Mercredi 15 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Le jour où un homme m'a fait une remarque désobligeante sur ma couleur de peau durant un rencard

Single Post
Le jour où un homme m'a fait une remarque désobligeante sur ma couleur de peau durant un rencard

Il m’a lancé, en voyant un homme un peu plus noir que moi: "Au moins, tu ne deviendras pas aussi noire que lui!"

C'était au printemps, en 2015. Mon amie et moi étions en train de nous frayer un chemin vers la piste de danse quand un homme visiblement en état d'ivresse, qui avait l'air d'avoir une douzaine d'années de plus que moi, m'a attrapée par le bras et a insisté pour me susurrer des mots doux à l'oreille.

Pour m'en débarrasser, je me suis réfugiée à côté d'un homme à l'air calme qui, en voyant la situation, s'est fait passer pour mon petit ami. Nous avons passé le reste de la soirée à faire connaissance et avons fini par échanger nos numéros.

Dans les mois qui ont suivi, nous nous sommes vus régulièrement. J'appréciais vraiment sa compagnie. Un jour, nous avons décidé de passer l'après-midi à la plage. Avec le bruit relaxant des vagues qui se brisent sur le rivage, la chaleur du soleil de Floride et la brise rafraîchissante de l'océan, le décor d'un rendez-vous romantique était planté.

Mais c'est là que c'est arrivé.

Après avoir enfilé nos maillots, nous nous sommes dirigés vers la plage et il m'a dit en plaisantant: "J'espère que je ne vais pas devenir aussi noir que toi."

J'étais sous le choc. Je me suis dit que j'avais dû mal comprendre, qu'il n'avait pas pu lancer cette remarque raciste. J'ai donc décidé de ne pas réagir, en me disant qu'il arrivait à tout le monde de dire des bêtises et que je ne voulais pas passer pour quelqu'un de trop sensible ou sur la défensive (même si j'étais tout à fait en droit de l'être).

En tant que femme de couleur, ce n'était pas la première fois qu'un petit ami potentiel faisait référence à mon teint de manière négative. Quand j'étais adolescente et même jeune adulte, les mecs n'hésitaient pas à me faire part de leurs préférences. Entendre des amis ou des camarades de classe s'extasier devant une fille à la peau claire me donnait souvent l'impression d'être invisible et carrément ignorée.

Tandis que mes pieds s'enfonçaient dans le sable, je me demandais si j'avais bien fait d'accepter ce rendez-vous.

Nous avons longé la plage pendant un certain temps avant d'arriver à un restaurant de fruits de mer à la mode. Nous attendions d'être servis quand il m'a lancé, en voyant un homme un peu plus noir que moi: "Au moins, tu ne deviendras pas aussi noire que lui!"

Deuxième avertissement, ai-je pensé.

"Pourquoi crains-tu que ma peau devienne encore plus noire?" lui ai-je rétorqué. "Et pourquoi t'inquiètes-tu de la couleur des autres?"

J'ai décidé de lui demander s'il était déjà sorti avec une Noire. Il a répondu, un peu gêné: "Disons que les Noires ne sont pas vraiment ma priorité."

Plutôt que de me laisser aller à la colère, j'ai tenté de l'éduquer (c'était il y a trois ans et j'avais beaucoup de patience). Je lui ai fait remarquer que ses commentaires étaient impolis et inutiles. Il a haussé les épaules en disant qu'il plaisantait et que ça n'avait rien de grave.

L'arrivée de notre commande l'a sauvé temporairement, mais après le repas, je n'y ai plus tenu.

Je devais savoir si ma couleur de peau lui poserait un problème si nous continuons à nous voir, s'il serait capable de gérer le fait que ma peau devienne plus sombre, si la richesse en mélanine de ma peau le ferait imploser. Il n'avait jamais entendu parler du concept de Black Girl Magic?!

J'ai décidé de lui demander s'il était déjà sorti avec une Noire.

