Dimanche 05 Avril, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Societe

Taïba Ndiaye : Quand les nippons se substituent à l'Etat pour abreuver le Cayor

Single Post
Photo : Seneweb.com

La corvée d’eau avait presque réussi à leur voler le sourire. De bonne heure, elles se levaient pour aller tirer le liquide précieux des entrailles de la Terre dans les quelques puits que comptait le village. Les pénibles navettes quotidiennes entre la maison et ces puits, avaient réussi à ébranler leur santé, tant les lourdes bassines d’eau qu’elles portaient sur leurs têtes, torturaient leur frêle corps. Elles, ce sont les dames de Taïba Ndiaye. Jadis, cette communauté rurale, nichée dans le Cayor, était connue pour ses difficultés d’accès à l’eau. Du coup, les femmes, à qui revenait cette pénible tâche d’aller trouver de l’eau, vivaient un calvaire. Du coup, l’école était aussi un luxe pour leurs jeunes filles, abonnées, elles aussi, à cette pénible tâche.

Les femmes avortaient

« Avant, aucune femme du village ne dormait toute la nuit. Elles allaient de très bonne heure au puits. Des femmes enceintes avortaient au bout de deux à trois mois du fait de la pénibilité de la corvée d’eau. En plus, il y avait beaucoup de conflits au niveau de ces puits. La rareté de l’eau, les queues interminables, et la dureté de la corvée tendaient les nerfs. Les femmes s’y chamaillaient tout le temps », narre Fatma Ndiaye. Et ce n’est pas tout. « C’était une période où il était difficile pour la femme d’avoir une certaine propreté, de prendre soin de ses enfants, de son ménage, et d’avoir une santé. Elles faisaient la navette de la maison aux puits de l’aube à la tombée de la nuit. Parfois, la pluie les battait au puits », ajoute la dame, le regard plongé dans le passé. Ce que confirme Aliou Badiane, qui est né et a grandi dans la cité. « La qualité de l’eau n’était pas bonne. Parce que c’étaient des puits qui ne cessaient de tarir. Mais, on était obligé d’y puiser. Et à chaque fois que les femmes revenaient des puits, elles laissaient l’eau reposer avant de l’utiliser », narre-t-il. À l’époque, les habitants de Taïba Ndiaye allaient même à l’usine des industries chimiques du Sénégal pour puiser dans les réserves d’eau à l’aide de charrettes. « La qualité de l’eau, à l’époque, n’était vraiment pas sûre. Ce qui avait un impact sur la santé des populations. Il y avait beaucoup de maladies diarrhéiques », indique-t-il.

Quand l’eau change leur vie

Mais, petit à petit, le cauchemar des habitants de Taïba Ndiaye va se dissiper. Un forage rudimentaire leur sera installé vers 1976. Mais, il faudra attendre en 1981, avec la coopération japonaise, pour que les populations puissent davantage tirer profit de ce forage. « Taiba Ndiaye a eu son premier forage en 1976. Mais c’était tout juste un puits qui était foré. Il n’y avait pas de château d’eau ni rien. Donc les populations ne pouvaient pas s’en servir. Il a fallu attendre 1981 avec la coopération, pour que ce forage puisse être terminé et que les populations puissent s’en servir. C’était en 1981 que le Japon nous a construit ce château d’eau qui nous a permis de pouvoir exploiter le premier forage. Puis, il a été remplacé depuis 1999 par un autre forage avec l’aide de la coopération japonaise », explique M. Badiane, aujourd’hui président de l’Association des Usagers des Forages de Taïba Ndiaye (Asufor).

À ce jour, à Taiba Ndiaye, deux forages ont été construits et équipés par la coopération japonaise qui a financé une quinzaine de projets hydrauliques au Sénégal pour 84 milliards de CFA. « Aujourd’hui, l’eau est disponible 24 heures sur 24 à Taiba Ndiaye. Dans la cabine de pompage, nous sommes équipés de deux groupes électrogènes qui nous permettent, à chaque fois qu’il y a coupure, de redémarrer et de continuer la redistribution », se réjouit M. Badiane.

