !
  2. Auteur

    Anonyme Bamba

    En Avril, 2016 (18:10 PM)
    La fein du monde apros apre uncullier diren arabisaudi va construire iles
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2016 (18:30 PM)
    Obama est un tigre en papier. Le roi saoudien est un titre en acier.
    Auteur

    Alm

    En Avril, 2016 (21:18 PM)
    Notre malheur au Sénégal c'est d'avoir une presse minable et des pseudo-journalistes intellectuellement indigents. C'est pourquoi ils sont réduits au rôle de caisse de résonance de la propagande française (rfi, afp, france 24...) Si nous avions la chance de disposer d'une presse digne de ce nom, nous saurions qu'en ce moment précis, ce qui domine l'actualité des relations americano-saoudiennes, c'est l'affaire de la declassification du rapport confifentiel de 28 pages sur les attentats du 11 septembre. La famille des Al Saoud y a trempé jusqu'au cou

    Et ça le peuple américain ne le laissera pas passer par pertes et profits. L'administration corrompue de Washington est en train de louvoyer pour ne pas declassifier. Pris de panique, les Saoud ont mis sur la table une remise dettes de 750 milliards de dollars! Bigre rien que ça! Les terroristes salafistes au pouvoir à Ryad savent bien que c'est le début de la fin pour eux. C'est cela la clé des bouderies royales envers Obama et non les salades servies par rfi.



    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2016 (21:30 PM)
      hohoho tu as raison tous les soirs cnn en discute avec des specilistes malheureusement peu de journalistes senegalais comprennent anglais. cela se voit dans le traitement des informations qui proviennrnt de la gambie. nos journalistes ne font aucun efforts ils sont des caisses a resonances des medias de la france. nous sommes colonises par la presse francaise. domage domage
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2016 (22:07 PM)
      the 9/11 terror attacks

      the white house on tuesday all but threatened to veto a bill in congress that would allow a lawsuit to proceed against the saudi government for any role it may have played in sept. 11, 2001, terror attacks.

      obama has said such a lawsuit would open the door to a multitude of lawsuits against u.s. officials and members of the military working abroad.

      family members of 9/11 victims in a letter tuesday blasted obama for his stance. “it is not acceptable … to succumb to the demands of a foreign government that we abandon principles of american justice,” the letter said, according to the associated press.

      saudi arabia threatened to sell up to $750 billion worth of u.s. assets if congress passes the bill. such a move would jeopardize “the stability of the global financial system,” earnest has said.

      the official 9/11 commission concluded that senior saudi officials did not knowingly support the plotters, and since then, "we have seen the saudi government focus more intently on combating and countering those who propagated extremist ideology,” he said.

      complicating the matter is a new push to declassify 28 pages of the 9/11 report in 2002 by the senate and house intelligence committees that have not been made public and allegedly support the main theme of the lawsuit.

      the papers describe the role of saudi wealth in the spread of radical clerics who preached the ideology of al-qaeda. current and former members of congress are calling for the pages to be declassified and released.
    • Auteur

      Alm

      En Avril, 2016 (23:07 PM)
      plus précisément, les saoud menacent de se débarrasser de 750 milliards de dollars en actifs américains, ce qui signifierait l'effondrement du dollar
      mais ça revient au même: le chantage par les pétrodollars.
    • Auteur

      Pigiste De La Vertueuse Presse

      En Avril, 2016 (07:47 AM)
      ton indigence intellectuelle abyssale est de trouver une seule cause à un fait ou à un événement ( surtout politique et diplomatique) ! mais ce n'est point surprenant puisque tu ne t'abreuves qu'à partir d'un seul contenu médiatique et le diffuse comme une réflexion
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2016 (11:45 AM)
    LES SAOUDIENS N'ONT QU'A ALLER AU DIABLE.C'EST DES SATANIQUES

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR