Mardi 12 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Thierno Bocoum : «Ils nous ont attaqués et agressés, nous leur pardonnons»

Single Post
Thierno Bocoum : «Ils nous ont attaqués et agressés, nous leur pardonnons»

Le député de Rewmi, Thierno Bocoum revient dans une longue contribution sur les incidents à l’Assemblée nationale où les députés en sont venus aux mains. Des faits qui ont été condamnés par bon nombre d’acteurs de la classe politique.
«Ils nous ont attaqués et agressés, nous leur pardonnons. Ce sont des collègues encouragés par une dynamique de groupe qui leur donne un courage qu'ils ne réussiront jamais à acquérir seuls et qu'ils n'ont jamais acquis quand nous étions ensemble dans l'opposition. Ils sont en plus sûrs de leur impunité et peut-être même des félicitations et encouragements de leur leader», écrit le proche d’Idrissa Seck. 

Qui s’interroge : «Ils ont été combien, de l'indépendance à nos jours, à avoir eu les mêmes comportements parce que aveuglés par un pouvoir temporel et éphémère? Ils nous ont retardé et n'ont jamais pu s'accrocher. Ils ont été installés par un système, ils partiront avec et le Sénégal demeurera», prévient l’élu à l’Assemblée nationale.

Toujours sur les accrochages qui ont opposé des députés de l’opposition à leurs collègues du pourvoir, lundi dernier, «Nous avions décidé ce jour-là de dire non à l'illégalité, de manifester notre désaccord face à une volonté d'inscrire les activités de l'assemblée sur une feuille de route qui ignore la loi et les principes républicains pour s'orienter vers une volonté politicienne et antidémocratique», rappelle Thierno Bocoum, le député qui dit parler au nom du peuple. 

«Notre posture de représentant du peuple nous impose une vigilance pour la sauvegarde des acquis de nos populations et la défense de leurs intérêts majeurs. Nous sommes dotés d'une immunité parlementaire qui nous permet de choisir nos méthodes de lutte et de nous arrimer, sans crainte, à la défense des principes et valeurs républicains».
Enfin conclut-t-il, «Le Sénégal est un grand pays de démocratie et de défense des libertés. Le Président Macky Sall a hérité du fruit de plusieurs formes de sacrifices, de générations en générations pour que le Sénégal demeure un exemple de démocratie et de défense des libertés. Le Président Moustapha Niasse a été témoin de toutes les époques. Il est inadmissible que l'on cherche à revenir sur ces acquis par le truchement d'une volonté politicienne et purement partisane».

Article_similaires

27 Commentaires

  1. Auteur

    Mansawali Walimansa

    En Novembre, 2015 (14:06 PM)
     :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :fbhang: 



    OUI SI VOUS PARDONNEZ A TOUS NOTRE ETHIQUE NATIONALE PARDONERA A TOUS !



     :emoshoot:  :fbhang:  :emoshoot:  :emoshoot:  :fbhang:  :emoshoot:  :fbhang: 
    • Auteur

      En Novembre, 2015 (14:08 PM)
      qui a disait ici ou ailleurs que la porte du pardon est toujours la meilleure porte à
      devoir et à pouvoir s'ouvrir devant les contingences de la vie des êtres humains ?
    • Auteur

      Patriote Et Observateur

      En Novembre, 2015 (15:38 PM)
      le peuple regarde et note bien. il les attend au tournant et ne soyez pas surpris: théorie du "mbagne gath sénégalais", bien analysée par jules diop lors d'une de ses nombreuses émissions deg deug! macky et niasse, ressaisissez-vous, avant qu'il ne soit trop tard. j'ai voté pour macky, mais qu'est-ce qu'il me déçoit: "ethnicisation" des nominations, viol des textes, même les plus élémentaires, violence même si ce n'est pas encore égale à celle du régime de wade (mais ça y tend), etc. je suis très nostalgique des émissions de jules diop et des mises en garde de latif du tps de wade vis-à-vis de ces genres de comportements. maintenant qu'ils sont du côté de macky et de niasse, leur parlent-ils dans ce sens, avant qu'il ne soit trop tard ou ils n'ont plus les couilles pour le faire?
    • Auteur

