Vendredi 21 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sport

Cng : Fin de mandat pour Alioune Sarr

Single Post
Cng : Fin de mandat pour Alioune Sarr

Le mandat du Comité national de gestion (CNG) de la lutte prend fin ce mercredi 31 octobre 2018 à minuit. La question qui taraude le monde de la lutte est de savoir si la structure sera maintenue et, auquel cas, si Dr Alioune Sarr, son très contesté président, va rester à sa tête ou partir.

Alioune Sarr dirige le Cng depuis 1994. À plusieurs reprises, il a annoncé son départ.

Le Collectif des lutteurs, regroupant les pratiquants de la discipline en activité, réclame sa tête.

Initialement le mandat du Cng devait prendre fin le 5 novembre 2016. Il a été prorogé de deux ans par le ministre des Sports, Matar Ba.


liiiiiiiaffaire_de_malade

41 Commentaires

  1. Auteur

    Aba

    En Octobre, 2018 (07:26 AM)


    alioune sarr a bien travaillé ,si l'etat suit la bande a khadim gadiaga le politicien cest la fin de la lutte
    • Auteur

      Nit

      En Octobre, 2018 (09:00 AM)
      wakhatiko sama way et les lutteurs qui la dans leur ecrasante majorité n ont pas pas grand chose dans le crane se laisse entrainer a l heure actuelle ils sont tellement manipulé par quelques uns machiaveliques qui diabolisent alioune sarr pour arriver a leur fin
      le reveil sera tres difficile s il part je donne une saison pour que le chaos ,l anarchie, le service camarade, le favoritisme , les detournements et j en passe soient monnaie courante.

      bala gua kham nak khamadi khaw la rey

      bientot ca sera un retour grave en arriere et les pauvres vont courir derriere les promoteurs pour se faire paiyer leur due
      lithi kanam rawouli gueute
    • Auteur

      Nit

      En Octobre, 2018 (09:00 AM)
      wakhatiko sama way et les lutteurs qui la dans leur ecrasante majorité n ont pas pas grand chose dans le crane se laisse entrainer a l heure actuelle ils sont tellement manipulé par quelques uns machiaveliques qui diabolisent alioune sarr pour arriver a leur fin
      le reveil sera tres difficile s il part je donne une saison pour que le chaos ,l anarchie, le service camarade, le favoritisme , les detournements et j en passe soient monnaie courante.

      bala gua kham nak khamadi khaw la rey

      bientot ca sera un retour grave en arriere et les pauvres vont courir derriere les promoteurs pour se faire paiyer leur due
      lithi kanam rawouli gueute
    • Auteur

      Nit

      En Octobre, 2018 (09:00 AM)
      wakhatiko sama way et les lutteurs qui la dans leur ecrasante majorité n ont pas pas grand chose dans le crane se laisse entrainer a l heure actuelle ils sont tellement manipulé par quelques uns machiaveliques qui diabolisent alioune sarr pour arriver a leur fin
      le reveil sera tres difficile s il part je donne une saison pour que le chaos ,l anarchie, le service camarade, le favoritisme , les detournements et j en passe soient monnaie courante.

      bala gua kham nak khamadi khaw la rey

      bientot ca sera un retour grave en arriere et les pauvres vont courir derriere les promoteurs pour se faire paiyer leur due
      lithi kanam rawouli gueute
    • Auteur

      Nit

      En Octobre, 2018 (09:00 AM)
      wakhatiko sama way et les lutteurs qui la dans leur ecrasante majorité n ont pas pas grand chose dans le crane se laisse entrainer a l heure actuelle ils sont tellement manipulé par quelques uns machiaveliques qui diabolisent alioune sarr pour arriver a leur fin
      le reveil sera tres difficile s il part je donne une saison pour que le chaos ,l anarchie, le service camarade, le favoritisme , les detournements et j en passe soient monnaie courante.

      bala gua kham nak khamadi khaw la rey

      bientot ca sera un retour grave en arriere et les pauvres vont courir derriere les promoteurs pour se faire paiyer leur due
      lithi kanam rawouli gueute
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (10:22 AM)
      cest comme si tous les lutteurs se sont donnés le mot. ils se tous ligués contre alioune sarr. largent qu'il leur coupe c'est tout ce dont ils sont contre. j'espère que les autorités vont déjouer le piège. un certain lutteur qui prétend être leur intellectuel est prêt à prendre sa place. il n'est pas dans le besoin au moins. ces lutteurs n'ont qu'a se tenir droit sinon ce sera la pagaille et à ce moment il vaudra mieux pour l'etat de tourner le dos à tous ces investissements quil a consentis pour le bien de cette discipline. ils ne veulent que gérer eux mêmes ce cng alors quils en sont incapables; ils nourrissent une haine viscérale à ailoune sarr heureusement qu'il soit posé sinon ca aurait été la catastrophe depuis longtemps
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (10:27 AM)
      alioune sarr doit partir il est a la tete du cng depuis 1994 daffa doy seukke les lutteurs ont des mots a dire sur leurs carrère si le ministre impose la bande a alioune sarr au lutteurs qu,ils font la gréve et n,iront pas a l,arène national il est temps qu,on respect les lutteurs
    • Auteur

      De Fatick.

