Jeudi 20 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Médias

Abf et Seck victimes d'une chasse aux sorcières (par Daouda Mine)

Single Post
Daouda MINE, Redacteur en chef Seneweb.com

Depuis deux jours que cette affaire de “divulgation de secret-défense” est sur la place publique, j ai tourné et retourné la question dans ma tête. Je me suis posé moult questions, cherché la moindre faille, la plus petite erreur que mes amis de “L Observateur” ont pu commettre dans le papier qu on leur reproche d avoir publié. Je n en trouve pas. Finalement, c est le ministre des Forces armées qui éclaire ma lanterne. «Ceux-là qui ont permis aux organes de presse de posséder ces éléments ont tort et ils seront traqués», déclare Augustin Tine.

Alioune Badara Fall et Mamadou Seck sont donc au coeur d une chasse aux sorcières, sans le savoir. On les prend en otage pour trouver les “gorges profondes” de la “grande muette”. Celles-là qui ont révélé au quotidien du groupe Futurs Médias que les 2100 soldats que Macky Sall compte envoyer en Arabie Saoudite seront (oui, ils ne sont pas encore envoyés) composés de 4 groupements : deux groupes de combats nommés Alpha et Bravo et composés pour 1/3 de réservistes (en retraite depuis 5 ans) et pour 2/3 de militaires actifs, ainsi qu un groupe d’appui et un autre groupe de soutien, composés de 50% de militaires actifs.

C est cela un “secret-défense” ? En quoi cette information nuit-elle à l armée ? A moins que ce ne soit le fait qu il est révélé que le contingent sera composé en fait que de 50% de militaires actifs, le reste étant comblé par des retraités, information que nos autorités n ont sûrement pas transmise à la partie saoudienne qui finance l opération ! Si c est le cas, allez chercher la faute ailleurs que chez les journalistes qui n ont fait que leur travail.

Abf et Seck sont aujourd hui jetés en pâture. On les dépeint comme des pyromanes, des gens qui n en ont cure de la stabilité du pays et de la sécurité de ses “jambars”. Ceux-là qui les jugent ainsi et qui ne leur souhaitent que la prison ne sont pas meilleurs qu eux et ne sont pas plus patriotes qu eux.

L on pense qu il suffi de les cueillir en plein ramadan, à quelques jours de la korité et essayer de les intimider pour les faire fléchir. C est peine perdue.

Je connais Alioune Badara Fall. Il a été mon patron. J ai été son plus proche collaborateur, son Rédacteur en chef. Il a toujours agi, depuis qu il est à la tête de “L Observateur” et même bien avant, en bon père de famille. Il connaît l armée puisqu étant un ex-enfant de troupe. Il ne s aventurerait jamais à saper le moral des troupes. Son éducation et sa responsabilité ne le lui permettent pas. Et son patriotisme dépasse les hululements de ceux-là qui crient plus fort que les loups et qui le jugent sans vraiment le connaître.

Je connais également Mamadou Seck, “commissaire”. Il est un Grand reporter, un fouineur né, un “scooper” rarement pris à défaut pour ses informations, malgré le bonnet d âne que certains veulent lui faire porter.

Ils ont certes un “défaut” : leur courage frise parfois la témérité, mais ils sont justes avec eux-mêmes et avec leurs sources. Et cela, tout ceux qui ont eu à traiter avec eux le savent. Pourquoi pensez-vous que “L Observateur” est le premier quotidien du pays depuis 2006 et trône toujours au sommet des journaux avec ses 100.000 exemplaires/jour ? C est parce que tout simplement ses reporters sont assez compétents pour trouver les bonnes informations, mais assez responsables pour séparer le bon grain de l ivraie. C est aussi parce qu ils savent qu une source est à protéger jusqu à la geôle s il le faut. Et cela, ni le Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, ni la Section de recherches de la gendarmerie encore moins la Division des investigations criminelles (Dic) ou même le Président Macky Sall, ne peuvent rien y changer.

Vous pouvez les garder à vue, les déférer, faire autant de retour de parquet qu il vous plaira et même les placer sous mandat de dépôt, si cela vous chante, mais vous n obtiendrez jamais ce que vous cherchez. Jamais Mamadou Seck et Alioune Badara Fall ne vous diront d où ils tiennent leurs sources. C est mal les connaître que d essayer de les intimider ou de leur tordre le bras. Journalistes responsables ils sont et journalistes respectueux des règles ils resteront. N en déplaise aux corbeaux et autres faucons.


liiiiiiiaffaire_de_malade

22 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (13:45 PM)
    ABF et Seck? Et Guèye dans tout ça? :emoshoot: 
    • Auteur

      Pds

      En Juillet, 2015 (16:18 PM)
      le pds a t'il oublie la destruction des journaux l'as et 24h chrono. a t'il oublie le journaliste qu'ils avaient emprisonne et lui demandait d'ecrire une lettre de grace a wade. le pds a t'il oublie les coups de marteaux sur talla sylla, les letrre de menaces sur des leaders politiques et les violences sur des journalistes comme sjd. mais je reve ou quoi ? le pds ose parler comme si les senegalais etaient des moutons qui oublient le terreur qu'ils semaient dans le pays avec leurs brigades de repression qui sillonnaient le pays. le pds doit se taire.
    • Auteur

      Abakara

      En Juillet, 2015 (17:47 PM)
      chers journalistes reconnaissez quand même que vous avez l’art de la rhétorique, l’art de manipuler l’opinion par le verbe. platon dénonçait même cette rhétorique, comme une tricherie,comparable à la cosmétique, disait-il, l’art du soin qui cache la réalité esthétique des corps. ne vous arrêtez pas aux mots « magiques » qui sortent de ces bouches, faites preuve de perspicacité !Être libre ne se résume guère à voler des informations pour les exposer dans la place publique.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (13:47 PM)
    Toi taches d'abord de corriger toutes les fautes et conneries que tes gars publient ici
    Auteur

    La Vérité

    En Juillet, 2015 (13:58 PM)
    PING-PONG

    IL faut l’avouer. L’image est très peu reluisante de journalistes faisant l’objet de retours de parquet et autres incommodités qu’ils sont prompts à raconter quand il s’agit d’autres citoyens. Comme une incongruité à un moment ou l’on vante partout la vitalité et le dynamisme de la presse sénégalaise.

    Néanmoins, il convient de s’arrêter un instant, loin des loups qui hurlent ensemble.

    D’abord il s’agit de noter que réclamer ses sources à un journaliste relève d’une méconnaissance totale d’une méconnaissance d’un des piliers de ce métier savoir la protection de sa source. Céder à la pression représente la pire des trahisons pour un élément de cette corporation.

    La délicatesse de l’information révélée (et encore !) ne doit nullement occulter cet aspect de la situation.

    Cependant l’on ne peut s’empêcher de se faire critique et même très critique quand il s’agit de la publication in extenso de procès verbaux d’audition d’une affaire si suivie de l’opinion.

    La perspective d’atteindre des pics de tirages et de vente a été comme le prisme qui a déformé la vue de ces journalistes. Et à cette considération, il faudra ajouter la paresse. Oui. La paresse. Des outils sont à la disposition des journalistes et qui permettent de traiter ce type d’information sans avoir besoin de publier dans toutes ses encoignures un P.V. Mieux, il s’agit d’une façon de protéger sa source. Celui là même qui prend des risques énormes et mu par ses intérêts surement (comme toute source au demeurant), mais qui a permis d’apporter à l’opinion des éléments d’appréciation de première main. L’honneur du métier est sauf.

    En 2004,Madiambal Diagne est allé en prison pour des faits similaires. Les journalistes savent qu’ils n’ont pas raison mais hurlent ensemble en rabâchant les sempiternelles justifications :la liberté d’expression si « chèrement acquise »(Encore que l’on ne connait aucun journaliste « tombé au champ d’honneur »)Tout juste y a-t-il eu quelques emprisonnements brefs et surement beaucoup de convocations. Rien de plus. Tout a été offert sur un plateau.

    Liberté d’expression ou liberté de dire n’importe quoi

    Le sensationnalisme débridé qui caractérise la presse en ce moment constitue la véritable déviance d’une profession si noble dans son essence. Les principes de vérification et de recoupement sont laissés à la porte de nombreuses rédactions. Des bribes d’information sont à la une tandis que des sites internet tels des charognards marchent derrière se contentent de « servir » aux internautes des informations sans tète ni queue. Conséquence : L’on n’a jamais été aussi désinformé ou surement mal informés que nous ne le sommes en ce moment. Suprême paradoxe quand ce sont au moins 14 quotidiens qui ornent les kiosques chaque matin. En lire un équivaut à lire tout les reste. Les plus vigilants sauront faire des économies.

