Dimanche 29 Mars, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Video

Dans le sud du Sénégal, l'économie des îles Karones repose presque intégralement sur la culture du cannabis

Single Post
Ile Kouba


Sa consommation formellement interdite par la loi, sa détention et sa production jugée illégale, le cannabis continue de générer du profit. Dans certaines localités du pays, cette drogue se cultive bien. C’est le cas de Kouba, une localité située en Basse-Casamance, non loin de Kafountine (région de Ziguinchor). 
Au moment où la plupart des paysans sénégalais vivent de l’arachide ou des cultures maraîchères, tel n’est pas le cas à Kouba. Dans cette île casamançaise, à l’abri d’innombrables bras d’eau et d’une végétation dense, l’odeur âcre ne trompant pas, c’est bien le cannabis qui constitue la principale ressource, a révélé le site Slateafrique. Dans un article paru ce mercredi 8 janvier 2020, il est évoqué des villages perdus de ce coin reculé du Sénégal à l’embouchure du fleuve Casamance sur l’Atlantique qui ne sont accessibles qu’en se faufilant en pirogue entre les Karones, un patchwork d’îles aux berges recouvertes de mangroves, où se nichent caïmans et oiseaux rares.

Sur l’une de ces îles, au bout d’une piste sablonneuse, les femmes du village de Kouba s’affairent au coin des maisons en terre. Aux yeux de tous, elles séparent les graines des tiges de chanvre et les font sécher sur les toits en tôle.


 
Les Karoninkas (une population apparentée aux Diolas qui vit principalement sur la rive droite du Fleuve en Casamance) vivent de cette culture pourtant strictement prohibée au Sénégal, où elle est passible de dix ans de prison. N’empêche, cela est loin de dissuader les populations de cultiver cette drogue. “Tous ces champs sont réservés au chanvre”, dit sans détour Gaston Diaba, le maçon du village, en désignant une vaste zone avec des parcelles clôturées en bordure des habitations, à côté des rizières. Son frère cadet lui, n’en dira pas moins.  “Si tu ne cultives pas (le chanvre), tu ne peux pas t’en sortir”. Philippe, puisque c’est de lui qu’il s’agit est de retour dans les rues ensablées de sa bourgade d’origine pour quelques jours de vacances. Et comme pour dédouaner ses parents, il ajoute : “Il n’y a pas de route pour partir vendre les légumes en ville, alors on ne les cultive que pour se nourrir”.

‘’Si tu ne cultives pas le chanvre, tu ne peux pas t’en sortir’’


 
De toute manière, le kilogramme d’oignon se vend à peine 500 francs, contre 15 000 à 30 000 francs pour la plante psychotrope, dont les revenus ont inondé les îles à partir des années 1970. Son voisin Ousmane entrepose dans son garage plusieurs centaines de kilos d’herbe brunâtre, empaquetée dans des ballots. “Ça vaut des millions de francs”, observe Philippe Diaba, mal à l’aise face à tant de marchandise. Le cannabis finance les études des jeunes ou la recherche d’un travail en dehors de la région. Lui dit se tenir à l’écart d’un commerce qui peut attirer “beaucoup d’ennuis”.

‘’Pour les cultivateurs, pas besoin de s’inquiéter de livraison. Les acheteurs viennent s’approvisionner en pirogue. La marchandise produite ici contribue à alimenter le marché sénégalais. La géographie singulière sinon marginale de la Casamance, pas étrangère au conflit mené à partir du début des années 1980 par les séparatistes (Mouvement des forces démocratiques de la Casamance) contre le pouvoir central sénégalais, est propice au trafic. Il faut, pour s’y rendre à partir de Dakar, traverser ou contourner un autre Etat, la Gambie. Et le trajet dans le labyrinthe de l’estuaire est encore long jusqu’aux Karones. La persistance à feu doux du conflit casamançais fournit un surcroît de couverture’’, a indiqué ledit site.

