Mercredi 20 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Ibrahima Sylla, enseignant-chercheur en Sciences Politiques : ‘’ Macky Sall encourt une sanction électorale’’

Single Post
Ibrahima Sylla, enseignant-chercheur en Sciences Politiques : ‘’ Macky Sall encourt une sanction électorale’’

Le ‘’reniement’’ du président de la République Macky Sall sur la question de la réduction du mandat présidentiel en cours risque de lui être fatal. Selon l’enseignant-chercheur en Sciences politiques, Ibrahima Sylla, le président de l’Alliance pour la République (Apr) encourt une sanction électorale qui le mènera vers un gouvernement de cohabitation. Dans cet entretien avec EnQuête, le Dr en Sciences politiques dissèque la situation actuelle du pays qui n’est pas, selon lui, très favorable au chef de l’Etat qui a réussi la prouesse de rassembler et de revigorer l’opposition.

Comment analysez-vous la situation actuelle du pays ?

Le premier constat, c’est que cela peut paraître très étonnant que pour une question aussi cruciale qui aurait dû recueillir l’assentiment de tous les Sénégalais, l’on se retrouve dans deux camps opposés. Dans l’histoire du Sénégal, souvent il y a des moments de consensus où les gens s’accordent sur le nécessaire. C’est ce qu’il faut faire pour que tout le monde chemine ensemble pour consolider la démocratie. La réforme des institutions ou la révision constitutionnelle sont des sujets qui doivent faire l’objet d’un consensus au terme d’un dialogue constructif. Pour la première fois au Sénégal, on voit autant de disparités, de dissensions, de conflits et d’opposition par rapport à quelque chose qui aurait dû rassembler toute la classe politique et tous les Sénégalais.

Cela veut dire que quelque part, il y a quelque chose qui ne va pas, à tel point que, même certaines personnalités qu’on pensait proches de l’Etat comme l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, Cheikh Tidiane Gadio et beaucoup d’autres personnes prennent le contre-pied par rapport à ces sujets qui auraient dû constituer un consensus. On a choisi aujourd’hui une mauvaise voie avec un mauvais texte qui est incomplet. Certains considèrent qu’on n’y a pas mis l’essence même de la réforme. Cela touche par exemple la question du cumul des mandats. Quelque part, on a le sentiment qu’il y a eu une démarche solitaire du président de la République et de son staff qui ont voulu imposer 15 points aux Sénégalais.


Le président de la République appelle au dialogue et à la concertation. Pensez-vous que cela puisse aboutir ?

Je pense que le temps de la concertation est derrière nous. Aujourd’hui tout le monde parle de consensus et cela pose problème. Je dis qu’il y a eu trois ou quatre moments de consensus qui auraient pu nous épargner aujourd’hui le dialogue. Premier moment, les Assises nationales. Certains diront qu’elles ont réuni seulement quelques personnes et qu’on ne peut pas en tenir compte. Mais c’étaient des moments importants où les gens sont allés au fin fond du Sénégal et c’était dans un élan populaire où toutes les couches de la société étaient représentées à travers ces Assises nationales. Cela a donné lieu à un consensus qui a été introduit dans un texte qu’on a appelé la Charte nationale de gouvernance démocratique.

Deuxième temps fort du consensus, certains ayant dit que les Assises nationales ne comptent pas, le chef de l’Etat lui-même a initié la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri) dirigée par Amadou Makhtar Mbow. Là aussi, c’était un moment de consensus où les spécialistes ont fait le tour du Sénégal pour recueillir les points qui méritaient d’être réformés.

Troisième consensus, tous les spécialistes reconnaissent aujourd’hui la nécessité de consolider la démocratie en adoptant ces différentes réformes, révisions et modifications. Donc il y a une triple légitimité à travers ces réformes et un triple consensus. D’abord un consensus intellectuel et scientifique, puis un consensus populaire et enfin un consensus institutionnel de la part du président de la République qui a initié ces réformes.

On lui propose à la fin un avant-projet de Constitution, on lui propose pratiquement 100 points si on les répertorie, il laisse cela de côté, il s’enferme dans son bureau, il ne sort que 15 points. Cela pose problème. A partir de cet instant, quelle est la pertinence, quatre ans plus tard, après avoir dit : moi je choisis ce qui m’intéresse personnellement, de tenir ce référendum. Quelle crédibilité donner aujourd’hui à cette option solitaire du pouvoir ? Et c’est cela qui a conduit aujourd’hui à des conflits d’interprétation, de cheminement, à une mésentente nationale sur quelque chose de nécessaire. Aujourd’hui, le pouvoir a réussi la prouesse de réconcilier les partis de l’opposition et la société civile.


Le référendum sans la réduction du mandat présidentiel en cours, a-t-il un sens ?

Cela n’a pratiquement aucun sens. Aujourd’hui les gens parlent d’un nouvel esprit démocratique et ce n’est pas un emprunt par rapport à l’Occident. On considère désormais que quatre ou cinq ans suffisent pour présider un pays. Certains disent que c’est insuffisant mais c’est insuffisant pour quelqu’un qui arrive au pouvoir, qui n’a aucun programme, aucune vision, aucune ambition. Celui-là, un mandat de 10 ans est même insuffisant pour lui. Mais quelqu’un qui observe la société, qui analyse pendant qu’il est dans l’opposition, qui a un programme viable, quand il arrive, deux ans sont suffisants pour mettre en place sa politique. Le drame dans nos pays, c’est que les gens aspirent au pouvoir sans avoir un seul programme. Ils se lèvent avec des slogans, ensuite ils vont acheter un programme. C’est le cas du Programme Sénégal émergent (Pse).

On va acheter un programme qu’on essaye de plaquer par rapport à nos réalités. Finalement on se rend compte qu’on perd trois ans ou quatre ans à voir par quel bout prendre la République. On perd beaucoup de temps et cela montre l’absence de crédibilité, d’efficacité. Cette éthique de la promesse nécessaire en politique qui n’est pas respectée, qui nous mène finalement à une mauvaise voie, est l’expression d’une mauvaise foi politique. On nous parle aujourd’hui du Conseil constitutionnel mais ils oublient que la souveraineté appartient au peuple. Au-dessus du président de la République, du Conseil constitutionnel, au-dessus de toutes les communautés, il y a la volonté du peuple et ça, le président semble l’oublier.

Je fais confiance à la maturité du peuple sénégalais plus qu’à la sagesse des juges. Dans certains pays, quand les peuples ne sont pas sages, on voit ce que ça donne, ils vont jusqu’à prendre des palais en otage, détruire des Assemblées nationales. Ils oublient souvent les hommes politiques, que la légitimité ne s’arrête pas aux urnes. Il y a ce qu’on appelle en Sciences politiques la légitimité-réflexivité. Il faut revenir au peuple pour demander son avis. Mais on veut nous enfermer dans un juridisme, dans des théories, l’article 51 ou l’article 103, encore même qu’il y a une question de mauvaise foi. Le chapitre de la révision est le seul chapitre où, à l’article 103, on parle de la révision. Si on voulait changer et qu’on était de bonne foi, on passerait par l’article 103, on n’a même pas besoin de consulter le Conseil constitutionnel.


Est-ce que cette attitude du président ne risque pas de se retourner contre lui ?

Bien sûr que oui ! Maintenant il y a des conséquences et il faut avoir une lecture politique par rapport à cela. Il y a plusieurs cas de figures qui risquent de se produire. Premier cas de figure : l’élection est repoussée, il ne faut pas l’exclure. Le président, sentant que la sanction va tomber, recule finalement et diffère la date. Ce qui risque de poser problème parce que les gens vont dire : voilà ce qu’on disait. Il n’y a que lui qui maîtrise le calendrier électoral et en démocratie, le calendrier électoral ne peut pas reposer, même si c’est un référendum, sur les épaules d’un seul et même homme.

Deuxième constat de ce qui peut arriver : on va aux élections, le NON l’emporte sur le OUI, ce serait l’hécatombe. Le NON, ce n’est pas seulement par rapport au référendum, c’est par rapport à sa manière de conduire la République en tant que chef d’Etat. C’est comme cela qu’il faut l’interpréter. Je mettrai dans le NON ceux qui vont boycotter et ceux qui s’abstiendront. Il y a beaucoup de gens qui disent qu’on n’attache plus aucune crédibilité à la bonne foi de ces hommes politiques parce qu’ils nous ont encore menti, donc on ne va pas voter. Il y en a qui sont totalement dépités et qui ne vont pas voter. Si le NON l’emporte, le président de la République devrait en tirer toutes les conséquences politiques en disant : ‘’Mon peuple m’a désavoué, a montré un signe de défiance politique, j’en tire toutes les conséquences, je poursuis.’’ Les gens vont l’attendre aux législatives. Maintenant si le OUI passe, c’est tout bénéfique pour lui mais le Sénégal aura raté une occasion formidable de faire les vraies réformes dont il a besoin.


Selon vous donc, il y a de fortes chances que le NON l’emporte sur le OUI ?

A la vitesse dont les choses évoluent, il y a des risques. Je ne peux pas faire de la prédiction, mais sachez que tout est possible. On est dans un peuple volatile et versatile électoralement. Les gens sont capables de dire OUI comme ils peuvent dire NON.

Comme disait David Diop, le Sénégal est un peuple qui se tait quand il doit crier et qui crie quand il doit se taire. Les Sénégalais peuvent dire NON là où ils doivent dire OUI et dire OUI là où ils doivent dire NON.

Moi je fais partie de ceux qui pensent que le peuple dira NON, je suis partisan du NON, ce sera tout bénéfique pour le peuple. Je préfère que le peuple dise NON pour qu’on reprenne le travail depuis le début et qu’on arrête de passer par le Conseil constitutionnel, qu’on arrête de tergiverser et qu’on fasse des réformes qui prennent en compte les préoccupations du peuple. Quand on a envie de bien faire, la volonté du peuple est au-dessus de tout, quand on pense que quelque chose est utile pour son pays, on ne doit pas différer l’utilité.

On ne peut pas dire que c’est utile de faire cinq ans mais je m’applique sept ans parce qu’on m’a donné sept ans. Non. Il faut commencer par montrer que c’est tellement utile pour notre démocratie que moi je me l’applique. La mauvaise question que le président a posée au Conseil constitutionnel, c’est de dire : est-ce que l’article 51 me permet ? Il n’aurait même pas du prononcer l’article 51. La question qu’il aurait dû poser au Conseil constitutionnel c’est tout simplement comment faire pour respecter ma parole, par quelle voie devrais-je passer pour respecter cette éthique de la parole donnée. Dans ce cas, les gens allaient lui conseiller l’article 103 ou d’autres voies. Mais comme on dit en politique, les promesses ne tiennent que pour ceux qui y croient. Le Sénégal, encore, n’a pas les dirigeants qu’il mérite.


Comment analysez-vous l’attitude de l’opposition et de la société civile ?

C’est de bonne guerre. Ce sont les occasions qui font le larron. L’opposition qui a été quelque part en perte de vitesse, aujourd’hui, elle se renforce et c’est tout bénéfique pour elle. Le fait de se dédire et d’être dans ce postulat, regardez ce qui se passe aujourd’hui avec le Front du NON ; des gens qui n’avaient rien à faire ensemble se retrouvent autour du NON. Il y a des affinités qui vont se créer, il y a une dynamique et aujourd’hui le Sénégal électoral se réveille.

Ces gens-là qui, peut-être, n’auraient jamais pu s’entendre parce que certains avaient des ambitions personnelles et leur propre calendrier, aujourd’hui on leur a facilité les choses en les regroupant. Aujourd’hui il y a une véritable bataille autour de la communication à faire passer autour du NON. Les Sénégalais ne sont pas dans les subtilités du Droit. Ce qu’ils vont retenir, c’est tout simplement : le  Président Sall avait promis de réduire son mandat de 7 à 5 ans et au final il n’a pas respecté sa promesse. Cela risque de lui être fatal, de le mener vers un gouvernement de cohabitation, de la sanction électorale, le désaveu, le désamour avec le peuple qui va dire que cet homme est comme les autres, il est dans des réformettes qui ne consolident en rien notre démocratie.


Article_similaires

38 Commentaires

  1. Auteur

    Na Dem!na Dema Dem!!

    En Février, 2016 (20:43 PM)
    SI LE NON L'EMPORTE ,il FAUDRA QU'IL DEMISSIONNE IPSO FACTO!Ou sque le PEUPLE LE CHASSE DU POUVOIR!!! :emoshoot:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang: 
    • Auteur

      Dj Oustaz

      En Février, 2016 (21:40 PM)
      il ny a pas a etre analyste en politique pour comprendre que ce pingouin est cuit !
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2016 (15:15 PM)
      et si le oui l'emporte, ça sera un sacre désaveu pour l'opposition et la société civile.m. syla est un partisan du non et pas un analyste politique ici !i

      je dirai enfin quelqu'un qui semble avoir une vraie raison de voter non en disant qu'il veut que toutes les reformes préconisées par assises nationales soit mise en place. je dirai que voter non ne garantit pas non plus que ces reformes soit mis en place par un autre président. en fait lui aussi est dans une situation ou il pense a sanctionner le président et non regarder l’intérêt des sénégalais. toute avancée même petite est bonne a prendre.

      je connais des gens qui veulent voter contre macky car la gabegie ne continue pas et ils ont du mal a maintenir leur train de vie du temps de wade. le problème pour notre pays est que nos élites sont corrompus et pensent beaucoup plus a leurs intérêts crypto personnels

      m. sylla, laissez nos lire la constitution et décider en ame est conscience loins de vos calculs politiciens !!!!
  2. Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (20:47 PM)
    Très bonne analyse
    Auteur

    Wadjou Bakh

    En Février, 2016 (20:53 PM)
    Il faut voter non et faire voter non au référendum car le président Macky SALL n'a pas tenu compte des propositions de réformes de la Commission Nationale de Réforme des Institutions (CNRI) dirigeait par le doyen Amadou Moctar MBOW qui avait fait les propositions suivantes au Président de la république concernant la réforme de nos instutitions :



    1- le Président de la République doit cesser d’être le chef de parti dès son élection.



    2- le pouvoir de nomination du Président doit être mieux encadré.



    3- l’instauration de l’appel à candidature pour la nomination aux postes de direction dans l’Exécutif ainsi que le respect des critères de compétence et de hiérarchie dans la nomination des personnels des différentes administrations.



    4- la suppression de la liste nationale (scrutin proportionnel) pour les élections législatives.



    5- l’élection du Président de l’Assemblée nationale pour une durée égale à celle de la législature.



    6- Les députés nouvellement élus doivent bénéficier des séances de formation sur leur rôle, sur les procédures du Parlement.



    7- la désignation des magistrats à certains postes par leurs pairs.



    8-mettre fin à la présidence par le Président de la République du Conseil supérieur de la magistrature.



    9- la révision de la formule « Ministère de la justice » et la mise en place d’une structure indépendante dirigée par un magistrat choisi par ses pairs et dont le nombre de mandats est inférieur ou égal à deux (2).



    En lieu et place des réformes profondes de nos institutions le président Macky SALL nous propose des réformettes qui n'apporteront rien à nos institutions.

    Voter massivement non au référendum du 20mars pour sanctionner le président de la république Macky SALL et lui montrer la souveraineté du peuple.

    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (21:00 PM)
    Macky s'est dédis et s'est mis seule dans la merde.en fait il n'est pas trop intelligent notre président. Mentir pendant 4 ans c'est vraiment un manque de respect pour son peuple. Il sa en subir les conséquences. :fbhang: 
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (21:05 PM)
    Big up Grand Sylla !

    Je pense aussi que le vrai retard du Sénégal, vient de là: on a pas encore le président qu'il faut.
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (21:26 PM)
    WWW.TANEF.SN
    Auteur

    Mass

    En Février, 2016 (21:26 PM)
    bonne analyse , mais ou est ibrahima sene il est devenu aphone depuis qu'il est pca ; ah notre vieux communiste il a de l'argent une 4X4 de l'essence a gogo il est vrai que quand la bouche est pleine on parle difficilement c'est ce se passer avec le grand sene

    mody niang a lui eu le courage de parler et bien parler ;

    avez vous remarqué que le communistes deviennent réac avec un peu
    • Auteur

      La Gauche Est Morte

      En Février, 2016 (21:44 PM)
      il n'est pas le seul!toute la gauche(pit,aj de landing et la ldmpt) s'est tue
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2016 (21:57 PM)
      je pense que le président a raison de suivre le conseil constitutionnel il donne l'exemple et ne veut pas faire comme wade qui a changé 15 fois la constitution en12 ans de pouvoir cette opposition ne dit pas pourquoi il faut voter non ce qui les intéresse c'est le pouvoir il font du bruit avec l'appui de certains groupes de presses certain groupes de presses soutiennent wade car il les a finances pour un marche de collage d'affiches pour 3 milliards payes a la lonase du jamais au sénégal l'autre groupe de presse son patron attend de l'argent pour tourner son caftant comme il l'a fait avec wade
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2016 (21:57 PM)
      je pense que le président a raison de suivre le conseil constitutionnel il donne l'exemple et ne veut pas faire comme wade qui a changé 15 fois la constitution en12 ans de pouvoir cette opposition ne dit pas pourquoi il faut voter non ce qui les intéresse c'est le pouvoir il font du bruit avec l'appui de certains groupes de presses certain groupes de presses soutiennent wade car il les a finances pour un marche de collage d'affiches pour 3 milliards payes a la lonase du jamais au sénégal l'autre groupe de presse son patron attend de l'argent pour tourner son caftant comme il l'a fait avec wade
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (22:33 PM)
    on a dépassé le débat d'avoir raison d'écouter le conseil constitutionnel. On attend la sanction populaire pour montrer que le vrai conseil c'est le bon vouloir du peuple et non les calculs machiavéliques de cinq enfants sages.
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (22:57 PM)
    Conseil constitutionnel = 5 personnes élues par le président ....Quelle MASCARADE judiciaire.

    5 personnes que ce président par défaut respecte et ignore les 13 millions de Sénégalais qui l'ont élu...C'est grave ça... :sunugaal:  :taala_sylla: 
    Auteur

    Casamance

    En Février, 2016 (23:02 PM)
    depuis 4ans Macky est entrain de gaspiller notre argent avec son conseil des ministres décentralisés sans réalisation maintenant il vient avec son référendum ,votons tous non non et non
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (23:25 PM)
    Macky sall dhabitude bou dane wakh il restait debout dafdane takhaw



    mais keerrok dafa took ndakh bou takhawone rek dafa keupou ndakh doul you reuy



    il aurait tenu debout , il allait flotter trembler comme une feuille ndakh ay fename you reuy donc il a preferé ni gaapppeu sur son feuteuil di doul diakarlo ak adouna non il est foutu birou mafé



    macky feen na , boone na ba ceinturé bopam legui mome referendum rek en bas en arriere il verra la note de ses kathiee thim dieul non dieul na coupe bi deh yii feens c inquietant  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang: 
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (23:36 PM)
    Faut sauver le solda Macky. J'ai pitié
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (00:10 AM)
    Ce jeune président finira par rendre gagas ces messieurs trop pressés d'aller au palais. Il les énerve vraiment avec son calme et sa retenue. La campagne électorale entamée prématurément à la banlieue est devenue une vieille histoire et leurs promoteurs auront d'autres programmes comme la lutte ou le farniente à paris pour s'occuper avant 2019.
    Auteur

    Cheu!!!

    En Février, 2016 (01:02 AM)
    Right
    Auteur

    Cheu!!!

    En Février, 2016 (01:02 AM)
    Right
    Auteur

    Cheu!!!

    En Février, 2016 (01:02 AM)
    Right
    Auteur

    Jeunesse

    En Février, 2016 (01:42 AM)
    Msky est fini !!!!! Vive le peuple .en bas la dynastie faye sale
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (02:30 AM)
    non et non enore non :
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (03:13 AM)
    Ce n'est pas interessant d'ecouter ce monsieur sylla qui a deja vote son non mais il se trompe d'epoque.il est facile de rester dans son bureau pour dire que le non va l'emprter...ndeysane des jaloux aux coeurs meurtris de haine.macky va vous laminer tous et vous reviendrez nous parler de bourrage des urnes .les chiens aboient et la caravane passe.on va connaitre qui est qui dans ce pays
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (07:59 AM)
    Waxo fi dara sinon la reflexion d'un petit bourgeois. OUI au referendum
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (08:41 AM)
    Apres les sacrifices de 2012 je vois mal les senegalais voter oui.

    Si les senegalais votent massivement le NON va clairement l emporter. S ils restent chez eux par degout les tenants du pouvoir vont mobiliser leurs militants avec l argent du contribuable pur faire gagner le oui.

    Allons donc voter NON
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (08:42 AM)
    Apres les sacrifices de 2012 je vois mal les senegalais voter oui.

    Si les senegalais votent massivement le NON va clairement l emporter. S ils restent chez eux par degout les tenants du pouvoir vont mobiliser leurs militants avec l argent du contribuable pur faire gagner le oui.

    Allons donc voter NON
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (09:12 AM)
    vous faussez le débat ,je pense que qu'il faut analyser froidement la situation et il faut savoir distinguer la réduction du mandat aux réformes institutionnelles qui renforcent notre démocratie; la candidature des indépendants aux élections locales, le verrouillage du nbre de mandat, de sa durée, de la forme républicaine, la laïcité, l'indivisibilité, la démocratie et le caractère décentralisé de l'Etat; le renforcement du pouvoir du parlement par le contrôle de l'action et des politiques publiques; la constitutionnalisation de la décentralisation et de la déconcentration..........

    c'est vrai il aurait gagneé à réduire son mandat en portant un grand leadership dans la sous région et dans le monde mais il a raté le train de l'histoire. Cependant cela n'enlève en rien la pertinence des réformes proposées qui vont consolider davantage notre démocratie et il ne faut pas cracher sur ça. Garder le calme et éviter d'être emballé par ces politichiens qui ne sont animsé que par le pouvoir, ce sont des vampires
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (09:22 AM)
    NON à Macky Sall à Hollande et à Bolloré. Macky dégage traître menteur. Vu ce qu'il a fait à fait à Abdoulaye Wade rien ne doit pas vous surprendre de ce gars.
    Auteur

    Moussetr

    En Février, 2016 (09:41 AM)
    Les universitaires sénégalais préfèrent les journaux et les radios a la place des revues scientifiques .Il nous fatigue,l'universite recule chaque jour
    • Auteur