    Cependant ce sensationnalisme ambiant et qui régit la presse sénégalaise ne s’accommode que très peu à certains secteurs .Parmi ceux-ci, l’armée. Et sur ce point c’est au corollaire de la liberté d’expression qu’il est fait appel. Pour ne pas nommer la responsabilité. Le seul gage de l’équilibre de ce funambule nommé journaliste. Une perche, penchant tantôt vers la liberté et de l’autre vers la responsabilité et qui permet d’avancer sur la corde raide. Quand la conscience est votre étoile polaire, n’est-il pas convenable de ne point troubler la sérénité des citoyens et la votre. Comment ? En s’asseyant sur des informations. Tout bonnement Cela relève d’un grand courage et d’une grande humilité.

    La flemmardise, le vedettariat ont fini de gangrener la profession. Car pour les deux cas de figure, le traitement qui s’impose a été bâclé. Il est heureux que des événements de ce type arrivent. Ils constituent une occasion de procéder à une introspection et de comprendre tôt le danger qu’il y a à s’amuser avec les règles du métier de journaliste. Mais ce « voyage intérieur » ne se déroulera jamais. Comme ces individus si laids qu’ils en abhorrent le miroir. Et le Ping Pong parquet-commissariat de se poursuivre encore longtemps tandis que hurlent les loups



    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (14:42 PM)
    TON ARTICLE EST INDIGNE D UN ELEVE CM2

    Auteur

    Di Mansa

    En Juillet, 2015 (14:43 PM)
    Il nomme les peuls et persécute les autres.
    Auteur

    Ababacar Sadikh

    En Juillet, 2015 (14:50 PM)
    oui à la liberté, oui à la démocraie mais non à l'anarchie et à l'incivisme .....Avec l plus grand visionnaire du monde , le sénégal ne connaitra jamais l'émergence, trop de luttes, de danse, de politique et par conséquant moin de sérieu et donc moin de travail......JE suis parfaitement d'accor pour qu on rétablisse l'ordre: chacun saura ce qu il peut et ce qui lui est proscri.....Des pays comme le Maroc sont en train de nous dépasser et ils y sont parvenu grace à la rigueur de leu Roi, comme preuve, Ils sont en train d'installer le TGV et nous au lieu de bosser on se traite de sorcier, de voleur , on s'insulte à longueur de journée.....kouma saga nak je te pardonne si wére bou ted bi
    Auteur

    Truththatkills

    En Juillet, 2015 (15:02 PM)
    PING-PONG

    IL faut l’avouer. L’image est très peu reluisante de journalistes faisant l’objet de retours de parquet et autres incommodités qu’ils sont prompts à raconter quand il s’agit d’autres citoyens. Comme une incongruité à un moment ou l’on vante partout la vitalité et le dynamisme de la presse sénégalaise.

    Néanmoins, il convient de s’arrêter un instant, loin des loups qui hurlent ensemble.

    D’abord il s’agit de noter que réclamer ses sources à un journaliste relève d’une méconnaissance totale d’une méconnaissance d’un des piliers de ce métier savoir la protection de sa source. Céder à la pression représente la pire des trahisons pour un élément de cette corporation.

    La délicatesse de l’information révélée (et encore !) ne doit nullement occulter cet aspect de la situation.

    Cependant l’on ne peut s’empêcher de se faire critique et même très critique quand il s’agit de la publication in extenso de procès verbaux d’audition d’une affaire si suivie de l’opinion.

    La perspective d’atteindre des pics de tirages et de vente a été comme le prisme qui a déformé la vue de ces journalistes. Et à cette considération, il faudra ajouter la paresse. Oui. La paresse. Des outils sont à la disposition des journalistes et qui permettent de traiter ce type d’information sans avoir besoin de publier dans toutes ses encoignures un P.V. Mieux, il s’agit d’une façon de protéger sa source. Celui là même qui prend des risques énormes et mu par ses intérêts surement (comme toute source au demeurant), mais qui a permis d’apporter à l’opinion des éléments d’appréciation de première main. L’honneur du métier est sauf.