      Aut

      En Novembre, 2015 (16:46 PM)
      merci mr bocoum, continuez votre combat, le peuple vous soutient. ils sont entrain de tester votre reaction. leur objectif c'est de frauder les prochaines elections presidentielles et si vous laisser les forfaitures actuelles passer, ils feront de meme en 2017 et des centaines, peut etre des milliers de vies seront en danger.
    • Auteur

      Karim

      En Novembre, 2015 (16:47 PM)
      merci pour l'eclairage et quand on vous voit sur les plateaux de television entre vos interlocuteurs on sent que la verite n'est pas egale au mensoge
    • Auteur

      Lpv

      En Novembre, 2015 (17:07 PM)
      Éclairage sur la crise à l'assemblée nationale - par thierno bocoum

      ils nous ont attaqués et agressés, nous leur pardonnons. ce sont des collègues encouragés par une dynamique de groupe qui leur donne un courage qu'ils ne réussiront jamais à acquérir seul et qu'ils n'ont jamais acquis quand nous étions ensemble dans l'opposition. ils sont en plus sûrs de leur impunité et peut être même des félicitations et encouragements de leur leader.

      cependant ils ont été combien, de l'indépendance à nos jours, à avoir eu les mêmes comportements parce que aveuglés par un pouvoir temporel et éphémère? ils nous ont retardé et n'ont jamais pu s'accrocher. ils ont été installés par un système, ils partiront avec et le sénégal demeurera.

      nous avions décidé ce jour-là de dire non à l'illégalité, de manifester notre désaccord face à une volonté d'inscrire les activités de l'assemblée sur une feuille de route qui ignore la loi et les principes républicains pour s'orienter vers une volonté politicienne et antidémocratique.

      notre posture de représentant du peuple nous impose une vigilance pour la sauvegarde des acquis de nos populations et la défense de leurs intérêts majeurs. nous sommes dotés d'une immunité parlementaire qui nous permet de choisir nos méthodes de lutte et de nous arrimer, sans crainte, à la défense des principes et valeurs républicains.

      le sénégal est un grand pays de démocratie et de défense des libertés. le président macky sall a hérité du fruit de plusieurs formes de sacrifices, de générations en générations pour que le sénégal demeure un exemple de démocratie et de défense des libertés. le président moustapha niasse a été témoin de toutes les époques. il est inadmissible que l'on cherche à revenir sur ces acquis par le truchement d'une volonté politicienne et purement partisane.

      c'est très réducteur de réduire le combat contre une forfaiture avérée en une histoire de personnes ou de parti. la décision de mettre en place un groupe parlementaire sécrétée par le cadre de l'opposition précède le conflit au pds. un grand groupe de l'opposition pour relever une assemblée nationale à terre et lui rendre sa dignité a été combattu par anticipation en opérant une modification du règlement intérieur de l'assemblée nationale.

      c'est cette proposition de loi scélérate et liberticide de cette législature que nous avons combattu farouchement qui révèle ses conséquences fâcheuses pour notre pays parce que n'ayant eu comme soubassement que la défense d'intérêts bassement politiciens.

      la décision d'interdire à tout député de pouvoir intégrer le groupe de son choix dès qu'il quitte son groupe d'origine nous a poussés à nous retrouver tous dans le groupe des libéraux et démocrates et d'être exposés au conflit interne d'un parti politique. la loi dans sa disposition initiale aurait permis à l'opposition de mettre en place un grand groupe sans aucune difficulté. mais voilà que nous avons décidé de nous adapter à la nouvelle loi, qu'ils veuillent nous imposer par la force ce qu'ils n'ont pu imposer par le droit. le régime actuel révèle ainsi toute sa détermination à fouler aux pieds les principes démocratiques et à refuser à l'opposition son droit de s'opposer.