      En Octobre, 2018 (13:08 PM)
      il faut un changement...voir les jeunes. il est vieux et son domaine est ailleurs...il est docteur, non ? alors que fait-il au sport? de même que fait aliou sall, le journaliste de profession dans le pétrole?...soyons sérieux!...une république n"est pas un foyer de copains et de copines!...pas une affaire de terroir, d'ethnie, de parents,...
  2. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (07:30 AM)
    des dinosaures du CNG qui ne vont jamais à la retraite et qui pompent sang et sueur des lutteurs
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (07:36 AM)
    Ce n'est pas vrai de alioune Sarr est un bon gestionnaire .il est integre .bilahi tous ceux qui s'agitent veulent tout simplement detourner l'argent des lutteurs.
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (08:13 AM)
      un bon gestionnaire?. il ne paye pas les médecins et autres prestataires qui travaillent dans sa clinique, qui cumulent souvent plusieurs mois, voire des années d'arriérés. l'intégrité commence par le respect de ses engagements.
    • Auteur

      Khar

      En Octobre, 2018 (08:25 AM)
      il ne paye pas les médecins et autres prestataires qui travaillent dans sa clinique, qui cumulent souvent plusieurs mois, voire des années d'arriérés.
      pourquoi on ne les entend pas reclamer leur argent. je pense que tu mens
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (08:35 AM)
      parce que tu penses que les gens réclament leur du sur seneweb?, toi qui parait le connaitre et le défendre bêtement. montre lui ces commentaires, peut être ça nous aiderais à recouvrer nos sous...
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (07:39 AM)
    Dr Alioune SARR, n'a pas besoin de la lutte les lutteurs le savent bien

    Merci de prendre ta retraite
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (07:49 AM)
    Laissez la place aux autres SVP. Soyez pas un Paul Biya. Doyna seuk et vous n'êtes pas indispensable. Laissez leur le CNG
    Auteur

    Anonyméduqué

    En Octobre, 2018 (08:16 AM)
    Le problème c'est que nul n'est indispensable quel que soit son talent. Ceux qui ne me croient pas n'ont qu'à aller visiter le cimetière de Yoff.

    M. Sarr vos ennemies vont utiliser légalement la notion de fin de mandat pour essayer de vous écarter. La plupart des lutteurs sont incultes et n'ont aucune éducation de base raison pour laquelle ils trouvent injuste d'écoper une amende. Vous ne pourrez rien faire contre cela, il faudra des générations pour que ça change. L'éducation qu'on doit acquérir sur les bancs de l'école est incontournable. Les lutteurs actuels sont des contre exemples : agresseurs pour les uns, violents pour d'autres, poukeuré pour les plus nantis et débilisme pour la plupart. Give up the fight.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (08:20 AM)
    Les Sénégalais n’aiment pas être réglo alors que pour développer n’importe quoi, il faut des règles et tout individu qui les transgresse doit être sanctionner. Oui, il faut des changements vu la durée de son mandat mais pas sous l’impulsion des transgresseurs
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (08:29 AM)
    monsieur le Ministre des sports il faut maintenir Alioune Sarr si possible vous pouvez maintenir le nom ou changer de non

    aussi il faut que les lutteurs paient des taxes au niveau des impôts et bien le structurer , que même le managers doivent payer des impôts vu les commissions qu'ils perçoivent a chaque contrat

    il est anormal qu'un lutteur reçoit tant de million sans rien payer

    ensuite faudrait bien structurer la lutte

    surtout avec l'ouverture de leur stade promoteur, lutteurs, manager ect........ doivent être a jour en montrant des quittances des impôts

    merci
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (08:47 AM)
    Le problème ce n'est pas qu'il soit integre ou pas il a assez duré 1994-2018 donc il ne doit même attendre qu'on lui dise de partir par principe il doit laisser la place aux autres y'a qu'en afrique qu'on voit des gens rester à la tête d'une institution pendant des décenies les toubabs ne le font pas exemple le président du zimbawe pour ne citer que cela.
    Auteur

    Cheikh Fall

    En Octobre, 2018 (08:50 AM)
    Ce qu’il faut pour la lutte c’est une fédération et des réformes qui doivent aboutir à l’organisation de championnats par la fédération pour l’ensemble des lutteurs détenteur de licence qui revient trop chère à certains qui n’obtiennent pas de combat. Cet argent devait même leur être restitué en cas de saison blanche ou reconduit l’année d’après. Ensuite il faut une implication intégrale de cette structure aux contrats de sponsoring pour éviter la fraude fiscale et disposer de la véracité des cachets des lutteurs pour la garantie de la transparence. Aucun sponsor ne doit entrer dans l’arène sans l’accord de la fédération et le fait de contresigner les contras garantiront aux promoteurs de pouvoir disposer de leur reliquat après combat. Enfin pour la gestion, elle doit être participative et regrouper les lutteurs, les promoteurs, les amateurs et même les sponsors pour un parfait rayonnement de la lutte
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (08:50 AM)
    Sinon, je fais hors sujet. Quand est il de la plainte de Mamour Diallo contre Sonko ?
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (08:52 AM)
    Fin de la prolongation devrait - on dire , normalement une règle doit prévoir quelque chose.

    Les fins de mandat posent toujours problème dans notre pays , on voit certains sortants vouloir s'accrocher, on a vu ça avec les navétanes , on en parle à l'ARMP, on a même vu un DG limogé à qui on a défoncé les portes de son bureau parce qu'il ne voulait pas rendre les clés; cette absence de discernement entre ce qui vous appartient et ce qu'on vous a confié est quand même extraordinaire, monsieur Sarr n'a pas quitté à temps, il risque l'expulsion !
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (09:04 AM)
    Wakhatiko sama way et les lutteurs qui la dans leur écrasante majorité n ont pas pas grand chose dans le crane se laisse entrainer a l heure actuelle ils sont tellement manipulé par quelques uns machiavéliques qui diabolisent Alioune Sarr pour arriver a leur fin

    Le reveil sera tres difficile s il part je donne une saison pour que le chaos ,l anarchie, le service camarade, le favoritisme , les détournements et j en passe soient monnaie courante.



    BALA GUA KHAM NAK KHAMADI KHAW LA REY



    BIENTÔT CA SERA UN RETOUR GRAVE EN ARRIÈRE ET LES PAUVRES VONT COURIR DERRIÈRE LES PROMOTEURS POUR SE FAIRE PAYER LEUR DUE

    LITHI KANAM RAWOULI GUEUTE



    BRAVO DOCTEUR POUR LE TRAVAIL QUE TU AS ACCOMPLI

     :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo: 
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (09:10 AM)
    il est temps apres 25 ans de partir nulle n'est indispensable et quand les gens commencent a rouspéter il faut savoir partir
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (09:16 AM)
    Monsieur Sarr ne peut pas être un éternel protecteur de la lutte, il faut aussi se méfier de l'empressement de beaucoup d'anciens lutteurs à la recherche d'une planque ou d'un fromage pour rester au devant de la scène, le risque d'accaparement est toujours là même si Sarr partait , cette fois par un autre club ..
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (09:22 AM)
    nul n'est indispensable il doit quitter meme s'il a fait parait il du bon boulot
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (09:24 AM)
    Je ne sais pas s'il fait ou a fait du bon boulot mais depuis 1994 qunqd meme.Le mandate de Macky Sall est limite a 2 et ces gens du CNG sont la depuis 1994.

    je signale qu'il s'agissait d'un comite proviso ire de gestino qui est reste permanent depuis 1994 et ce n'est pas serieux.

    Si Alioune Sarr est assez riche comme medecin pourquoi s'accroche t il a ce poste depuis 1994? Posez vous la question, il y a beacoup de deals et beaucoup a manger avec les promoteurs et tout le monde connait les relations entre lui et Gaston Mbengue.

    Il n'a rien fait gratuitement, il a bouffe comme les autres sinon pire.

    Comment in medecin peut il passer plsu de temps a gerer la lute que son cabinet et apres nous dire je n'ai pas besoin de la lute pour vivre?

    Il bouffait avec les promoteurs et aussi avec les lutteurs qui lui donnaient de l'argent pour avoir des combats, sans oublier les retenues sur les cachets des lutteurs etc...

    Senegal mo bari at nafekhs et j'en connais plus grave sur lui mais je ne le dirai pas par descence.
    • Auteur

      Dééééééééte

      En Octobre, 2018 (10:39 AM)
      nite day wakh loumou khame qui connait alioune sarr pour avoir ete sa patiente pendant 20 ans avant pasteur sait qu il donne a son travail tout ce qu il demande
      il est sur place de 8h a tres tard
    • Auteur

      Dééééééééte

      En Octobre, 2018 (10:39 AM)
      nite day wakh loumou khame qui connait alioune sarr pour avoir ete sa patiente pendant 20 ans avant pasteur sait qu il donne a son travail tout ce qu il demande
      il est sur place de 8h a tres tard
    • Auteur

      Dééééééééte

      En Octobre, 2018 (10:39 AM)
      nite day wakh loumou khame qui connait alioune sarr pour avoir ete sa patiente pendant 20 ans avant pasteur sait qu il donne a son travail tout ce qu il demande
      il est sur place de 8h a tres tard
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (09:24 AM)
    Lamb de Demba Diop à Amitié à Arène national

    Cachet de 1 million à 100 millions

    Retard paiement de jamais à avant ngay seugg



    Le CNG a vraiment fait avancer la lutte!! Bravo à Alioune Sarr!

    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (09:43 AM)
      ils vont regretter a jamais le départ de alioune sarr ,personne ne l 'arrive à la cheville en matière de gestion de cette discipline
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (09:52 AM)
    Sénéweb nul guen trop dégoulène français en lisant sen article bi on dirait un enfant de primaire moko binde de plus liguen titrer ak sen conclusion bi dafacontradictoire pour des raisons de gniou consulter sen site bi takhna guen di deff n'importe quoi mais liguen khamoul moy implicitement yéna gui yakk sen réputaion.



