Samedi 04 Avril, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Societe

Dantec : La mésaventure d’une fillette de 09 ans qui souffrait d'une tumeur

Single Post
Dantec : La mésaventure d’une fillette de 09 ans qui souffrait d'une tumeur

Lors du dernier conseil des ministres, le chef de l'Etat, Macky Sall, a insisté sur l'amélioration du fonctionnement des structures sanitaires et l'accès des populations à des soins de qualité. Il a ainsi demandé au ministre de la Santé et de l'Action sociale, Awa Marie Coll Seck, d'accélérer la mise en place des services d’accueil et d’urgence (Sau) dans les établissements publics de santé.

Une mesure qui favoriserait, peut-être, un meilleur accueil des patients et de leurs accompagnants dans les structures sanitaires du pays. Un reporter de seneweb a été témoin de la mésaventure d'une fillette de 9 ans à l'hôpital Aristide Le Dantec.

Sur une natte étalée à même le sol, une fillette de 9 ans, couchée, attire l’attention de plus d’un. Elle se trouve au milieu de plusieurs malades et d'accompagnants, attendant leur tour. Ces derniers ont fini d’élire domicile dans un couloir qui fait face à la porte d’entrée des Urgences de l'hôpital Aristide Le Dantec. Deux dames procèdent à l'appel des malades. Le visage ravagé, les cheveux défaits, les yeux rouges, la fillette se tord de douleur. Sa jambe droite est enflée et jaunâtre de pus. Elle traîne une tumeur, apprend-on. Elle a visiblement mal. Un mal qu'elle essaie d'étouffer. Mais elle est trahie par des larmes qui perlent sur ses joues.

Cancéreuse, transportée de Ziguinchor à Dakar à bord d'un car de transport en commun

A côté d’elle, un jeune homme, la trentaine (son oncle), essaie de la consoler. Une dame (sa tante) lui tient le pied, le massant avec finesse, histoire d’adoucir la douleur qui la tenaille. «C’est la seule solution qu’on peut adopter pour lui permettre de s’endormir. Elle a fait beaucoup de nuits blanches parce qu'elle a constamment mal. Malgré la gravité de son cas, elle dit à toute personne qui se présente à elle : “ne pleure pas, sinon je n’aurai pas la force. Je ne veux pas vous voir pleurer”. Elle est brave, très brave, mais sa maladie s'aggrave et l’affaiblit de jour en jour», confie à Seneweb son oncle Papis, incapable de retenir ses larmes.

Ibou, un autre oncle de la patiente, explique que la fillette, son oncle Papis, et sa mère sont arrivés de Ziguinchor. Ils ont emprunté la route à bord d'un car de transport en commun avec toutes les tracasseries que nous connaissons et les rigueurs du trajet. “A leur arrivée à la maison, lorsque j’ai vu Ndèye (prénom de la fillette) portée par Papis qui l’amenait dans la chambre, j’ai versé de chaudes larmes, tellement cet enfant a souffert. Elle a dépéri. Elle a perdu son beau sourire, son charme», soutient Ibou.

A l’hôpital, tous les autres patients, sensibles à son cas, en ont même oublié leur maladie, tellement le sort de la petite Ndèye, ravagée par la maladie, a préoccupé toute personne qui pose les yeux sur elle.

Renvoyée sans consultation

09 h 30. Les deux dames préposées à la tâche, procèdent à l’appel. Les accompagnants aident les malades appelés à se déplacer. Tous reviennent avec une feuille à la main puis vident les lieux. Ndèye prend toujours son mal en patience. Vers 10 heures passées, le nom de Ndèye est appelé. La fillette ne pouvant pas se déplacer, c'est son oncle qui va à la pêche aux informations et qui revient avec un bout de papier. “Elle doit revenir dans un mois pour se faire consulter. Nous sommes venus pour voir un médecin, mais la secrétaire nous dit qu’il faut un rendez-vous et ce rendez-vous est fixé dans un mois», déplore l'oncle de la fille, dépité.

Les autres malades et leurs accompagnants s'emportent. «Ce n’est pas normal. Comment peuvent-ils fixer un rendez-vous à cette fillette dans un mois, sans qu'un spécialiste ne prenne la peine de la consulter pour s'assurer de la gravité de son cas ? C’est grave ce qui se passe dans ce pays !», soutiennent en choeur les témoins.

La fillette amputée de la jambe

Face à une telle situation, Ibou reste zen et cherche une solution alternative. Il appelle un de ses amis infirmiers qui accourt. Face à l’enfant, l'infirmier reste bouche-bée, pendant un moment. Il se rend ensuite auprès de ses collègues, pour les sensibiliser. Ces derniers campent sur leur position, intransigeants : «Elle n’est pas la seule dans ce cas. Elle n'a qu'à revenir à la date indiquée». L’infirmier revient, tête basse.

Ibou n'abdique pas. Il sait que sa nièce souffre terriblement. Il n'a pas le droit de s'emporter, même s'il s'étrangle intérieurement de rage. Il étouffe sa colère. Situation oblige. Il lui faut chercher des solutions pour faire soigner la jeune Ndèye. Il appelle une de ses connaissances, médecin, et lui explique la situation, en des termes assez convaincants. Ce dernier, qui n'est pas dans cet hôpital, mais sensible au cas de la fillette, appelle un de ses camarades de promotion, l'invitant à aller s'enquérir de la situation de l’enfant. Quelques minutes plus tard, le toubib arrive. Il lui a fallu quelques secondes, en bon spécialiste, pour savoir que Ndèye est rongée par la douleur et qu'il faut une intervention urgente. Sans attendre, il demande à Papis de porter l’enfant et de le suivre. L'oncle ne se le fait pas répéter. Ils empruntent un long couloir de 10 mètres avant d'arriver dans le bureau d'un médecin, professeur à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Plusieurs patients attendent leur tour pour se faire consulter. Le médecin s'approche du professeur, lui murmure quelque chose à l'oreille et deux minutes plus tard, l'enfant est étalé sur un lit. Séance tenante, le professeur prend sa décision : la jambe de la fille doit être amputée, le plus rapidement possible. Direction, le bloc opératoire. Ndèye perd ainsi une jambe, mais a la vie sauve. Une vie qu'elle aurait perdu si son oncle n'était pas tenace et si le rendez-vous d'un mois qui lui était fixé était respecté.

Samsidine Sané


liiiiiiiaffaire_de_malade

71 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (18:59 PM)
    Comment aider cette enfant?
  2. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (19:26 PM)
    ça me touche au coeur quel pays
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (19:38 PM)
    On vend les Rv medicaux . Awa Marie merci de sevir. Voir un enfant qui souffre le martyr et lui donner un rv d un mois. C inhumain. Mais Allah vous voie vous les infirmiers sans coeur. Merci beaucoup M le professeur d avoir sauvé cet enfant. Qu Allah vous retribue.
    Auteur

    Ibra

    En Décembre, 2016 (20:30 PM)
    C'est toujour comme ca dans les hopitaux senegalais.

    Au lieu de prendre la decision d'organiser toutes les structures hospitalières, on va ns parler k de la politique.
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2016 (13:04 PM)
      c'est toujours comme ca dans tous les secteurs, partout au senegal, pays malades de ses hommes et de ses femmes
    Auteur

    Auboutdufil

    En Décembre, 2016 (20:43 PM)
    Thiéy amputation sans radiographie, Sénégal doyna warr. Lui a ton fait un bilan pré operatoire pour savoir si elle a des allergies, son groupe sanguin, si la jambe est recuperable. le Professeur prend cette decision sans consulter un orthopediste. :bindeu: 
    Auteur

    Allah Swt Suffit Comme Juge.

    En Décembre, 2016 (21:44 PM)
    A l'hôpital de THIAROYE au moment où les malades souffrent le martyre, le ministre de la santé se permet de venir présider la fête pour les 10 ans de l'hôpital, musique, cris tout était permis, médecins et infirmiers aux habits semblables faisaient la fête, certains même qui n´approuvaient étaient obligés de suivre le groupe,

    Et pourtant on nous avait promis une gouvernance sobre,

    Conclusion: ceux qui se passe dans les hôpitaux ne les intéressent point, d'autant plus que les médecins responsables de certains services créent leur propre cabinet médical et donc ne sont plus présents dans les hôpitaux pour contrôler quoi que ce soit, alors qu'ils sont bien rémunérés par nos maigres moyens...



    Auteur

    Amath

    En Décembre, 2016 (22:03 PM)
    C'est ça le tiers monde et sa pauvreté...
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (22:09 PM)
    La médecine reste et demeure toujours une science humaine. Des médecins compétents et humains existent au Sénégal à l'image du Pr Abdoul Kane.Ils sont nombreux.

    Mais cette situation sanitaire désastreuse du pays reflète la mentalité du sénégalais qui aime la facilité,les passe-droits,l'escroquerie à tous les niveaux de la société:élite,gouvernants,gouvernés.Les sénégalais n'aiment pas la vérité.La plupart des structures sanitaires sont obsolètes.
    Auteur

    Abdoulaye

    En Décembre, 2016 (22:21 PM)
    Normalement le prof devait d'abord effectuer une biopsie avec examen anatomopathologique. cela permettait de savoir si c'était pour effectivement un cancer ou pas? ensuite faire un bilan d'extension avant de décider d'un geste chirurgical. mais bon bref on est en afrique
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2016 (22:25 PM)
      voilà une contribution positive qui donne des éléments de compréhension
      merci cher internaute
    • Auteur

      Moi

      En Décembre, 2016 (11:51 AM)
      alors cher boffon .je ne sais pas si tu es médecin mais il faut revoir tes cours de médecine . le diagnostic es d'abord clinique et dans ce cas de figure le praticien ne se fie guère au diagnostic du journaliste profane . le médecin sait ce qu'il fait et est seul comptable. zrreter de critiquer si vous n avez tous les éléments .
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2016 (10:38 AM)
      merci way toi au moins tu essaies de comprendre. un chirurgien ne prend jamais le risque de couper sans radio ou meme scanner quelque soit l'urgence, il lui faut l'imagerie de la jambe pour savoir ou se trouve la gangrène; autre chose les parents sont responsables car comment peuvent-ils laisser l'enfant trainer avec cette jambe pendant tout ce temps??,une tumeur s'installe progressivement; la prise en charge ne s'est pas fait tot; bayilène hypocrites
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (22:21 PM)
    Auteur

    Sow

    En Décembre, 2016 (22:32 PM)
    ON AURAIT DU LUI DONNER DES MEDICAMENTS A BASE D ASPIRINE POUR CALMER LA DOULEUR ET LA METTRE EN RAPPORT AVEC UN RHUMATOLOGUE OU UN CHIRURGIEN ORTHOPEDISTE POUR LUI FAIRE UNE RADIO .IRM DE LA JAMBE QUI LUI FAIT MAL CAR MAINTENANT AVEC L EVOLUTION DE LA MEDECINE ON PEUT EN GENERAL EVITER L AMPUTATION MAIS DS BEAUCOUP DE CAS C EST L ARGENT QUI FAIT DEFAULT CAR IL Y A DES CLINIQUES
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Goor

    En Décembre, 2016 (23:12 PM)
    Voilà des comportements qui poussent au crime
    Auteur

    Lesage

    En Décembre, 2016 (23:49 PM)
    rien ne justifie le crime mon cher
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (00:12 AM)
    Amputation bi guawna dee tey lene medecins yilé teh diagnostiqué gaw guene ci amputation daal Ndeysaan Yalla nagniou oumpeu teh Yalla doli courage khalé bilé Ndeysaan
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (01:25 AM)
    C'est écoeurant, révoltant. Ma fille a 9 ans et ne lisant l'histoire je ne voyais que ma fille. Vraiment il faut beaucoup plus de moyen pour les hopitaux. Je comprends que ne sous sommes dans un pays a faible revenu mais il faut l'organiser dans la limite de nos moyens, faire tout notre possible pour améliorer les hopitaux publics
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (05:41 AM)
    Il est temps que les populations comprennent l'importance de la couverture maladie universelle prônée par l'état depuis plus d'un an
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (08:16 AM)
    La médecine n'est pas le domaine des négres que nous sommes. Il ramener les blancs qui nous avaient colonisés; Mais en attendant renvoyez les infirmiers
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (09:13 AM)
    La méchanceté du personnel hospitalier Sénégalais est légendaire. Ce qui se passe dans nos hopitaux dépasse l'entendement et les autorités le savent mais comme ils y vont plus eh bien ils s'en foutent.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (10:26 AM)
    J'ai une cousine qui avait rester plus de un mois chez moi a dakar il nous disait ya pas place jusqu'à que lson bon médecin est de venu de mission je l'ai expliqué il a pris et elle venait de kaolack , souffrait du cancer de col de l'utérus elle la mer

    du sa vie à la fin
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (11:06 AM)
    Et cet partout pas seulement dans les hôpitaux. Allez à SUMA ils sontt non seulement chers mqis manqie de qualification aucun respect pour les accompagnants et ils n'ont pas de médecins qualifiés. Le secteur medical doit être revu. les gens meurent tous les jours par erreur médicale c'est inadmissible. Médecin yi niaak kersa
    Auteur

    @ Auteur Article

    En Décembre, 2016 (11:59 AM)
    Beaucoup d'éléments manque dans votre récit

    Vous dites que la famille a consulté à l'hôpital Dantec oui mais dans quel service si elle a 9 ans ça doit être sûrement en Pédiatrie. Et pour avoir fréquenté ce service, les malades ne sont pas vu sur RV, et aucun enfant n'est renvoyé.

    Wassalam
    Auteur

    Sambajuuf

    En Décembre, 2016 (12:06 PM)
    Quand les gouvernants jouent avec les maigres agents du contribuables, en voici quelques conséquences pour les personnes non nanties. Quand on lutte pour réduire la taille du gouvernement à 25 ministres, c'est pour qu'il y'ait de l'argent pour acheter des équipements pour nos hopitaux! Il n'est pas normal que l'on quitte Ziguinchor, Tamaba, Kedoudougou, Matam ......por se faire soigner à Dakar.

    Aussi longtemps que nos Gouvernants ne comprendront qu'ils gèrent un pays pauvre et que les dépenses devraient être au stricte minimum, ils passeront tous à coté de la demande en santé, en éducation, et nourriture et en équipements sociaux de base!

    Demander au Président, combien de conseillers il a, il ne saura vous répondre avec exactitude! C'etait valable pour WADE et c'est encore valable pour SALL et cela risque d'avoir de beaux jours devant nous!

    Il faut que le Sénégalaais prennent conscience de leur pays qui est pauvre avec des gens qui n'ont pas leminimum pour se soigner, pour manger pour accéder à des larrines, à de l'eau potable pour boire....entre autres choses les plus élementaires! Le gaspillage des deniers publics tue, handicape et affame! Trop de conseillers présidentiels tuent! Trop de voyage tuent, fréinent l'éducation des enfants et l'accés au besoins sociaux de base!!! Parlez-en au President, au Premier Ministre et à tous ceux qui gaspillenet nos maigres ressources!!!

    Auteur

    A53

    En Décembre, 2016 (15:24 PM)
    voila le sénégal qui émerge...pauvre de nous
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (21:03 PM)
    Ces pratiques sont récurrentes dans cet hôpital. Il faut vraiment des mesures coercitives pour briser ces comportements et pratiques car il y a surement une incitation de ces personnes pour leur ''PRIVE'' sans changement de locaux. Ces pratiques sont à proscrire dans ce pays de goor goolu
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (23:22 PM)
    Auteur

    Bordel Absolu

    En Décembre, 2016 (08:26 AM)
    Éducation zero et systeme de santé qui part à la dérive . Pendant ce temps on construit 1arene pour les lutteurs payés des dizaines de milliôns. J'ai honte pour ce pays !
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (10:41 AM)
    Un chirurgien ne prend jamais le risque de couper un membre sans radio ou meme scanner quelque soit l'urgence, il lui faut l'imagerie de la jambe pour savoir ou se trouve la gangrène; autre chose les parents sont responsables car comment peuvent-ils laisser l'enfant trainer avec cette jambe pendant tout ce temps??,une tumeur s'installe progressivement; la prise en charge ne s'est pas fait tot; bayilène hypocrites té bagna commenter ci lolene maitriser woul
    Auteur

    Gaaaw

    En Décembre, 2016 (10:43 AM)
    imputation bi gaaw na dé

    l'information ne parle ni de scaner radio ou autre

    même si on est professeur cela ne veut pas dire que le regard peut remplacer le laboratoire
    Auteur

    Niko

    En Décembre, 2016 (12:15 PM)
    C'est l’hôpital le plus bordélique du Sénégal  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (12:52 PM)
    pourtant on a proposé à l’État une reconstruction le dantec avec un SAU répondant aux normes, il faut signaler que le dantec constitue la plus importante ressource humaine médicale du pays.Mais on attend les actions des politiques...Dantec continue de rendre service malgré ses problèmes liés à son age, il a plus de cent ans s'il vous plait
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2017 (11:19 AM)

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email