Lundi 30 Mars, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Societe

Dépollution baie de Hann : Les riverains dénoncent le retard du démarrage des travaux

Single Post
Dépollution baie de Hann : Les riverains dénoncent le retard du démarrage des travaux
Les populations des communes de Hann Bel-Air, Dalifort Forail, Thiaroye-sur-mer, Diameguène Sicap Mbao et Mbao, riveraines de la baie de Hann, sont très remontées et affichent leurs inquiétudes face à l’évolution du projet de dépollution de ladite baie. En conférence de presse, ce vendredi 13 décembre, au quartier Mamadou Niang, à Hann plage précisément, elles ont déploré et dénoncé, avec la dernière énergie, le non-démarrage des travaux dudit projet frappé toujours par des lenteurs.

En effet, après avoir rappelé l’historique de leur combat, les différents engagements de l’État, la participation des bailleurs de fonds et l’axe technique à travers l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) pour la dépollution de cette baie, les représentants des maires de ces communes concernées ont soutenu que ce projet de dépollution, qui avait «suscité autant de réactions et d’espoir», est en train de leur faire perdre cet espoir». En dépit de «la preuve manifeste de la volonté de l’État, de l’Onas et des bailleurs de fonds, qui aujourd’hui ont bouclé «toutes les études techniques», ils disent avoir constaté des «blocages».

«Risque de retrait de fonds pour lenteurs administratives»

Selon Mactar Diaw, 1er adjoint au maire de Hann Bel-Air et directeur de la culture et du tourisme de la ville de Dakar, ce projet est une demande des populations. Et le «plus important» aujourd’hui, c’est de savoir la date de son démarrage et non des «problèmes de marché public». Et selon l’Onas, le projet de dépollution de la baie de Hann, à terme, permettra à près de 500 000 personnes d’avoir accès à «un système d’assainissement collectif».

Face à cette situation, Mactar Diaw et Cie ont invité l’État à prendre sa «responsabilité». Parce que, soutiennent-ils, «ce blocage constitue une menace réelle car les bailleurs, qui ont débloqué le financement du projet, risquent de retirer leurs fonds pour des soucis de lenteurs administratives si rien n’est fait». Ils interpellent le président de la République, Macky Sall, à intervenir directement en donnant des «instructions ferme» pour le démarrage du projet dans les meilleurs délais.

Le financement bouclé depuis septembre 2018

A rappeler qu’après l’obtention du financement global de la première phase du projet d’un montant de 60 milliards de francs Cfa depuis septembre 2018 et la passation de marché, les travaux du projet de dépollution de la baie de Hann n’ont toujours pas démarré. Ce, non pas parce qu’il y a une divergence entre les parties prenantes mais, par des procédures des marchés publics. Lesquelles empêchent de faire de la prévision pour le démarrage des travaux.

L’Onas, en tant que maitre d’ouvrage de ce grand projet de l’État, avait affiché son ambition de démarrer les travaux avant la fin de l’année 2018. Ce projet consistait à réaliser un gros collecteur de 15 kilomètres de long, compte non tenu des 45 kilomètres de réseau secondaire, 7 stations de pompage et de 2000 branchements sociaux. Il projette également l’érection d’une station d’épuration à Petit Mbao. Et cette dernière effectuera un traitement secondaire des eaux usées et sera reliée à un émissaire de 3 kilomètres pour le rejet en mer.

Mais l’Onas, après avoir attribué un marché d’un lot «très important», a eu par la suite «un recours contentieux» qui a arrêté le processus. En effet, c’est l'Autorité de régulation des marchés publics (Armp) qui avait annulé le marché relatif aux travaux de réalisation de l'intercepteur et des stations de pompage dans le cadre dudit projet. Ce, pour «violation des dispositions du Code des marchés».

Et en marge du vote de son budget de l’année 2020, le ministre de l'Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam, a reconnu que le projet de dépollution de la baie de Hann a connu un retard. Lequel, pour lui, est dû à «un souci de transparence» dans l'octroi des marchés. Pour lui, il faut du temps pour examiner les recours introduits par les soumissionnaires devant la Direction centrale des marchés publics (Dcmp).

liiiiiiiaffaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    Boy Maroc

    En Décembre, 2019 (14:35 PM)
    Parce que tout simplement le maire est un pro Khalifa Sall c'est tout.
  2. Auteur

    En Décembre, 2019 (22:37 PM)
    Si la dépollution se réalise, ce serait une très bonne chose. Ce serait encore meilleure si les gens arrêtent de salir les plages.
    Auteur

    En Décembre, 2019 (12:13 PM)
    Comme toujours au Senegal une partie de l'argent a été détourné et magouilles dans le choix des entrepreneurs ....tout ça ne sert à rien car les Senegalais sont de gros degueulasses et quelques années apres le dépolution, la baie de Hann sea tres sale ....on est au Snégal , inutile de rêver !!!
    Auteur

    Alassane

    En Décembre, 2019 (12:43 PM)
    En tout cas, l'histoire de la dépollution de la baie de HANN date au moins de l'année 1996 quand BATHILY était ministre de l'environnement dans le gouvernement élargi de DIOUF. A partir de cette année, beaucoup d'argent a été englouti par ce projet. Tous les ministres qui sont passés ont été mis dans la trappe d'un comité composé de représentants des populations, de l'ONAS, des bailleurs,...

    Le bilan doit être fait sur le volume global des investissements destinés à ce projet. Y aurait -il de l'arnaque de la part de ceux qui s'occupent de ce projet? Qu'elle est le rôle de certains représentants de la population, opportunistes à souhait?

    le mouvement citoyen doit s'interroger dans ce gouffre à sous.
    Auteur

    Xalasse

    En Décembre, 2019 (14:34 PM)
    Il est temps que la charte de la bonne gouvernance et de la transparence dans l'utilisation des ressources publiques soit appliquée à ce projet de dépollution de la Baie de Hann !

    Mais l'autre projet, encore plus nébuleux du Gouvernement, est celui qui vise à concevoir et mettre à disposition des embarcations de pêche artisanale (en fibre de verre) en remplacement de la pirogue traditionnelle en BOIS ! Vraisemblablement piloté par des mains inexpertes (la SIRN, Société Industrielle de Réparation Navale), ce projet traîne depuis Khoureichi THIAM sans qu'un seul poisson ne soit encore pêché à bord desdites embarcations inadaptées, chères et surtout sans sécurité en mer. J'espère que Monsieur le nouveau de la pêche, Alioune NDOYE, va auditer ce projet et le réorienter en mode fast track ! Espérons- le vivement car il nous annuellement beaucoup de dépenses improductives: missions à l'étranger, séminaires résidentiels, etc.!
    Auteur

    Marre

    En Décembre, 2019 (08:14 AM)
    DE 3 A 9 km

    DU CAPITAL ET ON VOIT UN DÉSORDRE INEXPLICABLE

    UN PROJET QUI DATE DEPUIS DES LURETTES

    DES DIRIGEANTS FAIBLES

    UNE BAIE OU NOS FRÈRES PÉCHEURS COMPTAIENT POUR GAGNER LEUR VIE(EMBARQUEMENT...)

    UNE INSALUBRITÉ excessive!!!

    AUCUN ESPOIR POUR CE SOIT DISANT PROJET
    Auteur

    En Décembre, 2019 (10:35 AM)
    Pirogues en verre , dépolution de la baie de Hann , breche à St-Louis , vedettes -taxis entre Rufisque-Dakar : autant de projets qui ne voient pas le jour et autant de mlliards dépensés .....décidement le Noir est archi nul !!!!
    Auteur

    En Décembre, 2019 (10:35 AM)
    Pirogues en verre , dépolution de la baie de Hann , breche à St-Louis , vedettes -taxis entre Rufisque-Dakar : autant de projets qui ne voient pas le jour et autant de mlliards dépensés .....décidement le Noir est archi nul !!!!

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email