La consommation de cannabis au Sénégal, selon la même source, demeure une préoccupation pour les autorités, dit Matar Diop. Ce dernier, contrôleur général de la police sénégalaise et membre du Comité interministériel de lutte contre la drogue. Et “la Casamance n’est pas une zone de non-droit”.

‘’Les acheteurs viennent s’approvisionner en pirogue’’

“Les cultures illicites de cannabis qui y sont découvertes font l’objet de destruction par les forces de défense et de sécurité”, rapporte-t-il. Cheikh Touré, coordonnateur régional de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (Onudc), vante le Sénégal comme l’un des bons élèves de la lutte contre les stupéfiants en Afrique de l’Ouest. Il invoque l’adoption, par ce pays, d’un plan stratégique de lutte jusqu’en 2020, indiquent nos confrères.

Ceux-ci de rappeler, selon le texte parcouru par Dakaractu, qu’en 2017, les autorités sénégalaises ont saisi 12,8 tonnes de cannabis ou de résine. Des informations relayées selon eux par l’Onudc. Dakar a signé en 2018 un accord avec la Gambie pour renforcer les contrôles sur leur frontière commune. “Les actions de répression de ces dernières années envoient un message fort aux réseaux et aux producteurs”, salue Cheikh Touré.


À Kouba, les villageois disent ne pas avoir vu de policier depuis belle lurette. Victor Diatta, sociologue et maire de Kafountine, la localité dont relève Kouba, aimerait voir émerger d’autres activités. Les plages paradisiaques voisines pourraient séduire beaucoup plus de touristes y compris à l’étranger. Mais, pour le tourisme ou l’industrie de la pêche, il faut des investissements et, pour l’heure, ce sont principalement des Sénégalais et des Bissau-Guinéens qui viennent, pour le cannabis. L’attrait de l’argent facile a pris le dessus sur toute autre considération”, regrette le jeune élu…

liiiiiiiaffaire_de_malade

14 Commentaires

  1. Auteur

    En Janvier, 2020 (13:12 PM)
    tot ou tard ce sera légaliser et bien organiser
    • Auteur

      Ousseynu

      En Janvier, 2020 (15:09 PM)
      tout comme la cigarette (plus dangereuse, cancérigène) fait des heureux avec des milliards de benefices. ils ont juste la loi de leur côté mais y a pas pire que la cigarette.
      je ne fume pas, mais l'herbe a des vertus qui peuvent être valorisées contrairement la cigarette
  2. Auteur

    Komyçère

    En Janvier, 2020 (13:16 PM)
    c'est un article délateur destiné à la police.
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (13:50 PM)
      police elle même est dealer . elle subtilise la drogue de la main des trafiquants , fait mine de la détruire pour ensuite l écouler
    Auteur

    Nordfouta

    En Janvier, 2020 (13:18 PM)
    Mes "cousins" qui se croient vertueux sont de vulgaires trafiquants criminels.
    Auteur

    En Janvier, 2020 (13:40 PM)
    legalize it! encadrons cette culture au lieu de jouer au plus con!!! le cannabis sera de plus en plus consomme dans le monde … derives pharmaceutique, industrie textille….
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (16:16 PM)
      le cbd a des vertus médicales, raison pour laquelle les médecins la prescrivent. par contre de nombreux médicaments provenant des laboratoires de l’industrie pharmaceutique eux contiennent des substances provoquant des effets secondaires listés en caractères minuscules dans la notice mais approuvés par les consommateurs. qui a lu la notice de la cortisone ? un poison silencieux que nul désapprouve. ce que je ne comprends pas, la pharmacopée très riche et reconnue en afrique se heurte au chanvre alors que c’est une plante bien traitée peut soigner bien des maux.
    Auteur