    Cours journalisme.



    Déjà sen texte bi n'est pas assez synthétique or la synthèse est un élément essentiel pour inciter les lecteurs à lire vos articles. par exemple : "Le mandat du Comité national de gestion (CNG) de la lutte prend fin ce mercredi 31 octobre 2018 à minuit. La question qui taraude le monde de la lutte est de savoir si la structure sera maintenue et, auquel cas, si Dr Alioune Sarr, son très contesté président, va rester à sa tête ou partir.



    Alioune Sarr dirige le Cng depuis 1994. À plusieurs reprises, il a annoncé son départ.



    Le Collectif des lutteurs, regroupant les pratiquants de la discipline en activité, réclame sa tête.



    Initialement le mandat du Cng devait prendre fin le 5 novembre 2016. Il a été prorogé de deux ans par le ministre des Sports, Matar Ba."



    CNG est une structure présidée par un président qui dispose d'un mandat. Donc le mandat du président du CNG Alioune Sarr, prend fin aujourd'hui à minuit. Est toute la question est de savoir si le mandat de ce dernier sera prolongé. En effet Alioune Sarr fait l'objet de beaucoup de contestation venant des lutteurs, qui jugent sa présidence assez durée de puis 1994 et demandent un changement.Voilà un exemple de résumé. :elated:  :fbhang:  :fbhang: 
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (10:33 AM)
    Ciao Alioune et bon débarras!
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (10:41 AM)
    ouff.qu il dègage
    Auteur

    Dutmosise

    En Octobre, 2018 (10:50 AM)
    No 12 aucun respect envers les lutteurs tu dit la majore parti n,ont rien dans la tete raison pour la quel on doit gardé Alioune Sarr a la tete du CNG Quel insolence quel méprise envers des sénégalais qui aime leurs sports qui est la lutte j,en suis sure que si vous avez quelque chose dans la tete vous ne parlerait pas de sorte aux lutteurs que des millions de sénégalais aime et respect (Serigne Touba Néna n,évoque que les qualités des gens quand on fait allusion a eux et ne dénigre aucun d,entre eux pour un défaut dont tu es toi meme entaché) vive le sénégal
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (16:02 PM)
      kou nafekhoule khamné mbeur yi nak majorité bi amouniou kham kham la preuve kou thi exprimé wou rek wakh diakhoute naniou wakhanté deug
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (16:02 PM)
      kou nafekhoule khamné mbeur yi nak majorité bi amouniou kham kham la preuve kou thi exprimé wou rek wakh diakhoute naniou wakhanté deug
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (16:02 PM)
      kou nafekhoule khamné mbeur yi nak majorité bi amouniou kham kham la preuve kou thi exprimé wou rek wakh diakhoute naniou wakhanté deug
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (16:02 PM)
      kou nafekhoule khamné mbeur yi nak majorité bi amouniou kham kham la preuve kou thi exprimé wou rek wakh diakhoute naniou wakhanté deug
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (10:57 AM)
    YA UN MOMENT TU DOIS ALLER TE REPOSER ET PROFITER DE LA VIE DE FAMILLE.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (11:16 AM)
    gor da wara kham sourna
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (11:34 AM)
    NE JAMAIS DONNER LA GESTION DE VOTRE CNG Á GADIAGA SINON VOUS LE REGRETEREZ.......DACOY DEFF LEMBEUL
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (11:57 AM)
    Diriger ce milieu de la lutte avec la mentalité des acteurs qui s'y activent : lutteurs avec leurs fans ,managers ,ecuries , feticheurs et chroniqueurs ,griots ,est un pari difficile à gagner ,il faudra de la stricte rigueur disciplinaire ,de l'organisation et une gestion transparente par des hommes triés au volet ,sinon la pagaille va continuer et il y en a qui y ont interet .
    Auteur

    Alionesarr

    En Octobre, 2018 (12:29 PM)
    ALIOUNE SARR DEGAGE



    ce gars n a aucune dignite tchim
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (12:49 PM)
    franchement ce pays est etonnant .Chacun dit et fait ce qu il veut .chacun empiete sur la liberte de l autre Et ,ca ce n est pas bien .si la lutte en est arrivee la , c est grace au cng . De grands lutteurs comme falaye balde , moussa diame , mame gorgui ndiaye n ont rien tire de leur talent de lutteur . Aujourd hui la lutte enrichit les meilleurs de ce sport ,grace a une meilleure organisation ,avec des textes et une reglementation tres stricte .Si jamais vous commettez l erreur de confier le cng a d anciens lutteurs , se sera la mort definitive de notre sport national
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (13:01 PM)
    intégre ou pas il est là depuis 1994 c'est trop il faut céder la place
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (13:36 PM)
    ALIOUNE SARR doit partir et laisser la place aux autres il n'est pas indispensable d'autres peuvent mieux faire que lui même s'il a eu à faire des avancés dans la lutte et c'est bien normal depuis 1994 dans un poste.
    Auteur

