Lundi 06 Avril, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Reportage

«DANGUE» OU «KEURY GUEDJ» DEVENU DANGOU : Ce quartier de Rufisque, vieux de deux siècles

Single Post
«DANGUE» OU «KEURY GUEDJ» DEVENU DANGOU : Ce quartier de Rufisque, vieux de deux siècles

«Dangue», «Keury Guedj» ou «Dangou». Tels sont les noms attribués à l’un des quartiers de Rufisque vieux d’un peu plus de deux siècles. Ce village lébou du 20e siècle, avec ses profondes mutations, est devenu aujourd’hui une cité d’une grande envergure du point de vue économique, politique, culturel, etc. Pour en connaître davantage sur ce quartier qui se nomme «ce qui est visible de loin», nous sommes partis à la rencontre des détenteurs du savoir et du patrimoine historique de Rufisque. Ce, afin de découvrir le mystère que cache «Dangue».


Situé dans le département de Rufisque, «Dangou» est l’un des premiers quartiers lebous. Surtout l’un des quartier les plus populaires de cette localité. Ce lieu était généralement composé de grandes familles basées sur deux principes que l’on peut retrouver chez d’autres ethnies. A savoir le matriarcat qui fait que l’individu appartient au groupe de famille ou «xéét» de la mère. Ce principe faisait du neveu le légataire de l’oncle, ainsi la succession des biens immobiliers suivait la lignée maternelle. Les neveux ont toujours vécu chez leurs oncles qui étaient leurs véritables bras droits. Et c’est ce qui a sous-tendu la règle du «rakka topa mag, doom toopa baye» (le cadet suit l’aîne, le fils le père) qui établit l’ordre de préséance aussi bien à l’intérieur des générations qu’entre elles.


D’après le témoignage du Jaraaf de Rufisque


El Hamdy Ndiagne Guèye, les premiers habitants de Dangou viennent de très loin, du Djolof plus précisément. Au 20e siècle, les «Ceedos» appliquaient la loi de la jungle. Les plus forts écrasaient les plus faibles et les prenaient comme des esclaves. Et pour éviter cette situation, ces derniers se sont exilés vers Kounoune Mbidjeume entre autres, en passant par Taïba Ndiaye.


Aux origines de «Dangou»


A l’en croire, un jour, un de leur arrière grand père, Singar Mbengue, quitta Kounoune accompagné de son frère Djeulène et de son chien pour faire la chasse. Et c’est là qu’il découvrit une vaste étendue d’eau bruyante et grouillante qui provoqua chez lui une forte émotion qui fit échapper de sa poitrine un tel rugissement, un cri de cœur appelé «Dangue» en wolof et qui veut dire «ce qu’on voit de loin». Un cri que, d’écho en écho, le vent porta à ses parents dispersés dans les environs. L’histoire même raconte que la mer, en ces temps, était tellement poissonneuse que l’on ramassait les poissons sur la plage.


Comme c’est la première fois qu’ils voyaient ses espèces, ils ne savaient pas si c’était comestible ou non. Ils eurent alors l’idée d’en offrir à leur chien qui les mangea sans problème. Subséquemment, ils en apportèrent au village. Quelques jours plus tard, Singar revint sur les lieux accompagné vraisemblablement, selon Mbaye Thiam, de Sa Khéwar Sokhna Mbaye qui serait son neveu. Celui-ci fut tellement séduit par le paysage qu’il s’exclama : «Fi deukou la way». En homme très pragmatique, Sa Khéwar qui serait le frère de Lamane de Beigne Demba Dianké Mbaye fonda par la suite, entre 1493 et 1495, les premiers villages de la zone.


D’après un document qu’un des notables du quartier de Dangou, Bamar Guèye, nous a fourni, il est écrit que l’arrivée de l’homme blanc colonisateur, la dimension économique et commerciale qu’allait connaître l’endroit n’ont pas manqué d’avoir des conséquences, certes non heurtées, sur la cohabitation. Curieusement donc, au début du siècle, ce quartier constitué essentiellement de cases et de pailles allait être victime d’incendies répétés au point d’amener, en 1904, les autorités municipales de l’époque à prendre un arrêté ordonnant son déplacement vers des terres situées un peu plus à l’intérieur.