      la forfaiture s'est répétée et a pris plusieurs tournures

      1- le 11 octobre 2013 à l'ouverture de la session budgétaire, rewmi et bby avaient tous la signature de la députée de rewmi, mariama diallo. celle-ci avait signé pour être membre du groupe parlementaire que rewmi devait mettre en place mais bby était parvenu à lui faire signer pour demeurer dans son groupe. pour départager rewmi et bby, l'assemblée nationale a décidé d'interroger notre collègue en pleine plénière pour qu'elle dise laquelle des signatures est la bonne. elle avait répondu qu'elle allait rester dans bby. ce qui a eu comme conséquence l'inexistence du groupe parlementaire de rewmi puisque n'ayant pas atteint le nombre de 10 membres requis par l'article 20 du règlement intérieur de l'assemblée nationale.

      rewmi s'est conformé à cette décision, sans rechigner.

      alors comment comprendre que 2 ans plus tard, dans la même assemblée nationale que le même problème se pose avec des signatures identiques dans deux documents différents et que la même procédure ne soit pas utilisée pour départager les deux camps ?

      si cette procédure avait été utilisée le nombre requis par l'article 20 n'aurait pas été atteint par le groupe validé et c'est donc sciemment et en connaissance de cause que la jurisprudence mariama diallo a été ignorée.

      2/ comment comprendre que le bureau de l'assemblée nationale soit élu sans que les groupes ne soient connus et installés alors que par rapport aux scrutins des postes du bureau l'article 14 du règlement intérieur dispose qu'ils "ont lieu à la représentation proportionnelle selon la méthode du quotient electoral, calculé sur la base du nombre des députés inscrits dans chaque groupe, avec répartition des restes selon le système de la plus forte moyenne" ?

      3/ comment comprendre que les listes des candidats pour être membre des commissions ne soient pas ratifiées en plénière et publiées par le président comme prévus à l'article 35 alinéa 2 et qu'on veuille élire les bureaux directement sans connaître les membres des commissions?

      4/ comment comprendre qu'on veuille convoquer le gouvernement dans des commissions dont les listes n'ont pas été ratifiées et que l'élection du bureau n'a pas respecté les dispositions du règlement intérieur ?

      et pour toutes ces forfaitures, ils veulent que l'opposition s'aligne sur la volonté du pouvoir de violer impunément la loi et d'imposer la force au parlement, lieu de représentation du peuple.

      nous disons non !

      thierno bocoum
      député à l'assemblée nationale sénégalaise
  2. Auteur

    Arrow

    En Novembre, 2015 (14:16 PM)
    pardonner quoi vraiment vous nous faites chier vous êtes tous responsables de la situation vous ne pouvez pas jouer sur la conscience du peuple la façon dont vous vous êtes comporte au niveau de l hémicycle venu avec des sifflets comme dans un terrain de football n est pas digne d un représentant d un peuple !!!!
    • Auteur

      Nigger

      En Novembre, 2015 (16:55 PM)
      honorable député vous êtes la fierté de bcp de vos concitoyens. continuez la lutte difficile que vous avez engagé avec vos amis et la récompense viendra inchallah. que le tout puissant vous protège.
    • Auteur

      Mactar

      En Novembre, 2015 (17:15 PM)
      ils ont raison d'arrêter la forfaiture par des sifflets à défaut d'utiliser des armes à feu. personne n'a le droit de jouer avec les institutions et de chercher à les utiliser pour des règlements de compte. niasse et une honte. macky une grosse erreur qui s'accompagne de vieux et ignore les aspirations de sa génération tchiimm
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (14:23 PM)
    vraiement BOCOUM YANGUI COMMENCE SOFF NAK, DOUL WAY ON S'EN FOU
    • Auteur

      Albert

      En Novembre, 2015 (17:12 PM)
      yeuwmi nak y'a beugue commencé soff déyame nak. À chaque article de bocoum tu nous sors le même refreint. mais merde wayy
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (14:30 PM)
    Tenez bon Bocoum, le peuple vous soutient. L'injustice ne vainc jamais