Il a répondu, un peu gêné: "Disons que les Noires ne sont pas vraiment ma priorité."

Le temps s'est arrêté. Je l'ai regardé, incrédule. Ses mots, qui exprimaient le rejet, venaient de me piquer au vif.

Il a ensuite ajouté qu'il n'était sorti jusque-là qu'avec des filles à la peau claire (pour ceux d'entre vous qui se demandent quelle était son appartenance ethnique, il était à moitié portoricain et à moitié noir.)

Qu'est-ce que ça fait de moi, ai-je pensé. Une finaliste? Un deuxième choix? Une expérience? Me fréquentait-il en attendant l'apparition de sa reine nubienne à la peau claire?

Enfant et jeune adolescente, je considérais souvent la couleur de ma peau comme un handicap, m'empêchant de me sentir vraiment belle. On me faisait des faux compliments du genre: "Tu es jolie, pour une Noire."

J'ai rapidement rassemblé mes affaires et je lui ai dit que j'étais prête à partir. Je ne voulais pas faire une scène en public et j'avais peur des mots qui pourraient sortir de ma bouche.

Nous ne nous sommes pas adressé la parole pendant tout le trajet du retour, sauf quand il s'est arrêté pour prendre de l'essence et m'a demandé si je voulais une glace. J'ai refusé, brusquement. Quand il m'a déposé devant chez moi, il m'a dit, en murmurant: "Désolé si je t'ai manqué de respect, je ne voulais pas te blesser." Je lui ai lancé un dernier regard assassin et je suis sortie de la voiture.

Au moment de me coucher, j'ai repensé aux événements de la journée et je me suis mise à pleurer sans comprendre tout de suite pourquoi. On m'a appris à être forte et je n'étais pas censée laisser ce genre de choses m'affecter.

Enfant et jeune adolescente, je considérais souvent la couleur de ma peau comme un handicap, m'empêchant de me sentir vraiment belle. On me faisait des faux compliments du genre: "Tu es jolie, pour une Noire." J'éprouvais un énorme sentiment de honte quand ma peau devenait plus foncée après avoir passé la journée au soleil.

Ce n'est qu'en dernière année de lycée que j'ai non seulement accepté mais aussi admiré ma couleur de peau. Après avoir partagé mes incertitudes avec une amie qui avait aussi la peau noire, celle-ci a immédiatement pris mon bras pour le mettre à la lumière du soleil et a dit: "Tu vois comment notre peau brille à la lumière?" C'est à ce moment-là que ma vision des choses a changé. J'ai commencé à ne plus considérer la couleur de ma peau comme quelque chose de négatif.

Avec le temps et le soutien de ma famille et de mes amis, j'ai pris de l'assurance et réussi à voir la beauté de la peau noire. A l'âge adulte, j'ai commencé à l'aimer et à partager ces sentiments avec les autres Noirs. Personne ne pourrait jamais m'enlever ce travail d'introspection et d'amour-propre. Pourtant, après des années passées à développer mon estime de soi, ce type est arrivé et a failli la détruire.

Il n'y est pas parvenu, mais l'a mise à rude épreuve.

J'ai réussi à tirer quelques leçons de ce rendez-vous catastrophique. Je savais que si lui n'appréciait pas ma peau chocolat, d'autres l'apprécieraient et que je ne devais jamais me contenter de quelqu'un qui me fasse me sentir inférieure.

S'il est vrai que j'avais appris à apprécier ma couleur de peau au fil des ans, il est vrai aussi que ce qu'il m'a dit avait rouvert de vieilles blessures. J'ai pleuré parce que ses mots m'ont ramené à la petite fille pétrifiée à l'idée de devenir encore plus noire à cause du soleil. J'ai pleuré parce que même si j'avais fait de mon mieux pour être forte et résiliente, ses mots m'ont donné l'impression de ne pas être à la hauteur et d'être laide. J'ai pleuré parce que je me sentais gênée et trahie par mes propres émotions et que j'étais en colère.

