Mercredi 29 Janvier, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Aïda Gaye, ex-députée Pds : « De gré ou de force, la Présidentielle aura bien lieu en 2017 »

Single Post
Aïda Gaye, ex-députée Pds : « De gré ou de force, la Présidentielle aura bien lieu en 2017 »

Les prochaines élections présidentielles auront bel et bien lieu en 2017. C’est ce qu’a assuré l’ex-députée Aïda Gaye, la responsable du Pds (Parti démocratique sénégalais) à Touba. À l’en croire, la seule et unique raison qui pousse Macky Sall à vouloir se dédire, c’est l’absence du bilan qu’il devrait présenter aux Sénégalais à qui il avait promis monts et merveilles.


« Tout ce que Macky Sall a réussi haut la main, c’est d’avoir emprisonné ses plus farouches opposants. Il est confronté à un dilemme, un véritable casse-tête, mais il n’est pas prêt à s’en sortir. Son unique problème c’est qu’il n’a pas un bilan à défendre », a indiqué la baronne libérale.


Et d’ajouter : « En lieu et place de son sinistre et pathétique Plan Sénégal émergeant (Pse) Macky Sall a accompli le Plan Sénégal emprisonnement. Son tort a été d’avoir promis dans chacune des régions du Sénégal plus de 200 milliards alors qu’il savait pertinemment qu’il ne pouvait tenir ces engagements ». 


Article_similaires

24 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (19:56 PM)
    Tekh tekh ma ré !!!!!! Elle comprend rien celle la.

    Mom mboki fann
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2016 (21:10 PM)
      elle a bien compris a l instar de tout les senegalis. c est un vulgaire menteur.
    • Auteur

      Wawawe

      En Janvier, 2016 (21:32 PM)
      mome mboki pds
      niome rek nio con
      mer bi mo con deugg
      diangue bakhe na lolou
      mome ,na niane yalla fÉkÉ 2017 ,mo geune ,mouy wakhe ,wakhou con yi
      bilahi mer ya con
      dÉmal diangui ,walla nga diongou
      astafourla exision
      ahahahahah
    • Auteur

      Selon Babacar Justin Ndiaye

      En Janvier, 2016 (01:27 AM)
      le président de la république a prononcé, le 31 décembre, un discours long et enchevêtré (avec des thèmes passablement imbriqués) mais assez saisissable et divisible en trois volets que sont la politique intérieure, les efforts de développement et la politique étrangère. dans les heures consécutives à l’allocution, les commentateurs issus des chapelles politiques et surgis des horizons non politiques, ont fait des discours sur le discours de macky sall. inutile donc, d’ajouter un discours-fleuve à une orgie de discours ! toutefois, il convient de fixer – ne serait-ce qu’un halo de lumière – sur le chapitre institutionnel de l’adresse présidentielle.

      certes, les assises dites nationales ne sont pas un conclave sans consistance ; tout comme la commission nationale de réforme des institutions (cnri) ne manque pas de vues relativement lumineuses. cependant, la trajectoire historique du sénégal prouve éloquemment que la panacée ne découle pas et ne découlera jamais de nos institutions à l’état brut. par voie de conséquence, les réformes institutionnelles à la pelle (annoncées, envisagées ou mises en route) ne produiront qu’une ratatouille niçoise (version institutionnelle) très peu digeste. les faits – têtus sous tous les cieux – ont démontré amplement que les constitutions et les institutions (choses inanimées) ne valent que ce que valent les hommes et les femmes qui les animent, donc leur donnent vie. la constitution du sénégal est un tas de mots. pardonnez-moi, cette définition triviale ! mais encore, faut-il que les acteurs soient capables de se hisser à la hauteur de cette colline d’articles et d’alinéas, tous vecteurs de valeurs démocratiques et républicaines. facile de le répéter dans un discours, difficile de le réaliser au quotidien !

      bien entendu, le souci de modernisation et de stabilisation de la constitution – préoccupation affichée par le président macky sall – est louable. la meilleure alliée du chef de l’etat étant d’abord l’étymologie. en effet, « constitution » dérive du latin cum (ensemble) et statuo (fixer, établir). ce qui fait une belle jonction avec la volonté de sacralisation exprimée dans le message présidentiel de la saint-sylvestre. en revanche, l’ennemie numéro un de ce catéchisme politico-institutionnel est indéniablement sa propre désincarnation. la succession des évènements (trame de l’actualité) en fait foi, depuis mars 2012. la liste étant longue, on en extrait trois exemples phares.

      dans une république souveraine et vieille d’un demi-siècle de gouvernance démocratique avancée (comme le sénégal) la séparation des pouvoirs est, à la fois, la charpente et la clé de voûte du magma d’institutions que sont les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire organiquement flanqués de leurs nombreux démembrements. n’empêche, l’assemblée nationale – matrice des lois – a giflé la cour suprême, au travers d’une bruyante et gênante résolution de soutien au ministre de l’education nationale, contrarié par un arrêt évidemment suprême. si on voulait ruiner la vitalité de l’institution judiciaire, on ne s’y prendrait pas autrement. a la lumière d’un tel comportement, que vaut un wagon de textes porteurs de réformes ? lorsque le député élu au suffrage universel – par le même canal de légitimité que le président de la république – est plus pro-gouvernemental que le ministre, aucune réforme magique ne lui inoculera le sérum de la séparation des pouvoirs. d’où la vanité et le surréalisme d’un paquebot plein de réformes constitutionnelles et institutionnelles.

      il va sans dire que tous les sénégalais pétris de civisme et attentifs au devenir des générations montantes sont farouchement opposés au recrutement de tout élève-maitre incapable de conjuguer le verbe « mourir » au futur. mais ils sont aussi fermement en désaccord avec toute attitude de rébellion (même verbale) contre une décision de justice, elle-même, extraite des entrailles des lois votées par l’assemblée nationale. du reste, des voies de recours et de contre-attaque sont à la portée du ministre. la tricherie dans un concours officiel et national n’est-elle pas un délit ? tout sauf une défiance qui vexe le pouvoir judiciaire et contrecarre son indépendance. après tout, ce n’est pas la cour suprême qui a matériellement organisé le concours. elle n’a rien à voir avec les ratés. gardons-nous de hâter le déclin des lois ! il y va de la sauvegarde du sénégal qui est au-dessus de tous les partis.

      l’autre exemple illustratif du fossé entre l’incantation et la praxis, renvoie à l’apologie de la transhumance. djibo leyti ka, auteur des discours les plus véhéments et les percutants contre la transhumance, après la défaite de wade (il voulait être le père d’une loi anti-transhumance) a franchi, aujourd’hui, le rubicon. preuve que le problème n’est pas dans les textes mais dans les têtes. autrement dit, les mœurs politiques contrebalancent les règles du jeu. même lorsque celles-ci figurent, en bonne place, dans des constitutions plébiscitées par voie référendaire. la modernisation, la stabilisation et la sacralisation, chères à macky sall, restent au stade de la poésie…constitutionnelle. parce que tributaires des servitudes du système que sont le besoin d’un bassin électoral (sans cesse élargi et garant de victoire) et la soif inextinguible d’étrenner un second mandat. un phénomène amplifié par la saison africaine des premiers tours gagnants (un coup, ko). suivez mon regard qui balaye les scènes électorales en afrique !

      le troisième exemple souligne fort bien le divorce entre le verbe et la vérité, c’est-à-dire entre le discours sur la constitution, un soir de fin d’année, et les manœuvres politiques qui ont la peau dure. il s’agit, ici, de l’ingéniosité de l’ingénieur macky sall qui a réussi le tour de force de mettre en congé voire de crucifier, en douceur, l’exercice des libertés les plus élémentaires dans une démocratie adulte. une prouesse qui – contrairement aux apparences – n’est pas strictement policière. le quatrième président du sénégal a convoqué la métaphore du puissant train, avec sa longue rame de wagons et ses machines de tête. pour le figer et le rouiller sur place, il a démonté, acheminé et déposé les trois locomotives de l’effervescence et de la mobilisation démocratiques (la presse mordante, la société civile et l’intelligentsia dominante) au réfectoire du palais.

      le résultat est frappant : les manifestations (y compris les plus légitimes) restent dans les limbes. parce que non aiguillonnées et non stimulées par l’élite qui, en démocratie, est la boussole des masses. mieux, le leader de l’apr, macky sall, a vassalisé les cerveaux et éteint les lumières. les intellectuels qui furent, hier, les porte-étendards de la pensée contestataire, de la pensée protestataire, de la pensée réfractaire et de la pensée voltairienne sont, aujourd’hui, les commissaires de la police…des idées.

      a pikine, une manifestation programmée dans les limites territoriales de la municipalité – très loin de la place de l’indépendance – par une population grandement ulcérée par la profanation continue des tombes (un motif vraiment domestique sans rapport avec la vie chère, la pauvreté tenace ou le mandat présidentiel) a été interdite. aucune levée de boucliers n’a été enregistrée dans les différents segments de la société sénégalaise. question : où est l’incidence de l’acte 3 de la décentralisation, un acte censé octroyer directement et entièrement des prérogatives aux populations curieusement interdites de colère ouverte ? en définitive, les faits confortent l’opinion de stendhal : « les discours des hommes politiques ne sont que les masques qu’ils appliquent sur leurs actions ». celui du 31 décembre n’y échappe pas, malgré les réformes hardies qu’il fait miroiter.

      théoriquement, les réformes constitutionnelles et/ou institutionnelles sont des changements importants en vue d’une réelle amélioration. dans la pratique, les écueils sont légion. certains d’entre eux (les obstacles) sont consubstantiels à la politique active. ainsi, le choc entre le catalogue des vœux et les casse-têtes du champ politique, installe souvent les leaders, dans le culte de l’efficacité au détriment de l’attachement sincère aux idéaux charriés par les grandes modifications constitutionnelles. quand le chef de l’etat macky sall parle, on écoute ses explications, mais on aimerait entendre ce qui est tu. par exemple, ce référendum mort-né ou ressuscité-mort qui a, de plus en plus, l’air d’une voie de contournement de l’engagement pris avant le second tour de la dernière présidentielle, portant sur la réduction du mandat.

      ps : je ne commente pas le volet économique du discours présidentiel de fin d’année. je le soumets volontiers au test infaillible du temps ou de la durée. « l’économie réelle, c’est le ventre et la poche. tout le reste n’est que littérature économique » disait l’ex-ministre de l’economie et des finances du sénégal et ancien chef du département afrique du fmi, notre compatriote mamoudou touré. dans le même ordre d’idées, winston churchill corsait les choses de façon, à la fois, drôle et savante : « je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées ». dewénati, bonne année 2016 !
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2016 (09:37 AM)
      même dans les républiques bananières il y a un minimum de respect que l'on se doit, et que l'on doit aux institutions de la république et à ses lois. du respect , madame, pour les plus de 60% de sénégalais qui ont dit "oui" au candidat macky sall, pour en faire président de la république du sénégal pour un mandat de 7 ans.libre au pr maintenant de procéder à une proposition de projets de lois visant la réduction du mandat à 5 ans, pour le respect de la parole donnée. en dehors de cette raison evoquee, rien absolument rien ne peut contraindre se macky sall a faire des propositions de modification du mandat. le conseil constitutionnel dira qu'il est incompÉtent pour donne son avis la dessus; c'est une affaire entre une assemblée nationale souveraine , un président, et le peuple sénégalais.
    • Auteur

      Kx

      En Janvier, 2016 (09:46 AM)
      elle se prend pour qui cette folle furieuse qui veut nous imposer la date des elections
  2. Auteur

    Mor Ndiakhoum

    En Janvier, 2016 (19:59 PM)
    ATTENTION : IL NE FAUDRAIT PAS QUE LALUTTE CONTRE LE TERRORISME MENE AUNE GUERRE ENTRE CHIITES ET SUNNITES !



    Au lendemain de l'exécution en Arabie saoudite du dignitaire chiite Nimr al-Nimr et de 46 autres personnes condamnées pour terrorisme, des affrontements opposaient dimanche la police à des manifestants chiites à Bahreïn, alors que la tension restait vive en Iran. Paris a appelé les responsables de la région à éviter «l'exacerbation des tensions». Téhéran et Ryad s'opposent notamment dans les crises régionales, en particulier en Syrie et au Yémen. Au Liban, le chef du Hezbollah dénonce le «despotisme criminel» de la famille des Al-Saoud : «IL FAUT FAIRE ATTENTION A NE PAS TRANSFORMER LA QUESTION EN (CONFLIT, NDLR) SUNNITE-CHIITE», a-t-il cependant ajouté. Les autorités politiques et religieuses en Irak, pays à majorité chiite, ont qualifié dimanche l'exécution de Nimr al-Nimr d'«agression». Des manifestations ont également eu lieu au Pakistan et au Cachemire indien.



    Des affrontements opposaient dimanche la police à des manifestants dans plusieurs banlieues chiites de Manama (BAHREIN) où la police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles de chevrotine en direction de manifestants qui ont lancé des cocktails. Les affrontements les plus violents ont eu lieu à Sitra, à l'ouest de Manama, où 400 manifestants se sont heurtés à la police.



    Des milliers de chiites ont manifesté au Pakistan. Lahore (est) a compté quelque 1.500 manifestants et à Karachi (sud) un millier d'hommes, de femmes et d'enfants ont crié des slogans hostiles à la famille royale saoudienne.







    La France «déplore (sans condamner fermement ?ndlr) profondément» les 47 exécutions (barbares ?ndlr) survenues samedi en Arabie saoudite a déclaré le ministère des Affaires étrangères. Paris, proche alliée de Ryad, «appelle les responsables de la région à tout faire pour éviter l'exacerbation des tensions sectaires et religieuses».



    «L'exécution de Nimr Baqer al-Nimr renforce notre inquiétude actuelle quant à une tension croissante (...) au sein de la région», a également réagi le ministère allemand des Affaires étrangères. De son côté, Londres n'a pas condamné directement l'exécution de Nimr Baqer al-Nimr.



    Paris et Berlin craignent une escalade (en la souhaitant ?)



    RIEN QUE DES MUSULMANS EN MOINS ! La coalition ne semble pas pour le Sénégal !
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (20:00 PM)
    ma wakhone wakhett. l acte qui avait fait sauter abdoulaye wade

    Auteur

    Thiessois

    En Janvier, 2016 (20:07 PM)
    Lettre à Monsieur Socé directeur de l ecole primaire elementaire parcelles assainies unite 2 à Thies .En effet il s'agit de la dame Amy MBAYE classe CM1 B . Cette dame est la plus nulle de votre etablissement pourquoi elle enseigne dans une classe de CM1 elle passe tout le temps a frapper les enfants à tort . Elle n'est pas a la hauteur de cette classe . Monsieur le directeur; Les parents d'eleves qui la connaissent ont vite fait d'enlever leur enfant de cette classe pour les orienter dans celle de madame sylvie . il faut revoir cette situation sinon dou bakh dé

    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (20:13 PM)
    Cette folle qui ne doit pas venir au parlement.Elle avait dit la meme chose pour dire que Karim ne sera pas en prison.Propre a recueillir les miettes de wade et essayer de lui plaire.
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (20:53 PM)
    ces gens du pds n'ont rien dans leur bouche que des menances.Au finish on ne voit rien,tous des poltrons,des paroles en l'air.comportement digne d'un SOPEMAN wa salam.
    Auteur

    Macky Galgal

    En Janvier, 2016 (21:20 PM)
    Arrogance ! Quand tu nous tiens...Comme si c'est elle qui va organiser les élections.Il faut attendre Que Karim Wade soit libéré d'abord pourque vous aillez un candidat....ndeyssaaane...Ngour mo nékh....
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (23:10 PM)
    Vous les batard de lapr fermer vos gueules dès qu'on parle de bilan vous chiez dans vos pantalon bientôt 2017 la vengeance sera terrible pour vous
    Auteur

    Harouna

    En Janvier, 2016 (23:42 PM)
    ANONYME n0 9!!!Pourquoi cette insolence? 2017 est proche mais aujourd'hui encore mieux.Pourquoi attendre.SALAMMM....
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (00:05 AM)
    QUELLE QUE SOIT LA DATE DES ÉLECTIONS .MACKY SALL VOUS BATTRA TOUS Á PLATES -COUTURES.DONC INUTILE DE FAIRE LA GRANDE GUEULE POUR SE FAIRE REMARQUER
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (00:06 AM)
    notre premier vœux çà doit être la verite sur l argent sale de l iaaf qui l a élu et le proces de karim qu ils ont organise comme ristourne a diack dont son fils massata l enculés a ete mise en prison par WADE pour escroquerie de 2MILLIARDS PAMODZI EQUIPE NATIONALE DU SENEGALet puis ce qui est bizarre au senegal on a une nouvelle race de politiciens sans vergogne des magistrat indigne des députés corrompus dans une affaire internationale qui n a pas encore fini ces revelations on nous parle de candidatures non le peuple vous dit non tous les candidats potentiels sont trempés par diack dans un blanchiment d argent et ce que vous ne savez pas les français nous ont balancé que 2 paragraphes sur l instruction du PACTE DE MOSCOU une instruction sur un scandale international concernant toutes les grandes puissances du monde avec la complicités d un gouvernement conspirateur ne peut être que 2 paragraphes çà dure même des jours attendez vous a des révélations qui vont mettre la république a genou et ses juges comploteurs.Ne parlez pas d élections mais de l information judiciaire sur les cagoulards du PACTE DE MOSCOU d abord ils ont mordu a l hameçon de la trahison lancé par diack et nos juges au lieu de répondre sur l affaire diack venant de juridictions plus élevés par rapport a votre leur nano-barreau un procureur de la république qui était au premier plan durant la traque des biens ridicule car étant complice indigne devant le peuple mais qu ils se dise jamais procès se fera sans qu il soit impliqué pour complicités de conspiraton et complots contre karim il a goutté à l argent diack alors ou la crei et ces encules de chiens aboyeurs L IAAF est là c est un dossier sure il faut arretes khalifa cite dans laffaire les maires de 2009 les tetes de listes de l opposition 2012



    donc y a que wade qui n a pas goutte a l argent sale de diack et sa coalition



    jeunes juges levez vous faites front c est votre honneur qui est en jeu seneweb j espere que vous cesserez de trier les articles pour n en montrer que ceux qui plaisent au gouvernement ne soyez pas des fakes



    y a pas que les 1 500 000 euro l argent depasse plus que çà karim a un dossier corser qu il pilotera pour mettre le senegal sur les rails des grandes pays de justice qui emprisonne des juges des magistrats des hommes politiques et des anciens présidents et çà sera une premiere car etant le porte flambeau de la démocratie africaine grâce a ton pere WADE on doit etre les premiers a juger des corrompus de haut rang des bandits au colle blanc blanchisseurs des grands scandales

    le conseil constitutionnel doit démettre macky pour haute trahison et conspiration contre l état du senegal emprisonnés ces députés et exiger des élections anticipées a tout les niveaux tout est sale actuellement avec l affaire diack le gouvernement n est plus légitime car issu d un putsch avorté par un juge français comme eux

    Nous exigeons la livraison de diack a la justice française et non sa couverture le gouvernement est impliques donc seul y rien a cacher avec karim vous predisez sa fuite et il est venu vous affronter et je demande au juge VAN de lancer un mandat d arret international a tout ceux qui ont ete cités par diack s il refusent de le livrer le senegal doit etre suspendu des JO de RIO L IAAF veut savoir la verites sur les cagoulards qui ont empechés beaucoup d athletes honnetes de ne pas avoir de medailles face aux russes le senegal est sali a jamais et çà restera dans l histoire un coup de poignards qui nous a ete administre par des laches de senegalais aigris
    Auteur

    Biri

    En Janvier, 2016 (03:01 AM)
    Bla Bla. Bla
    Auteur

    Biri

    En Janvier, 2016 (03:01 AM)
    Bla Bla. Bla
    Auteur

    Biri

    En Janvier, 2016 (03:01 AM)
    Bla Bla. Bla
    Auteur

    Biri

    En Janvier, 2016 (03:01 AM)
    Bla Bla. Bla
    Auteur

    Maky Degage

    En Janvier, 2016 (07:42 AM)
    toucoulorisation de la republique
    Auteur

    Milma

    En Janvier, 2016 (08:58 AM)
    beugue buzz beugue siww rekk va au salon de coiffure wayy a faire des moussor
    Auteur

    Goor

    En Janvier, 2016 (09:07 AM)
    Madame, va apprendre tes leçons. En démocratie, on ne parle pas de gré ou de force. Nous avons besoin de débats contradictoires, pas de force. Et puis quelle est ta force? Un député doit préconiser le débat d'idées, pas la force. Bon mais c¡est ça le Senegal; un pays où tout passant peut être député.
    Auteur