     :sunugaal: 
    Auteur

    @2&3

    En Novembre, 2015 (14:33 PM)
    Encore une fois, si besoin était de démontrer qu' essayez d' inculquer la sagesse politique aux gens de l' apr est pure perte de temps! C' est des tonneaux d' un vide sonnore...  :nohope:  :nohope: 
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (15:16 PM)
    Auteur

    Macky Galgal

    En Novembre, 2015 (15:40 PM)
    Je l'avais dit et je le répéte :" une bataille vaut parfois mieux Que (JE TE LAISSE AVEC DIEU)".Les ALIOU DOUMBOUROU SY ne badinent pas...De vrais peulhs.Diop Decroix ne me dira pas le contraire...LOL..."NGAW"
    Auteur

    Abu Bacry Dm

    En Novembre, 2015 (15:51 PM)
    Ah fou le camp la ba tchiiiiip tous des bande de politicards bala ma dé il joue au victime alors que gnome gneup yame yakk rék lagnou fi néké même s'ils savent qu'il y'a une politique bien pour le peuple il ne le voudrons pas pask ça ne viens pas d'eux
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (15:59 PM)
    niak pékhé
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (16:12 PM)
    holala vraiment dégage toi
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (16:19 PM)
    Bocoum tu n'as rien a dire....

    Ce combat n'est même pas le sien.

    Me El Hadji Diouf, on peut comprendre qu'il a toujours prie les positions qui pourrai affaiblir ou mettre Niass dans une situation compliquée.

    Mais quand a Bocoum, j'ai suivi tous les débats ou tu cherches a utiliser ton profil de juriste pour embrouiller le peuple, ça ne marchera pas.

    T'aurais continué dans ta logique de combat avec Idy, tu gagnerais plus en respect, mais là c'est mort.

    Tu t'es tellement rabessé avec ton sifflé....

    tu vaux plus rien aux yeux de la population neutre qui suis a distance la politique



    Salam

    • Auteur

      Ma Awa

      En Novembre, 2015 (17:23 PM)
      moi je le respectais avant et c'est aujourd'hui que le respecte le plus. il a montré que c'est un homme politique. il est intelligent, cohérent, compétent, percutant et aujourd'hui on découvre son courage quitte à entrer dans la gueule de l'âne pour combattre l'arbitraire. bocoum est une fierté pour toute la jeunesse. ma cha allah
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (16:44 PM)
    TENEZ BON LE PEUPLE SOUVERAIN EST DERRIER VOUS.

    NOUS AVONS TOUS COMPRIS QUE C EST MACKY SALL QUI EST DERRIERE TOUT CA
    Auteur

    Aamadou

    En Novembre, 2015 (16:49 PM)
    clair, net et limpide ,tout le monde comprend maintenant ce qui s'est passé.

    nous avons élu un gangster à la tete du pays et fait ce q'il veut . nous vous soutenons honorable député bocoum
    Auteur

    Saloum

    En Novembre, 2015 (16:50 PM)
    Merci bocoum yena neke si degue té kou neke si degue do ragale dara the as kane wi no gui si sene ganawe
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (16:51 PM)
    THIERNO BOCOUM EST LA FIERTE DE REWMI . NOUS SOMMES DE TOUT COEUR AVEC VOUS

    Auteur

    Seydina Fall

    En Novembre, 2015 (16:52 PM)
    Merci Thierno, tu dégages l"éloquence et comme le disait Didérot t'as manifesté l'art d'embellir la logique.. Il faut toujours être du parti de la vérité et de la justice car tel le soleil la vérité dardera ses rayons
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (16:53 PM)
    Vous vous présentez comme victimes alors que c'est vous étes les auteurs de cette situation chaotique.

    En plus, le pouvoir est plus fort, refusez de pardonner et vous verrez comment il va punir encore.
    • Auteur

      Lamne

      En Novembre, 2015 (19:55 PM)
      Éclairage sur la crise à l'assemblée nationale - par thierno bocoum



      ils nous ont attaqués et agressés, nous leur pardonnons. ce sont des collègues encouragés par une dynamique de groupe qui leur donne un courage qu'ils ne réussiront jamais à acquérir seul et qu'ils n'ont jamais acquis quand nous étions ensemble dans l'opposition. ils sont en plus sûrs de leur impunité et peut être même des félicitations et encouragements de leur leader.



      cependant ils ont été combien, de l'indépendance à nos jours, à avoir eu les mêmes comportements parce que aveuglés par un pouvoir temporel et éphémère? ils nous ont retardé et n'ont jamais pu s'accrocher. ils ont été installés par un système, ils partiront avec et le sénégal demeurera.



      nous avions décidé ce jour-là de dire non à l'illégalité, de manifester notre désaccord face à une volonté d'inscrire les activités de l'assemblée sur une feuille de route qui ignore la loi et les principes républicains pour s'orienter vers une volonté politicienne et antidémocratique.



      notre posture de représentant du peuple nous impose une vigilance pour la sauvegarde des acquis de nos populations et la défense de leurs intérêts majeurs. nous sommes dotés d'une immunité parlementaire qui nous permet de choisir nos méthodes de lutte et de nous arrimer, sans crainte, à la défense des principes et valeurs républicains.



      le sénégal est un grand pays de démocratie et de défense des libertés. le président macky sall a hérité du fruit de plusieurs formes de sacrifices, de générations en générations pour que le sénégal demeure un exemple de démocratie et de défense des libertés. le président moustapha niasse a été témoin de toutes les époques. il est inadmissible que l'on cherche à revenir sur ces acquis par le truchement d'une volonté politicienne et purement partisane.



      c'est très réducteur de réduire le combat contre une forfaiture avérée en une histoire de personnes ou de parti. la décision de mettre en place un groupe parlementaire sécrétée par le cadre de l'opposition précède le conflit au pds. un grand groupe de l'opposition pour relever une assemblée nationale à terre et lui rendre sa dignité a été combattu par anticipation en opérant une modification du règlement intérieur de l'assemblée nationale.



      c'est cette proposition de loi scélérate et liberticide de cette législature que nous avons combattu farouchement qui révèle ses conséquences fâcheuses pour notre pays parce que n'ayant eu comme soubassement que la défense d'intérêts bassement politiciens.



      la décision d'interdire à tout député de pouvoir intégrer le groupe de son choix dès qu'il quitte son groupe d'origine nous a poussés à nous retrouver tous dans le groupe des libéraux et démocrates et d'être exposés au conflit interne d'un parti politique. la loi dans sa disposition initiale aurait permis à l'opposition de mettre en place un grand groupe sans aucune difficulté. mais voilà que nous avons décidé de nous adapter à la nouvelle loi, qu'ils veuillent nous imposer par la force ce qu'ils n'ont pu imposer par le droit. le régime actuel révèle ainsi toute sa détermination à fouler aux pieds les principes démocratiques et à refuser à l'opposition son droit de s'opposer.



      la forfaiture s'est répétée et a pris plusieurs tournures



      1- le 11 octobre 2013 à l'ouverture de la session budgétaire, rewmi et bby avaient tous la signature de la députée de rewmi, mariama diallo. celle-ci avait signé pour être membre du groupe parlementaire que rewmi devait mettre en place mais bby était parvenu à lui faire signer pour demeurer dans son groupe. pour départager rewmi et bby, l'assemblée nationale a décidé d'interroger notre collègue en pleine plénière pour qu'elle dise laquelle des signatures est la bonne. elle avait répondu qu'elle allait rester dans bby. ce qui a eu comme conséquence l'inexistence du groupe parlementaire de rewmi puisque n'ayant pas atteint le nombre de 10 membres requis par l'article 20 du règlement intérieur de l'assemblée nationale.



      rewmi s'est conformé à cette décision, sans rechigner.



      alors comment comprendre que 2 ans plus tard, dans la même assemblée nationale que le même problème se pose avec des signatures identiques dans deux documents différents et que la même procédure ne soit pas utilisée pour départager les deux camps ?



      si cette procédure avait été utilisée le nombre requis par l'article 20 n'aurait pas été atteint par le groupe validé et c'est donc sciemment et en connaissance de cause que la jurisprudence mariama diallo a été ignorée.