    Pure Diola

    En Octobre, 2018 (13:46 PM)
    en tout son depart fait craindre le pire sur la lutte

    n'est pas alioune sarr qui veut

    a vous les lutteurs faites tres attention le depart de mr sarr risque d'etre fatale pour la lutte en ce moment
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (14:02 PM)
    vous ne pouvez comprendre un probleme sans faire son historique .La lutte senegalaise est une miraculee ,et sans cng et alioune sarr plus personne n en parlerait aujourd hui .Ceux qui sont plus jeunes doivent s informer de l etat de l arene senegalaise avant alioune sarr , ils comprendront que si la lutte tombe entre les mains d anciens lutteurs et de gens proches de la lutte ,ce sport tombera en ruine et finira sa course devant les tribunaux
    Auteur

    Baye Rane

    En Octobre, 2018 (14:10 PM)
    BRAVO À ALIOUNE SARR GATIE NGALAMA.UN AUTRE MANDAT TU LE MERITES
    Auteur

    Gni Gnon Fékéwone Mourite Yi W

    En Octobre, 2018 (15:08 PM)
    Nouvelle étape, donc : Ndjolé, à 225 km de Libreville. La route est impeccable. Cheikh Cheikh Anta Babou : Le nom de Cheikh Ahmadou Bamba est apparu pour la première fois dans les archives coloniales en 1889. C’est à cette époque qu’Ahmadou Bamba commence à s’installer dans son village de Touba - bien connu maintenant - qui est le lieu saint des Mourides. Un administrateur colonial du nom de Tautin qui était en mission dans la zone, avait appris qu’un certain Cheikh Ahmadou Bamba, un marabout, était en train de construire son village dans cette zone. Tautin en a immédiatement eu une lecture stratégique : pour lui, la zone où Ahmadou Bamba était en train de construire son village se situait à la frontière du Baol et du Djolof et n’était pas loin du tout de la frontière de la Gambie. Donc pour lui, ce saint là, ce cheikh, était en train de construire son village dans une zone où plusieurs frontières se superposaient et il lui était facile de s’échapper si jamais il créait des troubles et voulait sortir en dehors du contrôle de l’administration coloniale. C’est la lecture qu’il en avait eu en 1889, le premier contact.







    Après cela, rien de particulier ne s’est passé jusqu’en 1892. Cette année-là se produisent les premiers incidents entre les mourides et l’administration coloniale. Ce sont des incidents qui ont opposé des chefs musulmans noirs africains qui travaillaient avec l’administration coloniale dans le Nord-Cayor, dans la zone du Ndjambour. Ces chefs là se plaignaient à l’administration coloniale du fait que les mourides, disaient-ils, refusaient de se subordonner à eux… que les mourides mettaient leurs cheikhs et leurs dirigeants au-dessus des chefs qui représentent l’administration coloniale… ils les accusaient de ne pas payer leur impôt alors qu’ils donnaient la Hadiya à leur cheikh. D’une certaine manière, ils commençaient à se plaindre du fait qu’il y avait une certaine opposition mouride qui se développait dans leur zone, dans leur fief. Et ce sont donc ces premiers rapports-là qui ont été à l’origine des tensions entre l’administration coloniale et les mourides… Ahmadou Bamba en particulier.







    Entre 1892 et 1893, il y a eu un échange de lettres entre Cheikh Ahmadou Bamba et le gouverneur Lamothe… Ahmadou Bamba aurait même voyagé en ce temps-là à Saint-Louis -il se rendait en Mauritanie mais s’est arrêté à Saint-Louis- et je présume qu’il a certainement eu des entretiens avec le gouverneur parce que, par la suite, nous avons appris qu’il a reçu des livres que le gouverneur lui a envoyés. Dans mes propres recherches, j’ai découvert que Lamothe lui-même lui avait envoyé un ballot de tissus en 1895, avant son arrestation. Donc d’une certaine manière entre 1892 et 1893, il y a eu des tensions mais ces tensions se sont estompées pour revenir en 1895.







    RFI : Qu’est-ce qui fait que ces tensions reviennent en 1895 ?







    Cheikh Anta Babou : En 1895, de nouvelles accusations se sont développées, mais cette fois-ci plus graves, venant également de la zone du Djolof et du Nord Cayor. Là-bas aussi, ce sont des chefs africains qui ont informé l’administration coloniale que Ahmadou Bamba était en fait en train de préparer un « djihad de l’épée », qu’il avait acheté des fusils et qu’ils avaient vu des chameaux chargés de fusils qui allaient vers son village de Ndam (Darou marnane)… Ils disaient également qu’il avait commandé beaucoup de mil et que des pileuses étaient mobilisées pour le piler et préparer le couscous qui serait utilisé comme provision de guerre, parce qu’Ahmadou Bamba n’attendait que la fin de la saison des pluies pour commencer « le Djihad de l’épée ». Ils disaient enfin qu’il allait déclencher ce djihad en collaboration avec certains chefs africains comme le chef du Djolof qui avait été nommé par l’administration coloniale mais qui n’était pas très heureux dans son royaume du Djolof.







    C’est cela qui a déclenché l’enquête. L’administrateur Leclerc a été mandaté par l’administrateur colonial pour examiner ces accusations, voir si effectivement Ahmadou Bamba se préparait à un djihad. Martial Merlin, qui était également le chef du bureau politique, était impliqué et c’est comme ça que les enquêtes ont commencé.