    En 2004,Madiambal Diagne est allé en prison pour des faits similaires. Les journalistes savent qu’ils n’ont pas raison mais hurlent ensemble en rabâchant les sempiternelles justifications :la liberté d’expression si « chèrement acquise »(Encore que l’on ne connait aucun journaliste « tombé au champ d’honneur »)Tout juste y a-t-il eu quelques emprisonnements brefs et surement beaucoup de convocations. Rien de plus. Tout a été offert sur un plateau.

    Liberté d’expression ou liberté de dire n’importe quoi

    Le sensationnalisme débridé qui caractérise la presse en ce moment constitue la véritable déviance d’une profession si noble dans son essence. Les principes de vérification et de recoupement sont laissés à la porte de nombreuses rédactions. Des bribes d’information sont à la une tandis que des sites internet tels des charognards marchent derrière se contentent de « servir » aux internautes des informations sans tète ni queue. Conséquence : L’on n’a jamais été aussi désinformé ou surement mal informés que nous ne le sommes en ce moment. Suprême paradoxe quand ce sont au moins 14 quotidiens qui ornent les kiosques chaque matin. En lire un équivaut à lire tout les reste. Les plus vigilants sauront faire des économies.

    Cependant ce sensationnalisme ambiant et qui régit la presse sénégalaise ne s’accommode que très peu à certains secteurs .Parmi ceux-ci, l’armée. Et sur ce point c’est au corollaire de la liberté d’expression qu’il est fait appel. Pour ne pas nommer la responsabilité. Le seul gage de l’équilibre de ce funambule nommé journaliste. Une perche, penchant tantôt vers la liberté et de l’autre vers la responsabilité et qui permet d’avancer sur la corde raide. Quand la conscience est votre étoile polaire, n’est-il pas convenable de ne point troubler la sérénité des citoyens et la votre. Comment ? En s’asseyant sur des informations. Tout bonnement Cela relève d’un grand courage et d’une grande humilité.

    La flemmardise, le vedettariat ont fini de gangrener la profession. Car pour les deux cas de figure, le traitement qui s’impose a été bâclé. Il est heureux que des événements de ce type arrivent. Ils constituent une occasion de procéder à une introspection et de comprendre tôt le danger qu’il y a à s’amuser avec les règles du métier de journaliste. Mais ce « voyage intérieur » ne se déroulera jamais. Comme ces individus si laids qu’ils en abhorrent le miroir. Et le Ping Pong parquet-commissariat de se poursuivre encore longtemps tandis que hurlent les loups



    Auteur

    Anonyme Garko

    En Juillet, 2015 (15:03 PM)
    JEUNE TU ES PRETENCIEUX UNENFANT DE TROUPE NE CONNAIT RIEN L ARMEE ILS NE SONT QUE DES ELEVES DU SECONDAIRE HABILLE EN TENUE MILITAIRE ILS APPRENENT LEURS LECONS ET FONT DES EXAMENS COMME TOUT LYDEEN SENEGALAIS PAS DE DOSSIERS COFIDENTIELS NI SECRETS POUR EUX / DONC ARRETE DE DIRE QU IL CONNAIT BIEN L ARMEE PARCE ANCIEN ENFANT TROMPE
    Auteur

    Sata

    En Juillet, 2015 (15:08 PM)
    Chers journalistes vous n’êtes pas des intouchables

    Chers journalistes vous restez justiciables comme tous les citoyens

    Vous divulguer des informations confidentielles mais la justice n’a pas le droit de vous interpeler

    Vous n’acceptez pas la moindre critique mais vous pouvez critiquer les autres

    Vous affabulez sur les autres en leur causant un dommage irréparable

    Vous encouragez les citoyens à renier leurs valeurs et leur culture

    Vous commettez des erreurs sans l’admettre or nul n’est infaillible

    Vous préférez faire la propagande des politiciens plutôt que de débattre sur les sujets qui préoccupent les Sénégalais

    Vous êtes campés sur une communication d’alerte

    En Voulant faire l’exclusivité vous omettez de filtrer l’information utile

    Vous faites chanter les hommes politiques

    Vous divulguez la vie privée de vos concitoyens

    A la moindre poursuite judicaire vous criez le « le monstre s’est réveillé »

    Vous êtes des donneurs de leçon or vous pêchez comme tout le monde

    Vous refusez de payer l’impôt et l’Etat n’a pas le droit de vous redresser

    Vous voulez faire voter la loi portant sur l’impunité de la presse car vous voulez un Etat de droit excepté la presse.