      J'aime Mon Pays

      En Février, 2016 (11:13 AM)
      salam,
      le problème est que quand ils publient dans des revues internationales ils ne vont pas vers les journaux pour en parler. s'ils ne publiaient pas il seraient tous des assistants à vie car le cames ne badine pas avec ça.
      s'il y a quelque chose qui intéresse la nation et que les journalistes vont vers eux pour recueillir leur opinion que voulez-vous qu'ils fassent.
      donne ton point de vue et démontre avec des arguments qu'il a tort si tu n'es pas d'accord avec lui. chaque sénégalais a le droit de intéresser au fonctionnement des institutions de son pays.
      merci à tous les sénégalais qui ont donné ou qui donneront leur point de vue avec respect et patriotisme quelque soit la position qu'ils défendent.

      vive la nation
      vive le sénégal
      que dieu nous montre la meilleur voie à suivre.
    • Auteur

      J'aime Mon Pays

      En Février, 2016 (11:13 AM)
      salam,
      le problème est que quand ils publient dans des revues internationales ils ne vont pas vers les journaux pour en parler. s'ils ne publiaient pas il seraient tous des assistants à vie car le cames ne badine pas avec ça.
      s'il y a quelque chose qui intéresse la nation et que les journalistes vont vers eux pour recueillir leur opinion que voulez-vous qu'ils fassent.
      donne ton point de vue et démontre avec des arguments qu'il a tort si tu n'es pas d'accord avec lui. chaque sénégalais a le droit de intéresser au fonctionnement des institutions de son pays.
      merci à tous les sénégalais qui ont donné ou qui donneront leur point de vue avec respect et patriotisme quelque soit la position qu'ils défendent.

      vive la nation
      vive le sénégal
      que dieu nous montre la meilleur voie à suivre.
    • Auteur

      J'aime Mon Pays

      En Février, 2016 (11:13 AM)
      salam,
      le problème est que quand ils publient dans des revues internationales ils ne vont pas vers les journaux pour en parler. s'ils ne publiaient pas il seraient tous des assistants à vie car le cames ne badine pas avec ça.
      s'il y a quelque chose qui intéresse la nation et que les journalistes vont vers eux pour recueillir leur opinion que voulez-vous qu'ils fassent.
      donne ton point de vue et démontre avec des arguments qu'il a tort si tu n'es pas d'accord avec lui. chaque sénégalais a le droit de intéresser au fonctionnement des institutions de son pays.
      merci à tous les sénégalais qui ont donné ou qui donneront leur point de vue avec respect et patriotisme quelque soit la position qu'ils défendent.

      vive la nation
      vive le sénégal
      que dieu nous montre la meilleur voie à suivre.
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2016 (16:11 PM)
      demandez à ce soit disant enseigement ses publications depuis 4 ans . réponse:zéro.
      pauvre sénégal, le président propose des réformes institutionnelles et les intellectuels se battent pour savoir si l'avis du cc le lie ou non. m*me si cet avis ne le lie , il peut apres analyse le suivre pour éviter un précedant dangereux. c'est qu'on attend d'un intellectuel c'est pas un engagement politicien, mais une analyse objective des propositions pour savoir leur impact sur la consolidation de la démocratie
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2016 (23:52 PM)
      je ne connais pas ce m. sylla, je ne l'ai jamais vu. depuis quand remonte sa dernière publication? je ne le sais pas non plus. j'ai lu des commentaires sur sa manière de traiter ses étudiants et si c'est avéré qu'il est comme ils l'ont décrit c'est très grave.
      cependant, j'ai vu que tu as généralisé en disant "les universitaires sénégalais préfèrent les journaux et les radios à la place des revues scientifiques", ce que je ne partage pas car je connais beaucoup d'universitaires qui font leurs travaux d'enseignement et de recherche comme il se doit et avec des résultats encourageant.
      maintenant en ce qui concerne les positions personnelles, j'ai la mienne, tu as la tienne et chaque sénégalais a la sienne et je pense que chacun a le droit de se prononcer car ça nous concerne tous.
      j'espère que tu me comprends et que tu me pardonne le tutoiement.
      bonne semaine
      cordialement
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2016 (01:45 AM)
      daccord avec toi et parfaitement!!! le gars a été refoulé plusieurs fois au cames car il s'est toujours sebnti supérieur "vous savez, j'ai des etudiants qui ont écrit des livres, je suis diplomé de science po paris, je suis auteur de tel ou tel livre"" il se croit supérieur à tout le monde! il prend du plaisir à emmerder les gens, à leur faire redoubler, à leur gacher leur avenir et cela au vu de l'administration. mon cousin a été recruté dans une ong mais, aujourd'hui la pire image qu'il retient de l'ugb cé celle de cet énergumène. quand il quittait des membres de l'administration lui ont soufflé qu'il n'était ni le premier, ni le dernier à qui ce ibrahima silla faisait ça.


      sache que la plupart du temps, ce sont eux qui appellent les journalistes pour donner leur avis, ou aller au grand rendez-vous, et rarement le contraire!! les hommes comme felwine sarr ou encore alioune badara diop du sénégal c'est ce dont les étudiants ont besoin. ma fille voulait y aller, mais son père a dit niet car connaissant parfaitement cet idiot qui joue les saintes nitouches alors que...
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (10:14 AM)
    Je vote NON et Nooooon
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (10:27 AM)
    Quand j'entends Mimi critiquer l'ancien PM Abdoul Mbaye en disant qu'il n'était pas reconnaissant,alors la la question que je me pose et lui demande et Macky alors,lui que Wade a sorti de l'ombre,qui l'a nommé de directeur à ministre,PM,Président assemblée,qui arrive au pouvoir et toi Mimi alors ministre de la justice tu prends son unique fils que tu emprisonnes sans preuves et tu te permets de donner des leçons.Sache aussi Mimi réfléchir avant de critiquer car les sénégalais sont intelligents.Wasalam
    Auteur

    Grand1

    En Février, 2016 (10:46 AM)
    Ferme ta fichue guelle qui ne pu q de guerre civille la awla laghouta minal sylla seytane
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (10:59 AM)
    Il a raison Macky a trahi ceux qui ont vote pour lui.In votera non
    Auteur

    érudiante Ugb

    En Février, 2016 (11:52 AM)
    Ya pas plus hypocrite que le sénégal! Tu donnes des leçons de vie alors que la morale tu ne l'appliques pas toi même... Trohal tes étudiants ngua fi néké Gaston Berger . ..Toi tu es l'ennemi qui fait l'unanimité...BRAVO!!! Si macky Sall sera sanctionné, toi tu l'es et tu continues de l'être dans ta vie!!! TU SAIS TE FAIRE DES ENNEMIS GRATUITEMENT IBRAHIMA SYLLA...ET TU Y ARRIVES BIEN. :brawoo:  :brawoo:  :brawoo: : :rigolo:  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo: REGARDE TA VIE! UNE COQUILLE VIDE!
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2016 (16:53 PM)
      mais j'ai pitié de mes frères et soeurs étudiants en science po à l'ugb. comment laisser enseigner un monsieur, "docteur"en plus alors qu'il ne sait meme pas faire la difference entre un mot masculin et un mot féminin. quand je l'ai écouté, j'ai eu mal pour ,on pays. ce monsieur ne peut pas dire une phrase entière sans faire de faute. c'est grave...!!!
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2016 (16:53 PM)
      mais j'ai pitié de mes frères et soeurs étudiants en science po à l'ugb. comment laisser enseigner un monsieur, "docteur"en plus alors qu'il ne sait meme pas faire la difference entre un mot masculin et un mot féminin. quand je l'ai écouté, j'ai eu mal pour ,on pays. ce monsieur ne peut pas dire une phrase entière sans faire de faute. c'est grave...!!!
    Auteur

    M. Ndiaye

    En Février, 2016 (11:57 AM)
    Ma soeur, prof bi diaroul sakh wakhal. on sait tous comment il est! Hautain, compliqué, problématique, un coeur noir. les etudiants qu'il sous-estime peuvent l'aider demain!!! Bayikok Yalla. J'ai eu mon grand frère à l'UGB qui est victime de ses agissements. Aujourd'hui, si tu lui demandes la personne qu'il déteste le plus au monde, il te répondra sans hésiter "IBRAHIMA SYLLA"...Mais Dieu est grand! La vie le corrigera...t'inquiète. Ma soeur apaise ton coeur et suis tes cours là-bs. Meuneuloula dara! :angle: 
    Auteur

    Pro

    En Février, 2016 (12:56 PM)


    COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CONVERGENCE DES CADRES REPUBLICAINS du DEPARTEMENT DE FATICK



    La Convergence des Cadres Républicains de Fatick (CCR Fatick) félicite le Président de la République pour son courage et sa détermination à maintenir le Sénégal dans son encrage démocratique et le renforcement de l’institution judiciaire sénégalaise. Il vient ainsi de consolider, l’un des fondements d’une bonne démocratie à savoir la séparation des pouvoirs. Pour une fois, le Sénégal a un Président qui comprend que gouverner n’est pas synonyme d’exécuter ou de faire exécuter toutes ses volontés.