    Sunuman

    En Janvier, 2016 (11:20 AM)
    c'est le type de déclaration inutile et sans autre portée que faire dans la provocation. elle trahit en même temps une carence intellectuelle et un manque de culture démocratique. l'élection présidentielle en 2017 est une obligation morale à la limite et non une contrainte de la loi...l'ouvrir de cette manière dénote, encore une fois, de la médiocrité dont le règne de Wade fut souvent émaillée. il y a eu à son époque une inflation dans la promotion des tocards à de très hautes fonctions.  :sunugaal: 
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (12:17 PM)
    de toute façon avec le pds on est habitue au rapport de force ,q'elle noublie pas que son mentor avait dit la meme chose pendant le proces de karim ,que son fils ne sera jamais emprisonné sinon le pays sera à feu et à sang au contraire depuis lors on est en paix Elle comprend rien cette dame je vous suggere de vous opposer d'une maniére republicaine comme l'a fait le ps ;les senegalais veulent la paix c'est fini maintenant les marches, emeutes et autres troubles personne ne vous suivra sur ce chemin exeptés vos militants encore egarés.

    Wa Salam
    Auteur

    @23

    En Janvier, 2016 (12:17 PM)
    Merci.....



    Dire que cette HONORABLE est à l'Assemblée Nationale !!

    Médiocre mégère qui se trompe de casting !!
    Auteur

    Anonymef

    En Janvier, 2016 (13:13 PM)
    ANNONCE SPECIALE POUR LES BUSINESS MAN



    Vous voulez gagner 5% de commission apres chaque vente

    -Je vous propose des tracteurs a partir de 2000$

    - des moissonneuses batteuses a partir de 4500$

    - des motoculteurs a partir de 800$



    - Des frigo solaires 182L & congelateurs solaires 200L a partir de 900$



    ( a defaut de pouvoir mettre une photo envoyez moi un mail *(exportcom)[email protected] gmail.com )*



    Comme je l'ai dit precedement vous avez la possiblité de gagner 5% de commission sur chaque vente



    ****Profitez de congelateur solaire , lampe solaire etc . Tous les produits Y sont

    Envoyez moi Photo + détails du produit donc vous avez besoin

    --------------------------------------------------------------------------------

    **Avis a tous les BUSINESS MAN pour plus de transparence dans vos transactions entre la chine et Dakar ( Tous les pays d'Afrique ) *(ExportCom 221)*peut vous aidez



    Je suis une plateforme comme AliBaBa mais en plus securiser



    **N'hesitez pas a passer vos commandes dircectment dans notre service

    Vous recevrez votre marchandise au bout de 10 jours par avion et un mois par voie maritime .



    Pour tous les grossistes ayant besoin d'une personne deja sur place pour leurs achats veuillez me contacter (ExportCom 221)* est pret a vous aidez .



    Contactez moi par mail pour plus d'information vous aurez une reponse en moins de 24h



    Mail : (ExportCom 221)*@gmail.com



    Ps: il n'y a pas d'espace dans le mail ni de parenthese







    Envoyez moi un mail pour plus d'information



    Ps: pour l'adresse mail tout est collée sans parenthese



    • Auteur

      Djiban

      En Janvier, 2016 (13:26 PM)
      cette dame ne comprends pas comment le monde bouge elle dit de gré ou de force la présidentielle aura en 2017 (rire) le sénégal est un pays ou il fait bon de vivre même les singes font des déclaration au sénégal ou des sorties des gens qui ne valent rien pauvre dame.
    • Auteur

      Djiban

      En Janvier, 2016 (13:26 PM)
      cette dame ne comprends pas comment le monde bouge elle dit de gré ou de force la présidentielle aura en 2017 (rire) le sénégal est un pays ou il fait bon de vivre même les singes font des déclaration au sénégal ou des sorties des gens qui ne valent rien pauvre dame.
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (15:00 PM)
    ki foumou khinééééé ? senegal mooo NéééééKH WAAY
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (20:51 PM)
    Il attends ses feticheurs pour la datte comme cest le maitre feticheur orgeuilleux

     :sunugaal: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email