    Curieux

    En Janvier, 2020 (14:02 PM)
    Source : Le MONDE !!!
    Auteur

    En Janvier, 2020 (16:06 PM)
    Ils ne vont jamais legaliser ici sans l'autorisation des occidentaux. Nous ne sommes pas souverains.
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (16:29 PM)
      les occidentaux ont ils donné leur aval au sénégal sur le commerce de la cigarette, de l’alcool ? non.
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (19:24 PM)
      oui bien sur. c'est autorisé depuis la colonisation et nous avons jamais pensé ouvrir un debat public à ce propos. c'est pareil pour la prostitution et la loterie, c'est des vestiges de la colonisation
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (20:23 PM)
      vous avez eu 60 ans pour éradiquer ces vestiges de votre société ! vous faut il un siècle pour vous en débarrasser ?
    Auteur

    En Janvier, 2020 (16:07 PM)
    Le cannabis produit au senegal est de tres mauvaise qualite!
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (18:05 PM)
      i am sure about the quality of the plant but the processing is bad. they mix everything altogether: leaves, stems, seeds...
    Auteur

    En Janvier, 2020 (17:46 PM)
    Le roi Hassa II qui avait du courage et du franc parler a laisser ses paysans devenir très riches pendant quarante ans grâce à la culture de cette herbes qui était exportée vers l'Europe et les USA. Ce Roi avait dit aux Européens, comment voudriez-vous que j'interdise à mes paysans cette culture alors qu'ils n'ont aucune alternative ? A chaque fois, il leur répétait ces mots jusqu'à sa mort. Aucun producteur Marocains n'avait été mis en prison sous Hassan 2 ! Il y a deux siècles l'alcool distillé était combattu comme le hachich aujourd'hui, les Américains ont fini par laisser les gens distiller le Whisky et autres alcool fort. Nous, au Sénégal, on ne fait que suivre les autres. Pourquoi ne pas faire des alcool comme l'herbe yamba, en l'interdisant ? Qui a décidé que l'alccol était moins dangereux pour les Sénégalais que l'herbe ?
    Auteur

    Senegalais

    En Janvier, 2020 (18:27 PM)
    Mercii agence france presse. seneweb copie coller rekk. xamo len deuk bii. xamolen dara.
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2020 (19:31 PM)
    en tout cas l'Etat peut gagner des milliards en l'exportant dans les pays qui l'ont légalisé à des fins thérapeutiques
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (20:40 PM)
      ils vous ont devancé en le cultivant pour l’exploiter dans l’industrie textile, cosmétiques, construction, médecine, huiles, papeterie, alimentaire, etc.
    Auteur

    En Janvier, 2020 (20:29 PM)
    Dès l'instant qu'il est légalisé dans dans beaucoup de pays occidentaux pourquoi envoyer nos pauvre payants en prison pour ce qui est légalisé ailleurs. Pour mois il faut encadrer sa production et son exportation dans ceux pays uniquement et continuer de l'interdire chez nous. Je crois que les populations de la zone doivent poser les probleme a l'assemblée.
    Auteur

    Tosh

    En Janvier, 2020 (00:14 AM)
    PRESQUE TOUT LE MONDE FUME L HERBE MAGIQUE!

    LES DOCTEURS LES DEPUTES LES MARABOUTS LES POLICIERS LES GENDARMES LES HOMMES LES FEMMES....ETC

    LEGALIZE IT

    LEGALIZE IT

    LEGALIZE IT

    LA CIGARETTE EST BIEN PLUS DANGEUREUSE ET ELLE EST VENDUE PARTOUT

    STRICTLY MARIJUANA!
    Auteur

    En Janvier, 2020 (02:24 AM)
    interdit par quelle loi,une loi du senegal en casa,ance cous etes devenus fous ou quoi,nous cultivons le chanvre et nous le ferons toujours,la casamance n'est pas le senegal
    Auteur

    En Janvier, 2020 (04:57 AM)
    .... ILE DE.... KOUBA....



    ... ILLA ....TOUBA.....

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email