      2/ comment comprendre que le bureau de l'assemblée nationale soit élu sans que les groupes ne soient connus et installés alors que par rapport aux scrutins des postes du bureau l'article 14 du règlement intérieur dispose qu'ils "ont lieu à la représentation proportionnelle selon la méthode du quotient electoral, calculé sur la base du nombre des députés inscrits dans chaque groupe, avec répartition des restes selon le système de la plus forte moyenne" ?



      3/ comment comprendre que les listes des candidats pour être membre des commissions ne soient pas ratifiées en plénière et publiées par le président comme prévus à l'article 35 alinéa 2 et qu'on veuille élire les bureaux directement sans connaître les membres des commissions?



      4/ comment comprendre qu'on veuille convoquer le gouvernement dans des commissions dont les listes n'ont pas été ratifiées et que l'élection du bureau n'a pas respecté les dispositions du règlement intérieur ?



      et pour toutes ces forfaitures, ils veulent que l'opposition s'aligne sur la volonté du pouvoir de violer impunément la loi et d'imposer la force au parlement, lieu de représentation du peuple.



      nous disons non !



      thierno bocoum

      député à l'assemblée nationale sénégalaise
    Auteur

    Dansokho

    En Novembre, 2015 (16:57 PM)
    Nous soutenons les députés de l'opposition ,le peuple est derrière vous . Courage et bonne continuation honorable thierno
    Auteur

    Fatou

    En Novembre, 2015 (16:58 PM)
    Un député conscient de ses responsabilités et qui défend bien son peuple.

    Thierno Bocoum+ me Elhadji Diouf = meilleurs députés de tous les temps
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (17:08 PM)
    Franchement les gars idy a le merite de nous denicher de jeune futur lideur vertueux .MERCI MR SECK.
    • Auteur

      Ibnou

      En Novembre, 2015 (17:26 PM)
      toi arrêtes de mentir thierno bocoum n'est dans aucun combat si ce n'est pour les principes
    Auteur

    Gm

    En Novembre, 2015 (17:18 PM)
    Mr bocoum que je connait assez bien n'a rein a dire, qu'il soutien le pds dans son combat cotre fada et arrête de nous tympaniser
    Auteur

    Mboumba.

    En Novembre, 2015 (17:42 PM)
    Vous venez avec les sifflets perturber le travail de vos collègues et vous voulez qu'ils fassent quoi? Thierno Bocoum tu es malhonnête, tu ne peux pas comparer le cas Mariama Diallo et Fada.Les députés "Rewmi" sont élus sur la liste de la coalition BBY. Après votre départ de la coalition vous avez voulu former un groupe. Sur votre liste vous avez mis un député qui dés le départ avait refusé de démissionner pour aller avec vous, en l'occurence Mariama Diallo.Donc ce n'est pas BBY qui a inscrit Mariama, c'est vous qui avait bien voulu faire du forcing et obliger cette dernière à vous rejoindre. Ta volonté de manipuler l'opinion est manifeste. Tu te prends ce que tu n'es pas!

    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (18:30 PM)
    Au Sénégal, Il y a Sanèkh le talentueux et il y a une

    myriade de « Sanakhadi » pahtètiques. Comment comprendre toute cette

    pudibonderie de vierges effarouchées qui crient au scandale dans un concert ou

    de mauvaise foi ou d’inconscience.



    Mais quoi ? Il y a tout juste 3 ans, en lieu et place

    de ce que l’on nomme Parlement nous avions dans ce pays, un Sénat nommé à 65%

    par le Génie du Kheureum de la Renaissance, une Assemblée Nationale expurgée

    des Députés opposés à la forfaiture commise contre le Président de l’assemblée

    Nationale Macky Sall, lui-même traité de façon inqualifiable.



    Et voilà que subitement, des gens qui, à l’époque allaient

    au Palais chanter Wade et lui exécuter une dense du ventre au son de Gorgui

    Doli Gnou, manquent de s’époumoner, de s’étouffer, au prétexte qu’une demande

    illégale, non-réglementaire, a été rejetée.



