Lundi 06 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

Dialogue national : Les enseignants réclament un siège et ciblent des thèmes

Single Post
Les enseignants réclament une place à la Table du Dialogue National

Les syndicalistes du secteur de l’éducation ne veulent pas être en reste. Ils réclament une place à la table du dialogue national. Selon IRadio, qui donne l'information, les enseignants estiment que des questions comme le système de rémunération en vigueur dans leur secteur et l’introduction des langues nationales doivent être prises en compte dans ce dialogue.


liiiiiiiaffaire_de_malade

10 Commentaires

  1. Auteur

    En Mai, 2019 (11:12 AM)
    mais ces enseignants sont bien presents dans le dialogue mais en rang dispercé ,ils dans la majorité ,dans les non alignés et dans la société civile ,si les enseignants y sont pourquoi pas les medecins ,les agriculteurs les artisanes les transporteurs etc ... LA PAGAILLE QUOI !
    • Auteur

      Jeune Leader

      En Mai, 2019 (16:48 PM)
      gueum sa bopp prÔne un dialogue ouvert , libre et transparent
      car c'est impÉratif pour ramener l'unitÉ , la paix et la dÉmocratie
  2. Auteur

    Papi

    En Mai, 2019 (11:27 AM)
    vous voyez ces enseignants la plupart font de la politique et ils le font exprès d'aller en grève pour que l'on puisse critiquer le gouvernement et la plupart d'entre eux leurs fils sont dans des écoles privées et ils sacrifient nos jeunes frères qui sont dans les écoles publique
    Auteur

    Enseignant

    En Mai, 2019 (11:55 AM)
    Camarades, Soyez conséquents! On ne vous pardonnera jamais votre faiblesse et votre lâcheté! Votre rencontre avec la première Dame!...Avant elle, votre rencontre avec Abdoul Aziz Junior..., qui devrait vous servir de leçon. Arrêter de vous côtoyer à gauche et à droite. Le pouvoir, on le prend. Il faut lutter ou rester à vivoter. Tout a un prix. On ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs... Vous l"enseigner à vos élèves, non? Donc, il faut Oser Aller en Grève. L'unique arme que redoute et les autorités, et les parents (que nous sommes aussi), et les élèves. C'est un droit, alors, pourquoi avoir peur de ses droits? "Qu miin sa xuloo, yabb lah"!

    Macky ne sait pas ce qu'est le dialogue, et vous le savez. Mais comme vous êtes des laches, vous vous accrochez au DIALOGUE, encore comme toujours. Exiger le respect des "accords réalistes et réalisable". Où est Mbaye FALL LEYE? CASTRO? Mamadou DIOUF, AWA WADE, Mamadou DIANTE, Abdoulaye NDOYE, Dame NDOYE, et les autres? Pus verbeux que pratiques. Ils sont d'ailleurs dans le silence complice ou complaisant.

    Il vous faut des leaders. Pas de leader qui se le déclare. Ils ne courent pas les rues. Un leader qui va se courber devant des marabouts ou des dames pour se dérober, a sa place derrière la masse. Donc, il nous des révolutionnaires, au sens authentique du terme. Quand à la société civile et à la presse; elles ne parlent que quand l"avenir de leurs enfants à eux sont menacé. Le seul qui mérite respect le monsieur de la "COSIDEF". Au mois, lui, il est de bonne foi.

    Le Dialogue est plu politique que syndicale. Le dialogue avec les syndicats a eu lieu. On vous a promis des miettes étalés jusqu'après les élections de 2019!...Vous avez dialoguer avec Marième Faye SALL! Vous avez dialogué avec Junior...Aller enseigner. Vous êtes pour bons pour les jouets.