    Chers journalistes soyez conscients de votre devoir patriotique

    La presse est le troisième pouvoir est une réalité absolue

    Vous possédez une grande influence sur le peuple

    Inculquez des valeurs à votre peuple qui croit en vous

    Sensibilisez le peuple à abandonner les mauvaises habitudes

    Revoyez vos comportements car la jeunesse vous imite

    Informez juste et utile

    Vous avez certes fait du chemin mais il reste beaucoup de chose à explorer en profondeur

    Engagez vous davantage à côté de votre peuple pour développer notre cher Sénégal

    Ce que la presse peut apporter à son peuple le pouvoir étatique ne le peut pas

    Nous avons vraiment besoin d’une presse très engagée pour un Sénégal exemplaire en valeurs fondement de tout développement

    Auteur

    Augustin Tine

    En Juillet, 2015 (15:33 PM)
    Tout ce qu'il faut savoir dans cet histoire, Mr Daouda Mine l'a dit.

    Demander à ABF ou à LAYE MAKHTAR ( Mamadou Seck ou commissaire si vous voulez) de donner leurs sources, c'est tout simplement de la merde et un manque de respect à la corporation.

    " ndioumay bu xiff ak doff bu rakadiu ak deumm bu xémém nit gno yam, dugnu noppalu tant que sangku gnula
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (16:28 PM)
    Ah les apéristes toujours prêts à bondir et à cracher vogtre venin sur toute personne qui critique les agissements peu orthodoxes du gouvernament de Macky. Ce mêmpe Macky qui veut amener nos diambars se sacrifier en Arabie Saoudite... Pouf vous êtes pathétique... Les journalistes ont fait un excellent boulot en révélant les manoeuvres fallacieuses en gestation concernant cette mission de suicide! Vive la presse...!!!
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (17:56 PM)
    Bane courage



    Bougnou len maassé courant gnou wakh :)  :contaan: 
    Auteur

    Oscardveriter

    En Juillet, 2015 (17:56 PM)
    ON VOUS A PAYER COMBIEN POUR FAIRE SE COMMENTAIRE TU Y GAGNE COMBIEN POUR QUOI AU SENEGAL LA PRESSE PEUT SE PERMETTRE TOUTES LES DERIVES SANS ANCUNE FORME DE PROCES AVEC SES DERIVES VOUS VOULEZ UNE DEPENALISATION JAMAIS ,,JAMAIS
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (18:03 PM)
    Regarder ces quotidiens que n'ont t ils pas dit à Abdoulaye wade et sa famille en tant que président de la république du sénégal. Ils l'ont insulté, diffamé, traiter de n'importe quoi et jusqu'à présent ils continuent leur sale boulot sur wade et jamais Wade ne les a mis en prison. Aujourd'hui c'est le pouvoir qu'ils soutenaient dans l'opposition hier et aujourd'hui au pouvoir qui les traîne entre commissariat et palais de justice. Qu'est ce qui se passe? je ne comprend pas parce les faits sont trop légers et sont un peu lointains en ce qui concerne l'obs et pour le quotidien ce n'est pas nouveaux car tous les PV DU DOSSIER DE KARIM WADE et des responsables du pds sont dans la presse et pas plus tard que 2 ou 3 jours des lettres estampillées urgents et confidentiels du ministère de l'énergie ont été publiées dans la presse sans aucune poursuite judiciaire. Tout çà me fait dire qu'il y a quelques choses qui ne va pas dans cette affaire surtout que personne ne doute du soutient indéfectible de ces organes de presse au pouvoir actuel.
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (18:24 PM)
    En quoi, le niveau de détail révélé dans cet article intéresse le citoyen lambda. Dans les démocraties avancées qui servent de modèle en ce qui a trait à la liberté de presse, les journalistes sont prudents dans la divulgation de ce type d'information. Le fait que cette information soit une fuite devait ajouter à la prudence.

    Ceci dit, je suis contre toute forme de muselage de la presse. Je veux simplement en appeler à davantage de professionnalisme de la part de nos journalistes.
    Auteur

    Daouda Mine, Ne Nous Emm... Pa

    En Juillet, 2015 (18:30 PM)
    "ABF est AET, il connaît l'armée". C'est faux, il n'a pas eu le temps de connaître l'armée. Il n'a passé qu'une ou deux années au PMS avant d'être renvoyé pour moyenne insuffisante. Parlez de vos problèmes, pas du prytanée; moi-même, ingénieur, après 7 ans au prytanée, je ne pretends pas connaitre l'armée.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2015 (15:26 PM)
      cartouchard en pharmacie, vendeur en pharmacie , journaliste sans diplôme,redchef ,directeur de publication de l'obs!
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2015 (15:26 PM)
      cartouchard en pharmacie, vendeur en pharmacie , journaliste sans diplôme,redchef ,directeur de publication de l'obs!
    Auteur

    Anonyme Le Sage

    En Juillet, 2015 (18:46 PM)
     :emoshoot:  C'est decevant dans un pays qui se dit emmergent ou trouve des allibys pour se saupoudrer derriere des journalistes.Macky n'a qu'a revoir a qui confié certanes responsabilités .Jusqu'ici rien ne lui offre la proisse d'etre sur de briguer un deuxieme mandant.ni les collaborateurs interieur et exterieurs ne sont pas content de la facon dont il gere les affaires de la sité  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Ramadan

    En Juillet, 2015 (18:54 PM)
    Jai une question pour ceux qui connaissent. J,ai commence le jeune au Senegal entre temps j,ai voyage et je dois rester dans ce pays pour deux ans.il se trouve qu,on a commence le jeune un jour apres mon nouveau pays d,acceuil.Eux ils sont a 29 jours et moi 28 jours. Dois je celebrer dans ce cas la korite avec eux ou dois je attendre dw completer ou non? Merci pour vos reponses
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (18:58 PM)
    " composés de 4 groupements : deux groupes de combats nommés Alpha et Bravo et composés pour 1/3 de réservistes (en retraite depuis 5 ans) et pour 2/3 de militaires actifs, ainsi qu un groupe d’appui et un autre groupe de soutien, composés de 50% de militaires actifs. "

    Donner la composition et la nature d'une formation militaire devant aller au combat, il ne reste

    à citer que le type d'armement utilisé, si ce n'est pas "secret défense", j'avale mon béret. Là n'est la problème. Il y a "SECRET DEFENSE". Ce qui est sûr les journalistes ont obtenu l'info par l'entremise d'un militaire. Maintenant c'est à l'Armée de nettoyer ses écuries et débusquer les "gorges profondes" qui ont informé les journalistes. La faille se trouve de leur côté donc à eux de verrouiller pour éviter que demain une puissance étrangère ne puisse accéder à des documents sensibles par le biais de nos propres militaires ce qui relèverait de la haute trahison.  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (19:45 PM)
    Blogueurs ou journalistes ? Nos amis journalistes ignorent les règles les plus élémentaires de la profession en croyant que la liberté de la presse autorise n'importe quoi.
    Auteur

    Aida

    En Juillet, 2015 (19:48 PM)
    C'est tres bien parce que les journlistes au Senegal ont l'habitude de dire ce qu'ils veulent sur n'importe qui et personne ne fait rien. Ils ne verifient meme pas les faits la plupart du temps avant d'ouvrir leur bouche.,..DOnc je pense que cela devrait servir d'examples aux autres parce qu;'ils ont eu a bousiler des vies avec leurs fausses rumeurs ou informations bidons....Au Senegal meme si tu es discupe, le fait que les gens en ont parler tu ne vaut plus rien
    • Auteur

      Ivan

      En Juillet, 2015 (00:05 AM)
      encore ce procureur de serigne bassirou gueye et son ministre qui a surpris tous les sénégalais qui espéraient avoir enfin une justice.;serigne bassirou gueye yangui teudj rek mais kenne doufi def lounioufi defoulvone
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2015 (09:20 AM)
      aida je confirme tes dires . ils bousillent la vie d’honnête citoyens par des articles mensongères et personne n'y peut rien. je connait quelqu’un qui n'arrive plus à trouver du boulot a cause de c pseudo journaliste malgré qu'il soit innocenté par la justice.
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (10:04 AM)
    Nos jourlailises sont prêts, pour une poignée de F.CFA à sacrifier leur pays. Une VRAIE PRESSE POUBELLE.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email