    Il faut par contre regretter le comportement anti républicain qui anime une partie de la classe politique d’une part, ceux qui éprouvent encore de la peine d’avoir perdu le pouvoir suite aux désaveux des sénégalais et d’autre part, des éternels mécontents qui ne représentent qu’eux même. Le Président a eu la grandeur de surseoir à sa propre volonté et de se plier à la décision n°1/C/2016 autorisant la poursuite de la procédure de révision avec cinq (5) remarques sur le fond, parmi lesquelles la non-conformité ni à l’esprit de la constitution, ni à la pratique constitutionnelle de la rétroactivité de la réduction du mandat présidentiel, et trente trois (33) pertinentes observations dignes de professionnels du droit.

    Il est malhonnête, vu la rigueur avec laquelle ce travail a été fait, de dire qu’il ne lie pas le président. Jamais le Président ne se pliera à la volonté des maîtres chanteurs assoiffés de pouvoirs au détriment de l’orthodoxie républicaine. Il faut savoir raison gardée.

    Quant à Y’En à MARRE, leur incohérence déçoit plus d’une personne ; on ne peut comprendre qu’ils aient défendu le caractère impersonnel de la rétroactivité de la loi réduisant le mandat du Président de l’Assemblée Nationale dans un passé récent et aujourd’hui se battre pour la rétroactivité d’une loi devant réduire le mandat Présidentiel. Ceci témoigne d’une légèreté d’analyse inquiétante. Nous sentons par ce manque de constance des ambitions politiques qui confirmeront qu’ils sont loin d’être là pour le peuple mais plutôt pour leurs ambitions personnelles. Nous y reviendrons s’ils ne font pas gaffe car aujourd’hui ils doivent s’agiter pour survivre en espérant avoir d’autres financements à l’image de ceux reçus de DIACK qui les font perdre la raison.

    Le seul combat citoyen aujourd’hui est celui du Président et de son gouvernement qui œuvrent par tous les moyens pour réduire les inégalités que vit le monde rural, la réduction des denrées de première nécessité et à toute chose permettant de garantir à chaque citoyen le minimum social nécessaire.

    Pour toutes ces raisons, les Cadres Républicains du département de Fatick restent mobiliser autour du Président de la République, Macky SALL, pour voter « Oui » et demandent à nos chers compatriotes de voter massivement « Oui » pour la victoire de la démocratie sénégalaise.

    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (13:35 PM)
    JE PENSE QUE CE MONSIEUR N'A PAS LES COMPETENCES POUR PRESIDER A NOTRE DESTINE .IL A TROP DE TERGIVERSATIONS PENDANT 4 ANS ILEST INCAPABLE DE FAIRE DES REFORMES . CELA POSE PROBLEME.
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (15:18 PM)
    macky sall ne sait pas à quoi il s'expose...Il faut qu'il fasse attention!





    Ce Ibrahima Silla qu'il ne vous écoeure pas! Khamnégn lép!!! Plus Hautain que lui, c'est impossible!!!  :bip-bip:  :bip-bip: 
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (16:19 PM)
    Macky c'est l'homme le plus intelligent de votre pays.

    Si vous votez majoritairement , le quinquennat sera instauré à partir de 2019 et il aura tenu sonengagement de reduire le mandat de 7 à 5ans,

    si vous votez non, le septennat sera maintenu et il dira que le peuple ne veut pas du quiquennat. Il fait ses sept ans et s'il arrive à maturité de certains de ses projets , il pourra être réélu pour sept autres années.

    VRAIMENT BRAVO MACKY ET VOTONS TOUS OUI
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (16:36 PM)
    pfff...
    Auteur

    El Oumar Gueye

    En Février, 2016 (00:35 AM)
    Macky sall , Ismaela Madior Fall, Manirou sy et les 5 "sages" doivent demander PARDON au peuple SOUVERAIN.
    Auteur

    Ufr Sat

    En Février, 2016 (01:38 AM)
    La force doit rester au peuple! On en a marre des politciens qui se dédisent. Je veux que les gens s'allient autour de l'essentiel pour développer ce pays. Combien de chomeurs?



    Quant à ce Ibrahima Silla, qu'il la ferme! Ce n'est qu'un pédant qui estime qu'il sais tout alors qu'on sait ce à quoi il s'adonne à Saint-Louis. Kou nane di lakatou so mandé fégn, kou dé marché ya tagué sa bop! MARIE TOI ET ARRETE DE DIRE A CEUX KI SONT MARIES "MES CONDOLEANCES"! EUX AU MOINS ILS NE SONT PAS DANS LE PECHE!!!



    C'est fou ce qu'il a des ennemis parmi les étudiants...et je vous avoue, il l'a franchement mérité! YAK AVENIR DIAMBNOUR REK NGUAY DEF! YALNA LA YALLA ATé AK GNINGUA AMéL AKK!!! :bindeu:  :bindeu:  :bindeu:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email