Le lendemain, je lui ai fait savoir à quel point ses propos étaient bêtes et insultants et il a continué à se confondre en excuses, me disant qu'il avait la mauvaise habitude de faire des gaffes et qu'il avait besoin de quelqu'un qui "supporterait ses conneries occasionnelles". En bref, nous avons cessé de nous voir. Je ne pouvais pas m'imaginer une seconde de plus avec quelqu'un d'aussi ignorant.

J'ai réussi à tirer quelques leçons de ce rendez-vous catastrophique. Je savais que si lui n'appréciait pas ma peau chocolat, d'autres l'apprécieraient et que je ne devais jamais me contenter de quelqu'un qui me fasse me sentir inférieure. Je suis aujourd'hui en couple avec un homme qui aime ma couleur de peau, et il ne pourrait en être autrement.

Cette situation m'a encouragée à ne pas être la victime des effets persistants de l'esclavage et de la colonisation sur les standards de beauté irréalistes d'aujourd'hui. Elle m'a rappelé l'importance d'enseigner aux enfants (et aux adultes) que chaque nuance de couleur est belle et qu'aucune n'est prédominante. Elle m'a permis aussi de continuer à vivre ma vie, en m'aimant et en étant fière de ma Black Girl Magic.


liiiiiiiaffaire_de_malade

6 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (18:51 PM)
    Moi, je me souviens de plaisanteries du genre Djiguène dafay kess étant ado, prononcés des garçons très cons. Ça ne m'a pas marqué autre mesure, je n'ai jamais pensé faire du khéssal, je suis fière d'être Noire.
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2018 (20:48 PM)
      je pense qu'il ne faut pas prendre au sérieux ce que disaient les ados. personnellement, je préfère de loin les femmes bien noires. quand les peaux noires sont bien soignées, sans produits éclaircissants, c'est vraiment très beaux
  2. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (19:34 PM)
    Birds of the same feather fly TOGETHER

    This experience would have never happened to you

    if you hung with your own kind, you dumb bitch

    I see a lot of black sisters fooling themselves.

    wayee, nion kham  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">  
    Auteur

    Moi Encore

    En Août, 2018 (19:43 PM)
    je ne fais que voire nos femme noire avec des cheveux de toubab temps yi. migui melni virus la. elles sont tous complexes, moi je vais me trouver une toubab (Vrai Cheveux) AND TEAR THAT ASS ALL NIGHT> Comme ca mes fils aurons les cheveux que leurs tantes ont tant voulu avoir. :baby-crawl: 
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2018 (22:09 PM)
      après tu passeras ni.quer ta mère et nous laisser un peu respirer avec nos princesses noires !

      dégages sale peste on veut pas de toi, pourri avec tes leucodermes ! nous on est fière de nos femmes, mère et soeurs noirs comme dieu !
    Auteur

    Simple Bbc Ting

    En Août, 2018 (22:37 PM)
    Cette situation m'a encouragée à ne pas être la victime des effets persistants de l'esclavage et de la colonisation sur les standards de beauté irréalistes d'aujourd'hui. C'est ton problème....

    Déng gua!

    400 ans d'esclavage??? La colonisation???

    Toujours rien? Même pas d'excuse!!!

    Mâcon lors de sa campagne, en Algérie, il avait reconnu et dit publiquement que la colonisation est un crime contre l'humanité

    Au Sénégal, il vient nous dire avec du culot que les Africains font trop de gosse  :frustre: My God

    EqualRights and Justice we needed
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (06:40 AM)
    ce texte c'est un roman écrit de toutes pièces...

    et peut-etre pas par une "Noire"
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (11:30 AM)
    Je déteste le Khessal ! Je ne marierais jamais une femme qui le fait. Bagne sa Bopp dou taxa nekk ak tekk ! Beuga sa bopp moy taxa dem !

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email