    RFI : Est-ce que ces accusations étaient fondées ?







    Cheikh Anta Babou : Pas du tout. Ahmadou Bamba a toujours déclaré qu’il n’était pas intéressé par le djihad de l’épée, que son djihad était le « grand djihad », c’est-à-dire le djihad des Soufis, le djihad nafs ou le Djihad contre l’âme charnelle. Il a toujours dit et déclaré dans ses écrits, comme dans ses prêches publics que pour lui, le djihadiste n’est pas celui qui tue les hommes, qui verse leur sang mais celui qui fait face à ses faiblesses internes, les faiblesses de son âme pour les dominer. C’est celui qui lutte contre Satan, une lutte quotidienne… Et ça c’est très connu dans la littérature soufie. Les soufis aiment citer ce hadith du prophète Mohamed, la tradition du prophète Mohamed où il disait, venant d’une guerre, « nous avons quitté le petit djihad, maintenant préparons-nous pour le grand Djihad ». Et quand ses compagnons lui ont dit « mais qu’est-ce que le grand djihad, puisque nous venons d’une bataille où des gens ont été tués et ont tué », il leur a dit que « le grand Djihad c’est le Djihad contre l’ennemi immortel qui est toujours en nous et qu’on ne peut pas défaire c'est-à-dire Satan. »







    C’est cette tradition-là qu’Ahmadou Bamba poursuivait, c’est pourquoi il s’est toujours défendu d’être intéressé par les armes ou bien même par le contrôle politique des hommes. Ces accusations étaient évidemment infondées et nous savons très bien que ceux qui les avaient portées avaient des intérêts politiques pour le faire. Ces chefs africains étaient un peu inquiets de l’influence des mourides dans le monde rural, ils pensaient que le prestige des cheikhs mourides allait un peu éclipser leur propre prestige et que finalement les mourides devenaient les chefs réels de la population dans les zones rurales.







    En ce qui concerne l’administration française, Leclerc comme Martial Merlin avaient intérêt à ce qu’Ahmadou Bamba soit contrôlé. Leclerc était lui-même impliqué dans les problèmes de 1892 dont j’ai parlé tout à l’heure… et dans le rapport qu’il fera, le premier paragraphe reviendra sur les évènements de 1892. Il dira au gouverneur (en substance) « Ahmadou Bamba nous a échappés en 1892 en protestant de ses bonnes intentions mais en réalité comme tous les chefs musulmans c’est un djihadiste et cette fois-ci il ne faut pas qu’il nous échappe, il faut qu’on s’empare de lui et qu’on règle son problème définitivement ».







    Martial Merlin avait également intérêt à ce qu’on arrête Ahmadou Bamba. Merlin était le chef du bureau politique, c’était lui qui était responsable de la formation des chefs africains, donc lui aussi avait intérêt à ce qu’Ahmadou Bamba -qui devenait de plus en plus une figure influente au Sénégal, particulièrement dans le Cayor et le Baol- soit contrôlé, parce que son influence, s’il n’était pas arrêté, ferait ombrage à l’administration africaine que Martial Merlin était chargé de former. Ces deux groupes-là avaient donc intérêt à ce qu’Ahmadou Bamba soit arrêté avant qu’il ne soit incontrôlable.







    RFI : Quelles vont être les suites du rapport des enquêteurs français ?







    Cheikh Anta Babou : Ce qui se passe ensuite c’est que Leclerc, qui était administrateur au niveau de Saint-Louis et qui était chargé du cas Ahmadou Bamba, a écrit un rapport, un long rapport sur Ahmadou Bamba. Après ce rapport, l’administration a jugé nécessaire de l’arrêter. Ahmadou Bamba n’a pas résisté. Il y a eu des va-et-vient, il a envoyé son frère Ibra Faty voir le gouverneur pour lui expliquer ses intentions, qu’il n’était nullement motivé par le djihad etc. mais l’administration coloniale n’a rien voulu comprendre. Ahmadou Bamba a donc été arrêté dans un village qui s’appelle Djewol, dans le Djolof. On l’a emmené à Louga et de Louga il a pris le train, il est allé à Saint-Louis. Une fois arrivé à Saint-Louis, il a été incarcéré dans un cachot sous le bâtiment de la gouvernance. D’ailleurs, le bâtiment est toujours là-bas… du moins c’est l’endroit où les gens présument que se trouvait la prison de Bamba. Et enfin, après une vingtaine de jours, il a été entendu. Maintenant ce que nous savons de ce qui s’est passé, c’est le rapport que Merlin a écrit pour rendre compte du procès. Ce qu’Ahmadou Bamba a dit, la connaissance que nous en avons, nous vient de la tradition orale.







    Ce que la tradition orale nous dit, c’est que Bamba, une fois qu’il a été accueilli dans la salle de conférence du gouverneur pour être entendu, lui a dit : « Moi je ne fais pas le djihad ». Il a d’abord récité la fatiha, qui est la sourate ouvrante du Coran. Il a dit au gouverneur général « Amenez mes accusateurs pour qu’ils prouvent qu’effectivement je prépare le djihad de l’épée. » Le gouverneur lui a posé des questions, il a refusé de répondre, il a continué à lui dire « je ne peux pas vous répondre parce qu’il y a des gens qui m’ont accusé, je vous demande d’amener ces gens ici pour qu’ils prouvent que je suis en train de préparer le djihad de l’épée… »







    La tradition orale nous dit également qu’Ahmadou Bamba a fait une prière de deux rakkas, deux génuflexions. C’est une prière traditionnelle que les gens font en Islam lorsqu’ils sont dans une situation de danger, c’est une prière abrégée. Certains ont dit qu’Ahmadou Bamba avait fait cette prière-là dans le bureau du gouverneur. Personnellement, en tant qu’historien, je n’en suis pas sûr. Je pencherais même du côté de ceux qui disent qu’il n’a pas pu le faire parce que si cela avait pu ressembler à un acte de provocation, Ahmadou Bamba ne l’aurait pas fait. Il n’avait pas du tout l’intention de provoquer l’administration coloniale. Mais dans tous les cas cette prière des deux rakkas est devenue une sorte de pèlerinage à Saint-Louis et chaque année ce pèlerinage-là est célébré.







    RFI : Et donc il est condamné ?







    Cheikh Anta Babou : Oui. Ahmadou Bamba est condamné à la déportation en Afrique Equatoriale Française, c’est ce que Leclerc avait demandé, c’est ce que Merlin également avait demandé, c’est ce que les jurés d’Ahmadou Bamba ont confirmé.







    RFI : Vous diriez qu’il y avait une intention de neutraliser Cheikh Ahmadou Bamba ?







    Cheikh Anta Babou : Absolument. Je dirais qu’il y avait une intention manifeste de neutraliser Cheikh Ahmadou Bamba… et je dirais que Leclerc et Martial Merlin sont au centre des intrigues qui ont été développées pour s’assurer que le Sénégal soit débarrassé d’Ahmadou Bamba.







    En 1895 quand Ahmadou Bamba a été arrêté, il n’a pas été déféré au conseil général où siégeaient des chefs africains qui étaient plus démocratique, des chefs métis, des citoyens sénégalais qui étaient plus démocratiques et où la plupart du temps ils amenaient les grandes questions politiques… mais on l’a amené au conseil privé, qui est un conseil aux côtés du gouverneur et qui était composé exclusivement de fonctionnaires coloniaux. Et ce qui est encore intéressant, c’est que l’on a arrêté, jugé, condamné et déporté Ahmadou Bamba en un court laps de temps pendant la saison des pluies… et ceux qui comprennent l’écologie de l’Afrique et du monde colonial savent que pendant la saison des pluies, les grands chefs retournent en France pour échapper aux moustiques, à la pestilence et aux maladies. Parmi les dix qui ont siégé lors du jugement d’Ahmadou Bamba, sept étaient des intérimaires. Vous voyez ce que je veux dire ? Ce ne sont pas les titulaires des postes qui ont siégés mais ce sont des intérimaires. Et le gouverneur qui présidait la réunion, Mouttet, était lui-même un intérimaire parce que Lamothe était parti et Chaudié, celui qui devait le remplacer, n’était pas encore arrivé.







    Donc on peut dire que l’administration coloniale, d’une certaine façon, et peut-être Leclerc et Martial Merlin ont profité d’un moment de vide au niveau de l’administration coloniale pour arrêter Ahmadou Bamba, le juger et le déporter. Parce que pendant toute cette période-là d’arrestation en août et de déportation en septembre, il n’y avait pratiquement pas d’administration titulaire au Sénégal, il n’y avait que des intérimaires.







    RFI : Comment s’est déroulé le départ de Cheikh Ahmadou Bamba du Sénégal ?







    Cheikh Anta Babou : De Saint-Louis on l’a amené à Dakar, de Dakar, il a pris un bateau de ligne qui venait du Brésil. Il dit par exemple qu’on l’a emmené de Dakar à Conakry et il dit que c’est à Conakry qu’il a appris qu’il allait au Gabon, parce que l’administration coloniale ne l’avait pas informé de la destination de sa déportation. Ensuite je crois qu’il est passé au Dahomey, il est passé au Cameroun, etc et finalement il est donc arrivé au Gabon.







    RFI : Sait-on dans quelles conditions il était dans le bateau ?







    Cheikh Anta Babou : C’est très intéressant, parce qu’Ahmadou Bamba lui-même en parle. Il dit que lorsqu’il est allé dans le bateau, il était dans une cabine normale, il n’y avait pas de problèmes… mais une fois que le commandant du bateau a lu une lettre se rapportant à son cas, son attitude a complètement changé. On l’a sorti de cette cabine-là -qu’il préférait- et on l’a mis dans la foule. Il avait énormément de difficultés pour trouver de l’eau et pour aller aux toilettes etc. et il y avait beaucoup de gens dans le bateau qui lui étaient hostiles.







    Mais Cheikh Ahmadou Bamba raconte que, finalement, avant qu’il n’arrive au Gabon, l’opinion du commandant avait changé et que l’opinion de beaucoup de gens dans le bateau avait changé. Finalement, les gens lui ont dit qu’il avait été victime d’une injustice. Il a particulièrement apprécié le rôle du docteur dans le bateau et le rôle d’un jeune Français, dont il dit que « ce jeune chrétien-là se comportait envers moi comme un disciple mouride ».







    RFI : Une dernière question, Cheikh Anta Babou, comment est-ce que vous avez pu écrire l’histoire de Cheikh Ahmadou Bamba, quelles sont les sources que vous avez pu utiliser ?







    Cheikh Anta Babou : J’ai vraiment utilisé toutes les sources qui étaient à ma disposition, y compris les archives coloniales et les écrits de mes autres collègues chercheurs qui travaillent sur le mouridisme depuis les années 70 avec Cruise O’Brien, mais avant lui il y avait le travail de Paul Marty de l’administration coloniale, donc j’ai fait la revue de toutes ces sources-là.







    Mais je pense que là où j’ai pu faire une différence c’est vraiment avec l’exploitation des sources internes mourides. Parmi ces sources internes mourides, j’inclus les écrits d’Ahmadou Bamba lui-même, mais également la tradition orale mouride et les écrits des cheikhs mourides. Voici un trésor sur le savoir du mouridisme qui a été négligé par les chercheurs qui m’ont devancé sur le terrain… et qui m’a beaucoup aidé à renouveler la problématique sur l’histoire de la Mouridiya.



    Ahmadou Bamba, lui, a parcouru le trajet Lambaréné – Ndjolé par bateau. Ici, les colons ont érigé un monument à la mémoire de Cheikh Amadou Bamba mais aussi de Samory Touré, un résistant de la Guinée Conakry déporté au Gabon. Très vieux, Samory Touré mourut sur une île qui porte aujourd’hui son nom. Cheikh Ahmadou Bamba et Samory Touré se sont rencontrés une fois au tribunal de Ndjolé.







    « Là où nous nous trouvons, ce bâtiment abandonné, c’est l’ancien tribunal militaire où les colons jugeaient leurs détenus comme Samory Touré ou Cheikh Ahmadou Bamba, explique Cheikh Mbengue. Bamba est venu répondre à sa convocation ici à Ndjolé ». Le colon qui avait porté plainte ne se présente pas. Bamba est acquitté.







    Cheikh Ahmadou Bamba est donc ramené à Lambaréné. Puis à Libreville. Il est autorisé à revenir au Sénégal en 1902. Selon l’historien Cheikh Anta Babou, il est très probablement rapatrié grâce à l’intervention du député Carpot, un métis Saint-Louisien, élu au parlement français la même année.







    Le fauteuil de député du Sénégal à l'Assemblée Nationale avait été monopolisé pendant longtemps par des Français de souche. Carpot n'a pu être élu que grâce a une large coalition entre métis et citoyens noirs sénégalais… et selon l’historien, il a bénéficié d'un soutien financier important de chefs religieux mourides. Il semble s’être impliqué, en contrepartie dans le retour de Bamba au Sénégal. Ce qui lui vaudra les critiques de certains administrateurs coloniaux.



    Chronologie et chiffres clés



    Gabon GABON Sénégal SÉN

    Re
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (16:11 PM)
    je vois que y a des gens qui ne veulent pas entendre la verité kou gueune Alioune Sarr pour la lutte dou guene ko trouvé car pour lui en la lutte est avant tout une passion
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (16:56 PM)
    lol

    Auteur

    Tab

    En Octobre, 2018 (19:55 PM)
    Alioune sarr je ne le piffe pas a l'entendre parler il se croit le plus intelligent de ce monde

    Ensuite comment un doctor comme lui et le professeur ardo peuvent laisser des lutteurs qui se dopent a combattre tout en sachant les risques

    Mais mais mais on ne doit pas laisser le cng aux lutteurs tels que gadiaga, boy khaire, moustapha gueye, gris bordeaux etc qui n'ont aucun niveau diriger la lutte il faut un niveau d'etude

    Si jamais on laisse la lutte a ces gens la c'est la fin

    Il faut chercher quelqun qui a la carrure de diagna diagne un vrai manager , respecte partout dans le monde avec une forte personnalite pour plus tart introduire notre lutte dans cio
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (19:55 PM)
    Auteur

    Tab

    En Octobre, 2018 (20:04 PM)
    Alioune et ardo doivent partir pour leur propre interet ils ont laisse des lutteurs dopes combattre avec tous les risques de deces , de differentes maladies

    Il faut trouver une forte personnalite genre diagna diagne diriger le cng

    Ne jamais je dis bien ne jamais laisser les lutteurs comme gadiaga, khaire , moustapha gueye, gris bordeaux diriger la lutte, ils n'ont pas le niveau requis pour diriger un cng ou sont nos cadres sportifsou sont nos managers en sport
    Auteur

    An

    En Novembre, 2018 (01:06 AM)
    Mike or tapha
    Auteur

    An

    En Novembre, 2018 (01:06 AM)
    Mike or tapha

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email