Les dames se battent contre la pauvreté


Cette disponibilité de l’eau a ainsi libéré les femmes. Celles qui passaient les plus belles heures de leurs journées aux puits, à tirer sur les cordes pour sortir l’eau des entrailles de la Terre, disposent à présent de temps pour s’occuper de leur ménage. Et même, le groupement mis en place par ces dames, travaille dans un champ témoin, créé par un volontaire japonais. En plus de leurs charges familiales, elles suent dans leur champ pour pouvoir subvenir à leurs besoins. Elles y cultivent de la pomme de terre ou de l’oignon. Elles y ont même un poulailler. Mais, ces braves dames ont besoin de soutien. « Nous cultivons de la salade, des oignons, de la pomme de terre, etc. nous avons aussi un poulailler. Nous vendons nos produits dans les localités environnantes. On s’en sort un peu. Mais nous avons des difficultés. Quand nous cultivons l’oignon par exemple, nous avons des soucis pour stocker notre récolte. Parfois, nous sommes obligées de garder la récolte jusqu’à ce que le marché ait un prix rémunérateur pour nous. Mais nos récoltes pourrissent faute de matériel de stockage adéquat. L’eau du forage nous permet de cultiver. Mais il faut dire que le paiement de cette eau diminue nos marges bénéficiaires. Ce qui est difficile. L’État ne nous donne ni engrais ni semences. Nous nous débrouillons nous-mêmes. Notre plus gros problème c’est le manque de financements. Ce qui nous handicape vraiment. Nous avons vraiment envie de travailler, mais nous n’avons pas de financements pour renforcer notre activité, acheter des intrants et prendre notre envol », confie Ngoné.

Le peu que ces femmes entreprenantes gagnent, elles l’investissent d’abord dans la scolarité de leurs enfants, s’oubliant elles-mêmes. Ce, pour qu’un jour, leurs progénitures puissent les extirper des griffes de la pauvreté. « La pauvreté est vraiment présente ici. Quand les hommes n’ont pas de travail ou suffisamment d’eau pour aller cultiver et gagner leur vie, c’est un facteur de pauvreté. Ils ne travaillent que durant la saison des pluies. Nous nous battons pour la scolarisation de nos enfants. Mais à leur sortie d’école, ils ne trouvent pas d’emploi. Ce qui nous aiderait, c’est de l’eau en abondance, des terres bien aménagées, des financements, des intrants de qualité pour qu’on puisse travailler. Si ces conditions ne sont pas réunies, nous sommes condamnés à la pauvreté », confie Fatma Ndiaye. En attendant le soutien de l’État, ces dames profitent de l’eau que leur apporte le forage des nippons et les terres fertiles de leur localité pour entreprendre et se battre contre la pauvreté. Elles refusent de s’apitoyer sur leur sort.


liiiiiiiaffaire_de_malade

12 Commentaires

  1. Auteur

    Wadjou Bakh

    En Février, 2016 (16:35 PM)
    Merci Youssouf SANE pour ce beau article. L'eau et l'électricité sont des sources de développement dans un village.
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2016 (18:56 PM)
      mane xawma lou takh senegalais niak fayda. ce sont les autres qui viennent contruire notre pays pour nous? pendant ce temps notre president a chaque annee 11 milliards entrant dans sa caisse noire, ce que n'a certainement shinzo abe. bilahi, les mentalites sont trop attardees dans ce pays. on accuse les occidentaux, le fmi, la banque mondiale de nos maux, alors qu'on est a plus de 80% responsable. pauvre pays et pauvre mentalite
  2. Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (16:38 PM)
    Un excellent article. Bravo youssouf

    Auteur

    Tiely

    En Février, 2016 (16:41 PM)
    QUAND LES NIPPON APPUIENT L ETAT POUR ABREUVER LE CAYOR PLUTOT
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (16:50 PM)
    Qui est ce qu'on apprend dans cet article??? On aurait souhaité que vous vous concentreriez sur l'avenir de notre cher Taiba que de nous replonger dans un passé pathétique que nous avons dépassé. Et ce serait plus pertinent de s'adresser à OFOR que tout cela est le fruit d'une bonne administration et que s'ils ont un soutien à ns donner, nous sommes volontiers mais qu'elle laisse notre administration intact.
    Auteur

    Passant

    En Février, 2016 (17:00 PM)
     :taala_sylla:  :taala_sylla:  Tant que les "politichiens" continueront de voler et de piller notre pauvre économie, la pauvreté ne quittera jamais notre pays !!!!!!

    La corruption, les malversations, les marchés de gré à gré tuent à petit feu notre économie. Et a chaque fois que les voleurs sont pris et emprisonnés on voit les "nafékhes" remuer ciel et terre, a faire des médiations pour les sortir. On nous a saouler avec la traque des viens mal acquis pour au final libérer tous les alternoceurs qui ont pillé notre pays entre 2000 et 2012. On a élu Macky pour faire Le ménage mais les même pratiques demeurent et rien n'a changé.

    Vivement 2017 pour virer tout ce ramassis

    Auteur

    Taiba Taiba

    En Février, 2016 (17:02 PM)
    Rien de spécial. On aurait souhaité vraiment que vous vous concentreriez sur l'avenir de notre cher Taiba que de nous replonger dans un passé pathétique que nous avons dépassé grâce à un travail laborieux d'une bonne administration compétente de 1981 à nos jours. Mr le journaliste de Seneweb devrait plutôt s'interroger sur la question de l'heure qui est l'arrivée de l'OFOR afin qu'elle nous épargne en laissant notre administration intact et en nous accompagnant dans d'autres projets.....
    Auteur

    Picasso

    En Février, 2016 (17:47 PM)
    Et dire qu'il existait des aqueducs sous l'empire romain qui distribuaient l'eau jusque dans les domiciles...
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (18:02 PM)
    Youssou est ce que vraiment tu est au courant de ceux qui de passe a taiba

    JE veux dire ds la commune de Taiba ndiaye

    Taiba ndiaye n est plus un village mais nos dirrigeants labas sont toujours au passe

    Tu devrais ecrire comment emerger cette commune qui a tout sauf des dirrigeants credibles et bonnetes qui l aime

    Rien ne bouge

    Seulement de l informel

    S.diop
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (21:27 PM)
    On abreuve des animaux, mais on étanche la soif a des humains. A moins que vous ne considériez les Cayoriens comme du bétail (lol)
    Auteur

    Japan

    En Février, 2016 (23:58 PM)
    sa fait 9ans magui doun japan mousou ma deg ben deuk boulen defaral dara

    lep niokay defaral sen bopp!!!



    nioun senegalais yi on attend toujour de la part des autre pour mou defal niou souka defoule niou mereko.
    Auteur

    Taiba Taiba

    En Février, 2016 (00:48 AM)
    La gestion forage de Taiba Ndiaye est le reflet de la misère sociale et morale que vit le Senegal. Mr le journaliste devrait demander à Mr Aliou Badiane ce qu'il en est des fonds qui lui ont été légués. Et pourquoi les japonais ne veulent pas entendre parler de lui. A chaque jour qui passe une heresie supreme s'abbat sur le village et environnants: La mort d'un malade tué par son médecin
    Auteur

    Anonymemborois

    En Février, 2016 (13:40 PM)
    LE PROBLEME DE TAIBA B NDIAYE C EST ALLE LO

    TANT QU IL SERA LA A TIRE LES FICELLES DARA DOUFFI BAKH ET TOUT LE M%ONDE LE SAIS

    IL EST LA DEPUIS SENGHOR DIOUF WADE ET MAINTENANT IL EST CHEZ MACKY

    C EST LUI LE BLEM DE CETTE LOCALITE

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email