Mardi 19 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Arrestation de Oumar Sarr : Mamadou Mbodj estime qu’« il ya des excès de part et d’autre »

Single Post
Arrestation de Oumar Sarr : Mamadou Mbodj estime qu’« il ya des excès de part et d’autre »

Le Coordonnateur du M23, Mamadou Mbodj, estime qu’« il ya des excès de part et d’autre » sur l’arrestation et placement sous mandat de dépôt du Secrétaire général-adjoint du Parti démocratique sénégalais (Pds), Oumar Sarr. Ce dernier, selon lui, a commis un excès, car le communiqué qu’il a produit est « extrêmement violent et, peut être, ne repose pas sur des faits avérés déjà établis ». Des excès qui, précise-t-il, sont liés à « une tradition politique politicienne ». Il était l’invité de l’émission « ’Grand Jury »’ de la Radio futurs médias (Rfm) de ce dimanche 27 décembre 2015.  


Toutefois, monsieur Mbodj a estimé que, dans ce genre de situation, le chef de l’État doit faire « un recul pour faire honneur à la démocratie ».  


Pour rappel, Oumar Sarr a été arrêté pour faux, usage de faux et diffusion de fausses nouvelles, suite à son communiqué diffusé dans la presse, sur les déclarations de Lamine Diack sur le financement de la campagne électorale de Macky Sall.


Article_similaires

10 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (20:31 PM)
  2. Auteur

    Zembla1

    En Décembre, 2015 (21:31 PM)
    Le monde n'a nulle part cite Macky comme beneficiaire de ces fonds. Les propos de Oumar SARR sont plus qu'insultant surtout envers le president en exercice.il ne doit pas prendre moins de 5ans de prison. Rien ne l'autorise a tenir de tels propos.wasalam
    Auteur

    Flagrant Delit

    En Décembre, 2015 (23:12 PM)
    L’argument du procureur de la république sur l’arrestation de Oumar Sarr a le mérite de révéler la carence ou mauvaise foi de ceux qui avaient soutenu que c’est sur la base de la levée de l’immunité parlementaire du député en 2013 qu’il a été arrêté et emprisonné pour des faits délictuels qui lui sont reprochés sans être obligé de passer par l’assemblée nationale.



    Le procureur justifie l’arrestation de l’opposant sans passer par l’assemblée nationale par une flagrance conformément à l’article 51 du règlement intérieur de cette institution et non par une levée antérieure de son immunité parlementaire.



    Cependant, à travers cette démarche, ceux qui ont kidnappé Oumar Sarr ont renoncé à leur argumentaire politicien et dénué de tout fondement scientifique pour convoquer un argumentaire juridique qui les enfonce lamentablement.

    En effet, toute la communauté des juristes est unanime à reconnaître qu’un cas de flagrance se juge en audience de flagrant délit. Et c’est justement l’absence de flagrant délit qui exige l’ouverture de la phase d’instruction. Cette rigueur procédurale contredit manifestement la nouvelle trouvaille de ceux qui tentent de justifier l’arbitraire.



    Si c’est un cas de flagrant délit, pourquoi Oumar Sarr n’a pas été jugé en audience de flagrant délit? Pourquoi alors saisir un juge d’instruction ? Pour instruire quoi? Un flagrant délit ?



    Cette révélation du procureur ne fait que confirmer la détention arbitraire et honteuse du député Oumar Sarr.



    C’est une injustice inacceptable.



    Thierno Bocoum

    Député à l’assemblée nationale sénégalaise
    Auteur

    Ngaté@51

    En Décembre, 2015 (23:53 PM)
    Heureusement qu'il s'appelle ZEMBLA pour pondre un commentaire digne du roi de la jungle. Zembla dont le personnage nous revient en mémoire à travers les feuilletons écrits que nous avions l'habitude de lire tous les 15 jours, peut bien paraître comme le commentateur qui pense que nous sommes encore dans la jungle et que les sénégalais doivent être traités comme tel. Omar Sarr doit prendre 5 ans pour des propos tenus à l'endroit du chef de l'Etat, alors que lui même et sa clique en disaient de plus irrévérencieux et impolis en s'adressant à Me Wade. Le statut de Omar sarr en tant que chef-adjoint de parti lui confère bien le droit de commenter un point de l'actualité qui vise le chef de l'Etat, et que ce dernier devrait prendre avec beaucoup de recul sans s'agripper sur le principe du délit d'offense au PR qui, quoi qu'on dise, doit être banni et supprimé de notre constitution.
    Auteur

    Zembla1

    En Décembre, 2015 (02:58 AM)
    Donnez moi un seul exemple d'un pays démocratique avec liberté de la presse où on insulte le président de la République. Meme les américains racistes qui n'aiment pas du tout les noirs n'insultent pas Obama qu'il détestent pourtant. Ce n'est pas peur de la justice mais par respect pour l'institution qu'il incarne. Rien n'autorise Oumar Sarr à insulter le PR. En fait Ngathe confond critique et insulte, ce qui est extrêmement grave ou alors au niveau de son cursus et de son éducation de base. En effet, Oumar Sarr n'a pas critiqué , il a tenu des propos d'une extrême gravité à l'encontre de la par son du chef de l'état. Au demeurant ces propos sont graves même tenus à l'encontre d'une personne comme moi. Désolé, Ngate allez vous renseigner davantage sur la différence entre injure et critique . Wasalam
    Auteur

    First

    En Décembre, 2015 (03:10 AM)
    Attention cher compatriotes. Ne confondons pas délit flagrant et procedures de flagrant. C deux notions totalement différentes. Ngueen balma Akh.
    Auteur

    Xeme

    En Décembre, 2015 (10:03 AM)
    Le grand écart.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (13:45 PM)
    Bocoum convoque une « jurisprudence » en se basant sur un présumé sondage estimant « TOUTE la communauté des juristes ». Sans donner des references ou des textes de loi ou de cas pratique de loi pouvant étayer ses élucubrations (comme à ses habitudes).

    Ou alors le juriste Thierno ne connait pas ce que c’est l’enquête de fragrance???? Voici ce qu’en dit les français qui sont malheureusement nos references en la matière:

    ——————————————————————

    À l’issue de la GAV, une personne ayant fait l’objet d’un déferrement, à la demande du PR, comparaît, le jour même (ou le lendemain), devant ce magistrat ou, en cas d’ouverture d’une information, devant le juge d’instruction saisi. Au plus tard dans les 20 heures suivants la fin de la GAV.



    La retenue se déroule dans des locaux spécialement aménagés au sein de la juridiction, sous le contrôle du PR et la garde de la Police ou de la Gie.

    ——————————————————————

    Thierno, Google is your friend!!! il faut savoir taper quelques mots de recherche avant de dire des bêtises.



    Euss…KEUYE!!!
    Auteur

    @realite

    En Décembre, 2015 (15:59 PM)
    LE PDS ET SES DIRIGEANTS ABUSENT DANS LA PROVOCATION SOUS LE PRETEXTE DE FAIRE DANS LA POLITIQUE. ALORS JE NE VOIS PAS POURQUOI L'APR ET SON CHEF NE FERAIENT PAS AUTANT AVEC LES MOYENS DONT ILS DISPOSENT. SI NON CEE SERAIT SUICIDAIRE. IL NE FAUT SURTOUT PAS SE LAISSER DOMINE SUR LE TERRAIN POLITIQUE.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (18:20 PM)
    lol les opposants de wade 2012 persistent toujours dans leurs immondices : il y'a ici une violation flagrant de la loi par la justice sénégalaise,aborde sur ce coté sale escroc fossoyeur et trafiquant de personnalité. Dites nous si avez reçu l'argent du vieux délinquant
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2015 (01:35 AM)
      soyez poli mon cher la facon dont vous avez ecrit votre texte n' est pas du tout correct

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email