Jeudi 20 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Médias

DIFFAMATION - Poursuivis par le Doyen des juges d’instruction : Mayoro Mbaye et les journaux Enquête et L’Observateur jugés le 27 mars

Single Post
DIFFAMATION - Poursuivis par le Doyen des juges d’instruction : Mayoro Mbaye et les journaux Enquête et L’Observateur jugés le 27 mars

Le 27 mars prochain, le Tribunal correctionnel de Dakar va statuer sur l’affaire de diffamation et de complicité de diffamation qui vaut au milliardaire Mayoro Mbaye et aux journalistes Mamoudou Wane, Fatou Sy (Enquête), Alioune Badara Fall et Mamadou Seck (L’Obser­vateur) leur comparution à la barre. En cause, des articles parus dans les deux quotidiens en question et qui font allusion aux échanges téléphoniques entre le milliardaire et le Doyen des juges.

Le fait est rarissime et cela  sort de l’ordinaire : un Doyen des juges d’instruction attrait des citoyens à la barre. Le préjudice en vaut certes la chandelle. De toute façon, Mahawa Sémou Diouf tient à laver son honneur. Il a lié la parole à l’acte en portant plainte contre le milliardaire Mayoro Mbaye, le directeur de publication du journal Enquête Mamoudou Wane et son reporter Fatou Sy, le directeur de publication du journal L’Obser­vateur, Alioune Badara Fall et un des reporters dudit journal Mama­dou Seck pour diffamation et complicité pour les auteurs des articles incriminés.
L’affaire a été évoquée pour la première fois hier devant le Tribunal correctionnel de Dakar. Le Doyen des juges d’instruction s’offusque du traitement de l’information parue dans Enquête et qui a fait la Une de cette publication avec une photo du Dji Mahawa Sémou Diouf à l’intérieur.

Constat d’huissier
L’article en question, qui fait allusion aux échanges téléphoniques entre le milliardaire et le Doyen des juges, est intitulé : «Affaire Marita­lia : Le milliardaire Mayoro Mbaye attaque le Doyen des juges». Il est fait mention dans ledit article que le milliardaire a «fait constater par un huissier leurs échanges de sms». A la page 3, il est écrit : «… face à cette lenteur, M. Mbaye avait même saisi les autorités, notamment l’actuel Garde des sceaux et son prédécesseur Aminata Touré devenu Pre­mier ministre, à qui (Mayoro Mbaye) avait adressé des corres­pon­dances». C’était aussi pour se plaindre du Doyen des juges, qui voulait jouer au médiateur entre les deux parties.

M. Mbaye a même joint à ses missives un constat d’huissier sur les messages échangés avec Mahawa Sémou Diouf. Des sms échangés qui prouvent bien que les dossiers peuvent avoir une vie hors des cabinets d’instruction…
Cette information était aussi rela­yée par le journal L’Observa­teur. C’est ainsi qu’après avoir pris le soin de faire constater les échanges de sms dont parle Mayoro, le Doyen des juges a porté plainte contre le milliardaire, les responsables des journaux qui ont relayé l’information et les journalistes auteurs des articles. Il réclame en guise de dommages et intérêts la somme d’un milliard de francs à payer solidairement. Cepen­dant, il faut noter que cette affaire qui vient pour la première fois devant la barre n’a pas été jugée. Le juge a renvoyé le procès au 27 mars  pour paiement de consignation fixée à 40 000 francs.

A l’origine une affaire de sous opposant 2 cousins

Tout est parti d’une affaire de sous qui oppose Aliou Ndiaye à son cousin Mayoro Mbaye, tous actionnaires dans la société Maritalia. En août 2003, le sieur Ndiaye porte plainte contre Mbaye pour faux et usage de faux en écriture privée de banque. Il reproche à son cousin d’avoir encaissé pour son compte personnel des chèques à hauteur de 65 millions de francs Cfa qui devaient revenir à l’entreprise.

A son tour, le milliardaire Mayoro Mbaye déclenche une procédure judiciaire contre Aliou aNdiaye pour abus de biens sociaux. Il réclamera plus tard 442 millions de francs en guise de dividendes pour la période de 1996 à 2002. Pour cette seconde affaire, le juge ouvre une information judiciaire contre X, alors que M. Mbaye a nommément cité Ndiaye. Concer­nant la plainte de Aliou Ndiaye, le Parquet avait requis un mandat de dépôt et Mayoro avait séjourné pendant 6 mois en prison. En revanche en 2010, il avait réussi à faire inculper son cousin Ndiaye, qui n’a pas été arrêté malgré tout.
Estimant qu’il a été défavorisé, Mayoro Mbaye a engagé d’autres procédures entre-temps, en écrivant en 2013 au Garde des sceaux Aminata Touré pour se plaindre du comportement du Doyen des juges d’instruction qui, selon lui, fait du parti pris en faveur de son cousin. Une lettre a aussi été adressée à l’actuel ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba.

liiiiiiiaffaire_de_malade

3 Commentaires

  1. Auteur

    Fans

    En Mars, 2014 (23:18 PM)
    EN TOUT CAS UNE CHOSE EST SURE LE JOURNAL OBSERVATEUR ,, SUR CENT INFORMATIONS LES QUATRE VINGT DIX NEUF POUR CENT SONT DU MENSONGE ,, DE LA DIFAMATION PARCE QUE AUSSI AU SENEGAL CERTAINS JOURNALISTES SONT DE FAUX TYPES ,, ILS NE CHERCHENT QUE L ARGENT QUELQU EN SOIT LE MOYENS ... IL FAUT QUE LE PROCUREUR AILLE JUSQU AU BOUT SIONON CE LAISSER ALLER PEUT CREER DES REGLEMENTS DE COMPTES ,,, IL Y A BIEN SURS DE BONS JOURNALISTES QUI RESPECTENT BEAUCOUP LA GENT HUMAINE ET SOIGNENT LEUR METIER
  2. Auteur

    Fans

    En Mars, 2014 (23:23 PM)
    DIFFAMATION,, AU LIEU DE DIFAMATION ,, MECRI POUR VTRE COMPREHENSION
    Auteur

    Gestu

    En Mars, 2014 (18:21 PM)
    Ce dont je suis sûr, c'est que le doyen des juges risquent de laisser des plumes dans cette affaire...

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email