    Les égéries du viol systématique des principes démocratiques

    affectent donc une subite et suspecte pudibonderie. Il ne nous souvient pas les

    avoir entendu témoigner du même souci d’exemplarité lorsque l’Assemblée

    Nationale est restée muette face aux scandales du Joola, du Séguragate, de la

    Réfection de l’avion présidentiel, des surfacturations du Fesman et de toute

    sorte.



    L’actuelle Assemblée Nationale a t-elle voté une loi amnistiant

    des crimes de sang dont l’assassinat d’un juge constitutionnel ?



    Cette Assemblée Nationale a t-elle voté une loi autorisant

    le chef de l’Exécutif à nommer 65% d’une chambre tout sauf vraiment

    « haute»?



    Cette Assemblée Nationale a t-elle une fois ambitionné une

    modification de la constitution aux fins d’instituer un ticket exécutif et de

    faire passer la majorité à 25% du corps électoral ?



    Et ce Rewmi qui retrouve les yeux de Chimène pour le PDS,

    encore une fois sur le dos de la République et on ne sait au nom de quel

    nouveau protocole, n’a t-il pas quelque chose d’une mauvaise télénovela ?

    La fin de cette énième idylle sera digne assurément des épisodes passés.



    Comment se fait-il que les chantres attitrés du Wadisme, les

    Tambour-Major du Gorgui Dolignou, soudain, veuillent confondre dans le chahut

    des 3 ou 4 vestiges de l’ « archéo-anarchisme » balayé en 2012,

    un ensemble de 150 élus, une administration concentrée, au mépris du travail

    qui s’abat, des commissions qui se réunissent, des ministres entendus, des

    thèmes débattus ?



    Tout à coup, une vidéo dont on n’interroge ni l’origine, ni

    les motivations, suscite des cris d’orfraie. Le problème des

    « Sanakhadi », c’est d’être aussi ridicules dans la sensiblerie que

    superficiels dans la réflexion. La Majorité fera face et l’AN renverra au PDS

    ses guerres intestines qui n’ont rien à y faire.



    Boulène gnou tankhal.
    Auteur

    Mdl

    En Novembre, 2015 (19:21 PM)
    vous avez défié vous avez été battus. accepter votre défaite.

    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (19:32 PM)
    Diaye dole bakhoul amoul ngour boudoul diekh
    Auteur

    Lamne

    En Novembre, 2015 (19:59 PM)
    Éclairage sur la crise à l'assemblée nationale - par thierno bocoum







    ils nous ont attaqués et agressés, nous leur pardonnons. ce sont des collègues encouragés par une dynamique de groupe qui leur donne un courage qu'ils ne réussiront jamais à acquérir seul et qu'ils n'ont jamais acquis quand nous étions ensemble dans l'opposition. ils sont en plus sûrs de leur impunité et peut être même des félicitations et encouragements de leur leader.







    cependant ils ont été combien, de l'indépendance à nos jours, à avoir eu les mêmes comportements parce que aveuglés par un pouvoir temporel et éphémère? ils nous ont retardé et n'ont jamais pu s'accrocher. ils ont été installés par un système, ils partiront avec et le sénégal demeurera.







    nous avions décidé ce jour-là de dire non à l'illégalité, de manifester notre désaccord face à une volonté d'inscrire les activités de l'assemblée sur une feuille de route qui ignore la loi et les principes républicains pour s'orienter vers une volonté politicienne et antidémocratique.







    notre posture de représentant du peuple nous impose une vigilance pour la sauvegarde des acquis de nos populations et la défense de leurs intérêts majeurs. nous sommes dotés d'une immunité parlementaire qui nous permet de choisir nos méthodes de lutte et de nous arrimer, sans crainte, à la défense des principes et valeurs républicains.







    le sénégal est un grand pays de démocratie et de défense des libertés. le président macky sall a hérité du fruit de plusieurs formes de sacrifices, de générations en générations pour que le sénégal demeure un exemple de démocratie et de défense des libertés. le président moustapha niasse a été témoin de toutes les époques. il est inadmissible que l'on cherche à revenir sur ces acquis par le truchement d'une volonté politicienne et purement partisane.







    c'est très réducteur de réduire le combat contre une forfaiture avérée en une histoire de personnes ou de parti. la décision de mettre en place un groupe parlementaire sécrétée par le cadre de l'opposition précède le conflit au pds. un grand groupe de l'opposition pour relever une assemblée nationale à terre et lui rendre sa dignité a été combattu par anticipation en opérant une modification du règlement intérieur de l'assemblée nationale.







    c'est cette proposition de loi scélérate et liberticide de cette législature que nous avons combattu farouchement qui révèle ses conséquences fâcheuses pour notre pays parce que n'ayant eu comme soubassement que la défense d'intérêts bassement politiciens.







    la décision d'interdire à tout député de pouvoir intégrer le groupe de son choix dès qu'il quitte son groupe d'origine nous a poussés à nous retrouver tous dans le groupe des libéraux et démocrates et d'être exposés au conflit interne d'un parti politique. la loi dans sa disposition initiale aurait permis à l'opposition de mettre en place un grand groupe sans aucune difficulté. mais voilà que nous avons décidé de nous adapter à la nouvelle loi, qu'ils veuillent nous imposer par la force ce qu'ils n'ont pu imposer par le droit. le régime actuel révèle ainsi toute sa détermination à fouler aux pieds les principes démocratiques et à refuser à l'opposition son droit de s'opposer.







    la forfaiture s'est répétée et a pris plusieurs tournures







    1- le 11 octobre 2013 à l'ouverture de la session budgétaire, rewmi et bby avaient tous la signature de la députée de rewmi, mariama diallo. celle-ci avait signé pour être membre du groupe parlementaire que rewmi devait mettre en place mais bby était parvenu à lui faire signer pour demeurer dans son groupe. pour départager rewmi et bby, l'assemblée nationale a décidé d'interroger notre collègue en pleine plénière pour qu'elle dise laquelle des signatures est la bonne. elle avait répondu qu'elle allait rester dans bby. ce qui a eu comme conséquence l'inexistence du groupe parlementaire de rewmi puisque n'ayant pas atteint le nombre de 10 membres requis par l'article 20 du règlement intérieur de l'assemblée nationale.







    rewmi s'est conformé à cette décision, sans rechigner.







    alors comment comprendre que 2 ans plus tard, dans la même assemblée nationale que le même problème se pose avec des signatures identiques dans deux documents différents et que la même procédure ne soit pas utilisée pour départager les deux camps ?







    si cette procédure avait été utilisée le nombre requis par l'article 20 n'aurait pas été atteint par le groupe validé et c'est donc sciemment et en connaissance de cause que la jurisprudence mariama diallo a été ignorée.







    2/ comment comprendre que le bureau de l'assemblée nationale soit élu sans que les groupes ne soient connus et installés alors que par rapport aux scrutins des postes du bureau l'article 14 du règlement intérieur dispose qu'ils "ont lieu à la représentation proportionnelle selon la méthode du quotient electoral, calculé sur la base du nombre des députés inscrits dans chaque groupe, avec répartition des restes selon le système de la plus forte moyenne" ?







    3/ comment comprendre que les listes des candidats pour être membre des commissions ne soient pas ratifiées en plénière et publiées par le président comme prévus à l'article 35 alinéa 2 et qu'on veuille élire les bureaux directement sans connaître les membres des commissions?







    4/ comment comprendre qu'on veuille convoquer le gouvernement dans des commissions dont les listes n'ont pas été ratifiées et que l'élection du bureau n'a pas respecté les dispositions du règlement intérieur ?







    et pour toutes ces forfaitures, ils veulent que l'opposition s'aligne sur la volonté du pouvoir de violer impunément la loi et d'imposer la force au parlement, lieu de représentation du peuple.







    nous disons non !







    thierno bocoum



    député à l'assemblée nationale sénégalaise
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2015 (12:34 PM)
    Je suis fiert d toi mr bocoum

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email