Mercredi 21 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Adoption du Code de la presse « avant fin 2016 »

Single Post
Adoption du Code de la presse « avant fin 2016 »

Le secrétaire d’État à la Communication, Yakham Mbaye, a annoncé ce jeudi à Saly que le projet de Code de la presse sera adopté « avant la fin de 2016 ». Il présidait l’atelier de l’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne (Appel) consacré à « la labellisation et l’élaboration d’un cahier de charges » pour les organes du secteur.

Le représentant du gouvernement a informé que, précédemment, un séminaire de partage réunira les acteurs concernés (État, professionnels des médias, juristes, chercheurs, société civile, parlementaires, etc.) pour l’élaboration de la mouture finale du texte qui sera soumis à l’Assemblée nationale.

À en croire Yakham Mbaye, le point relatif à la dépénalisation des délits de presse, objet de controverse, ne devrait plus constituer un facteur de blocage. « La plupart des acteurs ne semblent plus en faire une condition sine qua non d’adhésion au Code », confie-t-il. D’autant moins que, affirme le secrétaire à la Communication, « la dépénalisation ne semble pas une priorité au Sénégal où le journaliste ne risque pas d’aller en prison pour avoir fait son travail. Même si des dérives existent ».

En plus du point relatif à la dépénalisation, le prochain séminaire sur le Code de la presse portera sur la presse en ligne. Il s’agira, selon Mamadou Ibra Kane, le président du Cdeps, également à Saly pour le séminaire de l’Appel, d’inclure dans le document le cahier de charges auquel seront soumis tous les médias en ligne.

Ouvert ce samedi, le séminaire de l’Appel se tient jusqu’à samedi. Les participants vont réfléchir sur les moyens de labelliser la presse en ligne. Objectif fixé par les organisateurs : améliorer la qualité de l’offre journalistique des organes concernés.

Article_similaires

4 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2016 (14:02 PM)
    La dépénalisation n'est pas seulement une exigence des journalistes, elle est d'abord une condition des partenaires au développement pour juger le Sénégal. Si le pouvoir n'en veut pas, il se justifiera auprès des bailleurs qui l'avaient fixé comme condition. Dépénalisation ou pas, la presse continuera à faire son travail si le code est adopté mais les patrons de presse eux seront obligés de se soumettre aux rigueurs de la loi. Ceux qui n'auront pas les moyens de diriger un organe de presse vont disparaitre. C'est ce que prévoit le Code?
  2. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2016 (16:37 PM)
    Les forces de l'ordre, en cas de bavure.il y a des accusations qui gratuites qui tuent et la presse en a donné l'exemple.
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2016 (08:14 AM)
    Il faut encadrer tout ça. S'il n'ya pas de pénalisation, certains journalistes vont en abuser.
    Auteur

    Gaindé

    En Août, 2016 (19:07 PM)
    dépénalisation égale liberticide, politiciens ne donner pas le couteau a ceux qui vont vous égorger

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR