Vendredi 20 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Justice

Mbour : la Maison de justice veut mettre les délégués de quartier au cœur de l’état-civil

Single Post
Mbour : la Maison de justice veut mettre les délégués de quartier au cœur de l’état-civil

La Maison de justice de Mbour (ouest) veut mettre les délégués de quartier et les acteurs de l’éducation au cœur de l’état-civil, a déclaré son coordonnateur Mamadou Diouf, mercredi, lors d’un atelier de sensibilisation sur l’importance de l’état-civil. Cette rencontre entre dans le cadre du Projet d’appui à la modernisation de l’état-civil au Sénégal (PAMEC), piloté le Centre national d’état-civil et exécuté par la Maison de justice de Mbour. 

L’objectif poursuivi est d’’’informer au mieux’’ par rapport ce sujet. ‘’Nous avons ciblé les délégués de quartier, les inspecteurs de l’éducation, les chefs d’établissement scolaire, les enseignants et autres agents municipaux, parce que nous avons constaté que le problème est beaucoup plus ressenti au niveau des élèves’’, expliqué M. Diouf. De son côté, Ibrahima Sarr, juge au tribunal départemental de Mbour, a souligné que ‘’l’état-civil est une question transversale qui suit la personne de la naissance au décès, en passant par le mariage et autres évènements qui doivent être matérialisés par un acte d’état-civil''. ‘’Souvent, certains enseignants agissent en ne se rendant même pas compte que les actes qu’ils posent peuvent être consécutifs à une infraction. Parce que le fait de demander à un élève de changer d’acte parce que son âge est élevé par rapport à son niveau d’étude c’est l’inciter à créer une fausse pièce d’état-civil. Il n’y a aucune possibilité de diminuer un âge’’, a fait remarquer M. Sarr. 

 ‘’Des personnes, croyant que le jugement signifie diminuer son âge, croyant que la diminution de l’âge est reconnue par la loi, viennent au tribunal dire je diminue mon âge. C’est pourquoi nous pensons que cette sensibilisation-là va porter ses fruits, parce que les populations seront bien informées et elles sauront que ce n’est pas prévu par la loi’’, a-t-il déclaré. Aussi, a souligné le juge Sarr, le fait de rester plus d’un an pour la déclaration des naissances ou un mois et 45 jours voire plus pour les décès et au-delà de six mois pour les mariages, avant d’aller chercher l’acte d’état-civil, peut compliquer la situation, ''Si c’est le cas, il faudra aller au tribunal, avec tout ce que cela comporte en termes de lenteur administrative, parce qu’il y a des procédures à respecter'', a-t-il encore dit.
Article_similaires

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR