Dimanche 19 Septembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Gestion carrière des magistrats : L'Ums met l'exécutif sur la touche

Single Post
Gestion carrière des magistrats : L'Ums met l'exécutif sur la touche

L’Union des magistrats du Sénégal (Ums) a, ce mardi, organisé un atelier de sensibilisation sur les réformes de la Justice. Des réformes qui visent trois objectifs que sont le renforcement de l’indépendance des magistrats, la préservation de l’image d’indépendance de la justice et la garantie de la performance des juridictions. Une occasion saisie par le président de l’Ums pour parler d’un sujet qui lui tient à cœur : la carrière des magistrats. 

« Souvent, quand on parle de la gestion de la carrière, on est tenté de penser qu’on est dans une posture corporatiste. Alors que dans tous les Etats de droit, quand l’exécutif contourne la question de la carrière des magistrats, c’est qu’indirectement il a un moyen de pression sur les juges. Vous ne verrez pas, ni en France ni dans un autre grand pays les autorités contrôler à ce point la gestion de la carrière. C’est révolu », a  soutenu Souleymane Téliko. Il poursuit : « Au Sénégal nous voulons que la question de la gestion de la carrière sorte des mains de l’exécutif pour être gérée par une entité indépendante. Il n’est normal du point de vue de l’image et de la perception qu’on peut avoir de la justice, qu’un organe aussi central que le Conseil supérieur soit dirigé par les membres de l’exécutif ». 

A l’en croire, les deux prérogatives essentielles qui existent au sein du Conseil, c’est le pouvoir de proposition et le pouvoir de nomination. « Le premier exercé par le ministre, le second par le Président de la République. Les autres membres que sont les magistrats n’ont qu’un pouvoir d’émettre des avis. Cela veut dire que dans les faits, seul l’exécutif gère la carrière des magistrats et c’est un moyen de pression sur les juges. Je trouve que c’est grave parce que la liberté n’a pas de prix. Tout ce qui est une atteinte ou une menace pour les libertés doit être banni », indique le président de l’Ums. Il estime que si la justice est bien organisée, si les réformes sont mises en œuvre, il n’y aura pas de place pour l’immixtion d’autres forces ou de lobbies au sein du fonctionnement de la justice.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email