    Autres enseignants, unissez-vous et allez
    Auteur

    En Mai, 2019 (12:14 PM)
    il ne cesseront de reclamer
    Auteur

    Aziz

    En Mai, 2019 (12:32 PM)
    Il faut un dialogue Spécial pour vous, "gens saignants". Un Dialogue Bis. Ce dialogue porte ou doit porter sur les cartes d'identité, les élections dignes du nom, les cas de Karim et de Khalifa SALL...Si vous n’êtes pas satisfaits des miettes de Madame la première dame, comme le dit un internaute bien réfléchi, allez lutter en accepter les risques. Qui ne risque rien n'a rien...

    Avec Macky, il faut oser, il faut la force. Sans cela, restez là à cogiter, jusqu'au terme du règne. A une force, il faut opposer une force. O K.

    Chers enseignants, changer de dirigeants. Ces gens ne peuvent plus porter vos revendications. On connait leurs faiblesses. Ils ont reçu...Une rencontre de nuit!...Suspect! Et on lève la grève au moment où les gens dormaient. Démissionnez et changer tout!
    Auteur

    Citoyen

    En Mai, 2019 (12:32 PM)
    ENCORE LES ENSEIGNANTS (FORMATEUR DE NOTRE FUTUR EN RECLAMATION ET GREVE)

    TOP C'EST PARTI!!!!

    Les enseignants reclame un siege..... Les ambulants, les coiffeurs, les mecaniciens, les macons, les menuisiers, les infirmiers, les aides soignants, les avocats, les magistrats, les militaires, les agents d'higyene, les douaniers, les gendarmes, les policiers, les journalists, les deputes, les travaileurs du netoiament, les chauffeurs et coxeurs, les transporteurs, les marayeurs et pecheurs, les eleveurs et bergers, les paysans, les docteurs .... en bref tous les 15 millions de citoyens listen leurs maux et reclament un siege.

    C'EST CA MON PAYS, ON GERE MES INTERETS PERSONELS OU JE GACHE TOUT!!!!
    Auteur

    Momar

    En Mai, 2019 (12:35 PM)
    aller en classe et arrêter de nous polluer avec la politique
    Auteur

    Mane Mi

    En Mai, 2019 (13:05 PM)
    THIAHHHH encore eux
    Auteur

    Boy Naar N°11

    En Mai, 2019 (13:07 PM)
    Le dialogue national doit porter uniquement sur l'économie car les indicateurs financiers sont au rouge au Sénégal depuis plus de trois ans.

    Situation presque alarmante?
    Auteur

    Abdou Bassene Dit Che

    En Mai, 2019 (14:20 PM)
    C'est vraiment dommage. Le Sénégal qui était une référence dans tous les domaines à la veille des indépendances, est devenu aujourd'hui une véritable poubelle ou des personnes sans qualification professionnelle voire même analphabètes, sont promues à des portes de responsabilité. Au Sénégal, la politique occupe 80% de notre temps et le travail, les 20% restants. Comment voulez - vous vous vous développer dans un tel désordre et une telle facilité. Les vrais travailleurs ne gagnent que des miettes tandis que ceux sont éternellement à l'ombre, gagnent des millions par mois.

    Avant de parler de diadoque national, on doit avant évaluer "l'élection présidentielle de février 2019".

    Je préfère plutôt parler d’assises nationales que de parler de dialogue national. Je précise que la principale difficulté du Sénégal réside dans sa "constitution et ses institutions" qui ne jouent leurs véritables rôles. Ces assises nationales regrouperaient les partis politiques, les syndicats, les religieux, les forces de défense et de sécurité, les paramilitaires, les groupements de femmes et de jeunes en vue de discuter des véritables problèmes qui minent le développement économique, social et culturel du pays. Au Sénégal, on discute des choses sans valeur.

    Ces assises nationales permettront de mettre en place une nouvelle constitution ainsi que des institutions fortes comme l'avait si bien boit l'ex - président américain Obama en visite officielle au Ghana:"l'Afrique n'a pas besoin des hommes forts mais plutôt des institutions fortes".

    Si on ne passe en revue notre constitution et nos institutions, inutile de rever à un développement économique, social et culturel du pays.



    MERCI - LE MOUVEMENT CHE

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email