Vendredi 18 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Médias

Montée en puissance des téléfilms locaux : Les Sénégalais crèvent l’écran

Single Post
Montée en puissance des téléfilms locaux : Les Sénégalais crèvent l’écran

On avait l’habitude de les voir mobiliser du monde autour de la télévision à une certaine époque et à certaines heures. Généralement, ils accrochent le public avant et/ou après le journal de 20h. Les fameux télénovelas ! Feuilletons indiens ou latinos plus souvent, ils ont fait le bonheur de beaucoup de Sénégalais férus de ces téléfilms étrangers. Mais depuis quelques temps, c’est une toute autre tendance qui émerge : les téléfilms sénégalais cherchent eux aussi à trouver une place dans le cœur des Sénégalais. L’objectif des réalisateurs : créer une industrie culturelle solide afin de contribuer au développement local.

Il y a quelques années, si vous vous hasardiez à rendre visite à quelqu’un juste après 19h, heure où sont diffusés la plupart des télénovelas, vous risquez de ne pas être reçu avec attention. Tellement ces feuilletons suscitaient intérêt et captivaient l’attention de beaucoup de Sénégalais. On se souvient encore de l’engouement qu’avaient suscité : Marimar, Rosa, Luz Clarita ou encore plus récemment Rubi, mais aussi Vaïdehi, autant de séries qui ont eu beaucoup de succès. Ramatoulaye, la quarantaine passée, est passionnée de ces séries à l’eau de rose. Elle a surtout un vrai penchant pour les feuilletons indiens.  Elle suit ces télénovelas depuis leurs premières appariations : «Je suis une grande fan des télénovelas surtout celles des indiens. Je les suis depuis ma tendre enfance. Je continue toujours de les suivre. C‘est devenu une habitude», affirme-t-elle fièrement. Pape Ibrahima Sy, directeur des programmes de la Rts, informe quant à lui que les télénovelas ont eu de beaux jours ici et permis de drainer une forte audience et par conséquent beaucoup de sponsors : «Nos annonceurs et notre public appréciaient beaucoup ces produits là. A une certaine époque, ils ont mobilisé une forte audience et cela nous faisait gagner beaucoup d’argent», confie-t-il.

 Pourtant de nos jours, une toute autre tendance tend à s’installer. On voit de moins en moins des séries étrangères dans le programme des télévisions au détriment de celles réalisées au Sénégal. Elles perdent peu à peu leur hégémonie. En réalité, les productions audiovisuelles locales sont davantage privilégiées. Les chaînes de télé (les plus suivies de la place) en ont chacune au moins une à son menu. Il faut toutefois noté que même si des efforts visant à promouvoir le cinéma sénégalais sont en train d’être faits, la production de séries sénégalaises reste encore en état de balbutiement. Pour simple preuve, la diffusion de ces séries locales n’est pas aussi quotidienne que celle des télénovelas, diffusées du lundi au vendredi. N‘empêche, les premiers pas opérés vers le «consommer local» semblent avoir du succès, car les téléfilms sénégalais récemment diffusés sont pour la plupart très appréciés des Sénégalais.

 

Disparition progressive des télénovelas

Qu’est-ce qui est à l’origine de ce renversement de situation ? Est-ce une volonté de promouvoir des productions nationales ou simplement parce que les téléspectateurs sont las de voir quasiment les mêmes scénarios où, amours impossibles, intrigues et vengeance, dominent ? Ce qui est certain, c’est que les téléfilms sénégalais sont à présent guettés de la même façon que les télénovelas brésiliennes et autres feuilletons étrangers l’ont jadis été. Interpellé, Pape Diène, directeur des programmes de la Sentv, indique que cette nouvelle tendance répond à une volonté de promouvoir la culture sénégalaise et par conséquent, créer un levier économique visant à lutter contre le chômage. «Nous avons vu que beaucoup de producteurs sénégalais font des séries qui sont bien, mais n’ont pas la chance de les voir diffusées. Alors, on s’est dit, plutôt que de proposer des télénovelas qui ne mettent pas en scène notre culture, on va aider les producteurs sénégalais pour qu’ils puissent eux aussi avoir la chance de se développer. Ces productions donnent de l’emploi à plusieurs personnes», a-t-il renseigné. 

A la Radio télévision sénégalaise (Rts), c’est la même dynamique qui est prônée. L’ambition de la «chaîne des grands moments» est aussi de développer la production locale et la culture sénégalaise. Pape Ibrahima Sy, directeur des programmes de la Rts, pense que les productions locales attirent actuellement un public assez consistant: «Les productions locales marchent bien. L‘avantage c’est qu’elles mettent en scène la culture sénégalaise et ce sont nos réalités avec nos comédiens et la langue nationale comprise de tous. Nous attendons les producteurs pour qu’ils nous amènent leurs produits, à condition que ce qu’ils nous proposent réponde aux normes de qualité et qu’ils véhiculent les valeurs que nous prônons au niveau de la Rts», a expliqué M. Sy. 


Des séries très appréciées du public...

Au niveau du public, les tendances sont assez mitigées. Même si une forte majorité des téléspectateurs soutient les productions purement sénégalaises, d’autres restent fidèles à leur penchant pour les produits étrangers. Ndèye Fatim Camara, étudiante, a une nette préférence pour les séries sénégalaises. Pour elle, ces téléfilms relatent nos réalités et sont bien meilleurs que les séries brésiliennes. «Je suis pour les séries purement sénégalaises. Je trouve que ces productions nous permettent de plus nous affirmer culturellement. Il y en a une qui passe sur la Sentv, Dinama nekh. Je n’en rate aucune épisode c’est divertissant et éducatif», tente-t-elle de convaincre. Même son de cloche pour Nafi Diagne, caissière dans une société financière de la place. Cette jeune femme raffole des productions étrangères, mais préfère de loin les productions sénégalaises. «J’aime bien les télénovelas. Mais ces derniers temps, je suis beaucoup les téléfilms sénégalais, surtout Un café avec que j’adore parce que c’est sénégalais et cela me permet de voir nos célébrités sur un autre univers», argue-t-elle.

Si de nombreuses personnes encouragent la diffusion des séries sénégalaises, ce n’est pas l’avis de tous les téléspectateurs. Nadine, étudiante originaire du Cap-Vert, préfère les télénovelas. A l’en croire, suivre les téléfilms sénégalais n’est pas aisé puisqu’elle ne comprend pas la langue parlée. «Je préfère de loin les télénovelas puisqu’en suivant les séries en wolof, je ne comprends pas ce qu’ils disent, même si quelque fois j’arrive à deviner en regardant les images. On devrait songer à les faire traduire», confie-t-elle. 

 

Un commerce pas rentable pour les producteurs locaux

La volonté de promouvoir le «cinéma populaire» semble être partagée entre diffuseurs et producteurs. Même si mettre une télénovelas revient moins cher aux chaînes de télévision, l’enjeu pour tous est de permettre aux jeunes de s’affirmer, mais surtout de participer à l’amélioration du taux de chômage. Cependant, la tâche n’est pas facile pour les producteurs. Vivre de son art n’est pas tout le temps aisé. Ils sont obligés de partager des retombées de leur production avec les télévisions diffuseuses. Ce qui n’arrange pas forcément les choses. Leuz, un producteur de séries télévisées, pense que les chaînes de télé devraient revoir la répartition des gains entre diffuseurs et producteurs. Il explique que les télévisions qui diffusent leurs téléfilms gagnent plus dans le marché: «Je pense que la façon dont se fait le partage des retombées des séries entre nous producteurs et les diffuseurs ne nous encourage pas. Le plus gros du boulot, c’est nous qui le faisons et pourtant on fait moitié-moitié. Ce n’est pas équitable», déplore-t-il.

Stagiaire


Article_similaires

15 Commentaires

  1. Auteur

    Dinanagu Nekh

    En Février, 2014 (16:08 PM)
    Trop de télé is not good mais mieux vaut se concentrer sur les réalites de notre pays pour essayer de changer.J'aime ce nouveaux concept du consommons local.Gueum sunu bopu !
    • Auteur

      Dinamanekhfans

      En Février, 2014 (21:38 PM)
      mention speciale a la serie dinama nekh, des concepteurs aux acteurs pour avoir brise le mythe et interesser meme ceux qui se sentaient snobes par un cafe avec. bravo
  2. Auteur

    Bomb

    En Février, 2014 (16:10 PM)
    C est une chose a encouragee , il faut consommer Senegalais , gueum se niou bop tai khamne ,nioune Senegalais yi / Africains mou naign daiff lou bakh / nice .





    Aussi ce serait bien de faire certaines series en Francais pour atteindre le marche Africain comme l a fait les Bobodiouf/ Faut pas fache et meme Nollywood
    • Auteur

      Sehin Osama

      En Février, 2014 (16:23 PM)
      chose a encouree?......du n'importe quoi. ya pas de la qualitÉ, des des "realisadors", "productors", clowns accaprent le mÉtier. c'est dommage.
    Auteur

    Bro

    En Février, 2014 (16:18 PM)
    felicitation a vous chers lutteurs , chanteurs, danseurs, comédiens du senegal.

    chaque jour que dieu fait vous nous donnez la preuve que seul le travail paie. ex aucun lutteur ne se leve a 10 h pour reclamer ses repas a ses parents.ils sont debouts aux aurores pour s entraîner. il en est de meme pour les autres precites, ils créent chaque jour de nouvelles choses ( chansons et danses ..... très très perfectibles certes) sans parler de nouvelles séries qui font progressivement lâcher du lest aux télénovelas venues d ailleurs.

    ainsi voyons nous des jeunes a qui aucun succes n etait promis d avance occuper maintenant tout l espace mediatique.et s elever dignement dans l echelle sociale.



    PENDANT CE TEMPS LA pour copier un tres bon presentateur tv d un pays ou on travaille beaucoup et bien, nos " fils de"..... devenus ingenieurs , docteurs, pdg, nous construisent pour les uns des routes dont la duree de vie ne depasse pas une semaine, les autres raquettent plus qu ils ne soignent leurs compatriotes demunis et enfin le 3em lot passe son temps a detourner des deniers et faire fermer les entreprises.



    il faudra juste cesser definitivement de sacrifier des animaux de maniere barbare( ca ne sert à rien et ça attire les coleres de dame nature a travers de graves catastrophes ) pour que tout soit parfait ...et le reste longtemps encore.



    SÉNÉGALAISEMENT
    Auteur

    Dior Oye

    En Février, 2014 (16:52 PM)
    le senegal un petit pays pauvre devrait se concentrer sur lui meme au lieu de passer le temps devant la tetevision a regarder les indous,les arabes et autres.quand tu penses qu'au moment que tu les regardes,eux se font de l'argent sur ces films qui sont faux sur toute la ligne et toi,t'as pas un grain de riz chez toi,ensuite c'est copiez leur maniere de s'habiller,au lieu de t'inventer,please arretons ces futilites' si nous voulons que le pays emerge.
    • Auteur

      Deug Deug

      En Février, 2014 (17:14 PM)
      je pense qu apres une rude et longue journee, ume personne doit decompresser , oublier les trains trains de la vie ,
      il faut apporter peut etre quelques retouches et surtout pour daro dans dynamanekk qui qq fois elle n est pas naturelle. mais j aime bien ce telefilm.
    Auteur

    Thiessois

    En Février, 2014 (21:20 PM)
    Je trouve que c´est enfin une bonne initiative. Senghor disait " Enracinement et ouverture ", mais au pays on a tendance à faire plus d´ouverture que d´enracinement. Et le fameux métissage cher au President Poete et devenue un cauchemar, dans lequel notre société a perdu completement le Nord. Il est grand temps d´oeuvrer pour ccorriger ce qui peut encore l etre. Faites des films qui refletent notre vie de tous les jours et qui eduquent, please.
    Auteur

    C Est Pas Educatif

    En Février, 2014 (00:04 AM)
    Les techniques du mbarane
    Auteur

    True Vérité

    En Février, 2014 (00:58 AM)
    VIVE LE RETOUR DE NOS VALEURS SENEGALAISES , CONSOMMONS NOS PRODUITS D ORIGINES .
    Auteur

    Yyyyyyyyesss

    En Février, 2014 (02:19 AM)
    Dinama nekh est a la meilleure serie senegalaise.bravo a vous
    Auteur

    Justice!!!!

    En Février, 2014 (02:24 AM)
    dinama nekh!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!j apprecie le coté naturel des acteurs!!!!!!!!!!!!!!
    • Auteur

      Vrai

      En Février, 2014 (15:17 PM)
      voila! c'est ca qui fait la difference; les acteurs de dinamaneekh ne font pas chichi/
      ils jouent naturellement bravooo!!!
    Auteur

    Mata Hari

    En Février, 2014 (05:41 AM)
    Félicitations au stagiaire Gogo Thiello! Cet article est mieux rédigé que la plupart de ceux qui sont repris par Seneweb et qui sont sûrement écrits par des journalistes "titularisés". Tout simplement honteux. Mais heureusement tout n'est pas perdu et une relève semble exister.
    Auteur

    Alma

    En Février, 2014 (16:06 PM)
    bravo a dina ma nekh
    Auteur

    Las

    En Février, 2014 (17:49 PM)
    je prefere le theatre senegalais qui reflete notre situation actuelle

    les telefilms senegalais ne sont que copies des telefilms occidentaux mais elles sont utiles dans les comportements

    elles pourraient servir a les vendre dans la sous region comme au Nigeria ou pullulent les telefilms
    Auteur

    Pitbull1

    En Février, 2014 (20:10 PM)
    Je voulais dire la même chose, bizarrement ce stagiaire écrit mieux que les titulaires! Bonne continuation Mr ou Mme le (la) stagiaire !!!
    Auteur

    Sal?mata

    En Février, 2014 (21:37 PM)
    waye daro ya hew way renaba sone
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2017 (09:34 AM)

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR