Dimanche 15 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

« La Production Ne Couvre Pas L’offre Présentement»

Single Post
« La Production Ne Couvre Pas L’offre Présentement»

Depuis quelques jours, plusieurs quartiers de Dakar connaissent des difficultés dans l’approvisionnement en eau potable, allant de la baisse de pression à la coupure d’eau. Cette situation résulte de la conjugaison de plusieurs facteurs notamment le déficit dans la production, les coupures d’électricité, la canicule et, principalement, les travaux de raccordement du «surpresseur» de Mékhé (déjà terminés avant-hier mercredi). Voici les éclairages du Directeur de la communication de la Sénégalaise des eaux (SDE), joint au téléphone hier par la Rédaction de Sud Quotidien.
 
LES COUPURES D’EAU A DAKAR SONT LA CONJUGAISON DE PLUSIEURS FACTEURS
 
«Il y a une conjugaison de facteurs qui ont fait qu’aujourd’hui un certain nombre de quartier de Dakar connaissent quelques difficultés dans la distribution de l’eau potable. Parmi ces facteurs nous pouvons lister, en premier, un déficit. Il y a un déficit, la production ne couvre pas l’offre présentement. Ce déficit est accentué par la canicule, avec un besoin en eau plus accru des populations. Et ce déficit impacte davantage les quartiers situés à des niveaux élevés. Il y a aussi le fait qu’une bonne partie des populations a un mode d’habitat qui est de plus en plus en hauteur, ce qui pose un problème de disponibilité, si ces habitants ne sont pas équipés, puisqu’il y a un problème de pression pour faire monter l’eau. Ça c’est un facteur. L’autre facteur, c’est que nous (la SDE, ndlr) sommes perturbés par l’instabilité de la fourniture de l’électricité». 
 
L’ARRET DU «SURPRESSEUR» DE MEKHE POUR CAUSE DE RACCORDEMENT DE LA CENTRALE SOLAIRE, LE FACTEUR AGGRAVANT
 
«En suite, il y a eu, nous avons fait des communiqués, des travaux de raccordement, c’était hier (avant-hier mercredi 28 juin, ndlr). C’est le facteur aggravant puisque le «surpresseur» de Mékhé qui donne de la force à l’eau pour qu’elle puisse arriver avec une bonne pression à Dakar est à l’arrêt depuis hier (avant-hier mercredi, ndlr) durant toute la journée pour cause de raccordement de la centrale solaire». 
 
PROBLEME DE COMMUNICATION
 
Nous avons passé des communiqués pour tenir les populations informées de la situation. Vous savez, des communiqués ont des plages horaires bien précises et tout le monde n’écoute pas, c’est vrai. Et nous, nous ne pouvons pas interférer dans l’organisation des rédactions. Comme un communiqué commercial, nous passons par la voie commerciale. Et, généralement, ce sont les commerciaux qui font remonter le communiqué pour le passage à la radio ou pour que la rédaction l’exploite. Maintenant, si cela n’est pas fait, cela ne relève pas de notre responsabilité.
 
DEPUIS HIER, TOUS LES OUVRAGES COMMENCENT A FONCTIONNER CORRECTEMENT, MAIS PATIENCE…
 
«Maintenant, tous les ouvrages commencent à fonctionner correctement. Je dois vous dire qu’il y a un temps de latent, c'est-à-dire que l’eau que les Dakarois consomment provient de plus de 250 km de Dakar. La ressource est très éloignée et il lui faut faire tout ce trajet pour trouver les clients ici à Dakar. Et ce trajet prend du temps, cela veut dire que pendant que l’eau coulent pour venir à Dakar, tous ceux qui sont sur le trajet se servent, c’est ce qu’on appelle un service en route. Et cela diminue de plus en plus la pression et la force de l’eau jusqu’à Dakar. Tout à l’heure, j’ai parlé avec quelqu’un à Ouakam qui m’a dit que son robinet a commencé à sortir de l’eau. Nous avons donc bon espoir que d’ici ce soir (hier soir, ndlr) que la situation commence à se redresser». 
 
PARCELLES ASSAINIES, BARGNY, NIARY TALLY, CAMBERENE, CES BOUTS DE RESEAU DESAVANTAGES
 
«Maintenant, pour tout ce qui est Parcelles Assainies, Bargny, Niary Tally, Cambérène, ce sont des zones qui sont non seulement située en hauteur, mais également ce sont des bouts de réseau. C’est là où se termine la course de l’eau. C’est pourquoi les Parcelles Assainies sont pour le moment assez désavantagées par rapport à la configuration du réseau. Ce qui fait que certaines unités, les plus impactées comme les unités 16, 21, 18, ont des difficultés à s’alimenter correctement quand, par exemple, il y a eu une cassure comme celle que nous venons de connaitre tout à l’heure. 
 
TOUT A ETE REMIS EN SERVICE, IL FAUT JUSTE PATIENTER POUR QUE LE TEMPS DE LATENT… SOIT DEPASSE
 
«Mais tout a été remis en service, il faut juste patienter pour que ce temps de latent, c'est-à-dire le parcours que l’eau doit faire pour venir à Dakar, un parcours ralenti par le service en route, soit dépassé. C'est-à-dire tout ceux qui n’ont pas d’eau ces derniers jours vont puiser jusqu’à satiété et laisser l’eau continuer son chemin vers Dakar. Donc, pour le moment, tout a été mis en ordre, il faut juste patienter le temps que la distribution se fasse car le «surpresseur» est a 250 km de Dakar. C’est une question de temps ou même d’heure pour que l’eau revienne, même pour les zones qui sont en hauteur. 
 
Et s’il n’y a pas de perturbation dans la fourniture de l’électricité,  la situation devrait se rétablir le plus vite. Le fond du problème c’est qu’il y a déficit dans la distribution de l’eau car la demande est supérieure à l’offre à l’heure actuelle. Et face à ce déficit nous avons envoyé des camions citernes pour l’approvisionnement des quartiers qui manquent d’eau». 
 
PAS DE CRAINTE POUR LA QUALITE DE L’EAU
 
Et sur ce, le gouvernement de Sénégal a mis en place un certain nombre de projets parmi lesquels la troisième usine (station de traitement d’eau) de Keur Momar Sarr (Kms3), l’usine de dessalement de l’eau de mer d’Ouakam et également un forage au niveau de Tacep. Et, juste dans l’attente de la réalisation des projets, des forages sont entrain de prendre forment. Comme il y a un plan d’urgence, cela va aider les populations  à avoir de l’eau. En ce qui concerne l’eau que vont recevoir les populations, je les rassure, par rapport à cela, car toutes les dispositions sont prises pour la qualité de l’eau. D’ailleurs, l’eau est la denrée la plus contrôlée au Sénégal, pour çà, il ne faut pas avoir de crainte de consommer l’eau que le SDE va distribuer ces temps-ci.

Article_similaires

4 Commentaires

  1. Auteur

    Et La Planification?

    En Juin, 2017 (16:52 PM)
    Il faut arrêter cette explication qui ne tient pas la route. Si la SDE est incapable de planifier sa production en fonction de la demande, je dis que c'est une catastrophe. C'est la SDE qui pose les compteurs d'eau, donc il doit savoir l'évolution de la demande et planifier et exécuter les investissements nécessaires pour la production et la distribution de l'eau en collaboration avec la SONES.

    Avant la SDE prenait comme prétexte les coupures de courant qui empêcher ses machine de tourner. Maintenant que la question de l'électricité est en phase d'être réglée, on nous parle de déficit de production et de problémes dans la distribution. Il faut arrêter ce pilotage à vue et bien planifier suivant l'évolution de la population sénégalaise.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (17:50 PM)
    bess bou population bi diogone dam sen ndaye wa SDE dina gnou indi ndokh bi  :taala_sylla:  :taala_sylla:  :taala_sylla:  :taala_sylla:  :taala_sylla: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (18:39 PM)
    Sénégalais.... vous n'avez pas honte de votre pays ???  :nohope:  :nohope:  :nohope: 
    Auteur

    Xeme

    En Juin, 2017 (21:23 PM)
    Ils mentiront jusqu'à ce que les sénégalais qui croient en eux meurent d'inanition.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR