Dimanche 31 Mai, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

Me Assane Dioma Ndiaye sur la plainte de Aliou Sall : « Wade est devenu un justiciable comme tous les citoyens »

Single Post
Me Assane Dioma Ndiaye sur la plainte de Aliou Sall : « Wade est devenu un justiciable comme tous les citoyens »
Le célèbre avocat et président de la Ligue sénégalaise des Droits de l’Homme apporte un éclairage sur la citation directe servi par Aliou Sall, maire de Guédiawaye et frère du Président de la République, à Me Abdoulaye Wade. Dans Le Témoin de ce mardi, Me Assane Dioma Ndiaye explique que l’ex-président « bénéficie d’un privilège juridictionnel d’abord et d’une immunité par rapport à des faits sauf la haute trahison ». 

Il ajoute que: « ces privilèges et immunités étaient liés à sa fonction de président. Maintenant qu’il n’est plus président, il devient un citoyen comme tout le monde. Fort d’un statut de citoyen simple, il a les mêmes droits et obligations que tous les citoyens ». Obligation peut lui être faite, par conséquent, d’apporter la preuve de ses allégations, comme l’envisage le plaignant qui se fonde sur un principe de droit : « toute personne qui se sent diffamé dans un Etat de droit peut intenter une action en justice ».

liiiiiiiaffaire_de_malade

9 Commentaires

  1. Auteur

    Mg

    En Novembre, 2014 (10:57 AM)
    "Senegal Diam la Kham" (le Senegal ne connait que la Paix et aspire a la Stabilite".

    De grace qu'on laisse travaller ceux qui veulent travailler. Je ne suis d'aucun parti politique, mais au moment de voter, je sais pourquoi et pour qui je vote: en d'autres termes je prends mes responsablites. De grace laisser Macky travailler, je pense en toute sincerite qu'il veut faire du Senegal un pays emergent. De grace que les autres ne nous retardent pas. J'ai beaucoup de respect pour Maitre Abdoulaye Wade, mais j'attendais de lui autre chose que de parler d'elections anticipees, une chose impensable au Senegal qui a jusqu'ici, Ma Cha ALLAH ignore, les coups d'etat et les gouvernements de tansition. Qu'Allah SWT nous guide dans le bon chemin.
  2. Auteur

    Akhou

    En Novembre, 2014 (11:06 AM)
    Mais Assane Ndioumboulo Gniaw pourquoi ne t'es tu pas auto saisi à propos des déclarations de Abdoulaye Wadepour défendre les droits des 65% des sénégalais qui avaient voté Macky Sall et plus ceux qui ont rejoint après les élections?

    Auteur

    Jous

    En Novembre, 2014 (11:27 AM)
    Wade doit savoir que les sénégalais conscients lui ont tourner le dos depuis belle lurette et il doit savoir qu'il n'est pas au dessus de la loi donc il est justiciable comme tout bon citoyen
    Auteur

    Senegal Sa Kaname

    En Novembre, 2014 (11:50 AM)
    Vous devez aussi vous prononcer sur les déclarations de WADE de l'organisation d'élections anticipées et d'un gouvernement de transition.Vous devez par une déclaration officielle inviter WADe à banir ces déclarations dans un pays civilisé qui organise des élections selon le calandrier républicain.Si demain l'ETAT lui interdit une manifestation il faut plus nous fatiguer en brandissant le droit de manifester.Le droit de manifester ne donne pas lieu à des déclarations incitant à la haine et à l'insurrection. Le procureur doit poursuivre WADE pour atteinte à la sureté de l'ETAT.
    • Auteur

      Mg

      En Novembre, 2014 (12:09 PM)
      je suis d'accord avec ce qu'a dit "senegal sakaname" ci-dessus. en effet le droit de manifester ne donnent pas a un ancien chef d'etat le droit d'insiter les populations a une revolte, a un coup d'etat. monsieur wade a fait son temps. de grace qu'il laisse les senegalais travailler dans la paix.
    Auteur

    Sonio

    En Novembre, 2014 (13:07 PM)
    A mon avis Wade a été trompé par les gars qui l'entoure, il faut reconnaitre qu'il à 92 ans. Moi mon grand pére je le taquine comme s'il avait 3 ans, car dans notre culture comme disait Hampathé Ba, arrivé a un certain age dans nos culture on a le droit de dire et farcer comme on veut. Dans les taquinerie et le bluf il peut en sortir de la sagesse. Je pense qu'il faut d'un côté mettre les dires de Wade sur le compte de l'âge et de l'autre côté ne pas tout jeter à la poubelles ses dires.

    Les droit de l'hommiste au même titre qu'ils ont rappelé à l'ordre l'Etat quand au droit à la manifestation, il est bon qu'il fasse de même en direction du PDS pour rappeler à l'ordre les principes liés à une constitution républicaine et faire de quelque sorte que l'esprit de désordre de n'importe quelle forme ne soit mis dans la tête des sénégalais, qui tiennent plus que tout à la démocratie.

    Le droit à la manisfestation est plus qu'un acquis pour nous sénégalais, mais il me semble que ce droit est encadré. J'espére simplement que dans cette encadrement on ne doit pas inciter à la destabilisation d'un pays. Là encor je pense que Wade avec son âge est excusé, ce sont les jeunes qui l'utilise en épouvantail que j'accuse et que je considère comme petits.

    Pour ce qui est de Karim wade, je sais que comme tout homme politique ayant de grandes responsabilités dans ce pays a détourné. Mais en temps qu'humain, il a une bonne éducation car je ne l'ai jamais entendu insulter et interpeller quelqu'un vulgairement. Je pense qu'on doit aider Macky a finir son mandat en bien pour le Sénégal et qu'on boucle cette histoire de CREI pour passer à autre chose. Même si on n'a pas de condamnation, ce qui est sur c'est que même si les politiques volent : il n'on vont plus manger la poule aux oeuf d'or, il ne mangeront que quelques oeufs.
    Auteur

    Waz

    En Novembre, 2014 (13:11 PM)
    De son arrivée au pouvoir en mars 2000 à son retrait des affaires en mars 2012, le bilan macabre du régime libéral est évalué à plus d’une dizaine de pertes en vies humaines. La série noire des crimes crapuleux commis sous l’ordre bleu et or a été inaugurée avec la mort de l’étudiant Balla Gaye, lâchement assassiné au cours d’une manifestation estudiantine organisée le 31 janvier 2001.



    Malick Bâ a été également tué à Sangalkam à l’occasion d’un mouvement de contestation d’une délégation spéciale créée pour remplacer des élus locaux dont le mandat procède du suffrage universel direct.



    A Podor, une femme a été tuée au cours d’un rassemblement poli- tique organisé sur l’initiative de l’opposition au pouvoir libéral.



    A Kédougou, la manifestation de la population locale a provoqué la mort d’un citoyen de la ville, prétendument tué par les Forces de sécurité.



    La mort de Dominique Lopy, détenu entre les mains des Forces de l’ordre, n’a pas encore révélé tous ses mystères.



    Le jeune Mamadou Diop a été fauché par un camion de la police au cours d’une manifestation du M23 contre le troisième mandat de Wade.



    L’assassinat odieux à son domicile du président du Conseil régional de Ziguinchor, Oumar Lmine Badji, reste toujours au travers de la gorge des démocrates sénégalais épris de paix et de justice.



    Mieux, les trois suspects arrêtés dans le cadre ce meurtre crapuleux ont perdu la vie dans des circonstances pour le moins suspectes.



    Collatéralement à cette même affaire, Cherif Néma Aïdara, facilitateur dans la crise casamançaise, a été froidement assassiné par des tueurs qui courent toujours.



    Quid alors de l’assassinat de Me Babacar Sèye, sur lequel le Président Abdoulaye Wade était particulièrement attendu, lui qui avait promis, une fois élu, de réviser tous les procès politiques injustement instruits sous le régime du Ps.



    Plutôt que de réouvrir le dossier, l’ancien président de la République a posé des actes qui ont consterné l’opinion, en procédant à la libération des assassins, en indemnisant la famille de la victime et enfin, en proposant une loi prêt-à-porter, dite «Ezzan», du nom de feu le député Isidore Ezzan, loi qui amnistie tous les crimes et délits politiques commis dans la période comprise entre le 1er janvier 1983 et le 31 décembre 2004.



    Au fait, quel est l’épilogue des affaires relatives à l’agression de Talla Sylla, au saccage du siège du journal 24h Chrono, à la mise à sac du siège du Psd/Jant bi, à l’incendie des locaux du groupe Walfadjri, à l’incendie de la bourse du travail Cnts au cours duquel le chauffeur Moussa Aw a été aspergé d’essence et brûlé vif par des hommes bien identifiés qui ont bénéficié de la haute protection du régime libéral, etc.



    Aucun de ces crimes n’a été sanctionné par une décision de justice dûment rendue, au point qu’une prestigieuse famille religieuse, connue pour sa discrétion légendaire, n’a pas hésité de dénoncer «les crimes sans criminels», une sorte d’euphémisme pour s’offusquer de l’impunité des actes criminels commis par des milieux interlopes proches du régime libéral.



    A propos des crimes économiques et financiers, parlons-en aussi.



    N’est-ce pas le régime de Abdoulaye Wade qui a voulu modifier les dispositions de l’article 29 de la loi créant la Centif, pour faire sauter le verrou qui lie les mains du procureur en cas de déclaration de soupçon d’argent suspect faite par les établissements financiers ?



    Ce coup de poker, éventé par certains députés libéraux, est intervenu au moment même où le gendarme financier faisait cas de l’existence de plus de 1 000 milliards d’argent suspect qui ont fait l’objet de déclaration de soupçon de la part des banques.



    C’est également le même pouvoir qui a unilatéralement modifié les dispositions communautaires du Code des marchés publics convenu entre les Etats de l’Uemoa, rien que pour soustraire Wade fils et son plan «TakkuL» du champ d’application des règles de concurrence qui régissent la commande publique.



    C’est également significatif que le Sénégal, sous le régime wadien, fusse suspecté d’être une plaque tournante de l’argent sale et de la drogue en Afrique.



    Au fait, qu’est-ce qui est advenu de la grave affaire de la cargaison de drogue dure saisie sur un bateau arraisonné aux larges de la Petite Côte, à l’époque justement où Djibo Kâ était encore ministre de l’Economie maritime ?



    Diantre ! Quel est le régime politique sénégalais dont la diplomatie des mallettes constitue la marque déposée connue de notoriété publique à travers le monde entier ?



    Moins d’arrogance, messieurs les Libéraux, le Peuple sénégalais n’est pas victime d’amnésie collective.

    Auteur

    Sonio

    En Novembre, 2014 (13:11 PM)
    suitte je n'ai jamais entendu être vulgaire ou impoli avec une personne. Au Sénégal nous considérons le respect.

    La CREI même si on arrive pas à des condamnations, au moins on sait que dorénavant les politiciens ne vont plus manger la poule aux oeufs d'or qui est le Sénégal, même s'ils est sur et certain qu'ils vont continuer à croquer quelques oeufs.
    Auteur

    Waaa Reeewmi

    En Novembre, 2014 (15:25 PM)
    OK ON EST BIEN D ACCORD MAÎTRE MAIS DITE LEUR QUAND MÊME SI ON SE REFAIRE A LEUR MAUDITE CREI C EST LA CREI OU LA HAUTE COURS DE JUSTICE .CAR QUI C EST QUI A ACCUSE KARIM SANS PREUVE ,PERSONNE ET POURTANT ON LUI DEMANDE DE SE JUSTIFIER COMPTE NON TENU DES AUDITS ET LA FRANCE QUI L ON BLANCHI .DONC SANS RIEN DU TOUT LE PROCUREUR LA PRIS DONC POURQUOI PAS LA HAUTE COURS OU LA CREI N APPELLERAI PAS ALIOUNE SALL ACCUSE SURTOUT PAR UN ANCIEN PRÉSIDENT.



    ET POURQUOI ON NE PUBLIE PAS SUR LE JOURNAL OFFICIEL LES RENTRE D ARGENT COMME L AFFAIRE ARCELOR MITAL.



    C EST AU PRÉSIDENT DE S EXPLIQUER.



    NOUS SOMME POUR LA JUSTICE ÉQUITABLE.

    Auteur

    Lepietine

    En Novembre, 2014 (01:10 AM)
    Mais écoutez ce assane gnawagnaw nous parler d'Etat de droit !!! Donc, selon lui, le Sénégal est un état de droit. "khalaas". QUEL MALHONNETE CE MEC. Vraiment

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email