Dimanche 25 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Médias

Incarcération de journalistes au Sénégal: La presse en ligne pour la réactivation du CDPJ

Single Post
Incarcération de journalistes au Sénégal: La presse en ligne pour la réactivation du CDPJ

L'Association des Editeurs et Professionnels de la presse en ligne (Appel) constate la privation de liberté de trois journalistes. Les Directeurs de publication des journaux «Le Quotidien» et «l’Observateur» ainsi que le grand reporter, Mamadou Seck sont depuis le 14 juillet 2015 dans les liens de la détention. 
Le Dir pub de «Le Quotidien est poursuivi pour diffusion des procès-verbaux de Thione Seck dans l’affaire de trafic des faux billets, tandis qu’’Alioune Badara Fall et son reporter sont accusés d’avoir publié des informations estampillées "secret défense" relatives au déploiement des 2100 soldats sénégalais en Arabie Saoudite. 
  
Les Editeurs de la presse en ligne dénoncent cette incarcération. Ils ne peuvent comprendre ni accepter que l’on demande à un journaliste de révéler sa source. Le journaliste, partout à travers le monde est soumis aux principes sacro-saint de la protection des sources. En effet, la Charte des journalistes du Sénégal dans son article 11 interdit au journaliste de divulguer ses sources et lui demande de “Garder le secret professionnel et ne pas divulguer ses sources d’informations devant quelque instance que ce soit”. 
  
L'Association des Editeurs et professionnels de la presse en ligne réaffirme aujourd'hui plus qu'hier l'impérieuse nécessité du respect et de la défense de la liberté de presse. Elle tient à réaffirmer sa conviction selon laquelle la place de Alioune Badara Fall, Mohamed Guèye et de Mamadou Seck ne se trouve ni dans un Commissariat, ni dans une Brigade de gendarmerie, encore moins dans une prison, mais plutôt dans une Rédaction. 

A cet effet, APPEL témoigne toute sa solidarité et son soutien indéfectible aux journalistes qui sont entre les mains de la justice. Elle réclame, ainsi, leur libération immédiate et sans condition. 

Sans quoi, l'APPEL va œuvrer de toutes ses forces pour la réactivation du Comité pour la Défense et la Protection des Journalistes (CDPJ) et ne ménagera aucun effort pour un respect scrupuleux de la liberté de presse. Elle n’écarte pas, par ailleurs, si le procureur de la République commet l’imprudence de les inculper et de les placer sous mandat de dépôt, de s’attacher les services d’un avocat aux fins d'assurer la défense des confrères. 

En dehors de cet épisode, les éditeurs de la presse en ligne lancent un appel pressant à toute la corporation pour une unité indéfectible afin d’annihiler toute tentative d’intimidation mais surtout à faire preuve de responsabilité pour ne pas prêter le flanc.   
 

Jean Louis DJIBA
Article_similaires

5 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (20:48 PM)
    Même dans les pays les plus puissants du monde, on ne verra jamais ce type d'informations dans la presse. Je me rappelle du site DAKARACTU qui avait publié une photo des pilotes de chasse français au radisson blu et qui s'appretaient à aller frapper les djihadistes aux portes de bamako. La photo a été retirée dans les minutes qui ont suivi pour vous dire l'irresponsabilité avec laquelle nos apprentis sournalistes manipulent les informations sensibles. Ce n'est pas pour rien que l'armée se nomme La grande muette !
  2. Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (21:59 PM)
    La popularité des dictatures passe par la noblesse d'idées sur fond de manipulation de l'opinion. La mystification; la noblesse de la reddition des comptes aura été le faut pretexte pour baillonner l'opposition, de la meme maniere; la theorisation de la divulgation d'informations faussement classées secrets ou sensibles sera l'instrument de musellement de la presse. Devant cette imperative dictature d'un potentiel futur prisonnier(macky sale), l'organisation des forces patriotique est un devoir pour que le Senégal puisse rester la democratie qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être.
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (22:20 PM)
    même un jeune élève du CE2 sait qu'un document estampillé "secret défense" n'est destiné à la diffusion. donc arrêtez vos sordides manipulations et assumez, ou vous êtes nuls incrédules ou justes malhonnêtes. finissez la récréation y a tellement de choses à diffuser
    Auteur

    Alba

    En Juillet, 2015 (01:21 AM)
    Tout comme les politiciens,religieux,griots,les journalises senegalais pensent qu'ils sont au dessus des lois.

    Ils ont le role de porter le regard sur la societe en general,il est temps que l'ont regarde de plus pres cette profession.

    Vivement la reforme des instiutions.

    Wa Salam
    Auteur

    Justice

    En Juillet, 2015 (02:34 AM)
    Ah les journalistes. Si un policier commet une bavure vous l'envoyez en prison avec votre plume. Si un citoyen dérape alors vous alertez l'opinion pour qu'il n'y est pas d'impunité mais c'est un «ecriveur» tout est permis. Moi lecteur je dis non!

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR