Lundi 01 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

Agrément, accord de siège, audit, exonération fiscale : Comment la loi encadre les Ong

Single Post
Agrément, accord de siège, audit, exonération fiscale : Comment la loi encadre les Ong

La désormais affaire Oxfam du nom de l’organisation britannique, accusée par un de ses agents de faire la promotion de l’homosexualité, a remis au goût du jour les conditions souvent ‘’ambiguës’’ d’entrée des organisations non gouvernables (Ong), au Sénégal. Prétexte pour Seneweb de revisiter les missions de ces dernières dont l’encadrement juridique semble bien régi par le législateur sénégalais.  

Dans un communiqué de presse rendu public, ce dimanche, l’Ong Oxfam déclare : « la question n’est pas la légalité ou l’illégalité de l’homosexualité. La question est simple: celle de reconnaitre que tout être humain, en particulier les personnes LGBTI et d’autres minorités, ont des droits, reconnus ou non par la loi, qu’il faut respecter et protéger ». A travers ces propos, l’Ong a semblé dévoiler sa position sur le droit des homosexuels.

Pourtant, placées sous la tutelle du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, ces organisations non gouvernementales sont tenues de se conformer aux règles sociales notamment dans leurs activités quotidiennes. Ainsi, il leur est interdit, en vertu de l’article 3 du décret n°2015-145 fixant les modalités d’intervention des ONG au Sénégal, « toute activité susceptible de créer, au sein des populations, une discrimination fondée sur les considérations à caractère ethnique, confessionnel et politique ».

Ledit décret définit ces Ong comme étant « des associations ou organismes privés régulièrement déclarés ou autorisés, à but non lucratif et ayant pour objet d’apporter leur contribution à la politique nationale de développement économique, social et culturel ».

Conditions d’acquisition d’un agreement

«Face au rôle de plus en plus important des ONG dans le développement du pays et à la nécessité d’une plus grande harmonisation et cohérence des règles et procédures, l’Etat du Sénégal a décidé en 1989 d’encadrer l’intervention des ONG dans le territoire national. Cette législation a connu une modification, en 2015, par le décret du 04 février de la même année qui instaure un cadre juridique plus incitatif et plus équitable permettant de mettre en cohérence l’intervention des ONG et les priorités locales », a indiqué un juriste cadre dans une célèbre Ong de la place. Notre interlocuteur ajoute que quelques innovations ont été apportées dans cet arsenal juridique. Il s’agit, selon lui, du conseil stratégique du partenariat Gouv-ONG, présidé par le Premier ministre (aujourd’hui supprimé), qui veille à la mise en place de la politique gouvernementale en matière de partenariat avec les ONG et du Fonds d’intervention pour le Suivi Evaluation des activités des ONG (FISEAO).

Toujours est-il que les conditions d’acquisition d’un agrément sont bien définies par la loi sénégalaise. En effet, peut bénéficier de l’agrément en qualité d’ONG, « toute association ou organisation privée nationale régulièrement déclarée depuis au moins deux ans, toute association ou organisation étrangère justifiant de deux années d’exercice au Sénégal après autorisation (implantation) d’exercer ou autorisation de création, toute association étrangère autorisée, justifiant d’une expérience suffisante dans son pays d’origine ou dans d’autres pays étrangers» (art. 5 du décret de 2015).

D’ailleurs, d’après des informations, la demande d’approbation du programme d’investissement, adressée au ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, est déposée auprès du préfet de département territorialement compétent, lequel en délivre récépissé de dépôt. C’est ainsi que le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, après vérification, devra transmettre le dossier à la direction de l’investissement qui assure le Secrétariat permanent de l’Ong.

Accord de siège

Mais, en réalité, l’agrément ne suffit pas. Il est aussi prévu un accord de siège qui peut être conclu entre le gouvernement et une Ong étrangère agréée et disposant d’un programme d’investissement approuvé.

« Ce n’est pas toujours le cas, et parfois le contenu de cet accord n’est pas bien précis », déplore ce juriste.

En tout état de cause, c’est la commission interministérielle consultative qui statue sur la demande d’accord de siège et émet un avis dans un délai d’un mois, à compter de la date de dépôt de la demande. Celle-ci est adressée au ministre en charge des affaires étrangères qui en délivre un récépissé de dépôt avant de fixer, à travers un arrêté, le modèle-type de protocole d’accord.

Il faut souligner, comme le prévoit toujours le texte, la signature d’un accord de siège confère aux personnels non sénégalais de l’Ong étrangère certains privilèges consulaires ou diplomatiques durant le délai de validité du programme d’investissement.  

L’article 42 du décret de 2015 rappelle à cet effet que le renouvellement de cet accord est « automatique et assujetti au bénéfice d’un nouveau programme d’investissement approuvé ».

Exonération fiscale

L’autre fait à signaler, c’est l’exonération fiscale dont bénéficient les Ong établies au Sénégal. En effet, l’Etat leur accorde une diminution des droits et taxes sur les matériaux, matériels, équipements et services (travaux immobiliers et études) à l’exception des lubrifiants, carburants et pièces détachées importés ou acquis sur le territoire national destinés à la réalisation de leur investissements. L’article 14 du décret fixant les modalités d’intervention des ONG précise en outre que « l’exonération de la Taxe sur la valeur ajoutée (Tva) est accordée suivant la procédure du visa en exonération des factures définitives hors taxe délivrées par les fournisseurs locaux de matériaux, matériels, services et équipements ».

Toutefois, ces avantages fiscaux ne font pas obstacles aux obligations légales relatives notamment à « l’immatriculation des Ong au répertoire national des entreprises et associations, à la déclaration annuelle des sommes versées aux salariés Sénégalais, ainsi qu’aux tiers non-salariés des Ong, et la retenue et au reversement des impôts et taxes dus par les salariés non exonérés, les bailleurs et les prestataires dans les conditions fixées par le code général des impôts ».

Rapports trimestriels, audit financier

Mais, pour rendre compte de l’exécution de son programme, l’ONG produit chaque trimestre, un rapport d’activités transmis au préfet du département, territorialement compétent.

D’ailleurs, l’article 25 dudit décret indique clairement que « les Ong présentent, dans leurs programmes d’investissement, un cadre logique d’intervention pour les besoins du suivi-évaluation de leurs activités. Elles définissent avec l’Etat les indicateurs de performance de leur programme ».

Il faut aussi rappeler que l’ONG, reconnue, est tenue de procéder à l’audit de ses états financiers par un auditeur externe national ou international. L’audit est à la charge de l’organisation elle-même.

Par ailleurs, à la fin de l’exécution du Programme d’investissement approuvé, l’organisation est tenue de transmettre un rapport technique et financier pour avis, aux services compétents du ministère de l’Economie et des Finances.

D’un autre côté, le législateur sénégalais a prévu que les ONG sont soumises au contrôle sur leur financement et l’origine de leur fonds par les services compétents de l’Etat.

Même le secret professionnel n’est pas opposable aux agents de l’Etat chargés d’effectuer ledit contrôle qui est exercé par la direction de la monnaie et du crédit (Dmc) du ministère de l’Economie et des Finances.

 


liiiiiiiaffaire_de_malade

5 Commentaires

  1. Auteur

    Mami

    En Juillet, 2019 (17:24 PM)
    En clair nous mangeons tous et tous les jours de l'argent des homos wa li nékhoul rek
  2. Auteur

    En Juillet, 2019 (18:11 PM)
    Ces ONG sont devenues le repère des charognards qui ont la paresse de travailler régulièrement avec les contraintes liées aux fonctions de service public ou privé où on doit régulièrement rendre compte. Leur gestion est toujours maquillée . Des gens comme Alioune Tine, El Condor ont goulûment brouté à ce râtelier
    • Auteur

      En Juillet, 2019 (20:15 PM)
      gueum sa bopp soutient le peuple sénégalais et réclame une suivie jusqu’au bout . et une transparence totale sur la gestion de nos ressources naturelles . aussi sur celle de notre pays de manière générale . cependant le travail continue avec notre leader le pr bougane guèye . pour un vrai changement au sénégal avec la nouvelle génération de leaders . engagés pour du concret sans politique politicienne par un nouveau système politique plus adéquat .
    Auteur

    En Juillet, 2019 (18:45 PM)
    Donner des privilèges diplomatiques à des associations privées est excessives en plus de violer les règles diplomatiques.

    Ces violations entrainent une confusion qui peut porter préjudice aux vrais diplomates représentant leurs états.



    Le privilèges diplomatiques sont des contreparties réservées aux organisations internationales et états ( internationales veut dire entre états ou organisations regroupant des états)



    Les ONG font la confusion en usant du terme Internationale en disant ONG internationale; là internationales veut dire ONG qui travaillent dans plusieurs pays.



    Si une ONG " internationale commet un crime ou un délit aucun état même celui du pays d'origine n'assumera la responsabilité ou la réparation. Qui va t'on poursuivre ou demander réparation.

    En leur accordant un statut diplomatique par ces temps de terrorisme c'est prendre de gros risques en matière de sécurité dans la mesure qu'ils peuvent utiliser les véhicules à d'autres fins.



    Même pour ce qui est des exonérations, cela est acceptable pour les biens destinés au peuple sénégalais en dehors de cela leurs représentants ou personnel doivent payer les taxes sur leurs achats personnels comme ils le font à Bruxelles. New York ou Genève.

    Dans ces pays ils n'ont même pas de véhicules à plaque diplomatique ou exonérés de taxes.

    Dans ces pays les plaques diplomatiques sont réservées aux diplomates.



    A un moment Ndiombor avait voulu mettre fin aux privilèges diplomatiques finalement il a reculé.



    Le statut diplomatique doit prendre fin ainsi que les privilèges comme l'exemption de taxes doit cesser. Les seules taxes qui doivent être levées à juste titre sont les équipements ou matériaux destinés aux projets réalisés pour le peuple.



    Il faut s'assumer au lieu de pleurnicher et écouter les diplomates du pays qui se respectent et respectent leur pays et éviter de se prostituer.



    Nos diplomates dans les pays cités pourront confirmer que les ONG "Internationales" ne bénéficient d'aucun privilège diplomatique ou de siège même s'ils viennent d'autres pays.

    Auteur

    Jny

    En Juillet, 2019 (19:01 PM)
    ces ong il faux just les foutre dehors ces simple
    Auteur

    En Juillet, 2019 (22:32 PM)
    Vous FAITES CHIER AVEC VOTRE BOUGANE QUE VOUS APPELEZ MAINTENANT PROFESSEUR.

    IL SORT DE NULLE PART ET AURAIT FAIT L OBJET D ENQUÊTE DANS UN PAYS SÉRIEUX.

    Quant à Oxfam, qu elle aille faire l apologie de l homosexualité ailleurs.

    Elle n a de lecon a donner à personne quand ses dirigeants ont été épinglés dans des affaires de mœurs.

    Elle doit du respect au pays qui l accueille ainsi qu à sa culture.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email