«Dangue», «Keury Guedj» ou «Dangou»


Mais le l6 juin 1904, une grande partie de la population de Dangou décida de rejoindre les terres des ancêtres sur lesquelles ces derniers s’adonnaient autant à la culture et à l’élevage. Ces terres, c’était «Ndiakane», un espace situé à environ une dizaine de kilomètres de la mer. Arrivés au pied du baobab qui marquait habituellement leur première étape, chaque fois qu’ils allaient dans les champs, ils décidèrent d’y passer la nuit. Et le lendemain, ils prirent la décision, après quelques rituels, de s’établir sur place. D’où l’agrandissement du village de Dangou.


A l’origine, Dangou portait le nom de «Dangue» ou encore «Keury Guedj» du fait de sa proximité avec la mer. On l’appelait ainsi parce que toutes les concessions avaient ou presque les pieds dans l’eau. Mais par déformation, au fil du temps, ce village très traditionaliste, devenu un quartier de la ville de Rufisque, s’est muté pour perdre son nom de «Dangue» et devenir donc Dangou. Il est aujourd’hui un des quartiers de Rufisque les plus vieux. Car traînant une histoire d’un peu plus de deux siècles d’existence. Ce village lébou du 20e siècle, avec ses profondes mutations, est devenu désormais une cité d’une grande envergure du point de vue économique, politique, culturel...


EL HADJ MBASSOU NGOM, GRIOT TRADITIONNEL : «Sa Ngoné Diagne est le premier nouveau-né de cette cité créée en 1904»

Griot traditionnel du quartier de Dangou, El Hadj Mbassou Ngom, explique que le village lébou de «Dang» est devenu Dangou par une simple déformation de langage. Aussi, il renseigne qu’il s’est développé autour de quelques grandes familles telles que les Ndoye, avec comme chef de file Ndiogou Ndir Ndoye, les Guèye avec Bapone Guèye, les Diagne, les Ndiaye, entre autres. Et ces derniers, tous venus de Kounoune, logeaient tout près de la mer, derrière le site actuel du Cnfa. Par ailleurs, il révèle que Sa Ngoné Diagne est le premier nouveau né de cette cité créée en 1904 par Singar Mbengue qui venait de Kounoune.


D’après ce griot traditionnel, les habitants de cette localité s’adonnaient à la pêche, à l’agriculture et à l’élevage. «L’endroit présentait un avantage du fait de son équidistance entre la mer et les champs. Aussi, leurs activités de prédilection étaient la pêche, l’agriculture et l’élevage», témoigne Mbassou Ngom qui explique que les ancêtres refusaient que leurs enfants fréquentassent l’école des Blancs.


N’empêche, avec l’évolution du quartier et la modernité qui s’est installée, les anciens qui avaient voulu que le village restât refermer sur lui-même, ont été rattrapés par l’ouverture de l’espace. Ainsi, «Dangue», devenu par la force des choses Dangou ou «ce qu’on voit de loin», a évolué. De sorte qu’il y a eu un élargissement du quartier, voire son éclatement sur un espace qui recoupe une bonne partie de Rufisque, aujourd’hui.


Les raisons d’un éclatement


Réputée pour son hospitalité, la population de Dangou accueillait, en effet, quotidiennement des étrangers. Ces derniers étaient intégrés facilement dans les familles. Ils étaient généralement logés et nourris et avaient finalement de forte chance d’épouser une jeune fille de la famille. Ainsi, à un certain moment, les maisons familiales devinrent étroites et certains, avec les moyens de bord, n’ont pas hésité le plus souvent à trouver refuge ailleurs, rapporte le griot Mbassou Ngom.


Cela n’a pour autant gâché les relations entre populations de Dangou, bien au contraire. Pour cause, dit-il, Dangou s’est élargi en se multipliant par cinq. Car, aujourd’hui, cette localité vieille de deux siècles s’étale entre les quartiers de Dangou Nord, Dangou Sud, Dangou Minam, Missira et récemment Résidence. Toutefois, si on remonte aux origines, la lignée familiale reste toujours la même dque celle qui était dans le village de Dangue.

 


liiiiiiiaffaire_de_malade

31 Commentaires

  1. Auteur

    Bamako

    En Août, 2013 (22:57 PM)
    les Sénégalais

    Bien d'avoir un président gros comme un éléphant?

    Bien de critiquer vos frères africains que vous appelez niakk

    Bien de se croire supérieurs alors que votre pays s'enfonce?

    Bien de sucer les boules des nars

    Bien de se croire très riche alors que vous êtes les pauvres au monde

    Bien d'être fier de son BAC alors que vous serez tous au chômage:

    Bien que vous ragez en lisant ça ? :rire:

    Bien de rabaissez les autres pays alors que tout le monde se fou de votre gueule, on vous tues partout



    Bref vous êtes des minables raciste xénophobe et pauvre surtout chez l'ethnie wolof
  2. Auteur

    Kookey

    En Août, 2013 (23:07 PM)
    Kakalam ,lebougui,2 equipe de foot les plus populair a Rio
    Auteur

    Dangou

    En Août, 2013 (23:07 PM)
    DANGOU ..! J'aime bien ce nom. DANGOU  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Rio Fresco

    En Août, 2013 (23:19 PM)
    Dangou minam sama side
    Auteur

    Salam Wa Dangou

    En Août, 2013 (23:28 PM)
    salam a tout et toute les dangouois. Namenaniou leen. pas de segregation j'aime tout les 2 Dangou mais j'ais plus de nostalgie pour mon quartier Dangou Sud.



    THERE IS NOWHERE LIKE HOME!!



    Salam :)
    Auteur

    Golf

    En Août, 2013 (23:53 PM)
    Les griots sont trés importants dans l'histoire du Sénégal. Faut dire merçi à monsieur ngom qui a du mérite
    • Auteur

      Teungueuguet

      En Août, 2013 (00:12 AM)
      fiere d'etre lebou, vive rufisque. vive le senegal. reconstruisons cette cite. elle doit etre classee patrimoine mondial de l'unesco.
      nameu na sama deuk torop way.
      je souhaite la paix a tous.
      dieu vous garde!
    Auteur

    Rimbakhpapakh

    En Août, 2013 (01:00 AM)
    Cette histoire est votre histoire de Dangou Ngalle. Allez vous rechercher encore pour sortir la vraie histoire de Dangou sa ma keur mame waye.......
    Auteur

    Ddiop

    En Août, 2013 (02:20 AM)
    Tres belle initiative et bel article Madame. Raffiner ce texte, faites en une dizaine sur d autres. Quartiers du senegal. Recouped avec les archives du senegal et de France . Cherchez de belles illustrations.... Et vous feriez un livre extraordinaire et j en suis sur une plume reconnue. Vous avez decouvert une creneau... Soyez exigente avec vous meme.... Meilleurs voeux de reussite ( et svp continuez sur cette voie)... :?: 
    Auteur

    Ndiole

    En Août, 2013 (07:32 AM)
    Rufisquois et fier de l'être(santhiaba)voisin des dangouwas .je vous adore kakalam lebougui halwar...
    Auteur

    Canada222

    En Août, 2013 (08:00 AM)
    suis à Montreal, y avait un vieux marabout très très fort qui habitait labas dangou Mame Daouda Ndiaye, il est décédé mais est ce que son fils habib fait toujours les niane? si possible aider moi pour ces contacts.

    suis au canada.
    Auteur

    Thote

    En Août, 2013 (08:50 AM)
    vive dangou
    Auteur

    Loi

    En Août, 2013 (10:30 AM)
    A Dangou habite une diversite de population venue de l'interieur du pays ,les serres,les diolas,les peulhs,les soces,les wolofs....qui ont ont contribues a' son développement demografique,par conséquent économique et politique.

    Omettre de noter l'apport des sénégalais de l'intérieur,montre une vision étroite pour ne pas dire ethnocentrique de l'auteur.Je ne suis point lebou et ma famille a contribue a' la création de ce nouveau Dangou donc mon frère quand raconte l'histoire d'une ville il faut dépasser le caractère ethnique.

    Mais ce qui est plus étonnant tu n'as pas cite l'apport de la colonisation a la ville de Dangou et l'alliance des LEBOUS avec les TOUBA la TRAITE NEGRIERE.

    Auteur

    Bégué

    En Août, 2013 (11:00 AM)
    J'aime Rufisques et les rufisquoises  :-D  :-D  :-D 
    Auteur

    Dëgë

    En Août, 2013 (11:06 AM)
    Merci Maty, voila un article qui nous instruit, qui nous rapporte quelque chose, contrairement à toutes ces bêtises qu'on trouve sur ce site
    Auteur

    Dangou Sangoul

    En Août, 2013 (13:36 PM)
    C'est un bon article qui retrace l'histoire de ce quartier mais quand on se rend maintenant à Rufisque, on se rend compte que la nouvelle génération n'a pas préserver ce que les anciens leur ont légué.

    Pas de fiérté. Rufisque est très sale. et les generations n'ont rien fait pour la rendre propre. J'ai honte quand je traverse Rio, c'est très sale. Pourquoi les ASC et les populations ne font plus des SET SETAL? votre ville pue... vous puez..
    Auteur

    Maïmoune

    En Août, 2013 (14:27 PM)
    En ce qui concerne la richesse en poissons, nos pères nous ont affirmé que jusqu'en 1950, il était possible de ramasser beaucoup de poissons, des petits et des gros sur la berge, entre Bargny et Petit M'bao en passant pa grand M'bao! On peut en déduire de ce texte que de Dangou sont ISSUS : Mérina, Thiawlène, Diokoul ?
    Auteur

    Lowa

    En Août, 2013 (16:36 PM)
    mon quartier me manque,,et toute ma famille. merci
    Auteur

    Isaraconnor

    En Août, 2013 (17:20 PM)
    Ils ont oublié de parler du pont de grand-père "pont GABIN"  :-D  :-D 
    Auteur

    Keury Gedj

    En Août, 2013 (18:30 PM)
    felicitations sister pour ce travail de memoire historique pour la fierte de la ville de RUFISQUE.... :sn: 
    Auteur

    Ndoop

    En Août, 2013 (21:36 PM)
    MA DEUKEUP MAME SECK NDIAYE ATOUMANE NDIAYE ABOU DEMBA BAYOU MARR

    Auteur

    Kookey

    En Août, 2013 (04:03 AM)
    Pont Gabin,Je me rappelle l equipe de kakalam des annees 90,c t superb ...avec les ameth mboup,kongua,feu late diagne,c t du real navetane a rufisque .ideal,b2,diamaguene,dewoo,ngalam ect...ca me manque.

    • Auteur

      Hale

      En Août, 2013 (10:52 AM)
      tu as oublié jad la premiere equipe de rufisque à avoir remporté la coupe regionale .
    Auteur

    Rx

    En Août, 2013 (20:03 PM)
    mai koumaye wakh fi fanlla si dangou

     :sn:  :sn: 
    Auteur

    Ndoye Cheikh

    En Janvier, 2014 (10:32 AM)
    Je suis de kounoune et l'histoire de mon village m'intéresse beaucoup.Je vous félicite à pousser d'avantage la reflexion.Il faut également conter celle Déni Dack.

    Auteur

    Dangois

    En Septembre, 2016 (02:59 AM)
    Merci j'ai appris beaucoup de choses que j'ignorais. Seulement je vais apporter un rectificatif parmi les quartiers qui composent il y'a Dangou Sud, Dangou Nord, Dangou Minam, Dangou Missirah, Dangou Haloir ( que vous avez omis) et Dangou Residence. Chaque Dangou à son équipe de néwetane avec respectivement KAKALAM, LEBOUGUI, WALIDANE, OLYMPIQUE DE MISSIRAH et HALOIR. A noter que Residence fait parti de LEBOUGUI.
    Auteur

    Boubacar Fall

    En Novembre, 2018 (13:13 PM)
    Thiaka Ndiaye si khol bi . Allez Lebougui.????????????
    Auteur

    Boubacar Fall

    En Novembre, 2018 (13:13 PM)
    Thiaka Ndiaye si khol bi . Allez Lebougui.????????????
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2018 (13:13 PM)
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2018 (13:13 PM)
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2018 (13:13 PM)
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2018 (13:13 PM)
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2018 (13:13 PM)

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email